Réformes du Bac, du lycée et de l’entrée du Supérieur : pour les meilleurs et pour le pire

Paris, le 13 mars 2018.

Depuis de nombreuses années, les universités ont été privées par les gouvernements successifs des moyens nécessaires pour accueillir une population étudiante pourtant en augmentation. Professeur.e.s et chargé.e.s de cours constatent également que les étudiant.e.s qui sortent du lycée sont de plus en plus mal préparé.e.s aux exigences de l’enseignement supérieur, et l’échec en première année demeure très élevé. C’est à partir de ce dernier constat que le gouvernement a élaboré sa réflexion. L’alternative est la suivante : soit on donne les moyens aux universités pour faire face à l’afflux (prévisible) d’étudiant.e.s et pour les aider à surmonter leurs difficultés, soit on s’attaque au diplôme du Bac pour permettre aux universités de sélectionner les étudiant.e.s. Le gouvernement a choisi la dernière option.

Depuis la dernière rentrée scolaire, les ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche ont donc engagé de concert une série de réformes concernant l’accès à l’université mais aussi l’examen du Baccalauréat et l’organisation du lycée.

Volet 1. La mise en place de Parcoursup et la loi « ORE » : vers la sélection des étudiants

Prenant appui sur les multiples dysfonctionnements d’APB et le scandale du tirage au sort dans certaines filières universitaires saturées (notamment les STAPS), la ministre Frédérique Vidal a très rapidement annoncé la mise en place d’une nouvelle plateforme d’inscription pour l’entrée dans l’enseignement supérieur. Lancée dès l’automne, soit avant que tout débat parlementaire ait eu lieu, le « Plan étudiant » prévoit :

Dans les lycées

  • La mise en place d’un.e deuxième professeur.e principal.e (dont le financement n’était pas budgété au départ) pour aider les élèves à faire leurs vœux, en lieu et place des Conseillers d’orientation, devenus récemment des Psychologues de l’Éducation nationale ; ces deuxièmes professeurs principaux doivent se former eux-mêmes, en plus de leur charge de travail.

  • La « fiche avenir » : les élèves doivent y consigner leurs « compétences » et ajouter des lettres de motivation en fonction de leurs aspirations à rejoindre telle ou telle filière. Ils doivent formuler au maximum dix vœux (qui peuvent être groupés), et ces vœux, contrairement à APB, ne sont pas hiérarchisés. Ils sont invités à mentionner leurs activités extra-scolaires (sport, arts), implication dans la vie du lycée, mais aussi leurs voyages linguistiques. Autant d’éléments potentiellement discriminants socialement.

  • Le conseil de classe, dès le deuxième trimestre, est amené à prononcer des avis sur les vœux des élèves (favorable ou défavorable). Les professeurs ont donc le pouvoir de barrer la route à leurs élèves pour l’accès à certaines filières.

Dans les universités

  • La définition d’attendus définis localement, parfois d’après des recommandations nationales : ces attendus sont largement fondés sur les compétences, qui sont une notion très contestée. De nombreux professeur.e.s des universités ont souligné que dans la plupart des cas, ces attendus sont irréalistes et correspondent souvent à ce qu’on attend d’un étudiant de fin de licence ou de master !

  • Les professeur.e.s et maîtres de conférences titulaires vont devoir classer et hiérarchiser les candidatures des futurs bacheliers à partir de ces attendus, sans attendre les résultats de l’examen. Cela représente pour eux une charge de travail supplémentaire.

  • La définition de capacités d’accueil pour chaque université : les universités peuvent désormais définir le seuil maximal d’étudiant.e.s qu’elles souhaitent accueillir. C’est une façon de réduire le nombre d’étudiant.e.s, mais aussi d’amener le gel du nombre de postes, voire d’en supprimer.

  • La loi introduit également un lien entre les capacités d’accueil et l’insertion professionnelle dans chaque filière : cette disposition a été intégrée dans le texte final par les sénateurs. Voici ce qu’on lit dans l’article premier, troisième paragraphe : « Pour déterminer les capacités d’accueil, l’autorité académique tient compte des perspectives d’insertion professionnelle des formations, de l’évolution des projets de formation exprimés par les candidats ainsi que du projet de formation et de recherche de l’établissement. » Cette disposition constitue un risque important pour certaines disciplines, en particulier pour les sciences humaines et les humanités. Elle pourra conduire à figer des capacités limitées, et couper davantage dans les budgets de certaines UFR.

La loi pour « l’Orientation et la réussite des étudiants » (ou ORE) a été promulguée ce jeudi 8 mars 2018.

Volet 2. La réforme du Baccalauréat : une explosion du cadre national

Le refrain est connu depuis longtemps : symbole d’un système scolaire plombé par ses dysfonctionnements, trop lourd, trop coûteux, mobilisant professeur.e.s et élèves tout le mois de juin, le Baccalauréat était depuis longtemps dans la ligne de mire des gouvernements précédents. Le rapport Mathiot remis au gouvernement mettait au cœur de la réforme envisagée la solution que serait le contrôle continu. Le ministre Blanquer a très largement repris les conclusions de ce rapport, en particulier le contrôle continu.

Le nouvel examen, en place dès 2021, serait ainsi composé d’épreuves terminales avec deux disciplines majeures, dont une épreuve de philosophie dite universelle, et le « grand oral » fondé sur un travail ressemblant aux TPE, ainsi que deux disciplines de spécialité dont les sujets seraient nationaux. La possibilité est ouverte aux élèves de choisir une discipline de la voie générale et une discipline de la voie technologique.

En conséquence, les disciplines qui ne seraient ni majeures ni mineures pour le candidat deviendraient secondaires. Les épreuves ponctuelles, avec copies anonymisées auraient lieu à la fin de chaque semestre de terminale, et les notes pourraient être prises en compte dans la fiche avenir. Certains enseignements s’arrêteraient dès le mois de décembre de l’année de terminale. De ce fait, c’est au personnel de chaque établissement que revient la lourde charge d’organiser les épreuves, sans la rémunération correspondante. Dans ce nouvel examen, le contrôle continu atteindrait 40 %, alors que les épreuves terminales ne correspondraient plus qu’à 60 % de la valeur du diplôme.

Le ministère espère rassurer en évoquant une banque de sujets cadrés nationalement : mais l’essentiel demeure que tou.te.s les candidat.e.s à l’examen ne passeraient plus la même épreuve. Le contenu du diplôme dépendrait donc du lycée où il a été préparé. Exit donc la valeur nationale du diplôme.

Il faut également rappeler que le Baccalauréat est un diplôme qui ouvre des droits sur le marché du travail et est reconnu dans les conventions collectives ; il est également le diplôme de référence dans la Fonction publique. Les droits qu’il garantit dans le marché du travail sont assis sur sa valeur nationale. Or, si le diplôme devient en partie local, il risque de ne plus offrir les mêmes garanties pour les jeunes diplômé.e.s, et sa reconnaissance deviendrait aléatoire.

De nombreux syndicats de professeur.e.s et des professeur.e.s eux-mêmes s’inquiètent des conséquences de la réforme : le contrôle continu attaque fortement la valeur nationale du diplôme et ouvre une large possibilité à la définition locale des programmes et du contenu du diplôme, en lien avec la réforme du lycée.

Volet 3 : La réforme du lycée : un lycée, des lycées ?

À ce jour, le contenu exact de la réforme n’est pas encore définitif, mais on en connaît les grandes lignes. L’objectif est de supprimer la division du lycée général en trois filières (L, ES, S) aux programmes et horaires nationaux et cohérents. Il s’agirait de mettre en place neuf « couples » de disciplines, par exemple :

  • Maths-informatique

  • Maths-physique-chimie

  • Maths-SVT

  • Maths-SES

  • Sciences de l’ingénieur-physique-chimie

  • Lettres-langues

  • Lettres-art

  • SES-histoire-géographie

  • Lettres-philosophie

Il sera matériellement impossible à chaque lycée de proposer toutes les combinaisons prévues par la nouvelle organisation. Chaque lycée proposera sa propre combinaison en fonction de son projet d’établissement, et la liberté sera laissée à chaque famille de choisir son établissement en fonction de leurs souhaits. La concurrence entre les établissements en serait donc probablement accrue. Le risque est grand également que la valeur du diplôme obtenu dépende de la politique mise en place par l’établissement, surtout si, comme cela est souhaité par le ministère, chaque proviseur.e préside au recrutement de ses propres professeur.e.s.

L’autre conséquence est de taille pour les professeur.e.s : en effet, un tel changement implique la fin des horaires disciplinaires définis nationalement, et donc, fatalement, une baisse des horaires selon les disciplines. Les enseignements pourraient par exemple être semestrialisés, et ce, dès la seconde : en clair, au premier semestre, les élèves suivraient les cours de tronc commun, et au second, les enseignements choisis par eux ; ils pourraient ainsi arrêter de suivre certaines disciplines. La cohérence des programmes et des apprentissages est très clairement mise à mal par un tel projet.

Pour les professeur.e.s, cela entraînerait une annualisation de leurs services. La conséquence en termes de postes semble avoir déjà été anticipée par le ministère : d’après certains syndicats, le ministère prévoit la suppression de milliers de postes dans de nombreuses académies pour la rentrée prochaine. Peut-être n’est-il pas non plus fantaisiste d’établir un lien avec la baisse des postes offerts aux concours de recrutement externes dans presque toutes les disciplines : moins 20 % de postes offerts pour les CAPES et Agrégation externes à la session 2018.

En résumé, les réformes sur l’entrée dans le supérieur, le Baccalauréat et le lycée forment bien un ensemble cohérent, qui représente un véritable bouleversement pour les élèves et futur.e.s étudiant.e.s, mais aussi pour l’ensemble du corps professoral tant du secondaire que du supérieur. L’objectif est de définir localement la valeur des diplômes, et donc, de permettre une sélection qui risque une fois de plus d’exclure les élèves issu.e.s des milieux les plus défavorisés.

Quelle conséquence pour nous, doctorant.e.s ? Dans le cas où nous souhaiterions faire carrière dans l’enseignement supérieur, les débouchés, déjà maigres, se réduisent encore plus à cause de la limitation des capacités d’accueil.

Mais le secondaire, qui représentait, pour les lauréat.e.s des concours d’enseignement, une autre possibilité de carrière une planche de salut, est également attaqué par la baisse très probable du nombre de postes, la perspective d’un recrutement local, et surtout, par le risque d’une dévalorisation de certaines disciplines.

Cette réforme s’inscrit dans le contexte de coupes budgétaires drastiques dans la Fonction publique : 120 000 postes risquent d’être supprimés, dont environ 25 000 rien que dans l’Éducation nationale. Dans le même temps, d’autres budgets augmentent, comme le budget militaire, et l’ISF est supprimé. Cet ensemble de réformes traduit ainsi les choix politiques du gouvernement.

Nous, doctorant.e.s de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, avons toutes les raisons de nous opposer à cet ensemble de réformes.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.