Communiqué – Le CNOUS et la vie privée

Communiqué – Paris, le 18 novembre 2017.

Dans un article en date du 7 septembre 2017, le journal Ouest-France indique que des capteurs ont été disposés dans les lits des étudiant.e.s dans une résidence appartenant au ressort du Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) de Rennes. Ce capteur permet, selon son créateur, de savoir « lorsqu’un étudiant prend son lit pour une barre de tractions ou quand le matelas se transforme en canapé pour dix personnes » et ce afin, le cas échéant, qu’« un SMS soit envoyé automatiquement à un agent technique qui peut intervenir dans la chambre ».

Dans un article en date du 20 octobre 2017, le journal Le Monde évoque l’application Izly, utilisée par le Centre national des œuvres universitaires et scolaires (CNOUS) pour les opérations relatives à la restauration universitaire. On y apprend qu’à chaque achat d’un repas en restaurant universitaire, les étudiant.e.s sont géolocalisés et leurs données transmises à des sociétés de marketing. Les données ainsi récoltées sont utilisées pour améliorer le ciblage publicitaire.

Dans un communiqué en date du 21 octobre 2017, le président du CNOUS indique que les CROUS « contestent les inexactitudes et raccourcis diffusés à propos du système de paiement IZLY et tiennent à rassurer les étudiants », sans toutefois préciser de quels raccourcis il s’agit et sans démentir sur le fond l’existence du dispositif – dont il annonce la suppression – ni la transmission des données à des tiers privés.

En moins de deux mois, le Centre national des œuvres scolaires et universitaires (CNOUS) a attenté deux fois aux libertés des étudiant.e.s.

Dans le premier cas, nous nous étonnons qu’un un dispositif par lequel le CNOUS considère les étudiant.e.s comme des adultes si peu dignes de confiance soit mis en place. Dans le second cas, nous nous étonnons qu’une institution de la vie universitaire ait la légèreté de croire qu’elle peut transmettre à des tiers privés des données récoltées dans l’exercice d’une mission de service public.

Le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne appelle le CNOUS à plus de vigilance vis-à-vis de ses actions. Le Collectif s’interroge, par ailleurs, sur la priorité donnée aux dépenses engagées pour ces dispositifs alors que le nombre de demandes de chambres en résidences universitaire dépasse chaque année davantage le nombre de places disponibles.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *