Tous les articles par collectifparis4

Communiqué – Soutien aux étudiant.e.s de Montpellier

À Paris, le 26 mars 2018.

Dans la nuit du 22 au 23 mars 2018, des étudiant-e-s occupaient pacifiquement un amphithéâtre de la Faculté de Droit et de Science politique de l’Université de Montpellier. Un groupe de personnes cagoulées et armées a fait irruption pour les en déloger en usant d’une violence inouïe. Plusieurs étudiant-e-s ont été hospitalisé.e.s.

Le 23 mars au matin, Philippe Pétel, doyen, a déclaré publiquement, en parlant des étudiants en droit opposés à l’occupation et ayant « voulu se défendre » : « je suis assez fier de mes étudiants, je les approuve totalement » (1). Il n’a pas jugé opportun de condamner la violence dont ses étudiant-e-s ont été les victimes, ni n’a exprimé une quelconque compassion pour les blessé-e-s.

Le même jour, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a publié un communiqué pour condamner ces violences et indiquer le déclenchement d’une enquête par l’IGAENR (2).

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université adresse ses vœux de rétablissement et tout son soutien aux étudiant-e-s de Montpellier visé-e-s par cette brutalité inacceptable, ainsi qu’à leurs proches.

Nous dénonçons le comportement choquant du doyen de la Faculté de Droit de Montpellier qui, outre le rôle trouble qu’il a joué lors des événements et sur lequel devra être fait toute la lumière, a tenu des déclarations irresponsables. Ayant ainsi perdu la légitimité morale qui devrait être attachée à l’exercice de sa fonction, il a présenté sa démission.

Nous remarquons également que des témoignages relatent une participation présumée d’enseignant-e-s-chercheur-e-s à ces violences. Si ce fait était avéré, il attendrait une réaction énergique et judiciaire des autorités compétentes.

Nous déclarons que l’Université est et doit demeurer un lieu de débat démocratique. Nous condamnons avec fermeté ces actes qui ont attenté par l’usage de la force à la personne et aux libertés publiques des étudiant-e-s.

Nous souhaitons que, dans les prochaines semaines, les conditions du débat démocratique auquel participent les étudiant-e-s comme ils en ont le droit, soient réunies avec le concours des Universités, ainsi que leur protection morale et physique. Cela doit aussi valoir pour les Universités de Toulouse, Bordeaux, Grenoble et Strasbourg où les mobilisations étudiantes se sont heurtées ces dernières semaines à des tentatives de répression par mise sous tutelle ou intervention policière.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université


(1) Montpellier : des étudiants occupant la fac de Droit passés à tabac par des hommes cagoulés (France 3 Occitanie). https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier/montpellier-etudiants-occupant-fac-droit-passes-tabac-hommes-cagoules-1445549.html

(2) Faculté de droit de l’Université de Montpellier : réaction de Frédérique Vidal. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid128250/faculte-de-droit-de-l-universite-de-montpellier-reaction-de-frederique-vidal.html

Article – Réformes du Bac, du lycée et de l’entrée du Supérieur : pour les meilleurs et pour le pire

Paris, le 13 mars 2018.

Depuis de nombreuses années, les universités ont été privées par les gouvernements successifs des moyens nécessaires pour accueillir une population étudiante pourtant en augmentation. Professeur.e.s et chargé.e.s de cours constatent également que les étudiant.e.s qui sortent du lycée sont de plus en plus mal préparé.e.s aux exigences de l’enseignement supérieur, et l’échec en première année demeure très élevé. C’est à partir de ce dernier constat que le gouvernement a élaboré sa réflexion. L’alternative est la suivante : soit on donne les moyens aux universités pour faire face à l’afflux (prévisible) d’étudiant.e.s et pour les aider à surmonter leurs difficultés, soit on s’attaque au diplôme du Bac pour permettre aux universités de sélectionner les étudiant.e.s. Le gouvernement a choisi la dernière option.

Depuis la dernière rentrée scolaire, les ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche ont donc engagé de concert une série de réformes concernant l’accès à l’université mais aussi l’examen du Baccalauréat et l’organisation du lycée.

Volet 1. La mise en place de Parcoursup et la loi « ORE » : vers la sélection des étudiants

Prenant appui sur les multiples dysfonctionnements d’APB et le scandale du tirage au sort dans certaines filières universitaires saturées (notamment les STAPS), la ministre Frédérique Vidal a très rapidement annoncé la mise en place d’une nouvelle plateforme d’inscription pour l’entrée dans l’enseignement supérieur. Lancée dès l’automne, soit avant que tout débat parlementaire ait eu lieu, le « Plan étudiant » prévoit :

Dans les lycées

  • La mise en place d’un.e deuxième professeur.e principal.e (dont le financement n’était pas budgété au départ) pour aider les élèves à faire leurs vœux, en lieu et place des Conseillers d’orientation, devenus récemment des Psychologues de l’Éducation nationale ; ces deuxièmes professeurs principaux doivent se former eux-mêmes, en plus de leur charge de travail.

  • La « fiche avenir » : les élèves doivent y consigner leurs « compétences » et ajouter des lettres de motivation en fonction de leurs aspirations à rejoindre telle ou telle filière. Ils doivent formuler au maximum dix vœux (qui peuvent être groupés), et ces vœux, contrairement à APB, ne sont pas hiérarchisés. Ils sont invités à mentionner leurs activités extra-scolaires (sport, arts), implication dans la vie du lycée, mais aussi leurs voyages linguistiques. Autant d’éléments potentiellement discriminants socialement.

  • Le conseil de classe, dès le deuxième trimestre, est amené à prononcer des avis sur les vœux des élèves (favorable ou défavorable). Les professeurs ont donc le pouvoir de barrer la route à leurs élèves pour l’accès à certaines filières.

Dans les universités

  • La définition d’attendus définis localement, parfois d’après des recommandations nationales : ces attendus sont largement fondés sur les compétences, qui sont une notion très contestée. De nombreux professeur.e.s des universités ont souligné que dans la plupart des cas, ces attendus sont irréalistes et correspondent souvent à ce qu’on attend d’un étudiant de fin de licence ou de master !

  • Les professeur.e.s et maîtres de conférences titulaires vont devoir classer et hiérarchiser les candidatures des futurs bacheliers à partir de ces attendus, sans attendre les résultats de l’examen. Cela représente pour eux une charge de travail supplémentaire.

  • La définition de capacités d’accueil pour chaque université : les universités peuvent désormais définir le seuil maximal d’étudiant.e.s qu’elles souhaitent accueillir. C’est une façon de réduire le nombre d’étudiant.e.s, mais aussi d’amener le gel du nombre de postes, voire d’en supprimer.

