Communiqué – Soutien aux étudiant.e.s de Montpellier

À Paris, le 26 mars 2018.

Dans la nuit du 22 au 23 mars 2018, des étudiant-e-s occupaient pacifiquement un amphithéâtre de la Faculté de Droit et de Science politique de l’Université de Montpellier. Un groupe de personnes cagoulées et armées a fait irruption pour les en déloger en usant d’une violence inouïe. Plusieurs étudiant-e-s ont été hospitalisé.e.s.

Le 23 mars au matin, Philippe Pétel, doyen, a déclaré publiquement, en parlant des étudiants en droit opposés à l’occupation et ayant « voulu se défendre » : « je suis assez fier de mes étudiants, je les approuve totalement » (1). Il n’a pas jugé opportun de condamner la violence dont ses étudiant-e-s ont été les victimes, ni n’a exprimé une quelconque compassion pour les blessé-e-s.

Le même jour, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a publié un communiqué pour condamner ces violences et indiquer le déclenchement d’une enquête par l’IGAENR (2).

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université adresse ses vœux de rétablissement et tout son soutien aux étudiant-e-s de Montpellier visé-e-s par cette brutalité inacceptable, ainsi qu’à leurs proches.

Nous dénonçons le comportement choquant du doyen de la Faculté de Droit de Montpellier qui, outre le rôle trouble qu’il a joué lors des événements et sur lequel devra être fait toute la lumière, a tenu des déclarations irresponsables. Ayant ainsi perdu la légitimité morale qui devrait être attachée à l’exercice de sa fonction, il a présenté sa démission.

Nous remarquons également que des témoignages relatent une participation présumée d’enseignant-e-s-chercheur-e-s à ces violences. Si ce fait était avéré, il attendrait une réaction énergique et judiciaire des autorités compétentes.

Nous déclarons que l’Université est et doit demeurer un lieu de débat démocratique. Nous condamnons avec fermeté ces actes qui ont attenté par l’usage de la force à la personne et aux libertés publiques des étudiant-e-s.

Nous souhaitons que, dans les prochaines semaines, les conditions du débat démocratique auquel participent les étudiant-e-s comme ils en ont le droit, soient réunies avec le concours des Universités, ainsi que leur protection morale et physique. Cela doit aussi valoir pour les Universités de Toulouse, Bordeaux, Grenoble et Strasbourg où les mobilisations étudiantes se sont heurtées ces dernières semaines à des tentatives de répression par mise sous tutelle ou intervention policière.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université


(1) Montpellier : des étudiants occupant la fac de Droit passés à tabac par des hommes cagoulés (France 3 Occitanie). https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier/montpellier-etudiants-occupant-fac-droit-passes-tabac-hommes-cagoules-1445549.html

(2) Faculté de droit de l’Université de Montpellier : réaction de Frédérique Vidal. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid128250/faculte-de-droit-de-l-universite-de-montpellier-reaction-de-frederique-vidal.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.