Lettre d’information sur le portfolio de thèse

 

Paris, le 17 février 2021 (révisé  le 12 Avril 2021)

 

 

Lors de la dernière réunion du Collège doctoral (instance qui regroupe la direction de l’Institut de formation doctoral et les directeurs·trices des ED) du 20 janvier dernier, un document intitulé « Déployer l’approche portfolio au niveau doctoral à Sorbonne Université » a été présenté. Ce document présentait les grandes lignes d’une refonte des exigences du portfolio au sein de Sorbonne Université.

Pour rappel, le portfolio est un document accompagnant le manuscrit de thèse au moment de la soutenance. L’article 15 de l’arrêté du 25 mai 2016 le définit comme étant un document « comprenant la liste individualisée de toutes les activités du doctorant durant sa formation, incluant enseignement, diffusion de la culture scientifique ou transfert de technologie, et valorisant les compétences qu’il a développées pendant la préparation du doctorat ». L’article ajoute qu’il doit être « mis à jour régulièrement par le doctorant », sans autre précision. Lors des réunions de rentrées organisées par nos Écoles doctorales, le portfolio est ainsi souvent présenté comme une sorte de CV approfondi dans lequel il est nécessaire d’inscrire les formations suivies, ainsi que nos activités accompagnant notre parcours doctoral. Le portfolio était, jusqu’à présent, une exigence définie de manière assez floue, et laissait donc de la place à l’interprétation dans sa réalisation.

Le projet de refonte, présenté lors de la dernière réunion du Collège doctoral, ne vise cependant pas uniquement à mieux circonscrire les contours de ce document, mais à redéfinir complètement son élaboration et ses objectifs. Le portfolio ne doit donc pas uniquement servir à récapituler l’ensemble des activités réalisées pendant le doctorat, il doit également servir à présenter les compétences acquises, et à « développer sa capacité à transférer ses compétences dans des classes de situations comparables ou nouvelles ». Lors de la présentation,  la « posture réflexive » que l’élaboration du portfolio permet de développer chez les doctorant·es a été soulignée a de nombreuses reprises. 

Ce faisant, le portfolio deviendrait un outil au service de l’orientation et de l’insertion professionnelle. Il a vocation à être utile à la fois aux doctorant·es, mais aussi aux futurs employeurs, ainsi qu’aux encadrant·es et aux Écoles doctorales, chargées du suivi des doctorant·es. Jusque-là, tout va bien ; le souci d’insertion professionnelle est parfaitement louable.

C’est dans la mise en œuvre du portfolio que ce projet suscite des motifs d’inquiétude. En effet, le projet de refonte du portfolio comporte trois « finalités », et trois « niveaux d’engagement ».

  • Niveau 1 : « Le doctorant prend l’habitude de capitaliser de façon responsable et organisée, toutes les traces de son parcours professionnel »
  • Niveau 2 : « Le doctorant développe une compétence à analyser les expériences probantes de son parcours et à mettre en valeur, puis faire reconnaître ses compétences »
  • Niveau 3 : « Le doctorant développe une compétence autonome à piloter son parcours professionnel tout au long de la vie »

Le dispositif s’articule ainsi autour de ces trois niveaux, qui déterminent ensuite les « activités pédagogiques », les critères de validation, et la forme du portfolio comme suit :

Niveau/publicsCompétence viséeActivités pédagogiquesValidation (critère)Forme du portfolio
Niveau 3 Doctorants Encadrants et formateursPiloter sa vie professionnelleAteliers réflexifs + groupe de pairs + entretiens individuelsAudition devant des Représentants des employeursPortfolio de développement professionnel
Niveau 2 Doctorants Encadrants et formateursSe construire un portfolio de compétencesAteliers réflexifs + groupe de pairsAudition devant des pairs et professionnels invitésPortfolio de Compétences
Niveau 1 DoctorantsSe construire un portfolio des traces de ses activités professionnelles et personnellesSéminaire et suivi par l’encadrantClasseur de PreuvesClasseur personnel de traces d’activités

Ce nouveau dispositif a vocation à s’appliquer dès cette année, avec un événement introductif début mars 2021, et le lancement du niveau 1. De mars à juillet, ce serait au tour du lancement des groupes pilotes pour les niveaux 2 et 3. Il devrait ainsi être intégré dans les formations à partir de la prochaine rentrée universitaire.

Cette réforme du portfolio a de quoi inquiéter pour plusieurs raisons :

  • D’abord parce que cela engendrerait à coup sûr un alourdissement de nos obligations et de notre charge de travail pendant la thèse. La volonté explicite de la conceptrice de ce plan est d’« aller au-delà du classeur de traces », et de pousser les doctorant·es à s’investir davantage dans l’élaboration de ce document. Que l’on choisisse le niveau 1 ou le niveau 3, cette réforme du portfolio implique de toute façon de suivre des séminaires ou des ateliers en plus de ceux que nous suivons déjà, ce qui a été confirmé par la directrice de l’Institut de formation doctorale.
  • L’organisation autour des trois niveaux mérite également d’être interrogé : que se passera-t-il pour les doctorant·es ayant choisi l’investissement minimal, celui du niveau 1 ? En effet, plusieurs directeurs·trices d’ED se sont positionnés favorablement par rapport à ce projet, à condition que le doctorant·e ait le libre choix de son niveau d’engagement. Soit. Mais le fait est que, d’une part, le portfolio est obligatoire, et que, d’autre part, le niveau d’engagement créera fatalement des différences d’appréciation entre les niveaux d’investissement des uns et des autres.
  • Quelles conséquences ce choix aura-t-il au moment de la soutenance de thèse, et/ou du recrutement ? Faut-il y voir une forme supplémentaire de mise en concurrence des jeunes docteurs au moment du recrutement, que ce soit dans le secteur privé, ou même dans l’enseignement supérieur et la recherche ? Cette concurrence poussera donc l’ensemble des doctorant·es à subir un alourdissement de leur charge de travail pendant la thèse pour tenter de « rester dans la course ».
  • Enfin, la pression accrue pour les doctorants de prouver l’acquisition de compétences pendant leur parcours doctoral laisse également penser que l’essentiel pour être recruté·e n’est pas tant la qualité de la recherche, mais les compétences (notion beaucoup plus floue) acquises. Cela reviendrait à relativiser la valeur intrinsèque de la recherche dans l’obtention du diplôme de doctorat.

Il est bien sûr louable de se préoccuper de l’insertion professionnelle des doctorant·es. Cependant, ce projet nous semble inquiétant tant il s’éloigne des besoins réels des doctorant·es. L’offre de formation concernant l’insertion professionnelle est déjà très développée à Sorbonne Université, et les efforts en direction des doctorants des ALSHS sont notables depuis quelques années. Notons aussi l’implication en la matière de la DOSIP (ex-SCUIOIP), qui propose déjà des entretiens personnalisés, ateliers, et formations spécialement pour nos profils. En termes de formation, c’est plutôt d’une meilleure lisibilité de l’offre, et particulièrement du PIF (Plan individuel de formation), ainsi que de formations mieux adaptées aux ALSHS dont les doctorant·es ont besoin.

Ajoutons que le contexte de la crise sanitaire ne semble pas du tout être pris en compte dans ce plan. Les retards pris par beaucoup d’entre nous dans les recherches, les difficultés à accéder à nos terrains, données, bibliothèques et autres engendrent déjà beaucoup d’anxiété chez les doctorant·es. Un alourdissement de la charge de travail constituerait une contrainte supplémentaire, et loin d’aider les doctorant·es à se projeter dans leur avenir professionnel, cela constituerait une source supplémentaire d’anxiété. Alors que la prolongation des contrats doctoraux demeure une perspective très incertaine, et que la durée des thèses risque déjà de s’allonger, cette proposition n’est certainement pas adaptée à la crise que nous traversons.

Pour beaucoup d’entre nous, ce plan de refonte du portfolio apparaît comme particulièrement infantilisant, alors que nous pourrions être nous-mêmes en capacité de déterminer quels sont les enseignements que nous tirons de notre parcours doctoral. Disons-le clairement : ce plan de refonte du portfolio ne correspond pas à nos besoins. Dans un contexte d’assèchement des postes et de précarisation accrue du fait de la LPR dans l’enseignement supérieur et la recherche, et de perspectives d’embauches en berne dans l’ensemble du marché du travail, tout ce qui amène à amplifier la mise en concurrence des jeunes docteurs entre eux semble néfaste et dangereux. En conséquence, nous demandons l’abandon de ce projet.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

 

Signez la pétition : https://www.unepetition.fr/abandonduportfolio-doctorants-sufacultedeslettres (pétition close).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.