  • La loi introduit également un lien entre les capacités d’accueil et l’insertion professionnelle dans chaque filière : cette disposition a été intégrée dans le texte final par les sénateurs. Voici ce qu’on lit dans l’article premier, troisième paragraphe : « Pour déterminer les capacités d’accueil, l’autorité académique tient compte des perspectives d’insertion professionnelle des formations, de l’évolution des projets de formation exprimés par les candidats ainsi que du projet de formation et de recherche de l’établissement. » Cette disposition constitue un risque important pour certaines disciplines, en particulier pour les sciences humaines et les humanités. Elle pourra conduire à figer des capacités limitées, et couper davantage dans les budgets de certaines UFR.

La loi pour « l’Orientation et la réussite des étudiants » (ou ORE) a été promulguée ce jeudi 8 mars 2018.

Volet 2. La réforme du Baccalauréat : une explosion du cadre national

Le refrain est connu depuis longtemps : symbole d’un système scolaire plombé par ses dysfonctionnements, trop lourd, trop coûteux, mobilisant professeur.e.s et élèves tout le mois de juin, le Baccalauréat était depuis longtemps dans la ligne de mire des gouvernements précédents. Le rapport Mathiot remis au gouvernement mettait au cœur de la réforme envisagée la solution que serait le contrôle continu. Le ministre Blanquer a très largement repris les conclusions de ce rapport, en particulier le contrôle continu.

Le nouvel examen, en place dès 2021, serait ainsi composé d’épreuves terminales avec deux disciplines majeures, dont une épreuve de philosophie dite universelle, et le « grand oral » fondé sur un travail ressemblant aux TPE, ainsi que deux disciplines de spécialité dont les sujets seraient nationaux. La possibilité est ouverte aux élèves de choisir une discipline de la voie générale et une discipline de la voie technologique.

En conséquence, les disciplines qui ne seraient ni majeures ni mineures pour le candidat deviendraient secondaires. Les épreuves ponctuelles, avec copies anonymisées auraient lieu à la fin de chaque semestre de terminale, et les notes pourraient être prises en compte dans la fiche avenir. Certains enseignements s’arrêteraient dès le mois de décembre de l’année de terminale. De ce fait, c’est au personnel de chaque établissement que revient la lourde charge d’organiser les épreuves, sans la rémunération correspondante. Dans ce nouvel examen, le contrôle continu atteindrait 40 %, alors que les épreuves terminales ne correspondraient plus qu’à 60 % de la valeur du diplôme.

Le ministère espère rassurer en évoquant une banque de sujets cadrés nationalement : mais l’essentiel demeure que tou.te.s les candidat.e.s à l’examen ne passeraient plus la même épreuve. Le contenu du diplôme dépendrait donc du lycée où il a été préparé. Exit donc la valeur nationale du diplôme.

Il faut également rappeler que le Baccalauréat est un diplôme qui ouvre des droits sur le marché du travail et est reconnu dans les conventions collectives ; il est également le diplôme de référence dans la Fonction publique. Les droits qu’il garantit dans le marché du travail sont assis sur sa valeur nationale. Or, si le diplôme devient en partie local, il risque de ne plus offrir les mêmes garanties pour les jeunes diplômé.e.s, et sa reconnaissance deviendrait aléatoire.

De nombreux syndicats de professeur.e.s et des professeur.e.s eux-mêmes s’inquiètent des conséquences de la réforme : le contrôle continu attaque fortement la valeur nationale du diplôme et ouvre une large possibilité à la définition locale des programmes et du contenu du diplôme, en lien avec la réforme du lycée.

Volet 3 : La réforme du lycée : un lycée, des lycées ?

À ce jour, le contenu exact de la réforme n’est pas encore définitif, mais on en connaît les grandes lignes. L’objectif est de supprimer la division du lycée général en trois filières (L, ES, S) aux programmes et horaires nationaux et cohérents. Il s’agirait de mettre en place neuf « couples » de disciplines, par exemple :

  • Maths-informatique

  • Maths-physique-chimie

  • Maths-SVT

  • Maths-SES

  • Sciences de l’ingénieur-physique-chimie

  • Lettres-langues

  • Lettres-art

  • SES-histoire-géographie

  • Lettres-philosophie

Il sera matériellement impossible à chaque lycée de proposer toutes les combinaisons prévues par la nouvelle organisation. Chaque lycée proposera sa propre combinaison en fonction de son projet d’établissement, et la liberté sera laissée à chaque famille de choisir son établissement en fonction de leurs souhaits. La concurrence entre les établissements en serait donc probablement accrue. Le risque est grand également que la valeur du diplôme obtenu dépende de la politique mise en place par l’établissement, surtout si, comme cela est souhaité par le ministère, chaque proviseur.e préside au recrutement de ses propres professeur.e.s.

L’autre conséquence est de taille pour les professeur.e.s : en effet, un tel changement implique la fin des horaires disciplinaires définis nationalement, et donc, fatalement, une baisse des horaires selon les disciplines. Les enseignements pourraient par exemple être semestrialisés, et ce, dès la seconde : en clair, au premier semestre, les élèves suivraient les cours de tronc commun, et au second, les enseignements choisis par eux ; ils pourraient ainsi arrêter de suivre certaines disciplines. La cohérence des programmes et des apprentissages est très clairement mise à mal par un tel projet.

Pour les professeur.e.s, cela entraînerait une annualisation de leurs services. La conséquence en termes de postes semble avoir déjà été anticipée par le ministère : d’après certains syndicats, le ministère prévoit la suppression de milliers de postes dans de nombreuses académies pour la rentrée prochaine. Peut-être n’est-il pas non plus fantaisiste d’établir un lien avec la baisse des postes offerts aux concours de recrutement externes dans presque toutes les disciplines : moins 20 % de postes offerts pour les CAPES et Agrégation externes à la session 2018.

En résumé, les réformes sur l’entrée dans le supérieur, le Baccalauréat et le lycée forment bien un ensemble cohérent, qui représente un véritable bouleversement pour les élèves et futur.e.s étudiant.e.s, mais aussi pour l’ensemble du corps professoral tant du secondaire que du supérieur. L’objectif est de définir localement la valeur des diplômes, et donc, de permettre une sélection qui risque une fois de plus d’exclure les élèves issu.e.s des milieux les plus défavorisés.

Quelle conséquence pour nous, doctorant.e.s ? Dans le cas où nous souhaiterions faire carrière dans l’enseignement supérieur, les débouchés, déjà maigres, se réduisent encore plus à cause de la limitation des capacités d’accueil.

Mais le secondaire, qui représentait, pour les lauréat.e.s des concours d’enseignement, une autre possibilité de carrière une planche de salut, est également attaqué par la baisse très probable du nombre de postes, la perspective d’un recrutement local, et surtout, par le risque d’une dévalorisation de certaines disciplines.

Cette réforme s’inscrit dans le contexte de coupes budgétaires drastiques dans la Fonction publique : 120 000 postes risquent d’être supprimés, dont environ 25 000 rien que dans l’Éducation nationale. Dans le même temps, d’autres budgets augmentent, comme le budget militaire, et l’ISF est supprimé. Cet ensemble de réformes traduit ainsi les choix politiques du gouvernement.

Nous, doctorant.e.s de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, avons toutes les raisons de nous opposer à cet ensemble de réformes.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Formation du CLASCHES sur le harcèlement sexuel

Paris, le 28 février 2018.

Ressources à disposition en cas de harcèlement sexuel  à Sorbonne Université :

Le 17 février 2018, le Collectif Doctoral a participé à une formation du CLASCHES sur le harcèlement sexuel en Sorbonne, en partenariat avec la Brigade des Actions Féministes en Faveur de l’Égalité (BAFFE) et Sud-Educ. Voici ce qu’on y a appris !

Présentation du CLASCHES

Le Collectif de Lutte Anti-Sexiste Contre le Harcèlement dans l’Enseignement Supérieur a été fondé en 2002. Leurs missions sont notamment de former les professionnels de l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR) et d’orienter les victimes. Il édite un guide pratique dont une nouvelle édition sortira prochainement ! Il reçoit entre cinq et dix témoignages par semaine sur son site : http://clasches.fr/

Qu’est ce que le harcèlement sexuel ?

Il est défini par l’article 222-33 du Code pénal :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIARTI000006417706

C’est un délit passible de deux ans de prison et 30 000 € d’amende, dont le délai de prescription est de six ans.

Contrairement aux idées reçues, même des faits non répétés peuvent être qualifiés de harcèlement sexuel. En effet, ce délit regroupe une extrême variété de comportements, par exemple l’exposition à des images pornographiques comme cela peut être le cas dans les salles de garde des hôpitaux. La notion se focalise sur le ressenti de la victime qui a vécu une situation intimidante, hostile ou offensante. Peu importe que le harceleur estime n’avoir fait que « draguer ».

Cinq circonstances aggravantes sont définies par la loi, dont l’abus d’autorité et la situation de précarité ou de dépendance de la victime, lesquelles concernent particulièrement les situations rencontrées dans l’ESR entre étudiant.e.s et enseignant.e.s. Le harcèlement sexuel peut bien sûr avoir lieu entre étudiant.e.s, mais alors il n’y a pas de circonstance aggravante.

Le harcèlement sexuel est distingué du harcèlement moral, même si les deux sont souvent liés. Le harcèlement moral est davantage lié au monde du travail.

Par rapport aux autres infractions à caractère sexuel, il faut distinguer le délit qu’est le harcèlement sexuel du viol, qui est un crime. Toutefois, si la victime est placée dans une situation où elle ne pouvait pas dire non, le juge va généralement considérer qu’il y a absence de consentement.

Il est important déterminer le type d’infraction pour pouvoir caractériser les faits quand on témoigne dans le but de porter plainte au pénal. Quand on a recours à une procédure disciplinaire en revanche, la caractérisation juridique peut parfois desservir la victime car les sections disciplinaires hésitent à utiliser le terme de harcèlement sexuel par peur d’une plainte en diffamation. Mieux vaut dans ce cas utiliser des termes plus neutres ! Il est à noter cependant que souvent la personne mise en cause ne met pas sa menace à exécution, et si elle le fait il suffit de prouver sa bonne foi et non la véracité de ce qui lui est reproché.

Le harcèlement sexuel dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche

Il n’existe aucune enquête nationale sur le sujet à l’heure actuelle et le nombre de témoignages est relativement faible à cause de l’absence de cadre sécurisant et des procédures internes défavorables à la victime.

Le harcèlement sexuel prend des formes spécifiques dans l’université où règne une structure pyramidale, un système de caste et une sous-représentation des femmes dans les postes les plus élevés. La relation étroite qui se noue entre un directeur ou une directrice de recherche et son étudiant.e, le manque de locaux qui amène à prendre rendez-vous hors du cadre universitaire constituent un terrain propice à la naissance de comportements inappropriés. Les harceleurs adoptent souvent une stratégie d’isolement des victimes.

Les conséquences du harcèlement sexuel sur les victimes sont lourdes en ce qui concerne la santé, les études, les relations sociales, la carrière professionnelle. C’est pourquoi il est difficile de prendre la parole. Pourtant les témoignages sont importants car certains cas emblématiques, même prescrits, permettent de confronter l’institution à la réalité du phénomène et de pousser les président.e.s d’université à agir.

Comment réagir ?

Quand on est victime

  • S’écouter : à partir du moment où l’on se sent mal à l’aise, on n’est plus dans le domaine de la drague !
  • Exprimer son refus : cela permet de renforcer la caractérisation du harcèlement sexuel, mais parfois c’est impossible, il ne faut pas culpabiliser si on n’y arrive pas.
  • Se protéger : essayer de rencontrer la personne dans un lieu public ou refuser les rencontres physiques, accumuler les preuves, en parler autour de soi pour avoir l’aide de ses amis et qu’ils puissent témoigner ensuite.
  • Collecter des preuves : enregistrements audio, capture d’écran du journal d’appel, échanges de mails, etc. Il faut tout conserver ! Un harceleur fait souvent plusieurs victimes, ces preuves pourront donc servir même si l’on décide de ne pas porter plainte soi-même.
  • Rédiger un récit circonstancié : il permet de mettre en lumière la situation de harcèlement sexuel et de caractériser les faits, y compris la manière dont la victime a ressenti la situation. Il faut inclure même les faits qui paraissent légers car cela crée un faisceau d’indices concordants. Le récit doit être chronologique et commencer dès le début de la relation  avec la personne, en précisant le plus possible les dates et même les horaires. Il faut commencer à le rédiger des qu’il y a un problème, même si l’on n’est pas sûr.e d’engager des poursuites, parce qu’on oublie vite le déroulé exact des faits. Les violences subies doivent être décrites avec précision, même si c’est très pénible à faire. Il faut aussi décrire les conséquences psychologiques et autres, par exemple les stratégies d’évitement mises en place, les conséquences sur le travail, les souffrances mentales. Il est très utile d’aller voir la médecine du travail ou le service santé de l’établissement qui dresseront un compte-rendu très précis de faits et attesteront de la souffrance de la personne, cela a beaucoup de poids dans un dossier. Il faut aussi inclure un compte-rendu des démarches entamées auprès d’amis, de collègues, d’associations, de syndicats ou des ressources humaines.

On peut s’adresser aux personnels de santé pour obtenir des certificats et les premiers soins, à un.e assistant.e social.e, à la mission égalité de l’établissement, aux associations, aux syndicats, et enfin au défenseur des droits qui n’agit pas directement mais fait un rappel à la loi.

En tant que témoin

  • Se montrer solidaire : ne pas mettre en doute la parole de la victime ! Les cas de manipulation sont extrêmement marginaux du fait de la difficulté à témoigner.
  • Accompagner la victime dans les démarches, qui sont longues et coûteuses en énergie.
  • Rédiger un récit daté des faits dont on a été témoin ou qu’on nous a rapportés.

En tant que témoin on peut demander une section disciplinaire, mais il est préférable d’avoir l’accord explicite de la victime sous peine de lui infliger une autre violence !

Procédures

Si l’on choisit d’engager une procédure, mieux vaut prendre un temps de réflexion car c’est très coûteux en temps et en énergie, parfois en argent, surtout au pénal où souvent cela n’aboutit pas. Attention toutefois : pour faire annuler une décision de licenciement le délai de contestation n’est que de deux mois. L’accompagnement de la victime est crucial, il ne faut pas hésiter à se tourner vers le CLASCHES ou d’autres associations.

Deux modes de procédure sont possibles : la procédure pénale et la procédure disciplinaire. Elles sont totalement indépendantes et fonctionnent très différemment. L’une ressortit du droit pénal, l’autre du droit administratif. Dans ce dernier cas il n’y a pas d’opposition entre plaignant.e et accusé.e mais seulement un.e employé.e ou agent.e qui a manqué à ses devoirs. Il n’y a pas de place pour les victimes dans le droit administratif.

Pourtant le CLASCHES se concentre sur les procédures disciplinaires qui sont moins longues et coûteuses et qui ont plus de chances d’aboutir.

Procédure pénale

Le délai de prescription est de six ans. La victime peut déposer des mains courantes, puis une plainte qui lance la procédure. Lors du dépôt de plainte, il est possible de refuser de parler à l’officier désigné, on peut changer d’officier ou de commissariat. On a aussi le droit de ne pas répondre à certaines questions considérées comme déplacées.

Mais attention, le récit au commissariat servira de base à la procédure. S’il y a des contradictions et des flous, le tribunal pourra casser l’affaire. Il faut donc se préparer avant de porter plainte, éventuellement avec l’aide d’un avocat ou d’une assistance juridique gratuite (certaines assurance en proposent une).

Procédure disciplinaire

Il n’y a pas de délai de prescription pour les procédures disciplinaires. Ces procédures varient selon le type d’établissement et le statut de l’agresseur. La procédure décrite ci-dessous correspond à ce qui se passe à l’université.

Il est important de rassembler les victimes d’un même harceleur, via une association qui recoupe les témoignages, comme la BAFFE, des réunions en non mixité, ou le bouche à oreille. Un signalement auprès du Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) permet également de consigner des faits et de les recouper.

Pour lancer la procédure, il faut envoyer un recommandé au président.e, qui prend ensuite la décision ou pas de saisir la section disciplinaire. S’il ne le fait pas, il faut s’adresser au recteur.

La section disciplinaire est constituée de gens parfois pas du tout formés, qui sont forcément de rang au moins égal à celui de l’accusé.e. C’est une grande inégalité car les professeur.e.s sont jugé.e.s par leurs pairs alors que les étudiant.e.s sont jugé.e.s par tout le monde !

Il est possible de demander à révoquer un membre de la commission ou à délocaliser la commission dans un autre établissement.

Une commission d’instruction est formée au sein de la section disciplinaire. Elle a deux mois pour enquêter mais elle n’est pas du tout encadrée : la seule obligation est de recevoir la victime mais parfois elle ne reçoit personne d’autres. Elle a la possibilité de faire appel à des experts extérieurs.

Le jugement doit faire l’objet d’une publication, mais souvent cela prend la forme d’un petit papier discret et anonyme.

Il n’y a pas de sanction minimale. Les sanctions possibles vont du rappel à l’ordre à la révocation en passant par l’interdiction d’accéder à l’établissement et l’interdiction d’enseigner. Dans la pratique les sanctions sont très légères. L’interdiction d’enseigner n’est parfois même pas vécue comme une sanction !

Les victimes peuvent demander la sanction qu’elles estiment adéquate pour empêcher le harceleur de récidiver.

La procédure disciplinaire n’est pas favorable à la victime car celle-ci est dépossédée de la plainte, il n’y a pas de séparation entre l’enquête et le jugement, le statut de la personne joue un grand rôle. L’ensemble apparaît très opaque, l’accusé peut plus facilement faire appel que la victime auprès du Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) disciplinaire pour essayer de réduire sa sanction.

C’est pourquoi le CLASCHES revendique une réforme de la section disciplinaire dont voici les grandes lignes : composition paritaire et non statutaire, possibilité de la saisir et de faire appel sans passer par le président.e d’établissement, délocalisation systématique, dissociation entre instruction et jugement.

Autres procédures

La consignation sur le registre santé et sécurité du CHSCT permet ensuite de saisir le ou la président.e, ou de mettre en place une médiation.

La médiation académique intervient seulement dans les cas où une décision a été rendue mais n’a pas été appliquée.

Le problème avec les procédures de médiation, c’est que cela fait passer le harcèlement sexuel comme un simple cas de conflit, ce qui masque la dimension de violence.

En cas de préjudice sur le plan professionnel après une dénonciation de harcèlement sexuel, il faut faire appel au tribunal administratif.

Après cette présentation très complète et édifiante, la discussion a beaucoup porté sur le volet prévention : comment mettre en place des règles de bonnes pratiques et de bonne conduite pour éviter les situations à risque ? comment apprendre à se protéger et comment mettre un terme à des comportements déplacés ? Les associations féministes comme la BAFFE travaillent beaucoup sur ces sujets et essayent d’y sensibiliser les personnels et usagers de l’université.

Pour compléter ce tour d’horizon, on vous conseille le guide édité par le CLASCHES. Et si vous êtes victime de harcèlement sexuel, n’hésitez pas à les contacter pour vous faire accompagner dans vos démarches !

Voir le Guide sur le harcèlement sexuel

Signaler à la BAFFE un cas de harcèlement sexuel à Sorbonne Université. Les témoignages recueillis sont anonymes!

Consultation sur le volet « recherche » du projet d’établissement de Sorbonne Université

Paris, le 6 février 2018

La deuxième session de l’atelier de consultation sur le thème « recherche et innovation » aura lieu le vendredi 9 février 2018, de 14h00 à 16h30, sur le campus Malesherbes (amphi 128).

Cette consultation vise à déterminer les priorités de l’Université en vue de l’adoption du projet d’établissement par les conseils centraux. Le projet d’établissement est un document qui fixe les objectifs et orientations de l’université pour une période de quatre ans ; c’est sur cette base que l’État évalue la manière dont elles remplissent leurs missions de service public.

Un point spécifiquement consacré aux doctorant.e.s nous a mobilisé pendant 30 minutes (sur 2h30) lors du premier atelier. Le deuxième atelier est donc l’occasion de confirmer nos attentes et de faire en sorte qu’elles soient hiérarchisées de façon satisfaisante. C’est l’occasion de présenter nos idées et propositions, notamment celles que nous défendons depuis la création du Collectif. Nous vous encourageons donc à y participer nombreux et nombreuses pour représenter les doctorant.e.s en général, et ceux de la Faculté des Lettres en particulier !

Points à l’ordre du jour (non limitatif)

  • Doctorant..e.s de Sorbonne Université.
  • Répartition entre soutien (financement) récurent (permanent) et incitatif (sur projet), disciplinaire et interdisciplinaire.
  • Étendue disciplinaire de Sorbonne Université et instituts interdisciplinaire.
  • Recherche et innovation dans le numérique.
  • Science à Paris : partenariats.
  • Science ouverte.
  • Culture, science et société.
  • Éthique et intégrité scientifique.
  • Partenariats économiques, associatifs et culturels : transfert, innovation et expertise.
  • Appui à la recherche.

En espérant vous y retrouver,

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Épinglé-e-s 2018

Paris, le 29 janvier 2018.

Voir  : Programme d’Épinglé.e.s 2018

Après sa première édition en 2017, le Collectif Doctoral de Sorbonne Université renouvelle sa journée jeunes chercheur.e.s autour du sexisme dans la recherche. Le 10 mars 2018, dans le cadre de la journée de lutte internationale des droits des femmes, et en association avec la Brigade d’Actions Féministes en Faveur de l’Égalité (BAFFE), nous lançons deux appels à participation :

  • Intervention scientifique thématique sur la perversion et l’ethos féminin. Proposition à soumettre avant le 20 février 2018.
  • Poster sur le sexisme rencontré dans nos documents de recherche. Proposition à soumettre en deux temps : 1) envoi de deux citations ou images avant le 1er mars 2018 ; 2) courte analyse et mise en contexte avant le 7 mars 2018.

Vous pouvez répondre à l’un des deux appels, aux deux ou seulement venir en tant que public et participer à notre atelier de réflexion et de création.

Toutes les propositions sont à envoyer sur le formulaire en ligne.

Questions : epinglees@gmail.com

Public : Ces appels sont adressés en priorité aux doctorant-e-s de Sorbonne Université.

1. Matinée thématique : Perversion et ethos féminin

La perversion, qu’elle soit psychologique ou somatique, subie ou consentie, est la marque du dépassement des normes genrées et sexuelles d’une société. Nous proposons aux doctorant-e-s de Sorbonne Université de déconstruire cette notion lorsqu’elle est liée à l’ethos féminin.

La perversion, incarnée par une femme, est élevée comme contre-modèle d’une société, dominée par les hommes, qui marginalise, voire criminalise, toute personne ne respectant le rôle genré qui lui est attribué. Dans cette perspective, certaines femmes donnent délibérément corps à la perversion afin d’affirmer une liberté qui leur est refusée par les structures patriarcales.

Enfin, il apparaît que cette notion de perversion féminine puisse aussi coïncider avec un temps de remise en cause d’un monde et de ses valeurs pour en fonder un nouveau. Toutefois, cette société nouvelle, qui se veut aux antipodes de celle qu’elle a remplacée, n’est pas nécessairement synonyme d’une amélioration de la condition féminine en son sein.

Ce sujet se décline donc selon trois grands axes : profanation et création ; déchirement de l’idéal féminin et renouvellement ; moteur de l’histoire et moteur de l’Histoire.

Nous accueillons toutes les propositions (20 minutes) sans cloisonnement disciplinaire et serions également tout à fait intéressées si vous aviez une proposition sur ce thème mais qui ne serait pas immédiatement liés aux axes proposés.

2. Poster sur le sexisme dans nos recherches

Un auteur ou un personnage de votre corpus vous étonne par son sexisme ?

L’un des faits historiques croisés au cours de vos recherches réveille en vous une vague d’indignation par la misogynie dont il témoigne ?

Ou encore vous êtes confronté.e dans vos travaux de recherche à un cas discutable, qui soulève des interrogations quant à ce qui est acceptable ou non dans la représentation des femmes ?

Le principe est simple : épingler un auteur, un fait, un personnage rencontré dans votre thèse, qui se distingue et s’illustre par son sexisme exemplaire et remarquable ! Ou présenter un cas qui mérite débat.

Chaque intervenant.e proposera un poster (A3 minimum) qui sera exposé tout au long de la journée, avec un temps de présentation succincte en matinée et de discussion dans l’après-midi. Vous trouverez un peu d’aide pour une méthodologie de poster par ici et quelques exemples par là.

3. Atelier collectif : après-midi de discussion, de réflexion et de création

Après cette demi-journée d’échange, un atelier de création ouvert à tou.te.s (doctorant.e.s, masterant.e.s, licences) sera organisé pendant l’après-midi. Il aura pour but de préparer la diffusion des interventions de la matinée, sous la forme de poster, en fonction des possibilités offertes par les contributions de la matinée. Tous les posters et présentations issus de cette journée seront dans la mesure du possible ensuite exposés dans un des centres de Sorbonne Université.

Les intervenant.e.s peuvent choisir librement de participer à la journée entière ou de n’être présent.e.s que pour la matinée.

Pour vous inscrire et contribuer : remplissez ce formulaire.

Dans le cas où vous souhaiteriez participer à ce projet mais ne pouvez pas être présent le 10 mars, vous pouvez également contribuer en nous communiquant par mail un poster sur un phénomène sexiste et un court texte de présentation/commentaire : epinglees@gmail.com.

À bientôt,

Le Collectif Doctoral avec la BAFFE

Version PDF:  Epinglees2018_appels

Sorbonne Actuelle : venez échanger et débattre le 27 janvier!

Samedi 27 janvier 2018 aura lieu à la Maison de la Recherche la seconde édition de la journée jeunes chercheurs SORBONNE ACTUELLE organisée par le Collectif Doctoral de Sorbonne Université. Cette journée se déroule en trois temps :

1. Matinée : Speed-thesing.

Présentation dynamique de sujets de thèse par des doctorants des différentes Écoles doctorales de la Faculté des Lettres, pour un aperçu de la diversité de la recherche, depuis la poésie des météores jusqu’à la sociologie des parcs d’attraction en passant par l’élaboration du droit canon en Géorgie !

2. Après-midi : Conférence

Conférence plénière sur l’épistémologie et les méthodes dans la recherche en Lettres et Sciences Humaines. Cette année, nous aurons le plaisir et l’honneur de recevoir Alain Tallon (Sorbonne Université – histoire), Annick Louis (EHESS – littérature) et Olivier Milhaud (Paris-Sorbonne – géographie).

3.  Après-midi (suite) : Tables rondes

Ces tables-rondes, animées par des doctorants médiateurs, sont des espaces d’échange et de réflexion collective, auxquels le public de la matinée participe au même titre que les intervenants. Trois thèmes transversaux ont été retenus cette année : la scientificité, les usages du texte et les conditions de travail des doctorants.

Les déjeuners de tous les participants (intervenants et public) sont pris en charge grâce aux financements des ED 1, 4 et 5.

Nous vous invitons à vous inscrire via le lien Eventbrite ci-dessous. Le nombre de places est en effet limité (plan Vigipirate et taille des salles obligent).

Inscription

http://www.eventbrite.fr/e/billets-sorbonne-actuelle-journee-jeunes-chercheurs-27-janvier-2018-42194455753

Nous restons à votre disposition pour toute question ou remarque : sorbonne.actuelle@gmail.com

Élections Sorbonne Université: résultats!

Les élections des instances de Sorbonne Université ont eu lieu les 14 et 15 novembre 2017 afin de permettre la naissance de cette nouvelle université issue de la fusion entre Paris-Sorbonne (Paris IV) et Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI). Le Collectif doctoral a présenté plusieurs candidats et candidates aux différents conseils.

Comme toujours, la participation des doctorant.e.s a été très faible (autour de 5%). Le Collectif doctoral regrette que les horaires d’ouverture des bureaux de vote ne soient pas adaptés à l’emploi du temps des doctorant.e.s salarié.e.s et étudie des pistes pour permettre une plus large participation: procédure de procuration simplifiée, possibilité de vote en ligne…

Le Collectif remercie les personnes qui se sont déplacées pour lui apporter leurs voix! Voici nos résultats:

Commission Recherche du Conseil Académique:

Le Collectif doctoral a conclu une alliance avec Doc’Up, l’association des doctorant.e.s de Sorbonne Universités. Notre liste commune « Pour la diversité de la recherche » n’avait pas  de concurrente pour le collège U (collège d’usagers réservé aux doctorant.e.s). En revanche, notre candidate au collège D (collège de personnels enseignants-chercheurs) a été devancée par la liste « Réunis pour Sorbonne Université ».

Vos élu.e.s :

Pierre Porcher, doctorant en Histoire

Justine Le Floc’h, doctorante en Littérature française

Jacques Bury, doctorant en Histoire (suppléant)

 

Conseil de la Faculté des Lettres:

Nous étions la seule liste présentée au collège D (collège usager réservé aux doctorants) et avons donc remporté tous les sièges.

Vos élu.e.s:

Bernard Evans, doctorant en Littérature comparée

Pamela Moore, doctorante en Linguistique

Emmanuel Lemée, doctorant en Histoire (suppléant)

Marina Pantina, doctorante en Littérature française (suppléante)

 

Nos élu.e.s illustrent la diversité de la communauté doctorale, à la fois en terme de statut, de domaine de recherche et d’origine. Le Collectif doctoral a à cœur de poursuivre avec eux sa mission d’information et de représentation de tou.te.s les doctorant.e.s!

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions:

collectifdoctoral@gmail.com

Retrouvez tous les résultats sur le site de Sorbonne Université.

 

 

 

 

Sorbonne Actuelle revient pour une deuxième édition!

Vous venez d’entrer dans le monde du doctorat depuis septembre, vous le pratiquez déjà depuis quelques années, ou vous allez bientôt le quitter ? Quelle que soit votre situation, retrouvez le Collectif doctoral pour une deuxième édition de SORBONNE ACTUELLE, Journée Jeunes Chercheur.e.s consacrée à celles et ceux qui préparent une thèse à Paris-Sorbonne, donc à vous ! Ce sera l’occasion de découvrir la richesse des recherches menées dans notre université et d’échanger sur nos questionnements scientifiques, mais aussi de se rencontrer, de partager nos expériences multiples du doctorat, de créer du lien entre nous malgré les murs des bibliothèques et des laboratoires qui nous séparent.

Cette journée aura lieu le 27 janvier 2018. Elle commencera par une matinée de présentations de thèses et se poursuivra l’après-midi avec l’organisation de tables rondes afin de réfléchir ensemble à des questions concernant autant nos recherches que la création de la toute nouvelle Sorbonne Université.

Appel à participation – Speed-thesing pour mieux faire connaissance

L’appel s’adresse à toutes les personnes préparant une thèse à Paris IV- Paris Sorbonne, quelle que soit leur discipline, quel que soit leur nombre d’années d’inscription en thèse.

Les interventions attendues consistent en la présentation de votre sujet de recherche en 10 min. max. pour un public de non-spécialistes.

Envoyez-nous un bref résumé de votre sujet de thèse, accompagné éventuellement de quelques mots-clefs. (300 mots env.)

Pour participer, veuillez remplir ce formulaire : https://framaforms.org/sorbonne-actuelle-2018-1510166326

*Proposition à envoyer avant le 5 décembre*

Pour toute question vous pouvez aussi nous contactez ici : sorbonne.actuelle@gmail.com
Cette journée Jeunes Chercheur.e.s vous est proposée par le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne.

Pole scientifique : Justine Le Floc’h (ED3); Raphaelle Jamet (ED4); Solange Arber (ED4) ; Aurore Denmat Leon (ED1) ; Aurelien Gavois (ED1) ; Romain Goudjil (ED1)

Communiqué – Contre les incitations à la prostitution étudiante

Paris, le 18 novembre 2017.

Les propriétaires d’un site internet ont fait circuler autour des universités parisiennes un camion qui porte l’inscription suivante : « Hey les étudiant(e)s ! Romantique, passion et pas de prêt étudiant. Sortez avec un sugar daddy ou sugar mama ». Cette publicité est accompagnée d’une photographie représentant un jeune homme s’apprêtant à embrasser une jeune femme.

Connaissant les difficultés que rencontre une partie de la jeunesse pour mener ses études supérieures tout en ayant des conditions de vie décentes, les propriétaires d’un site internet croient bon de les inciter à la prostitution et d’organiser le commerce de leur corps avec des personnes plus âgées qui, en contrepartie, leur donneraient les moyens de poursuivre leurs études sans s’endetter.

Parce qu’elle s’adresse à la partie la plus précaire de la jeunesse des universités, qu’elle confronte à un chantage indigne, cette démarche n’est pas acceptable.

La saisie par la préfecture de police de Paris du camion diffusant cette publicité et l’ouverture d’une procédure pour « proxénétisme aggravé » par le parquet de Paris montrent que les suites judiciaires que comporte cette situation sont en cours.

Le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne, choqué de cette initiative malheureuse, exprime sa réprobation. La précarité des étudiant.e.s n’est pas une opportunité à exploiter, mais un problème à résoudre.

 

Communiqué – Le CNOUS et la vie privée

 Paris, le 18 novembre 2017.

Dans un article en date du 7 septembre 2017, le journal Ouest-France indique que des capteurs ont été disposés dans les lits des étudiant.e.s dans une résidence appartenant au ressort du Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) de Rennes. Ce capteur permet, selon son créateur, de savoir « lorsqu’un étudiant prend son lit pour une barre de tractions ou quand le matelas se transforme en canapé pour dix personnes » et ce afin, le cas échéant, qu’« un SMS soit envoyé automatiquement à un agent technique qui peut intervenir dans la chambre ».

Dans un article en date du 20 octobre 2017, le journal Le Monde évoque l’application Izly, utilisée par le Centre national des œuvres universitaires et scolaires (CNOUS) pour les opérations relatives à la restauration universitaire. On y apprend qu’à chaque achat d’un repas en restaurant universitaire, les étudiant.e.s sont géolocalisés et leurs données transmises à des sociétés de marketing. Les données ainsi récoltées sont utilisées pour améliorer le ciblage publicitaire.

Dans un communiqué en date du 21 octobre 2017, le président du CNOUS indique que les CROUS « contestent les inexactitudes et raccourcis diffusés à propos du système de paiement IZLY et tiennent à rassurer les étudiants », sans toutefois préciser de quels raccourcis il s’agit et sans démentir sur le fond l’existence du dispositif – dont il annonce la suppression – ni la transmission des données à des tiers privés.

En moins de deux mois, le Centre national des œuvres scolaires et universitaires (CNOUS) a attenté deux fois aux libertés des étudiant.e.s.

Dans le premier cas, nous nous étonnons qu’un dispositif par lequel le CNOUS considère les étudiant.e.s comme des adultes si peu dignes de confiance soit mis en place. Dans le second cas, nous nous étonnons qu’une institution de la vie universitaire ait la légèreté de croire qu’elle peut transmettre à des tiers privés des données récoltées dans l’exercice d’une mission de service public.

Le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne appelle le CNOUS à plus de vigilance vis-à-vis de ses actions. Le Collectif s’interroge, par ailleurs, sur la priorité donnée aux dépenses engagées pour ces dispositifs alors que le nombre de demandes de chambres en résidences universitaire dépasse chaque année davantage le nombre de places disponibles.

 

Communiqué – Réforme de l’entrée à l’université : les doctorant.e.s payeront davantage de frais d’inscription !

Paris, le 9 novembre 2017.

Le Plan Étudiant révélé le 30 octobre dernier par la ministre de l’ESR, concernant la réforme de l’entrée à l’université, prévoit la suppression de la cotisation à la sécurité sociale étudiante (actuellement de 217 euros). Cette cotisation est remplacée par une « contribution vie étudiante » (article L841-5) d’un montant de 60 euros en cycle 1 ; 120 euros en cycle 2 et 150 euros en cycle 3. Le document insiste lourdement sur l’économie que cela représente pour un.e étudiant.e, qui gagnerait immédiatement entre 150 et 90 euros en début d’année scolaire.

Or la majorité des doctorant.e.s ne sont pas concernés par la cotisation à la sécurité sociale étudiante : en tant que salarié.e.s, demandeur.se.s d’emplois ou retraité.e.s, il.elle.s sont en effet rattaché.e.s au régime général de la sécurité sociale.

La contribution à la vie étudiante prévue par le projet de loi pèse donc très lourdement sur ces doctorant.e.s et est en réalité une augmentation déguisée des frais d’inscription, de l’ordre de 38 % : un.e doctorant.e qui payait jusqu’à présent 391 euros par an paiera dorénavant 541 euros. Loin d’être une économie, la mesure représente donc un alourdissement très net des frais engendrés par l’accomplissement d’une thèse : celles-ci durant en moyenne 5 ans dans les disciplines LLSHS, cela représente pas moins de 750 euros supplémentaires sur l’ensemble de la thèse !

Cette mesure est d’autant moins acceptable que les doctorant.e.s comptent d’ores et déjà parmi les personnels de la recherche les plus précaires, et ce alors même qu’ils assurent, dans toutes les disciplines et toutes les universités, une part conséquente des charges d’enseignement et des missions de recherche.


Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne, en accord avec d’autres associations d’étudiant.e.s et de jeunes chercheur.se.s, s’oppose absolument à cette mesure scandaleuse.

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne rappelle qu’il s’engage en vue d’obtenir la suppression des frais de scolarité pour l’ensemble des doctorant.e.s.

Élections Sorbonne Université: comment voter?

Vous comptez bien participer à l’élection des instances de la nouvelle université mais vous êtes un peu perdu.e.s entre les différentes dates, collèges, bureaux de votes? Pas de panique, on vous explique!

  • Personnel ou usager?

Il y a deux grandes catégories de votants: les personnels de l’université et les usagers, c’est-à-dire les étudiant.e.s. Les doctorant.e.s sont inscrits par défaut sur les listes usagers. Néanmoins les doctorant.e.s contractuel.le.s ou ATER ont la possibilité de voter en tant que personnels. Pour cela, il fallait remplir un formulaire jusqu’au 8 novembre. Si vous ne l’avez pas fait, vous êtes inscrit.e.s en tant qu’usager!

  • Collège U ou collège D?

Les sièges dans les différents conseils sont répartis en fonction des collèges électoraux. La Commission Recherche et le Conseil de Faculté ont des sièges réservés aux doctorant.e.s. Voici les différents collèges électoraux dans lesquels sont inscrit.e.s les doctorant.e.s en fonction de l’instance et de leur statut:

Instance: Personnels: Usagers:
Conseil d’Administration B U
Commission Recherche du Conseil Académique D U
Conseil de la Faculté des Lettres B D
  • 14 ou 15 novembre?

Les personnels votent le mardi 14 novembre uniquement, tandis que les étudiant.e.s votent le 14 et le 15 novembre.

  • Sorbonne ou Clignancourt?

Il y a un bureau de vote sur tous les principaux sites de l’université, notamment en Sorbonne, à Clignancourt, Malesherbes et au Celsa.  Voici les adresses : bureaux_de_vote-2.

Attention, vous ne pouvez pas voter où bon vous semble! Pour connaître votre bureau de vote de rattachement, vous devez consulter les listes électorales. Il y a une liste électorale pour les conseils centraux (Conseil d’Administration, Conseil Académique) et une liste électorale pour le Conseil de faculté.

Les listes électorales des usagers se trouvent sur l’ENT étudiant, les listes électorales des personnels se trouvent sur l’ENT personnels: http://ent.paris-sorbonne.fr

  • En personne ou par procuration?

Vous avez jusqu’au 13 novembre pour établir vos procurations. Pour cela, il faut vous rendre dans un des centres de procuration: http://www.paris-sorbonne.fr/article26409?var_mode=calcul

Vérifiez auparavant sur les listes électorales dans quels collèges vous êtes inscrit.e.s! Il faudra remplir une procuration par collège et votre mandataire doit être inscrit dans les mêmes collèges que vous. Vous devrez fournir une pièce d’identité et, le cas échéant, soit le numéro étudiant de votre mandataire (pour les usagers), soit sa date de naissance (pour les personnels).

Tout cela vous paraît bien compliqué? Rappelez-vous qu’il s’agit d’élire vos représentant.e.s pour porter les intérêts des doctorant.e.s dans la nouvelle université fusionnée où beaucoup de choses sont encore dans le flou, c’est donc le moment où jamais de se mobiliser!

 

 

Communiqué – Les élections sont pour bientôt !

Paris, le 28 octobre 2017.

Les 14 et 15 novembre prochain auront lieu les élections aux instances de Sorbonne Université, établissement né de la fusion des Universités Paris-Sorbonne et Pierre-et-Marie-Curie. Le Collectif Doctoral présente des candidat.e.s à tous les scrutins où existent des collèges électoraux réservés aux doctorant.e.s. Nous sommes également présents sur la liste « Solidaire et Déchaînée » pour le Conseil d’Administration avec Axelle Brémont, doctorante en archéologie.

Notre mot d’ordre : la diversité de la recherche ! Cela se traduit notamment par les profils variés des candidat.e.s que nous vous présentons : d’origines diverses, travaillant dans  différentes disciplines, avec ou sans financement, ils et elles sauront représenter l’ensemble de la communauté doctorale.

Votez et faites voter pour vos candidats ! Vous pouvez consulter le bilan de la mandature qui s’achève ici.

Vous ne pouvez pas voter ? Pensez à donner procuration à quelqu’un de confiance (voir sur le site de l’université : pour la commission recherche ; pour le conseil de la faculté des lettres)

Échelon universitaire: CONSEIL ACADÉMIQUE (COMMISSION RECHERCHE)

La liste « Pour la diversité de la recherche » regroupe des candidat.e.s issues du Collectif doctoral et de Doc’Up, qui se sont alliés pour ce scrutin. La liste est composée à parité d’hommes et de femmes, de littéraires et de scientifiques, de membres du collectif et de Doc’Up.

Nos engagements :

  • Participer au rayonnement de la recherche par la valorisation des thèses
  • Répondre aux besoins des doctorant.e.s
  • Respecter la diversité des parcours et des particularités disciplinaires

Document : notre profession de foi : 2017-11 CR-CA Pour la diversité de la recherche BONv2

Nos candidat.e.s (par ordre de présentation) : Pierre Porcher (histoire), Marion Millerand (physiopathologie), Pierre-Emmanuel Wulfman (ingénierie), Justine le Floch (littérature française et comparée), Jacques Bury (histoire), Pauline Bardin (physiopathologie), Benjamin Garland (biomédicale), Marjorie Occelli (histoire de l’art).

Nous présentons également une candidate pour le siège du collège D : Solange Arber (études germaniques).

Où voter pour la commission recherche ? Liste des bureaux de vote.

Attention : vous ne pouvez pas voter partout, prenez connaissance de votre bureau de vote de rattachement sur les listes électorales.

Échelon facultaire : CONSEIL DE LA FACULTÉ DES LETTRES

La liste « Collectif doctoral pour la diversité de la recherche » est composée de doctorant.e.s adhérent.e.s de notre association, qui s’engagent dans trois domaines :

  • Promouvoir une université de service public, où les doctorants sont formés dans un contexte qui tient compte de la diversité des parcours et des des particularités disciplinaires
  • Améliorer les conditions de travail des doctorant.e.s qui participent à l’enseignement supérieur
  • Contribuer installer une vie doctorale active au sein de la nouvelle université ;

Document : notre profession de foi : Profession de foi ColDoc.

Nos candidat.e.s (par ordre de présentation) : Bernard Evans (littérature française et comparée), Pamela Moore (linguistique), Emmanuel Lemée (histoire), Marina Pantina (littérature française et comparée).

Où voter pour le conseil de la faculté des lettres ? Liste des bureaux de vote.

Attention : vous ne pouvez pas voter partout, prenez connaissance de votre bureau de vote de rattachement sur les listes électorales.

Prendre du recul sur l’organisation institutionnelle de la nouvelle université ? Consultez l’organigramme provisoire établi par le collectif.

Bilan de nos élu.e.s !

Le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne est en train de préparer ses listes pour les élections qui auront lieu les 14 et 15 novembre 2017 ! C’est donc un bon moment pour dresser le bilan des deux  années de mandat de nos élu.e.s à la Commission Recherche :

Engagements aux élections générales

Université Paris-Sorbonne

Statut à ce jour
1 Mise en place d’un portail d’aiguillage sur les formations doctorales sur le site de l’université EN COURS. Nous avons rencontré les responsables des composantes (ESPE, SCUIOIP, IFD/DFC) qui organisent les formations doctorales. Le document pouvant être transposé en portail sur le site internet de l’université a été transmis aux services compétents en septembre 2017. Plusieurs élus issus du collectif ont participé aux groupes de travail sur la construction du futur site de la nouvelle université (juillet 2017).
2 Défense d’une indispensable souplesse dans les engagements de formation TENU. Cette conception est partagée par la plupart des enseignants-chercheurs en Humanités avec lesquels cette question a été abordée lors des réunions des écoles doctorales ou lors de discussions plus informelles.
3 S’assurer autant que possible que le nombre de doctorant.e.s maximum qu’un enseignant-chercheur peut encadrer soit précisé TENU. Les ajustements consécutifs à la nouvelle législation encadrant les études doctorales ont fait préciser ce seuil par les écoles doctorales, autour d’une quinzaine de doctorant.e.s, avec une souplesse particulière pour les disciplines rares.
4 Améliorer la promotion des travaux des doctorant.e.s et des thèses soutenues TENU. La branche « vie scientifique » du collectif a organisé plusieurs événements importants à cette fin : la journée d’étude Sorbonne Actuelle avec speed-thesing et groupes de réflexions (janvier 2017) et la participation à la Fête de la Science sur le thème « les Humanités à cœur ouvert » (septembre 2017).

Sorbonne Actuelle : un compte-rendu !

5 Prise en compte des situations spécifiques à chaque doctorant.e pour la durée des études doctorales TENU. La plus grande partie du guide du doctorant version 2016 a été mise en ligne sur le site du collectif : doctoratp4.hypotheses.org. Les contributeurs.trices sont toutes et tous des doctorant.e.s qui partagent leurs connaissances et leurs expériences au service du collectif.
6 Assurer la mise à jour du guide du doctorat de 2009
7 Améliorer la communication entre les élus du Conseil académique et les élus aux conseils des Écoles doctorales TENU. La consultation de tous les doctorants a eu lieu au cours de l’année 2016-2017. Le collectif doctoral de Paris-Sorbonne dispose d’élu.e.s membres ou sympathisant.e.s dans les conseils de toutes les écoles doctorales de Paris-Sorbonne.
8 Organiser une consultation de tous les doctorants de Paris-Sorbonne pour identifier nos priorités
9 Rester vigilants quant aux conséquences du projet de fusion entre Paris IV et Paris VI. TENU. Le collectif avait pris position contre la fusion, craignant que les lettres, langues, sciences humaines et sociales ne soient marginalisées au sein de la nouvelle université. Nous avons exprimé nos positions en séance à plusieurs reprises. Maintenant que la fusion a été décidée par la majorité, il nous faut contribuer à ce qu’elle se fasse d’une manière profitable pour la recherche en général, nos disciplines et les doctorant.e.s en humanités en particuliers.

Nous sommes très fiers du travail accompli et nous entendons bien poursuivre sur cette voie !

Prochainement : notre nouvelle profession de foi, nos listes pour la Commission Recherche et le Conseil de Faculté, notre soirée de campagne !

Le Collectif participe à la Fête de la Science!

C’est un rendez-vous déjà bien installé : tous les ans, la Fête de la Science permet aux doctorant.e.s de présenter la recherche à un vaste public, et notamment à des futures générations de chercheurs et de chercheurses.

Cette année, le Collectif doctoral en sera, nous vous invitons donc à consulter notre programme et à venir nombreux, avec vos enfants, neveux ou nièces!

Rendez-vous les 14 et 15 octobre sur le campus Jussieu!