ATER

Les ATER (Attaché.e.s Temporaires d’Enseignement et de Recherche) sont des contrats d’un an dans l’enseignement supérieur. La charge de cours est de 192h annuelles (équivalent TD). Il existe des demi-ATER qui ont généralement une charge de cours de 96h (équivalent TD) pour 70% de la rémunération d’un ATER temps complet.

Les ATER sont recrutés localement. La durée pendant laquelle on peut être ATER (dans la même université ou non) diffère selon les situations :

  • Pour les fonctionnaires titulaires ou stagiaires de catégorie A (agrégés ou capésiens par exemple) : 3 ans, renouvelable une fois pour 1 an
  • Pour les moniteurs ou doctorants qui n’ont pas de concours de la fonction publique de catégorie 1 : 1 an, renouvelable une fois
  • Pour un enseignant ou chercheur étranger, ayant exercé des fonctions d’enseignement ou de recherche pendant au moins 2 ans : 3 ans, renouvelable une fois pour 1 an.

En septembre 2016, le salaire net d’un ATER à temps complet est de 1693,85 euros par mois, plus une prime versée en une ou deux fois, de 1228,93 euros. Le salaire net d’un demi-ATER est de 1228,93 euros et une prime de 614 euros.

La campagne de recrutement commence dès février. Il existe des sites de veille pour les postes (en particulier http://campagneater2016.tumblr.com/, qui continuera sans doute les prochaines années).

  • Il faut s’inscrire sur ALTAÏR (portail Galaxie) : la plupart des postes (mais pas tous !) sont publiés sur ce site. Il faut vérifier très régulièrement les postes publiés et s’inscrire à ceux auquel on veut candidater.
  • La plupart des facs demandent en plus d’ALTAÏR un dossier spécifique, par plateforme, mail ou courrier papier. Les informations sont données sur ALTAÏR ou sur le site de la fac, si elle ne passe pas par ALTAÏR.
  • Pour faciliter les démarches, il faut avoir les papiers suivants à disposition, en version papier et numérique : papiers d’identité recto/verso, carte d’étudiant recto/verso, tous les diplômes, carte vitale, tous les contrats de l’enseignement supérieur précédents (contrat doctoral, ATER…), l’arrêté de nomination dans la fonction publique (s’il y a lieu), l’arrêté de détachement de la fonction publique (s’il y a lieu), arrêté de titularisation de la fonction publique (s’il y a lieu), arrêté de reclassement dans la fonction publique (s’il y a lieu).
  • Il est aussi pratique d’avoir une lettre de motivation type, qu’on peut réutiliser en la modifiant juste à la marge en fonction des candidatures.
  • De nombreuses universités demandent une attestation sur l’honneur du/de la directeur.trice certifiant que le/la doctorant.e va finir dans l’année à venir. Il s’agit d’un papier  signé automatiquement : ça ne veut pas dire qu’on est obligé de terminer, tout le monde sait que ce n’est qu’une façade. Mais cela nécessite d’avoir son/sa directeur/trice à portée de main pour lui faire signer ces papiers.

Une fois la campagne faite, il faut attendre… La plupart des universités ne donnent pas de nouvelle à part aux candidats effectivement pris. Mais les résultats peuvent mettre très longtemps à arriver (jusqu’à début septembre !).

Si vous avez été pris à un poste d’ATER (félicitations !), et que vous êtes titulaires ou stagiaires de la fonction publique, il faut se dépêcher au plus vite de contacter l’administration pour demander un détachement. Pour les agrégés ou capétiens, c’est votre gestionnaire du rectorat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *