Sorbonne Actuelle 2022 : la parole des chercheurꞏes en action

Le 22 avril, le Collectif Doctoral a organisé la quatrième édition de Sorbonne Actuelle, une journée d’étude interdisciplinaire dédiée aux masterantꞏes, doctorantꞏes et jeunes docteurꞏes. Pour l’occasion, une cinquantaine de participantꞏes s’est retrouvée au centre de conférences de Jussieu et sur Zoom, pour échanger autour de la parole des chercheurꞏes.

__________________________________________________________

Sorbonne Actuelle a été l’occasion de donner la parole à 15 doctorantes, qui se sont succédées au cours de trois tables rondes pour partager et confronter leurs expériences de recherche. S’interroger sur la parole des chercheures implique de se donner les moyens de la recueillir et de l’accueillir, et nous avons eu à cœur de maintenir un cadre permettant des échanges constructifs et bienveillants.

Tout au long de la journée, les intervenantes ont fait part de questionnements fins et denses, parfois lourds de sens et d’implications, qui ont témoigné de la manière dont la recherche se fait. La parole des chercheures est toujours en lien avec leurs pratiques, qu’il s’agisse de vulgariser ou d’enseigner, de développer des programmes de lutte contre l’excision ou de protéger l’anonymat de ses enquêtées et la confidentialité de certaines données.

Ces questions, qui font l’objet de réflexions riches, reflètent la grande exigence que les doctorantes ont vis-à-vis d’eux-mêmes et d’elles-mêmes dans leur travail, particulièrement dans le cadre d’une thèse en cotutelle qui implique une mission supplémentaire : celle d’aménager une méthodologie qui soit rigoureuse dans deux traditions scientifiques distinctes. Cette exigence peut parfois se transformer en fardeau : selon une enquête réalisée par le Collectif Doctoral et qui sera rendue publique en mai, le sentiment d’épuisement est largement répandu (plus de 60 % des 360 doctorantes de SU ayant répondu à l’enquête).

 

En écho à ce constat, Sorbonne Actuelle a été l’occasion d’organiser un atelier consacré au syndrome de l’imposteur, lors duquel Pedro Pereira, psychologue clinicien au SUMMPS, a présenté les caractéristiques de ce sentiment d’illégitimité que nous sommes nombreux-ses à ressentir. Il a aussi donné quelques clés pour tenter de s’en défaire, parmi lesquelles (faire) accepter l’échec au sein du monde universitaire, et remettre en question les standards auxquels on se mesure dans nos thèses.

Cette année encore, Sorbonne Actuelle a donc permis de mettre en lumière la richesse et la diversité des travaux de recherche menés à Sorbonne Université. Au total, une dizaine de disciplines a été représentée, lors d’une journée qui nous a rappelé à quel point le partage de la parole des chercheures et les échanges entre doctorantes étaient importants et précieux.

Reste maintenant à se projeter vers une édition 2023 de Sorbonne Actuelle, que nous espérons aussi passionnante et vivifiante !

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.