Tous les articles par collectifparis4

Épinglez (épinglé.e.s, épinglé-e-s, épinglæs, épinglé·es…)

Paris, le 16 janvier 2020.

“Épinglez” (ou toute autre orthographe) est un événement féministe, scientifique et créatif organisé chaque année par la BAFFE (Brigade d’actions féministes en faveur de l’égalité) et le Collectif Doctoral de Sorbonne Université. Le principe : épingler les auteur·ices, faits, personnages sexistes (etc.) rencontrés au cours de nos travaux de recherche.

L’événement possède désormais son propre carnet Hypothèse où vous retrouverez les archives : https://epinglez.hypotheses.org/

Voir aussi les pages dédiées à chacune des éditions :

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Présentation des conseils centraux et facultaires 2019

Paris, le 18 novembre 2019.

Les mercredi 27 et jeudi 28 novembre prochains, les doctorant·e·s sont appelés à voter lors des élections des conseils centraux et facultaires ! C’est l’occasion de découvrir le mode de représentation des doctorant·e·s à Sorbonne Université.

On peut distinguer deux échelons dans les conseils de l’Université : l’échelon universitaire et l’échelon facultaire.

Échelon universitaire : les deux Conseils centraux

Le Conseil d’administration. Il détermine la politique de l’établissement, en délibérant notamment sur le contenu du contrat d’établissement. Il vote le budget et approuve les comptes.

Le Conseil académique. Il regroupe les membres de la Commission de la recherche (CR) et de la Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU).

  • La Commission de la recherche (CR) répartit l’enveloppe des moyens destinée à la recherche telle qu’allouée par le conseil d’administration, fixe les règles de fonctionnement des laboratoires après avis du conseil de faculté concerné. Elle est, en outre, consultée sur les conventions avec les organismes de recherche, et adopte les mesures de nature à permettre aux étudiants de développer les activités de diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle.
  • La Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU) adopte notamment la répartition de l’enveloppe des moyens destinée à la formation telle qu’allouée par le conseil d’administration, les règles relatives aux examens et d’évaluation des enseignements et les mesures de nature à permettre la mise en œuvre de l’orientation des étudiants et la validation des acquis, à faciliter leur entrée dans la vie active, à favoriser les activités culturelles, sportives, sociales ou associatives offertes aux étudiants, à améliorer les conditions de vie et de travail, et à favoriser l’accueil et la réussite des étudiants présentant un handicap. La commission de la formation et de la vie universitaire est également consultée sur les programmes de formation des composantes.

Échelon facultaire : les Conseils de Faculté

L’Université est composée de trois facultés :

  • La faculté des Lettres ;
  • La faculté de Médecine ;
  • La faculté des Sciences et Ingénierie.

Chaque faculté est administrée par un conseil. Les statuts de chaque faculté déterminent la composition du conseil. Le conseil de la faculté règle par ses délibérations les affaires de la faculté. Il contribue notamment à la politique de recherche, de formation, de vie étudiante et de vie de campus de l’université ; à l’élaboration du projet d’établissement de l’université.

Le Collectif présente des listes pour chacune des trois instances de l’échelon universitaire (CA, CR et CFVU)  et une pour le Conseil de la Faculté des Lettres.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Professions de foi 2019

Paris, le 18 novembre 2019.

Notre mot d’ordre pour ces élections : la diversité de la recherche !

Cela se traduit par les profils variés des candidat·e·s que nous présentons : d’origines diverses, travaillant dans  différentes disciplines, ils et elles sauront représenter l’ensemble de la communauté doctorale.

Commission recherche

Pour la Commission de la recherche du Conseil académique (CR), le Collectif Doctoral présente la liste La diversité de la recherche avec Doc’Up.

Vos candidat·e·s doctorant·e·s

SAIGNOL Côme ED III
AMRANE Rania ED 394
BAROUDI Nabil-Bey ED 388
MARINE-GOUGEON Adélaïde ED II
PORCHER Pierre ED II
LILIA JAABAR Ilhem ED 394
BISTONI Oliviero ED 564
CONDI Louise ED V

Notre profession de foi est commune avec les doctorant·e·s de la Faculté des Sciences !

Conseil d’administration et CFVU

Pour le Conseil d’administration (CA) et la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire du Conseil académique (CFVU), le Collectif Doctoral présente la liste Alliance Solidaire et Déchaînée avec l’AGEPS et Solidaires Étudiant-e-s Jussieu.

Votre candidat doctorant pour le Conseil d’administration

BERTHELIER Vincent ED V

Vos candidat·e·s doctorant·e·s pour la CFVU

MILLOT Théo ED III
SAIGNOL Côme ED III
TURBIAU Aurore ED III

Retrouvez notre profession de foi commune pour ces deux conseils !

Conseil de la Faculté des Lettres

Pour le Conseil de la Faculté des Lettres, le Collectif Doctoral présente la liste Collectif Doctoral, pour la diversité de la recherche.

Vos candidat·e·s doctorant·e·s

PAOLA BELLINI Anna ED III
GOUDJIL Romain ED I
DE LYROT Alice ED II
POULLE Jean-Benoît ED II

La profession de foi est ici centrée sur le doctorant en Lettres et sciences humaines et sociales.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Bilan 2019 de nos élu·e·s

Paris, le 18 novembre 2019.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université présente ses listes pour les élections qui auront lieu les mercredi 27 et jeudi 28 novembre 2019 ! Il est donc temps de dresser le bilan des deux années de mandat de nos élu·e·s à la Commission de la recherche du Conseil académique et au Conseil de la Faculté des Lettres :

Engagements aux élections générales Université Paris-Sorbonne Statut à ce jour
1 Représentation des doctorant·e·s TENU. Le Collectif doctoral a pris en compte les situations spécifiques de chaque doctorant·e. À cet effet, nos élu·e·s ont participé régulièrement aux travaux des conseils et commissions dont ils étaient membres.
Ils se sont opposé·e·s à la hausse des frais d’inscription pour les doctorant·e·s étranger·ères, sont intervenus pour accélérer le remboursement des frais de mission encore impayés, ont demandé la mensualisation des vacataires.
La liste d’union avec Doc’Up au niveau universitaire, cas unique d’entente dans le paysage électoral universitaire, a permis de mutualiser les expériences et de découvrir les contraintes propres aux champs disciplinaires variés de l’université. Nous nous inquiétons régulièrement de l’octroi d’un lieu de travail et de vie dédié aux doctorants.
2 Défense d’une indispensable souplesse dans les engagements de formation doctorale TENU. Cette conception est partagée par la plupart des enseignants-chercheurs en Lettres, sciences humaines et sociales avec lesquels cette question a été abordée, lors des réunions des écoles doctorales ou lors de discussions avec l’Institut de Formation Doctorale.
3 Améliorer la promotion des travaux des doctorant·e·s et des thèses soutenues TENU. Le pôle scientifique du Collectif doctoral a organisé plusieurs événements importants à cette fin : la journée d’étude Sorbonne Actuelle avec speed-thesing et groupes de réflexions (janvier 2018 et 2019) ; la participation à la Fête de la Science (octobre 2018 et 2019) sur le thème « Sciences sur mesure »  ; et l’organisation d’Épinglées (mars 2018 et 2019) en collaboration avec la BAFFE.
4 Charte du doctorat commune à Sorbonne Université TENU. Après dix mois de travail du groupe de travail formé au sein de la Commission de la Recherche, la charte du doctorat et la matrice du règlement intérieur des ED a été adoptée pour la rentrée universitaire 2019-2020, en prenant en compte autant que possible les spécificités des études doctorales dans les divers champs et disciplines de Sorbonne Université.
5 Rédaction du guide du doctorat commun à Sorbonne Université EN COURS. Nos élu·e·s ont participé à plusieurs réunions avec l’Institut de Formation Doctorale (IFD) pour réfléchir à la réécriture d’un guide du doctorat, dont une déclinaison sera traduite et réservée aux doctorants étrangers. Une réflexion est par ailleurs en cours pour créer un portail d’information qui regrouperait toutes les formations doctorales proposées au sein de l’Université, leur donnerait davantage de visibilité et faciliterait l’organisation de la formation des doctorants par eux-mêmes.
6 Accès aux bibliothèques pour les jeunes docteur·e·s EN COURS. Suite à l’initiative de la BIS, qui a accordé la possibilité aux jeunes docteurs de rester lecteurs après leur soutenance, nous avons demandé l’extension de cette disposition à toutes les bibliothèques de Sorbonne Université. La réflexion est en cours et nous espérons que les jeunes docteurs sans postes pourront accéder autant que de besoin aux ressources documentaires et électroniques dont ils ont besoin pour travailler.

Nous sommes très fiers du travail accompli et nous entendons bien poursuivre dans cette voie !

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Élections 2019 : comment voter ?

Paris, le 15 novembre 2019.

Vous comptez bien participer à l’élection des instances de la nouvelle université mais vous êtes un peu perdu·e·s entre les différentes dates, collèges, bureaux de votes ? Pas de panique, on vous explique !

  • Personnel ou usager ?

Il y a deux grandes catégories de votants : les personnels de l’université et les usagers, c’est-à-dire les étudiant·e·s. Pour ces élections, seuls les usagers sont appelés à voter, et les doctorant·e·s sont inscrit·e·s par défaut sur les listes usagers.

  • Collège U ou collège D ?

Les sièges dans les différents conseils sont répartis en fonction des collèges électoraux. La Commission Recherche et le Conseil de Faculté ont des sièges réservés aux doctorant·e·s. Voici les différents collèges électoraux dans lesquels sont inscrit·e·s les doctorant·e·s :

Instance Usagers
Conseil d’Administration U
Commission de la Formation et de la Vie Universitaire du Conseil Académique U
Commission de la Recherche du Conseil Académique U
Conseil de la Faculté des Lettres D
  • Quelles dates ?

L’ensemble des étudiant·e·s votent le mercredi 27 et le jeudi 28 novembre 2019.

  • Sorbonne ou Clignancourt ?

Il y a un bureau de vote sur tous les principaux sites de l’université, notamment en Sorbonne, à Clignancourt, Malesherbes et au Celsa.

Attention, vous ne pouvez pas voter où bon vous semble ! Pour connaître votre bureau de vote de rattachement, vous devez consulter les listes électorales. Il y a une liste électorale pour les conseils centraux et une liste électorale pour les conseils de Faculté.

Les listes électorales des usagers se trouvent à cette adresse : https://www.sorbonne-universite.fr/newsroom/actualites/elections-etudiantes

Si vous êtes absent·e·s de ces listes, vous pouvez adresser une demande de révision des listes électorales à l’adresse mail suivante : Elections-Conseils2019@sorbonne-universite.fr

  • En personne ou par procuration ?

Vous avez jusqu’à la veille du scrutin pour établir vos procurations. Pour cela, il faut vous rendre dans un des centres de procuration. La procédure est détaillée dans les arrêtés électoraux disponibles à cette adresse : https://www.sorbonne-universite.fr/newsroom/actualites/elections-etudiantes

Vérifiez auparavant sur les listes électorales dans quels collèges vous êtes inscrit·e·s ! Il faudra remplir une procuration par collège et votre mandataire doit être inscrit dans les mêmes collèges que vous. Vous devrez fournir une pièce d’identité et, le cas échéant, soit le numéro étudiant de votre mandataire (pour les usagers), soit sa date de naissance (pour les personnels).

Tout cela vous paraît bien compliqué ? Rappelez-vous qu’il s’agit d’élire vos représentant·e·s pour porter les intérêts des doctorant·e·s à Sorbonne Université ou beaucoup de choses sont encore dans le flou, c’est donc le moment où jamais de se mobiliser !

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Stop à la précarité étudiante !

Paris, le 11 novembre 2019.

Le vendredi 8 novembre, un étudiant a tenté de s’immoler par le feu devant un bâtiment du CROUS de Lyon. À l’heure où ces lignes sont écrites, il est dans un état critique. Peu avant ce geste, il a écrit une lettre qui dénonce, entre autres, la précarité de la situation sociale des étudiant·e·s boursier·ère·s. Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université adresse son soutien le plus fraternel à cet étudiant, à sa famille, à ses camarades de Solidaires étudiant-e-s.

Certaines et certains d’entre nous ont une mission d’enseignement et enseignent à des étudiant·e·s de licence et de master. À ce titre, notre émotion est grande face à ce geste désespéré. Nous sommes engagé·e·s pour l’épanouissement des étudiant·e·s et déplorons de voir la réussite de certains d’entre eux gravement compromise par la précarité dans laquelle ils vivent. Ce terrible geste rappelle qu’aujourd’hui, les conditions matérielles et morales ne sont pas réunies pour la réussite de toutes et tous.

Nous demandons au gouvernement et en particulier au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation d’écouter les revendications des syndicats et d’améliorer sensiblement les conditions de vie et d’études de la jeunesse étudiante.

Notre vigilance est particulièrement éveillée par les mesures récentes qui accroissent la précarité des étudiant·e·s : la loi ORE et la sélection à l’université ; l’augmentation des frais d’inscription pour les étrangers ; et de manière générale l’austérité budgétaire imposée à l’enseignement supérieur, et à celles et ceux qu’il emploie.

Nous continuerons donc à lutter, aux côtés des étudiant·e·s et des personnels pour une université ouverte, émancipatrice, vivante.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Consulter le communiqué au format PDF.

Soutien au collectif des doctorant·e·s et docteur·e·s affecté·e·s dans l’académie de Versailles

Paris, le 29 octobre 2019.

Des collègues, professeur·e·s et doctorant·e·s, ont sollicité disponibilités et détachements au rectorat de l’académie de Versailles. Un certain nombre de ces demandes n’a pas été accueilli, ce qui les a empêché de prendre possession de leur charge de cours comme doctorant·e·s contractuel·le·s ou comme attachés temporaires d’enseignement et de recherche (ATER). Leur insertion dans le milieu universitaire, essentielle pour leurs recherches et leur carrière, s’en trouve ainsi entravée.

Le 19 octobre, le Collectif des doctorant·e·s et docteur·e·s affecté·e·s dans l’académie de Versailles a publié un communiqué où il exprime le mal-être et la frustration légitime de ses membres, qui ne peuvent mener à bien leurs recherches ; il s’étonne que la nécessité de service invoquée pour refuser mises en disponibilité et détachements n’ait pas systématiquement abouti à une affectation sur un poste fixe, alors que des missions d’enseignement étaient acquises dans une université. Le 23 octobre, plus de 200 enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheures ont apporté leur soutien à cette démarche ; ils et elles s’inquiètent des conséquences de ces refus pour l’enseignement universitaire et le développement de la recherche scientifique.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université apporte son soutien, plein et entier, au Collectif des doctorant·e·s de l’académie de Versailles. Il assure les collègues de sa solidarité et prie Mme Charline Avenel, rectrice de l’académie de Versailles, chancelière des Universités, de donner à cette situation la solution qu’elle comporte. Les intérêts du service dans l’enseignement du second degré et dans l’enseignement supérieur pourraient être mieux conciliés et l’intérêt pour l’enseignement public de tous les degrés de compter dans ses rangs des enseignant·e·s docteur·e·s davantage pris en compte.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université demande :

  • L’examen bienveillant des demandes de disponibilité et de détachement présentes et futures formées par les collègues professeur·e·s et doctorant·e·s dépendant de l’académie de Versailles ;

  • L’explicitation des critères sur la base desquels mises en disponibilité et détachements sont accordés ou refusés dans toutes les académies ;

  • Une prise de décision et sa communication aux demandeurs au plus tard en juillet ; les décisions tardives sont, en effet, anxiogènes et inadéquates pour préparer la rentrée scolaire ou universitaire dans de bonnes conditions ;

  • Une plus grande reconnaissance des doctorant·e·s et des docteur·e·s dans l’enseignement du second degré.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Télécharger le communiqué au format PDF.

Journée de rentrée 2019

Paris, le 7 octobre 2019.

Afin d’accueillir les nouveaux doctorant·e·s, de leur présenter le fonctionnement du doctorat et de la thèse à Sorbonne Université et de leur permettre d’échanger entre collègues, le Collectif Doctoral organise sa journée de rentrée qui aura lieu :

Le samedi 19 octobre 2019
de 9h00 à 18h00 en salle D116 de la Maison de la Recherche
28 rue Serpente 75005 Paris

Le programme de la journée est disponible au format PDF.

Coordination :

Le nombre de places est limité. Merci de vous inscrire en utilisant le lien suivant :

https://www.weezevent.com/journee-de-rentree-du-collectif-doctoral

En espérant vous y retrouver nombreuses et nombreux !

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Formation The Conversation

Paris, le 29 septembre 2019.

Sorbonne Université organise avec The Conversation, pour les membres du Collectif Doctoral, un atelier d’écriture qui permettra aux doctorant·e·s de publier facilement dans ce journal en ligne renommé. Il a pour objectif de faire entendre la parole des chercheur·e·s et doctorant·e·s dans le débat citoyen et d’éclairer l’actualité par des expertises fondées sur la recherche universitaire.

Cette formation est également ouverte à tout doctorant et doctorante qui souhaite y participer avec les membres du Collectif Doctoral.

L’événement aura lieu à à la Maison de la recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris, le mercredi 23 octobre 2019 de 17h00 à 18h30.

Le programme de la formation est le suivant :

  • Présentation rapide de The Conversation et de son fonctionnement.
  • Le point sur les spécificités des articles publiés sur The Conversation (vulgarisation scientifique et approche journalistique).
  • Qu’est-ce qu’un bon article ? Trouver le bon angle, adopter la bonne longueur et le bon style, bien sourcer ses informations, adopter les bons réflexes pour vulgariser à destination du grand public.
  • Fonctionnement de la plateforme éditoriale de The Conversation pour les futurs auteurs.

Pour vous inscrire, veuillez remplir le formulaire en ligne: http://lettres.sorbonne-universite.fr/atelier-tcf

Attention : les places sont limitées. Notez bien la date limite d’inscription : mardi 22 octobre, 18h00.

Retrouver la présentation de The Conversation au format PDF.

Dans l’attente de vous rencontrer à cette occasion et en vous espérant nombreux et nombreuses !

Le pôle scientifique du Collectif Doctoral

Mission doctorale au Musée nationale de l’Histoire de l’immigration

Paris, le 18 juin 2019.

Entité proposant la mission

Musée nationale de l’histoire de l’immigration – Etablissement Public du palais de la Porte Dorée

(s’adresse aux doctorantes et doctorants en 1ère, 2ème et 3ème années. Non cumulable avec une mission d’enseignement.)

Responsable de la mission

Nom : Morin Sébastien
Fonction : Chef du département de la médiation
Courriel : sebastien.morin@palais-portedoree.fr

La sélection des candidats sera effectuée par le Musée. Vous devez donc déposer votre dossier de candidature sur le site https://ifd-missions.sorbonne-universite.fr/ à partir du 11 juin, et en parallèle, contacter le Musée. N’attendez pas la fin de la campagne pour le faire. Faites-le dès que possible.

Intitulé de la mission

Médiation au Musée national de l’histoire de l’immigration – Grand public

Mots-clés Médiation, communication

Durée de la mission

32 jours, avec des activités ciblées sur les temps grand public (mercredis, week-ends, jours fériés, vacances scolaires)

Description du contexte de la mission

Le Musée national de l’histoire de l’immigration a ouvert ses portes en 2007. Il a pour mission de rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessible les éléments relatifs à l’histoire de l’immigration en France, notamment depuis le XIXème siècle, de contribuer ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française et de faire évoluer les regards et mentalités sur l’immigration en France.

Le Musée évolue durant l’année 2020 : sa scénographie et le parcours de visite vont être intégralement repensés.

La médiation autour de l’exposition permanente nécessite par conséquent d’être repensée et recalibrée.

Au sein de la Direction du Développement, des publics et de la communication et du Service des publics (14 agents), le département de la médiation (5 agents) a pour mission de concevoir et mettre en place des activités de médiation et d’accompagnement de visite pour l’ensemble du Palais.

Description des activités du doctorant durant la mission

Le/la doctorant(e) sera amené(e) à mettre en œuvre des actions de médiation humaine auprès des publics du Musée, selon deux modalités :

– concevoir, mettre en œuvre et évaluer une ou plusieurs médiations originales selon les intérêts du/de la doctorant(e) et de son sujet de thèse.

– alimenter un corpus de médiation autour des collections du Musée, dans l’intervalle de fermeture du Musée en 2020 et dans l’accompagnement de la nouvelle version du Musée, à l’horizon du second semestre 2020.

Le/la doctorant(e) pourra également apporter sa contribution à la réflexion générale sur l’accompagnement des visiteurs pendant la visite.

Description des objectifs de la mission, et des « livrables » attendus

L’objectif principal est d’intégrer l’équipe de médiation dans tous les aspects de son travail : conception animation, bilan et perspectives.

Le/la doctorant.e animera des propositions de médiation existantes en lien avec l’équipe de médiation et apportera son expertise pour l’enrichissement de celles-ci.

Ces temps de médiation pourront avoir sur des plages horaires à définir avec le doctorant, en semaine mais aussi les week-end, selon les publics concernés.

L’objectif secondaire est de concevoir une ou plusieurs nouvelles actions de médiation, de les réaliser et de les évaluer.

L’ensemble de ces médiations resteront propriété du Palais de la Porte Dorée et pourront continuer à y être présentées par d’autres médiateurs après la fin de la mission doctorale.

Date souhaitée pour le début de la mission

1er octobre 2019

Organisation du temps de travail (répartition des 32 jours)

Les 32 jours (sécables en demi-journées) seront répartis en accord avec le chef du département médiation entre un temps de de préparation/conception, et et un temps d’animation des médiations conçus ou pré-conçus dans le cadre du département. Cette répartition intègre les temps de formation et les temps d’échange avec les équipes, et s’intègre à l’offre de médiation
générale de l’établissement.

Lieu de travail durant la mission

Palais de la Porte Dorée, 293 avenue Daumesnil, 75012 Paris

Déplacements à prévoir ?

Non

Apports de la mission pour le projet professionnel du doctorant

Découverte du métier de médiateur dans un Musée, auprès d’un public très varié. Travail de recherche et de vulgarisation à destination de tout public.

Profil et compétences recherchées

Le/la doctorant(e) aura des connaissances générales solides en sociologie et/ou histoire de l’immigration.

Au-delà de ces domaines, trois capacités seront privilégiées :
– une curiosité générale pour les domaines de la médiation culturelle
– une appétence à partager ses connaissances en direction de publics parfois novices
– une bonne aisance relationnelle avec tout type de public

Mission doctorale au Musée national de l’histoire de l’immigration

La maîtrise des techniques de médiation n’est pas exigée, le(la) doctorant(e) étant encadré(e) et pouvant l’acquérir sur place

Formations pouvant être proposées au doctorant

Parcours de formation « Médiation, communication, journalisme, édition »

Modalités de sélection des candidats

La sélection des candidats sera effectuée par le Musée de l’histoire de l’immigration proposant la mission.
Publication en ligne et entretien d’embauche

Contact pour les candidatures : sebastien.morin@palais-portedoree.fr

Pour toute question, s’adresser à l’IFD : delphine.minotti@upmc.fr

Retrouver la fiche de mission au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

 

Appel solennel aux enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs, chercheuses et chercheurs titulaires de la fonction publique

Paris, le 18 juin 2019.

Nous, jeunes chercheuses et chercheurs précaires, docteures et docteurs sans poste, doctorantes et doctorants appelons les enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs titulaires de la fonction publique à réagir à la situation dramatique de l’emploi dans le service public d’enseignement supérieur et de recherche.

On ne compte plus les postes de titulaires gelés, voire supprimés, à l’université et au CNRS, alors que les exigences auxquelles les jeunes chercheuses et chercheurs doivent se soumettre et les cohortes d’étudiant·e·s n’ont jamais été aussi élevées. Nous demander toujours plus, pour nous en donner toujours moins, pour nous priver toujours plus d’emplois stables permettant de nous projeter et nous protéger a minima dans nos vies, mais également dans notre travail : cela n’est plus possible. Cette situation n’engendre pas seulement de la frustration : elle casse, elle humilie, elle détruit trop de personnes.

Les titulaires en charge des recrutements ne savent plus quoi dire aux candidates et candidats, tellement elles et ils se sentent désemparé·e·s, si ce n’est qu’« il manque des postes », que la « situation est difficile »… Elles et ils ne souhaitent pas nous décourager, tant elles et ils savent les efforts que nous avons dû nécessairement fournir pour ne serait-ce qu’espérer nous faire une place dans ce milieu. Elles et ils voient également que la compétition entre chercheuses et chercheurs s’est substituée, pour le pire, à leur désir de collaboration collégiale.

Elles et ils savent enfin que le système d’enseignement supérieur et de recherche dépend fondamentalement des précaires pour tenir. Et à effectifs d’étudiantes et étudiants constants, si ce n’est plus élevés (comme cela a déjà été annoncé pour l’année prochaine), nous savons toutes et tous ce que le gel et la suppression de poste systématiques signifient en termes de situation de l’emploi : encore plus de précaires et de précarité qu’auparavant, un manque croissant d’encadrement des étudiantes et étudiants, si ce n’est même un réel abandon de ces dernier·e·s (inscrites et inscrits par ailleurs de plus en plus systématiquement en contrôle terminal, ou même en enseignement à distance, lorsque les capacités d’accueil sont insuffisantes), et des burn outs de plus en plus fréquents chez les enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs titulaires, contraint·e·s d’accepter des sur-services parfois délirants et de gérer elles-mêmes et eux-mêmes administrativement la précarité dans leur université.

Si toutes et tous les titulaires ne sont pas touché·e·s de manière égale dans leurs conditions de travail personnelles, en revanche, nous ne pouvons croire qu’elles et ils se réjouissent du sort actuel des jeunes chercheuses et chercheurs ou de leurs étudiantes et étudiants.

Des modes d’action existent pour se faire entendre, réclamer et obtenir ce qui est dû au service public de l’enseignement supérieur et de la recherche :

  • refuser d’assurer des sur-services
  • refuser de recruter des enseignantes et enseignants vacataires au sein de son unité d’enseignement
  • se prononcer et voter dans les différents conseils d’UFR et centraux contre tout gel ou toute suppression de poste et pour l’embauche de titulaires enseignants et administratifs (les personnels administratifs souffrant également de cette précarisation à tous niveaux)
  • se mettre en grève administrative et retenir les notes

Les difficultés pour se mobiliser existent, elles ne sont cependant pas insurmontables.

Nous appelons les syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche à nous soutenir activement, à diffuser cet appel auprès des titulaires de l’ESR, et à organiser dès à présent au sein des universités des réunions pour discuter des modes d’action à entreprendre, et apporter une réponse cohérente et solidaire.

Les titulaires voulant par ailleurs manifester individuellement leur soutien et leur désir d’agir face à cette situation peuvent également nous contacter directement à l’adresse suivante :

appeldesprecaires@gmail.com

Ils peuvent également contacter les collectifs de jeunes précaires signataires de cet appel :

Collectifs signataires

- CJC (Confédération des Jeunes Chercheurs)
- ANCMSP (Association Nationale des Candidat·e·s aux métiers de la science politique)
- Collectif DICENSUS (Défense et Information des Chercheur·es et Enseignant·es Non-Statutaires de l’Université de Strasbourg)
- Collectif Marcel Mauss (Collectif Marcel Mauss des jeunes chercheurs en sciences sociales de Bordeaux)
- Collectif Doctoral de Sorbonne Université (Association des doctorants et doctorantes de la Faculté des Lettres)
- Association MobDoc de Paris 1 – Panthéon Sorbonne (L’Association des Doctorant·e·s Mobilisé·e·s pour l’Université)
- Collectif vacataires Celsa Paris-Sorbonne
- Collectif des précaires de l’université de Poitiers
- Collectif les 68+ de Nanterre
- Collectif Convacs de l’université de Strasbourg
- Collectif des Doctorant.e.s et Non Titulaires de l’université Lyon 2

Premiers syndicats signataires

- Section locale du Snesup université Paris Nanterre
- Section locale du SNESUP-FSU université de Strasbourg
- Section locale de Sud Éducation de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
- Section locale du Snesup-FSU de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
- Le SNESUP-FSU de l’université de Lille

Page Facebook de l’appel

Télécharger le communiqué au format PDF.

Le Collectif Doctoral

Remboursement des frais de mission

Paris, le 5 mars 2019.


Cette action de nos élu·e·s est désormais terminée.


À destination des doctorantes et doctorants de Sorbonne Université,

De nombreux cas de remboursement de frais de mission sont encore en souffrance. Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université intervient, sur la demande des collègues qui le souhaitent, auprès du doyen de la Faculté des Lettres, M. Tallon, et du vice-doyen en charge de la recherche, M. Aquien. Ces interventions ont permis de faire avancer plusieurs dossiers et peuvent faciliter les choses en plus des démarches que vous faites auprès du gestionnaire de votre école doctorale.

Nous proposons aux collègues qui subiraient des retards de remboursement d’intervenir individuellement une nouvelle fois auprès de la Faculté. Le cas échéant, remplissez le formulaire ci-joint, qui nous donnera toutes les informations nécessaires à cette fin.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Programme Sorbonne Actuelle 2019

Paris, le 21 janvier 2018.

Après le succès des deux dernières années, le Collectif Doctoral propose une nouvelle édition de Sorbonne Actuelle, journée Jeunes Chercheur·e·s, consacrée à celles et ceux qui préparent une thèse à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université :

Le samedi 26 novembre 2018
de 9h00 à 17h00 dans l’amphi Michelet de la Sorbonne
46 rue Saint-Jacques 75005 Paris

Le programme de la journée est disponible au format PDF.

Le nombre de places est limité. Merci de vous inscrire en utilisant le lien suivant :

https://www.weezevent.com/sorbonne-actuelle-2019

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Augmentation des frais d’inscriptions pour les étudiant·e·s étranger·e·s hors Union Européenne

Paris, le 12 décembre 2018.

Annoncé par le gouvernement en novembre, le plan « Bienvenue en France » ou « Choose France » prévoit une augmentation spectaculaire des frais d’inscriptions pour les étudiant·e·s étranger·e·s originaires d’un pays extérieur à l’Union européenne, qui devraient acquitter 3 770 euros de frais de scolarité par an.

Une thèse de doctorat en Lettres et Sciences humaines dure entre trois ans et six ans. Le total cumulé des frais de scolarité représenterait donc entre 11 310 et 22 620 euros. Les exemptions et les bourses promises par le gouvernement ne concerneront pas tous les doctorant·e·s étrangers·ères, si bien que des doctorant·e·s paieront dix fois plus que les autres en raison de leur origine géographique et de leur nationalité. Par ailleurs, leur nature même rend ces dispositifs particulièrement vulnérables aux compressions budgétaires.

Cette situation est d’autant plus choquante qu’elle introduit dans l’Université une rupture flagrante d’égalité et que :

  • elle écarte les étudiant·e·s étrangers·ères les plus modestes de l’Université française. Or, les qualités intellectuelles n’ont aucune relation d’aucune sorte avec le capital économique.
  • elle entre en contradiction avec les objectifs de la Francophonie en barrant à de nombreux étudiant·e·s de langue française l’accès au plus haut grade universitaire.
  • elle méconnaît l’apport des travaux scientifiques des doctorant·e·s concerné·e·s pour la Recherche française : loin d’être un poids financier ils et elles constituent une force vive qui contribue à ouvrir nos universités sur le monde. Sorbonne Université revendique d’ailleurs le principe de la « Science Ouverte » dans son projet d’établissement.
  • elle applique à l’enseignement supérieur et à la recherche une logique comptable que nous récusons, l’université devant rester le lieu de l’universalité du savoir. Par ailleurs son calcul est faux en ce qui concerne le doctorat en Lettres et Sciences Humaines : les 3 770 euros de frais de scolarité, censés représenter un tiers du coût de la formation, ne semblent pas justifiés. On conçoit mal comment un·e doctorant·e en Lettres et Sciences Humaines peut coûter aussi cher à l’université française, compte tenu du peu de formation qui lui est réservé et du fait que les encadrant·e·s ne sont pas rémunéré·e·s pour cela.

Cette réforme pourrait ouvrir la porte à une augmentation générale des frais de scolarité, d’ailleurs récemment recommandée par la Cour des Comptes. Bien que le Premier ministre ait écarté une telle mesure, il est permis d’être inquiet pour l’avenir du modèle français d’université démocratique et ouverte à tou·te·s.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université se déclare opposé à cette mesure, apporte son soutien à la mobilisation qui demande son abandon et assure les doctorant·e·s étrangers·ères de sa solidarité.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Ce communiqué est téléchargeable au format PDF.

Grève des bibliothécaires (SU)

Paris, le 26 novembre 2018.

Depuis le mardi 20 novembre, le personnel des bibliothèques de Sorbonne Université est en grève. Il a été rejoint mercredi 21 novembre par les appariteurs et apparitrices du site de Jussieu, qui entendent par là protester contre l’allongement unilatéral de leur temps de travail de 35h00 à 37h24, exigé sans aucune contrepartie.

Le Collectif Doctoral tient à assurer les grévistes de sa solidarité envers leur mouvement et leurs revendications. Lorsque les conditions de travail des personnels sont remises en cause, ce sont aussi les conditions d’études et de travail des doctorant.e.s qui sont attaquées.

Nous demandons en conséquence à la présidence de répondre aux revendications des grévistes afin de régler au plus vite ce conflit qui ne peut être que dommageable pour l’ensemble de notre université.

Nous nous inquiétons de la dégradation des conditions de travail du personnel universitaire, que la situation des bibliothécaires rend aujourd’hui très saillante.

Cette inquiétude n’est pas nouvelle. Rappelons en effet que le projet d’établissement stipulait déjà, de manière très étonnante, que « Sorbonne Université osera[it] l’expérimentation à travers de nouvelles procédures qui n’existent pas encore dans la législation française ». Or, ces innovations-là n’ont de toute évidence pas « la reconnaissance et la valorisation de l’engagement de chacun dans le collectif de travail » pour priorités. Elles contredisent donc aussi bien le projet d’établissement que les engagements de campagne selon lesquels la fusion se réaliserait au « mieux disant ».

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Ce communiqué est téléchargeable au format PDF.