L’édition 2016 de l’état de l’emploi scientifique : les informations essentielles à retenir pour les doctorants

Publication statistique biennale, l’État de l’emploi scientifique rassemble des études et statistiques permettant d’éclairer les différents domaines d’activité des personnels qui relèvent de l’emploi scientifique en France. Le Collectif des Doctorants de Paris-Sorbonne a rassemblé les principales informations concernant les doctorants en Lettres et Sciences Humaines. Les figures présentées ici sont extraites de ce rapport, p. 36 à 63.

Le fichier original est ici.

Quelques chiffres

le nombre d’étudiants de masters qui continuent en doctorat ne cesse de baisser. Dans nos disciplines LSHS, le taux de poursuite n’est que de 3 %.

– depuis 2009, le nombre de doctorants ne cesse de baisser : -13 % en sept ans pour les LSHS.

– Par contre, on prévoit une augmentation importante du nombre d’étudiants dans les dix prochaines années : + 14 % en LSHS. Le nombre de doctorants en LSHS devrait augmenter de 5 % environ. Cette forte augmentation prévue du nombre d’étudiants, comparée à celle plus faible du nombre de doctorants, pose la question du bon fonctionnement des TD, souvent surchargés déjà. À court terme, on peut craindre que se multiplie la pratique des vacations.

Les doctorants en LSHS, un profil très spécifique

l’âge de la première inscription confirme très clairement la grande spécificité des doctorants en LSHS : seulement 20 % des inscrits ont moins de 25 ans, alors que cette proportion atteint plus de 50 % pour les sciences exactes et presque 40 % pour la moyenne globale. L’âge moyen des premiers inscrits est de 33 ans dans nos disciplines.

age_doc_etatemploiscient_2016

– même conclusion pour la durée du doctorat : 30 % de nos thèses se font en plus de six ans, 30 % entre 4 et 6 ans. Du côté des sciences exactes, 60 % se font en moins de 40 mois… Une réduction de la durée des thèses s’observe depuis 2010 mais est encore peu marquée.

duree_doc_etatemploiscient_2016

– autre spécificité très forte : seuls 33 % des inscrits en première année dans nos disciplines ont un financement dédié, alors qu’ils sont 79 % en sciences exactes.

Après la thèse

– Sans surprise, nous sommes plus nombreux à travailler pour l’État : 56 % de fonctionnaires dans les docteurs en LSHS, contre seulement 31 % de moyenne globale. Mais un sondage réalisé sur les projets professionnels au moment de la soutenance montre que les doctorants en LSHS envisagent moins souvent la recherche publique qu’avant (de 87 % en 2007 à « seulement » 76 % en 2010). Le texte lie explicitement ce résultat avec la mise en place de dispositifs « visant à rapprocher les secteurs académique et privé, mais aussi à inciter les docteurs à travailler dans d’autres secteurs que la recherche publique et académique ». Le Collectif reste vigilant sur de telles évolutions, qui ne se font pas forcément en faveur des doctorants.

– Il faut noter que les docteurs de LSHS sont moins bien payés : 2 000 euros en salaire mensuel net en moyenne, contre une moyenne générale de 2 200 euros pour l’ensemble des docteurs…

salaire_doc_etatemploiscient_2016

Enfin, il faut noter que le taux de chômage à doctorat + 3 ans reste très élevé : 9,4 % (même s’il a baissé de près d’1% depuis 2013). Là aussi c’est quelque chose de spécifique à nos disciplines : le taux de chômage est de 4 % pour les sciences exactes, 5 % pour le droit (mais 12 % pour la SVT : on n’est pas les plus mal lotis…). Cette précarité très élevée pour le plus haut diplôme français doit être davantage prise en compte dans les projets de réforme du doctorat, afin de repenser la question de l’insertion professionnelle des doctorants.

chomage_doc_etatemploiscient_2016


Une réflexion sur « L’édition 2016 de l’état de l’emploi scientifique : les informations essentielles à retenir pour les doctorants »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *