Retour sur Sorbonne Actuelle 2023

Le 3 juin, le Collectif Doctoral organisait la cinquième édition de Sorbonne Actuelle, sa journée d’étude interdisciplinaire dédiée aux doctorant.es de Sorbonne Université. Placée sous le signe de l’information sous toutes ses formes, elle a réuni plus d’une cinquantaine de doctorant.es et de chercheur.es confirmé.es à la maison de la recherche de Sorbonne Université et en visioconférence.

Comment produire, diffuser et mobiliser des informations dans la recherche, en sciences humaines et sociales comme en sciences expérimentales ? Ces questions transversales ont animé les quatre tables rondes qui composaient notre journée d’étude.

Comme un écho à la précédente édition de Sorbonne Actuelle, les intervenant.es ont rappelé que la vulgarisation et la mise à disposition des savoirs dont on dispose était un enjeu capital pour la jeune recherche. Thierry Devars, Pierre Kerner et Michèle Clément, 3 enseignant.es-chercheur.es invité.es par le Collectif Doctoral, ont ainsi insisté sur le caractère tout aussi enthousiasmant qu’exigeant de la diffusion de la recherche.

Mais cette année, on s’est intéressé surtout à ce qui se passait en amont : comment les doctorant.es produisent la recherche à quoi sont-ils et elles particulièrement sensibles ?

Que faire lorsque l’information n’est pas explicite ? La table ronde dédiée à l’indicible dans la recherche a permis d’apporter des premiers éléments de réponse : qu’il s’agisse de travailler sur la solitude en milieu agricole, sur les lynchages aux Etats-Unis, sur l’apprentissage du jazz ou sur les discours officiels dans les institutions patrimoniales, l’enjeu est avant tout de croiser les sources pour approcher autant que possible des objets qui se dérobent parfois à la recherche. Travailler sur ce qui est tabou, sur ce qui ne se dit pas ou sur ce qui ne peut pas être dit nécessite de l’inventivité et de la rigueur pour repérer les informations pertinentes pour l’enquête.

Qu’est-ce que la vérité en sciences ? La multiplication des sources est aussi un outil puissant pour éclairer des formes de savoir marginalisées, qui échappent aux récits officiels, qu’ils soient le fruit d’une longue tradition scientifique ou d’une autre écriture de l’histoire. Que ce soit à partir des figures de l’Antiquité grecque, des angles morts de l’histoire coloniale contemporaine ou d’un corpus de presse sur la lutte contre le complotisme, les doctorant.es de la deuxième table ronde de la journée se sont interrogé.es sur la notion même de vérité en sciences. Ils et elles ont montré comment la recherche permet de faire apparaître les multiples facettes de leurs objets d’étude. Plutôt que de revendiquer la seule légitimité de la science à produire des savoirs, ils et elles ont rappelé que la vérité n’était ni stable, ni univoque, ni absolue. Au fil des hypothèses infirmées ou confirmées, de la découverte de nouvelles informations et de nouvelles perspectives, la recherche s’écrit ainsi à plusieurs mains : celles des doctorant.es, celles des membres des communautés sur lesquelles ils et elles travaillent, et celles des archivistes qui conservent leur mémoire.

Le traitement des sources est un objet de questionnement méthodologique pour tout chercheur. Le dernier temps de la journée a ainsi été consacré à la manipulation des sources par les doctoran.es. Comment créer un corpus pour étudier les plantes au Moyen-Âge, classer les informations de centaines de registres paroissiaux pour établir les parrainages royaux, étudier la transmission et l’oralité des chants de marins ou encore associer recherche quantitative et qualitative dans l’étude des actes notariés de Séville ? Issu.es de disciplines variées, les intervenant.es se sont prêté.es au jeu de la réflexivité pour rendre compte de leurs propres pratiques de recherche, notamment lorsqu’il s’agit de traiter des sources complexes, abondantes ou au contraire lacunaires. Cette dernière table ronde leur a permis de partager des outils en cours d’élaboration et de faire entrer les participant.es dans les coulisses de leurs recherches, et ainsi d’évoquer des sujets qui sont généralement masqués au profit de la présentation des résultats.

____________________________________________________

Organisée depuis plusieurs mois par les membres de l’association, cette journée dense, riche et passionnante a conclu en beauté l’année du Collectif Doctoral. Elle nous a rappelé à quel point la rigueur méthodologique, le souci éthique et la recherche permanente de la meilleure manière de produire des savoirs sont au cœur du travail des doctorant-es, quelle que soit leur discipline. Cette année encore, plus d’une dizaine d’entre elles étaient représentées parmi les 14 interventions proposées.

Le Collectif Doctoral est une aventure collective pour les doctorant.es de Sorbonne Université, et nous préparons déjà l’année à venir ! Le Collectif Doctoral donne rendez-vous à tou.tes les doctorant.es intéressé.es pour son assemblée générale qui se tiendra le 3 juillet (voir l’article précédent). Membres du Collectif ou non, nous espérons vous y voir nombreux.ses pour aborder avec vous les prochains projets de notre association !

 

** Les planches ont été réalisées par Bananako. Nous remercions vivement Christel Han, la facilitatrice graphique qui a retranscrit l’ensemble de la journée.

Retrouvez les planches en PDF HD ici : planche 1, planche 2, planche 3, planche 4.



Citer ce billet
Collectif Doctoral (2023, 14 juin). Retour sur Sorbonne Actuelle 2023. Collectif Doctoral. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvmg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search