Fusion administrative des Écoles Doctorales : une réforme malvenue

Le 27 mars 2017, un projet de réorganisation des services du doctorat, de la recherche et de la valorisation a été présenté lors d’une réunion organisée en urgence par la Présidence (joint).

Ce projet prévoit notamment la fusion administrative (mais non des conseils) des écoles doctorales I, II et VII d’une part, et des ED III et IV d’autre part, constituant pour chaque regroupement un pôle administratif. Seules les ED V et VI conserveraient une autonomie de plein exercice. Qui plus est, la gestion administrative des équipes et laboratoires de recherche serait regroupée au sein d’un unique service de recherche, distincts des ED.

Une telle organisation va à l’encontre des intérêts des doctorant.e.s, qui ne seraient traités que comme des dossiers et non plus comme des personnes. En effet, les doctorant.e.s sont attaché.e.s au lien direct avec les responsables administratifs de leurs ED, qui sont bien souvent d’irremplaçables personnes de référence.

Loin d’offrir une simplification, la réorganisation soumettra les doctorant.e.s à des structures administratives plus opaques et impersonnelles, déconnectées de celles de la recherche. Cela contrarie également les intérêts des chercheurs et des administratifs. Les ED seraient ainsi privées du volet scientifique de leurs missions, alors qu’elles sont le pilier de la recherche à l’Université Paris-Sorbonne et font souvent office de secrétariat pour de nombreux laboratoires.

Le modèle proposé est calqué sur l’organisation administrative de l’Université Paris VI, où les équipes de recherche et les laboratoires disposent de moyens humains et financiers bien plus importants que ceux accordés aux LLSHS. En outre, un alourdissement de la hiérarchie administrative surviendrait, dépossédant les directeur.trice.s des ED de leurs liens privilégiés avec les personnels administratifs.

La contre-proposition (jointe) des gestionnaires des ED I, II, III, IV et VII, ainsi que d’EA et d’UMR veut à la fois garantir l’autonomie administrative et scientifique des ED tout en resserrant les liens avec les EA. Elle vise à éviter la complexification des strates administratives, à maintenir la qualité, l’intérêt du travail et les postes, puis à faciliter la compréhension de l’écosystème administratif pour les doctorant.e.s. et enseignant.e.s. chercheur.e.s. Enfin, les ED deviendraient le pilier de la formation et de la recherche scientifique de la future faculté de LLSHS, si toutefois l’organigramme définitif de la nouvelle université prévoit de les rattacher à cette dernière.

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne se déclare solidaire des personnels administratifs des ED et appelle la présidence à accepter la discussion. La présidence enverrait un signal fort aux personnels et ferait preuve d’une transparence bienvenue, ce à quoi elle s’est d’ailleurs engagée dans le cadre des réorganisations liées à la fusion ; enfin, elle entamerait une révolution inédite par la construction collective de l’architecture de la recherche de demain.

Documents joints :

1/ Projet d’organigramme de l’organisation des services de la formation doctorale, du soutien à la recherche et de la valorisation.

2/ Lettre des personnels au vice-président de la commission scientifique de l’université de Paris-Sorbonne.

3/ Analyse du syndicat Sup Autonome FO LSH.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *