Rédiger une proposition d’intervention, un résumé, un abstract (français, anglais, etc.)

Normalement, un appel à contribution doit dégager les grands axes du futur colloque/séminaire, proposer quelques problématiques, parfois une bibliographie indicative. À la fin, l’appel précise généralement ce qui est attendu de la proposition d’intervention, notamment en termes de longueur : certains colloques demandent des textes très courts, d’une dizaine de lignes, d’autres plus longs, jusqu’à plusieurs pages. Il faut parfois, mais pas toujours, joindre un CV ; il faut parfois joindre un résumé dans d’autres langues. Du coup, pour rédiger une bonne proposition, c’est comme à l’école : bien lire les consignes…

Une proposition doit être articulée autour du contenu précis de la future intervention : pour éviter de tomber dans des généralités, toujours partir du texte/de l’image/de l’histoire qui sera au cœur de ton intervention. Essaye d’être le plus pédagogique possible en présentant ce texte/image… : les organisateurs du colloque doivent comprendre le plus vite possible de quoi il s’agit. Ensuite, en quelques lignes, relie ça au thème du colloque, aux axes définis dans l’appel. Reprends systématiquement les grands mots-clés de l’appel à contribution. Un colloque étant, par définition, une manifestation scientifique, qui doit donc servir à faire avancer la recherche, une bonne proposition s’ouvre généralement sur des questions, du type « j’essaierai de montrer que… », « on pourra ainsi se demander si… ».

A noter que la Linguistic Society of America a produit un guide de la rédaction d’une bonne proposition en anglais, qui peut intéresser les représentants de plusieurs disciplines. Il s’agit d’une série de résumés-types commentés (des modèles à suivre… et un exemple de ce qu’il ne faut pas faire): c’est ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *