Procédure pour les cotutelles

Une cotutelle est une thèse dirigée dans deux universités différentes. Elles peuvent être françaises ou étrangères.

Avant de se lancer dans le long processus administratif d’inscription, il est essentiel de parler de son projet à s.a.on direct.rice.eur de recherche. La cotutelle doit se justifier sur le plan de la recherche ou dans le cadre d’une reconnaissance professionnelle. De plus, il est possible que l.a.e direct.rice.eur connaisse des enseignant.e.s ou des universités susceptibles d’être intéressé.e.s par un tel projet.

Si ce n’est pas le cas, il est préférable de cibler une zone géographique dont on maîtrise la langue (les universités étrangères demandent un niveau C1 dans leur langue pour toute inscription en thèse), et de sélectionner les universités dont certains enseignant.e.s sont, si ce n’est spécialiste, du moins intéressé.e.s pour notre domaine de recherche. Avant de contacter un quelconque enseignant.e, il est préférable d’écrire au département de l’université afin de s’assurer que celle-ci est d’accord pour établir une cotutelle. Certaines universités n’acceptent ces partenariats que sous certaines conditions. Par exemple, les universités anglo-saxonnes et irlandaises demandent à ce que le temps passé dans leur établissement soit payé auprès de leur université.

Une fois, l’université et l’enseignant.e.s partenaires trouvé.e.s, il faut établir un sujet, comme pour un doctorat « simple ». Ce projet doit être accepté par les deux enseignants. Cette étape terminée, il faut que les deux enseignant.e.s, en accord avec leur université, se mettent d’accord sur l’encadrement afin d’établir une convention de cotutelle.

La convention de cotutelle définit plusieurs points :

  • quelle sera la langue principale de la thèse (seul un résumé sera produit dans l’autre langue).
  • quelle université recevra les frais d’inscription (il est possible de les payer en alternance).
  • quel sera le temps minimal que devra passer l.a.e doctorant.e dans l’ « établissement secondaire » (il est à noter qu’il faut passer au moins un tiers de son doctorat dans chacune des universités).
  • dans quelle université se tiendra la soutenance (et en fonction qui paiera les transports et le logement pour l’enseignant.e qui devra se déplacer).
  • si la cotutelle donne lieu à une co-diplomation.

D’autres clauses plus spécifiques peuvent être définies. Une fois que les enseignant.e.s et leur établissement respectif sont tombés d’accord, la convention de cotutelle doit être signée par les deux universités. Elle peut être signée avant ou après l’inscription en doctorat.

Afin de s’inscrire formellement en cotutelle, il faut d’abord être accepté dans les deux établissements. La procédure à Paris-Sorbonne diffère peu de celle pour le doctorat « simple » : il n’y a qu’un papier supplémentaire à faire remplir à l’enseignant.e de l’université partenaire. Une fois formellement accepté dans au moins l’un des deux établissements, il faut que la convention, si elle n’a pas été signée au préalable, soit signée sous un an.

Le processus administratif d’inscription en cotutelle est très long. Il faut donc y réfléchir, et se renseigner le plus tôt possible. Il peut également arriver qu’un établissement, qui au début semblait enthousiaste, finisse par se retirer du projet. Cependant, la thèse en cotutelle peut être un véritable enrichissement pour le travail de recherche, les deux direct.rices.eurs n’étant pas obligés d’avoir la même spécialité par exemple. De plus, des aides financières spécifiques existent pour les thèses en cotutelle avec une université non françaises (http://www.campusfrance.org/fr/presentation-generale). Enfin, pour toute personne envisageant une carrière à l’étranger, la cotutelle peut être perçue comme une plus-value.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *