Qu’est-ce que l’IDEX ?

Les Initiative D’Excellence sont l’aboutissement d’une politique de réforme du financement de l’enseignement supérieur et de la recherche initiée en 2007, avec la loi Liberté et Responsabilité des Universités (L.R.U.). En janvier 2008, Jacques Attali remet un rapport au Président de la République, Nicolas Sarkozy, sur les moyens à mettre en œuvre pour relancer la croissance économique et la compétitivité française. Parmi ces propositions, Jacques Attali envisage la création d’une dizaine de grands pôles universitaires et de recherche de niveau mondial. Trois d’entre eux seraient compris dans la région parisienne.

En décembre 2009, le Président de la République annonce la levée d’un Grand Emprunt pour relancer la croissance et moderniser les services publics, dont l’enseignement supérieur et la Recherche, « clef de la compétitivité future ». Ainsi, sur les 35 milliards envisagés, 11 iraient à des investissements dans ce secteur :

  • 1,3 milliard d’euros destinés à l’Opération Campus ;
  • 1 milliard d’euros intégralement dédiés au Campus Saclay, en sus des 800 millions d’euros issus de l’Opération Campus ;
  • Près de 8 milliards afin de financer une dizaine de pôles d’excellence définis par l’Etat, dans le but de « rivaliser avec les grandes universités mondiales ».

Ces derniers donnent naissance dans un premier temps aux Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES), qui deviennent à partir de juillet 2013 tantôt des associations d’établissement, tantôt des ComUE (lien à venir), tantôt de nouveaux établissements résultants de fusions. L’idée est de créer un dynamisme géographiquement ciblé qui entraînerait les régions environnantes, moins excellents. Un « Jury International » sélectionne les projets des universités, suivant certaines conditions :

  • être bien positionné pour une « excellence mondiale » ;
  • être passé à la « nouvelle gouvernance » ;
  • être autonome ;
  • mettre en place des « partenariats avec les entreprises » ;
  • obtenir des résultats.

Malgré une propriété pleine, les sommes ne peuvent dans un premier temps être utilisées que pour deux opérations : 1/ l’achat d’équipements de pointe ; 2/ assurer un Capital générateur de revenus, dans le but de bénéficier de fonds propres, afin que les ressources financières de universités ne soient pas soumises aux aléas budgétaires de l’Etat.

Par la loi du 9 mars 2010, un premier Plan d’Investissement d’Avenir (PIA 1) de 7,7 milliards d’euros fait l’objet d’un appel d’offres vers les groupements d’universités déjà constitués en PRES. Sur dix-sept projets déposés en janvier 2011, trois obtiennent leurs financements : Bordeaux 1, la nouvelle université de Strasbourg et le PRES Paris-Sciences-Lettres. De son côté, le PRES Sorbonne-Universités – qui allie Paris-Sorbonne, l’UPMC, Paris II, le Muséum d’Histoire Naturelle, l’INSEAD et l’IUT de Compiègne – est recalé. La principale cause de cet échec résidait dans le projet d’une gouvernance garantissant l’autonomie des établissements

En février 2012, le PRES Sorbonne-Universités obtient l’IDEX, à hauteur de 800 millions d’euros. Entretemps, l’université Panthéon-Assas a pris la décision de quitter le PRES. Ces financements permettent notamment la création de contrats doctoraux.

En 2016, le Jury International a accordé deux ans probatoires, afin que les objectifs de gouvernance unique de l’IDEX soient instaurés d’ici à janvier 2018 [LIEN ComUE].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *