Elections des 16 et 17 novembre : le collectif doctoral repond present

 

Collectif Doctoral de Sorbonne Université, présente :



Profession de foi générale

Alliance doctorante pour la diversité de la recherche



L’association

Le Collectif Doctoral est une association des doctorant·es de Sorbonne Université fondée en octobre 2016.

Convaincue que les doctorant·es ont beaucoup à gagner de leur mise en relation respective, autant pour leurs recherches que pour leur bien-être moral, notre association œuvre à la constitution d’un réseau pour dynamiser la vie doctorale à Sorbonne Université à travers quatre pôles :

  1. Un pôle scientifique pour l’organisation de journées doctorales et la valorisation des recherches menées par les doctorant.e.s de Sorbonne Université 
  2. Un pôle de condition doctorale pour la veille administrative et la défense des droits des doctorant·es.
  3. Un pôle convivialité pour favoriser les rencontres entre doctorant·es de diverses disciplines.
  4. Un pôle communication pour diffuser les actualités de l’association et assurer un lien avec les doctorant·es, les personnels de l’université et d’autres organisations extérieures



Axe 1. Orientations générales

NOUS NOUS ENGAGEONS À :

1.1. Représenter les doctorant.e.s de Sorbonne Université, quelle que soit leur situation, en portant des revendications concrètes, à l’échelle facultaire et universitaire.

1.2. Promouvoir une université qui remplit sa mission de service public, qui contribue à l’instruction des citoyen·nes et à l’apprentissage de l’esprit scientifique et critique, tant sur le plan de l’organisation, de la diffusion et de la valorisation de la recherche que sur celui de l’enseignement, où un rôle important est confié aux doctorant·es, et défendre les libertés académiques; 

1.3. Défendre la diversité des pratiques disciplinaires et des profils des doctorant·es, en encourageant l’échange entre les disciplines et en renforçant les liens entre les différentes facultés et les écoles doctorales;

1.4. Dénoncer le manque d’investissement de l’État dans l’université publique, la baisse du nombre d’enseignant·es-chercheur·es et l’absence de transparence au niveau des critères de sélection des doctorant·es ;

1.5. Dénoncer le manque de stabilité dans l’offre d’emplois pendant et après le doctorat, lié à la suppression des postes et à la précarisation des contrats à l’université, ainsi que le renforcement de la mise en concurrence consécutive à la diminution des moyens et à la mise en place de la Loi Programmation Recherche ;

1.6. Lutter contre les discriminations et les violences morales et physiques, qu’elles soient fondées sur le genre, la sexualité, l’âge, la nationalité, l’origine ethnique ou sociale, la religion ou le handicap ;

 

Axe 2. Pour un doctorat plus accessible et attractif

 

NOUS ŒUVRERONS POUR :

2.1. L’exemption des frais de scolarité pour tout·es les doctorant·es, dans la mesure où leur travail de recherche est mené au bénéfice et porté au crédit de leur université d’inscription. Nous rappelons que les doctorants contractuels s’acquittent également de ces frais de scolarité, et qu’à ce titre, ils sont contraints de payer leur employeur pour pouvoir travailler ;

2.2. Le financement du doctorat

2.2.a. L’augmentation du nombre de financements doctoraux proposés par l’université, afin de permettre des conditions d’étude plus favorables, en privilégiant les financements avec mission complémentaire. Ces missions sont en effet très utiles pour compléter l’expérience professionnelle des doctorant·es, notamment dans le domaine de l’enseignement et de la recherche ;

2.2.b L’explicitation des critères sur la base desquels les contrats doctoraux et les missions complémentaires sont accordés ou refusés dans les écoles doctorales ;

2.2.c. L’égalité de traitement entre doctorant·es en tenant compte de la diversité des situations et des profils. Les doctorant·es non contractuel·les doivent être intégré·es et accueilli·es au même titre que leurs collègues financé·es dans les équipes de recherche ;

2.3. La durée du doctorat

2.3.a. La possibilité pour un·e doctorant·e qui s’inscrit en quatrième année, ATER ou doctorant avec mission complémentaire, de ne pas être soumis à un régime dérogatoire. Les doctorant·es contractuel·les ne doivent plus être considérés comme faisant un « doctorat à temps plein recherche », pour des raisons évidentes liées à leurs activités professionnelles en dehors de leurs recherches doctorales ; 

2.3.b. La reconnaissance et la comptabilisation dans le temps de service des formations dispensées par les doctorant·es à leurs pairs dans le cadre des politiques de formation conduites par les écoles doctorales et les laboratoires de recherche, ainsi que la reconnaissance de l’engagement associatif au sein de la communauté doctorale ;

 

2.4. La formation des doctorant·e·s

2.4.a. La poursuite du travail de diffusion des informations et des ressources relatives aux doctorant·es proposées par les composantes de notre université, à l’exemple du Guide officiel du doctorat et du Fil d’actualité doctoral ;

2.4.b. L’adaptation effective des contenus de formation proposés par l’Institut de Formation Doctorale (IFD) aux champs et aux disciplines auxquels ils s’adressent ; et l’organisation de séances à des horaires compatibles avec les emplois du temps des doctorant·es salarié·es ;

2.4.c. Une transparence accrue sur les notions de Plan Individuel de Formation, de Portfolio et de Comité de Suivi, qui ne doivent pas être un critère de jugement et d’évaluation de l’implication des doctorant·es. Leurs enjeux et leurs modalités doivent faire l’objet d’une discussion entre les services compétents de l’université et les doctorant·es afin de répondre au mieux aux besoins de ces derniers ;

2.4.d. L’accompagnement accru des doctorant·es, notamment celles et ceux qui arrivent de l’étranger ou qui s’inscrivent pour la première fois à Sorbonne Université, dans leurs démarches administratives telles que les inscriptions, les demandes de financements ou de mobilités, le dépôt de thèse, etc. ;

 

Axe 3. Participation des doctorant·es à l’enseignement supérieur

NOUS SOUTENONS :

3.1. De meilleures conditions pour l’enseignement supérieur

3.1.a. La mensualisation des salaires des enseignant·es-vacataires, dont beaucoup sont de jeunes chercheur·es précaires, doctorant·es et docteur·es, afin qu’ils soient payés au fur et à mesure de leur mission ; 

3.1.b. L’augmentation du nombre de postes d’enseignant·es-chercheur·es titulaires et contractuel·les, afin de proposer un taux d’encadrement correct des étudiants en licence, dont les effectifs ne cessent d’augmenter. Nous demandons également le recours à des contrats pérennes afin de diminuer la précarisation des jeunes chercheur·euses et faciliter en place sur le long terme des méthodes pédagogiques plus adaptées aux étudiants d’aujourd’hui ; 

 

3.2. Pour les fonctionnaires

3.2.a. L’ouverture de discussions entre Sorbonne Université et les rectorats afin de prévenir les refus de mise en disponibilité que trop de doctorant·es contractuel·les subissent chaque année ;

3.3.b. La poursuite de l’avancement de carrière dans le rectorat de rattachement pendant la disponibilité pour étude. Cette dernière devra être effective automatiquement dès la réintégration dans l’Éducation Nationale ;

 

Axe 4. Vie doctorale à Sorbonne Université

NOUS SOUHAITONS :

4.1. L’aménagement de lieux dédiés aux doctorant·es plus nombreux et plus vastes sur les sites accueillant des unités de recherche de Sorbonne Université. Ces derniers devraient être équipés en matériel informatique et d’impression, offrir des espaces de travail et de convivialité propices aux rencontres interdisciplinaires, être accessibles dans une large amplitude horaire, week-ends compris ;

4.2. Une meilleure représentation des doctorants

4.2.a La création d’un collège électoral réservé aux doctorant·es dans le Conseil d’Administration (CA) et la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire du Conseil Académique (CFVU) ; cette création doit se faire sans retrancher de sièges au collège des étudiants.

4.2.b. Une représentation des doctorant·es dans le nouveau Collège doctoral de Sorbonne Université. Nous demandons que les doctorant·es élu·es siégeant dans les Conseils Centraux prennent part aux discussions concernant les statuts du futur Collège doctoral afin de porter plus efficacement nos revendications.

4.2.c.  La création d’un siège de Vice-Président·e Doctorant·e dans la gouvernance de Sorbonne Université, qui œuvrerait conjointement avec le·la vice-président·e Étudiant·e de Sorbonne Université en apportant une expertise sur les problématiques liées au doctorat.

 

4.3. Valorisation de la recherche scientifique

4.3.a. Contribuer à la visibilité de la recherche à Sorbonne Université en soutenant l’organisation d’événements scientifiques et de cohésion permettant la mise en valeur des travaux des doctorant·es, en collaboration avec les autres associations doctorales de l’université ;

4.3.b. Nous engager pour la Science ouverte, contre les plateformes privées qui facturent l’accès aux résultats de la recherche publique, pourtant financée par les citoyens qui devraient à ce titre pouvoir y accéder gratuitement ;

4.3.c. La création d’une plateforme de publication d’actes de journées d’étude ou de colloques jeunes chercheur·es commune à Sorbonne Université.

 

Bilan des élus 2019-2021 


De manière générale, le mandat 2019-2021 des élus a consolidé les échanges avec la gouvernance de Sorbonne Université. Les élu·es du Collectif Doctoral se sont positionnés comme des interlocuteurs raisonnables, à même d’échanger sur les sujets complexes liés aux études doctorales. Il est ressorti des nombreux échanges avec la présidence les points suivants :

  • Les élus du Collectif Doctoral ont débuté leur mandat par un soutien important à la mobilisation contre la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). En lien avec les mobilisations propres à chaque École Doctorale et les syndicats professionnels, cette mobilisation a entraîné : la tenue de réunions d’informations ainsi que d’Assemblée Générale des doctorant·es, la proposition et mise au vote de motion d’opposition dans les laboratoires, conseils d’ED, conseils facultaires et centraux ; et enfin, une journée de manifestation inter-université.
  • Suivi de la procédure de prolongement des contrats doctoraux dès le mois de juin 2020, avec la rédaction d’un guide pour remplir le questionnaire ayant servi de base pour l’obtention des prolongements de contrats doctoraux.
  • Exonération des droits d’inscription pour les doctorant·es devant soutenir leur thèse avant la fin de l’année universitaire.
  • Versement d’une prime COVID pour les doctorant·es ayant participé au maintien des cours à distance durant la crise sanitaire.
  • Création d’une enquête auprès des doctorant·es sur les conséquences de la crise sanitaire pour leurs études et travail de recherche. Les résultats de l’enquête ont fait l’objet d’une publication sur le site web de l’association et a nourri les échanges auprès des institutions.
  • Obtention de la prolongation des contrats doctoraux se terminant à la rentrée 2021 pour les doctorant·es dont la thèse a été affectée par la crise sanitaire, notamment pour les doctorant·es de la Faculté des Lettres, titulaires de l’enseignement secondaire, qui ont pu obtenir des prolongations d’un an.
  • Vigilance et transmission d’informations sur tous les sujets concernant les doctorant·es, à l’exemple du projet de refonte du Portfolio contre lequel une pétition a été signée par de nombreux doctorant·es.
  • Obtention d’une newsletter émise par Sorbonne Université et destinée uniquement à la communauté doctorante : contenu ciblé et adapté. Conception de cette newsletter en collaboration avec le service communication de Sorbonne Université

    Bilan des élus 2017-2019


  • L’adoption d’une charte des thèses prenant en compte les spécificités des études doctorales dans les divers champs et disciplines portées par les ED au sein du Collège doctoral de Sorbonne Université, notamment en ce qui concerne : la durée des thèses, la souplesse dans l’organisation du calendrier des formations jugées nécessaires, souvent évolutif et donc peu prévisible en humanités…
  • L’association des élu·e·s aux diverses réunions de rentrée organisées pour les doctorant·e·s de première année, afin qu’ils/elles puissent se faire connaître et présenter les actions que mènent les associations dont ils/elles sont membres.
  • Enquête sur le remboursement des frais de mission des doctorants.
  • Opposition à la hausse des frais d’inscription pour les doctorants étrangers.
  • Que les jeunes docteur.e.s puissent bénéficier d’un accès aux bibliothèques et ressources matérielles et électroniques auxquelles ils avaient accès en tant que doctorant·e·s. Nous estimons que l’Université a un devoir moral envers les doctorant·e·s qu’elle forme jusqu’à la stabilisation de leur situation. Les laboratoires ou écoles doctorales pourraient à cette fin délivrer une carte donnant accès aux ressources mentionnées ci-dessus.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.