Qu’est-ce que la ComUE « Sorbonne Universités » ?

La Communauté d’universités a été créée en 2013 par la loi Fioraso, et succède aux PRES (Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur). Elle fait partie de l’un des trois modèles proposés aux universités afin de créer un maillage territorial, l’Île-de-France faisant figure d’exception, car plusieurs communautés peuvent co-exister dans cette région.

Paris-Sorbonne a créé Sorbonne Universités avec, entre autres, Paris VI (Université Pierre-et-Marie-Curie, dite Jussieu). Au sein de la ComUE, chaque université est décisionnelle, a son propre budget. Cependant, les établissements doivent se rapprocher tant sur le plan scientifique que pédagogique. La politique de l’ensemble des établissements est pilotée, selon les statuts, par un CA dans lequel l’ensemble des communautés de chaque université est représenté. Malgré l’adoption des statuts de la ComUE à la fin de l’année universitaire, Sorbonne Universités n’a jamais élu de CA.

En septembre 2015, l’ensemble des communautés de Paris-Sorbonne et Paris VI apprend par un article publié dans Le Monde que ces dernières ont décidé de fusionner. La fusion est un autre modèle présent dans la loi Fioraso de 2013, elle a pour but de créer à partir de plusieurs universités une université unique. Si le principe de la fusion a été accepté à la majorité relative par le CA de Paris-Sorbonne, de nombreux membres enseignant.e.s, BIATSS, étudiant.e.s. et doctorant.e.s s’inquiètent et s’opposent à ce processus.

Trois collèges constitueront la nouvelle université : un de Biologie, un de Médecine et un de Sciences Humaines et Sociales. Ce déséquilibre fait craindre aux opposants à la fusion des coupures budgétaires dans les départements de SHS, et une marginalisation de son poids politique. En effet, Paris-Sorbonne ne sera pas la première université en France à fusionner. Les fusions ont un coût important, et les premières années post-fusion sont difficiles sur le plan financier pour les nouvelles universités. Or, les premiers départements touchés par le manque de moyen sont les SHS : gel des postes, réattribution des crédits vers les départements dits de « sciences dures », diminution des allocations de recherche, disparition de certaines matières considérées comme rares (car ayant peu d’effectifs), etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *