Pourquoi l’écriture inclusive?

Qu’il aborde la question de la parité dans l’enseigement supérieur et la recherche, ou qu’il épingle le sexisme à l’occasion du 8 mars, le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne s’engage en faveur de l’égalité femmes-hommes. Cela passe notamment par l’usage d’une écriture inclusive, car la communication de notre association se veut la plus ouverte et la plus représentative possible.

L’écriture inclusive désigne l’ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d’assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes, permettant ainsi de rendre visible la diversité des individus. Convaincu·e·s que la façon dont nous mettons le monde en mots construit nos représentations et, à l’inverse, que notre perception du monde est en retour façonnée par le langage, nous estimons important de faire nôtres quelques grands principes de l’écriture inclusive.

L’écriture inclusive peut donner lieu à plusieurs graphies, notamment l’utilisation du tiret (professeur-e-s), l’utilisation du point médian (professeur·e·s) – parfois remplacé par un point (professeur.e.s) – ou encore l’utilisation simultanée des deux termes (professeurs et professeures ou professeures et professeurs). L’emploi de termes épicènes comme membre, personne, individu, élève c’est-à-dire de termes non marqués du point de vue du genre grammatical, fait aussi partie des grands principes de l’écriture inclusive. Le Collectif doctoral ne s’est pas engagé en faveur d’une graphie en particulier et emploie l’une ou l’autre des ces conventions graphiques en fonction des locuteurs/-trices.

La chargée de mission Egalité-Lutte contre les discriminations de la future Sorbonne Université a indiqué que cette posture a d’ores et déjà été adoptée pour l’écriture des statuts de la nouvelle université à partir de la règle suivante : écriture inclusive qui décline l’ensemble des termes (professeures et professeurs, etc., donc sans point et sans tiret) par ordre d’apparition alphabétique (ce qui fait apparaître en premier tantôt les termes au féminin, tantôt ceux au masculin).

La pratique montre que l’impulsion des universitaires est décisive dans l’application des textes. Pour rappel : « En France, il existe un cadre juridique qui encourage l’utilisation du féminin des noms de métiers dans les textes réglementaires et dans tous les documents officiels émanant des administrations et établissements publics de l’Etat. » (voir Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes). Depuis, un « Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe » a également été développé à l’usage des particuliers comme des institutions. Nous indiquons par ailleurs, pour les personnes intéressées, une étude de l’Onisep interrogeant et étudiant les conséquences du langage – et de l’écriture inclusive – sur les stéréotypes, notamment liés aux métiers.


2 réflexions sur « Pourquoi l’écriture inclusive? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *