Appel à participation Épinglæs 2019

Paris, le 16 janvier 2019.

NB : cet appel applique les formes neutres du français inclusif telles qu’elles commencent à être développées par la communauté linguistique francophone et la recherche linguistique (voir les travaux de Viennot, Lessart et Zaccour, Alpheratz).

Après ses deux premières éditions (2017 / 2018), le Collectif Doctoral de Sorbonne Université renouvelle sa journée jeunes cherchaires autour du sexisme dans la recherche. Le 16 mars 2019, à l’occasion de la journée de lutte internationale des droits des femmes du 8 mars, et en association avec la Brigade d’Actions Féministes en Faveur de l’Égalité (BAFFE), nous lançons deux appels à participation :

  • Intervention scientifique thématique « Luttes & Intersections». Proposition à soumettre avant le 20 février 2019.
  • Poster scientifique sur le sexisme rencontré dans nos documents de recherche. Proposition à soumettre en deux temps : 1) envoi d’une courte description / sujet du poster avant le 20 février 2019 ; 2) envoi du poster en PDF le 11 mars 2019.

Vous pouvez répondre à l’un des deux appels, aux deux ou seulement venir en tant que public et participer à notre atelier de réflexion et de création.

Toutes les propositions sont à envoyer sur le formulaire en ligne.

Questions : epinglees@gmail.com

Public : Ces appels sont adressés en priorité aux doctoranz de Sorbonne Université.

1. Matinée thématique : Luttes & Intersections

L’intersectionnalité a été introduite à la fin des années 80 comme un terme heuristique permettant d’attirer l’attention sur les dynamiques complexes qui concernent la différence et les liens de solidarité construits dans la similitude, dans le contexte des mouvements sociaux et des efforts de lutte contre les discriminations. Cela a mis en lumière la façon dont la pensée unilatérale sape toute réflexion juridique, la production de connaissances académiques, ainsi que les luttes pour une justice sociale. |1|

Kimberlé Crenshaw résume ainsi l’origine du concept : « L’intersectionnalité vient simplement de l’idée que, si tu te trouves sur le chemin de multiples formes d’exclusion, il est probable que tu te fasses renverser par chacune d’entre elles. » |2|

Le féminisme apparaît dès lors comme un combat spécifique contre le système de domination puisqu’il se concentre sur les inégalités de genre. Toutefois, l’identité ne peut se réduire à la question du genre, elle inclut également la racialisation, l’orientation sexuelle, le handicap, la classe, etc. Ces luttes s’entrecroisent et gagnent bien souvent à s’unir pour le bien des personnes concernées par ces différentes formes de violences. Mais ce n’est pas si évident.

Elles peuvent également mettre à jour d’autres systèmes d’oppression au sein de la communauté qui les constitue, telle que l’oppression des femmes racisées par les femmes blanches dans les luttes féministes ; cette reproduction d’une partie du système de domination donne naissance à de nouvelles luttes entrecoupant plusieurs champs de l’oppression, telle que l’afro-féminisme.

Une telle diversité des luttes questionne le concept d’universalité des droits humains sur lequel se reposent les sociétés occidentales. Conceptualisé pendant les Lumières par des hommes blancs issus d’une classe sociale supérieure et dominante, l’universalité des droits, parce qu’elle ne prend pas en compte l’histoire des oppressions telle que la colonisation (la domination masculine et l’esclavage), échoue à proposer un système de réelle égalité et reproduit implicitement des dynamiques de dominations historiques.

À partir de ces concepts et réflexions, les propositions pourraient se décliner suivant quelques grands axes : le concept d’intersection, les luttes féministes comme moteur pour d’autres combats, les luttes contre d’autres formes de dominations, les différents moyens d’actions et de créations face à des situations de luttes, les oppositions rencontrées, les débats provoqués…

Nous accueillons toutes les propositions (15/20 minutes) sans cloisonnement de discipline ni d’aires culturelles et serions également tout à fait intéressæs si vous aviez une proposition sur ce thème mais qui ne serait pas immédiatement liée aux axes proposés.

2. Poster sur le sexisme dans nos recherches

An autaire ou un personnage de votre corpus vous étonne par son sexisme ?

L’un des faits historiques croisés au cours de vos recherches éveille en vous une vague d’indignation par la misogynie dont il témoigne ?

Ou encore vous êtes confrontæ dans vos travaux de recherche à un cas discutable, qui soulève des interrogations quant à ce qui est acceptable ou non dans la représentation des femmes ?

Le principe est simple : épingler an autaire, un fait, un personnage rencontré dans votre thèse, qui se distingue et s’illustre par son sexisme exemplaire et remarquable ! Ou présenter un cas qui mérite débat.

Chaque intervenanx proposera un poster (PDF, A3 minimum) qui sera exposé tout au long de la journée, avec un temps de présentation succincte en matinée et de discussion dans l’après-midi.

Vous trouverez un peu d’aide pour une méthodologie de poster par ici et quelques exemples par là.

3. Atelier collectif : après-midi de discussion, de réflexion et de création

Après cette demi-journée d’échange, un atelier de création ouvert à touz (doctoranz, masteranz, licenciæs) sera organisé pendant l’après-midi. Il aura pour but de préparer la diffusion des interventions de la matinée, sous la forme de posters ou de courtes histoires, en fonction des possibilités offertes par les contributions de la matinée. Tous les posters et présentations issuz de cette journée seront dans la mesure du possible ensuite diffusæs sur le site de la BAFFE.

Retrouvez les créations des éditions précédentes sur le site de l’association.

Les intervenanz peuvent choisir librement de participer à la journée entière ou de n’être présenz que pour la matinée.

Pour vous inscrire et contribuer (intervention / poster) : remplissez ce formulaire.

Dans le cas où vous souhaiteriez participer à ce projet mais ne pouvez pas être présenz le 16 mars, vous pouvez également contribuer en nous communiquant par mail un poster sur un phénomène sexiste et un court texte de présentation/commentaire : epinglees@gmail.com.

L’appel est disponible au format PDF.

Epinglæs 2019 est une proposition du Collectif Doctoral avec la BAFFE à Sorbonne Université


|1| Sumi Cho, Kimberlé Williams Crenshaw, Leslie McCall, “Towards a Fiels of Intersectionality Studies: Theory, Applications, and Praxis’’, Signs, vol. 38, No.4, Intersectionality: Theorizing Power, Empowering Theory (Summer 2013), p. 787. https://www.jstor.org/stable/10.1086/669608 “Intersectionality was introduced in the late 1980s as a heuristic term to focus attention on the vexed dynamics of difference and the solidarities of sameness in the context of antidiscrimination and social movement politics. It exposed how single-axis thinking undermines legal thinking, disciplinary knowledge production, and struggles for social justice.” [Notre traduction]

|2| Sheila Thomas, Kimberlé Williams Crenshaw, “Intersactionality: the double bind of race and gender”, Perspectives Magazine, Spring 2004, p. 2. https://www.americanbar.org/content/dam/aba/publishing/perspectives_magazine/women_perspectives_Spring2004CrenshawPSP.authcheckdam.pdf “Intersectionality simply came from the idea that if you’re standing in the path of multiple forms of exclusion, you are likely to get hit by both.” [Notre traduction]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.