Qui peut diriger une thèse ?

Le/la directeur/trice de thèse est un.e professeur.e des universités ou un.e chercheur/se, titulaire d’une Habilitation à Diriger les Recherches (HDR). Il/Elle doit être membre de l’école doctorale du doctorant. Sur le site paris-sorbonne, en accédant à la rubrique consacrée aux écoles doctorales, on peut consulter la liste des directeurs/trices de recherche.

Il existe des cas de codirection, notamment lorsque la thèse est préparée en cotutuelle internationale [lien à venir] ou par exemple quand le sujet de thèse fait appel à plusieurs champs de spécialisation. Le/la codirecteur/trice n’appartient pas nécessairement à l’école doctorale.

Depuis l’arrêté du 25 mai 2016, le.la directeur/trice de recherche ou le.la codirecteur/trice, le cas échéant, peut aussi être une personne titulaire d’un doctorat et choisie en raison de ses compétences scientifiques, après acceptation par le chef d’établissement et de la commission recherche.

Dans le choix du/de la directeur/trice de recherche, de multiples critères doivent bien sûr être considérés : son expertise scientifique pour le sujet de thèse en question, son investissement institutionnel, sa méthode pédagogique dans le suivi des doctorants, etc.


Une réflexion sur « Qui peut diriger une thèse ? »

  1. L’arrêté du 25 mai 2016 permet ainsi aux praticiens de diriger, désormais, des thèses à condition que leur expertise soit éprouvée dans leur domaine et qu’ils soient Ph. D. Ceci devrait être étendu à d’autres universités dans le monde.

    Je crois que, dans certains cas, le récipiendaire peut se faire « diriger » par un universitaire détenteur d’une HDR, quitte à permettre au premier de bénéficier d’une pédagogie pratique de la part d’un co-directeur spécialiste du sujet pour l’avoir « expérimenté » sur le terrain. Dans mon cas, j’ai reçu la charge de co-diriger le travail d’un doctorant qui porte notamment sur quelques questions spéciales liées aux liens entre le système financier et le développement en contexte congolais, au regard de mon implication dans la recherche sur cette thématique et de mon rôle au sein de la Banque Centrale du Congo qui ne m’enlève en rien ma liberté scientifique d’enseignant-chercheur. Nous travaillons depuis lors sur des articles communs avec Mme Pascaline Ntabugi Barakomerwa qui, cependant, réalise l’essentiel du travail, mon apport n’étant que marginal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.