Tous les articles par collectifparis4

Réforme de l’entrée à l’université : les doctorant.e.s payeront davantage de frais d’inscription !

Paris, le 9 novembre 2017

Le Plan Étudiant révélé le 30 octobre dernier par la ministre de l’ESR, concernant la réforme de l’entrée à l’université, prévoit la suppression de la cotisation à la sécurité sociale étudiante (actuellement de 217 euros). Cette cotisation est remplacée par une « contribution vie étudiante » (article L841-5) d’un montant de 60 euros en cycle 1, 120 euros en cycle 2 et 150 euros en cycle 3. Le document insiste lourdement sur l’économie que cela représente pour un.e étudiant.e, qui gagnerait immédiatement entre 150 et 90 euros en début d’année scolaire.

Or la majorité des doctorant.e.s ne sont pas concernés par la cotisation à la sécurité sociale étudiante : en tant que salarié.e.s, demandeur.se.s d’emplois ou retraité.e.s, il.elle.s sont en effet rattaché.e.s au régime général de la sécurité sociale.

La contribution à la vie étudiante prévue par le projet de loi pèse donc très lourdement sur ces doctorant.e.s et est en réalité une augmentation déguisée des frais d’inscription, de l’ordre de 38 % : un.e doctorant.e qui payait jusqu’à présent 391 euros par an paiera dorénavant 541 euros. Loin d’être une économie, la mesure représente donc un alourdissement très net des frais engendrés par l’accomplissement d’une thèse : celles-ci durant en moyenne 5 ans dans les disciplines LLSHS, cela représente pas moins de 750 euros supplémentaires sur l’ensemble de la thèse !

Cette mesure est d’autant moins acceptable que les doctorant.e.s comptent d’ores et déjà parmi les personnels de la recherche les plus précaires, et ce alors même qu’ils assurent, dans toutes les disciplines et toutes les universités, une part conséquente des charges d’enseignement et des missions de recherche.

 

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne, en accord avec d’autres associations d’étudiant.e.s et de jeunes chercheur.se.s, s’oppose absolument à cette mesure scandaleuse.

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne rappelle qu’il s’engage en vue d’obtenir la suppression des frais de scolarité pour l’ensemble des doctorant.e.s.

 

Élections Sorbonne Université: comment voter?

Vous comptez bien participer à l’élection des instances de la nouvelle université mais vous êtes un peu perdu.e.s entre les différentes dates, collèges, bureaux de votes? Pas de panique, on vous explique!

  • Personnel ou usager?

Il y a deux grandes catégories de votants: les personnels de l’université et les usagers, c’est-à-dire les étudiant.e.s. Les doctorant.e.s sont inscrits par défaut sur les listes usagers. Néanmoins les doctorant.e.s contractuel.le.s ou ATER ont la possibilité de voter en tant que personnels. Pour cela, il fallait remplir un formulaire jusqu’au 8 novembre. Si vous ne l’avez pas fait, vous êtes inscrit.e.s en tant qu’usager!

  • Collège U ou collège D?

Les sièges dans les différents conseils sont répartis en fonction des collèges électoraux. La Commission Recherche et le Conseil de Faculté ont des sièges réservés aux doctorant.e.s. Voici les différents collèges électoraux dans lesquels sont inscrit.e.s les doctorant.e.s en fonction de l’instance et de leur statut:

Instance: Personnels: Usagers:
Conseil d’Administration B U
Commission Recherche du Conseil Académique D U
Conseil de la Faculté des Lettres B D
  • 14 ou 15 novembre?

Les personnels votent le mardi 14 novembre uniquement, tandis que les étudiant.e.s votent le 14 et le 15 novembre.

  • Sorbonne ou Clignancourt?

Il y a un bureau de vote sur tous les principaux sites de l’université, notamment en Sorbonne, à Clignancourt, Malesherbes et au Celsa.  Voici les adresses : bureaux_de_vote-2.

Attention, vous ne pouvez pas voter où bon vous semble! Pour connaître votre bureau de vote de rattachement, vous devez consulter les listes électorales. Il y a une liste électorale pour les conseils centraux (Conseil d’Administration, Conseil Académique) et une liste électorale pour le Conseil de faculté.

Les listes électorales des usagers se trouvent sur l’ENT étudiant, les listes électorales des personnels se trouvent sur l’ENT personnels: http://ent.paris-sorbonne.fr

  • En personne ou par procuration?

Vous avez jusqu’au 13 novembre pour établir vos procurations. Pour cela, il faut vous rendre dans un des centres de procuration: http://www.paris-sorbonne.fr/article26409?var_mode=calcul

Vérifiez auparavant sur les listes électorales dans quels collèges vous êtes inscrit.e.s! Il faudra remplir une procuration par collège et votre mandataire doit être inscrit dans les mêmes collèges que vous. Vous devrez fournir une pièce d’identité et, le cas échéant, soit le numéro étudiant de votre mandataire (pour les usagers), soit sa date de naissance (pour les personnels).

Tout cela vous paraît bien compliqué? Rappelez-vous qu’il s’agit d’élire vos représentant.e.s pour porter les intérêts des doctorant.e.s dans la nouvelle université fusionnée où beaucoup de choses sont encore dans le flou, c’est donc le moment où jamais de se mobiliser!

 

 

Les élections sont pour bientôt !

Les 14 et 15 novembre prochain auront lieu les élections aux instances de Sorbonne Université, établissement né de la fusion des Universités Paris-Sorbonne et Pierre-et-Marie-Curie. Le Collectif doctoral présente des candidat.e.s à tous les scrutins où existent des collèges électoraux réservés aux doctorant.e.s. Nous sommes également présents sur la liste « Solidaire et Déchaînée » pour le Conseil d’Administration avec Axelle Brémont, doctorante en archéologie.

Notre mot d’ordre: la diversité de la recherche! Cela se traduit notamment par les profils variés des candidat.e.s que nous vous présentons : d’origines diverses, travaillant dans  différentes disciplines, avec ou sans financement, ils et elles sauront représenter l’ensemble de la communauté doctorale.

Votez et faites voter pour vos candidats ! Vous pouvez consulter le bilan de la mandature qui s’achève ici.

Vous ne pouvez pas voter ? Pensez à donner procuration à quelqu’un de confiance (voir sur le site de l’université : pour la commission recherche ; pour le conseil de la faculté des lettres)

 

  • Échelon universitaire: CONSEIL ACADÉMIQUE (COMMISSION RECHERCHE)

La liste « Pour la diversité de la recherche » regroupe des candidat.e.s issues du Collectif doctoral et de Doc’Up, qui se sont alliés pour ce scrutin. La liste est composée à parité d’hommes et de femmes, de littéraires et de scientifiques, de membres du collectif et de Doc’Up. Nos engagements :

  1. Participer au rayonnement de la recherche par la valorisation des thèses
  2. Répondre aux besoins des doctorant.e.s
  3. Respecter la diversité des parcours et des particularités disciplinaires

Document : notre profession de foi : 2017-11 CR-CA Pour la diversité de la recherche BONv2

Nos candidats (par ordre de présentation) : Pierre Porcher (histoire), Marion Millerand (physiopathologie), Pierre-Emmanuel Wulfman (ingénierie), Justine le Floch (littérature française et comparée), Jacques Bury (histoire), Pauline Bardin (physiopathologie), Benjamin Garland (biomédicale), Marjorie Occelli (histoire de l’art).

Nous présentons également une candidate pour le siège du collège D: Solange Arber (études germaniques)

Où voter pour la commission recherche ? Liste des bureaux de vote

Attention : vous ne pouvez pas voter partout, prenez connaissance de votre bureau de vote de rattachement sur les listes électorales.

 

  • Échelon facultaire : CONSEIL DE LA FACULTÉ DES LETTRES

La liste « Collectif doctoral pour la diversité de la recherche » est composée de doctorant.e.s adhérent.e.s de notre association, qui s’engagent dans trois domaines :

  1. Promouvoir une université de service public, où les doctorants sont formés dans un contexte qui tient compte de la diversité des parcours et des des particularités disciplinaires
  2. Améliorer les conditions de travail des doctorant.e.s qui participent à l’enseignement supérieur
  3. Contribuer installer une vie doctorale active au sein de la nouvelle université ;

Document : notre profession de foi : Profession de foi ColDoc

 

Vos candidat.e.s (par ordre de présentation) : Bernard Evans (littérature française et comparée), Pamela Moore (linguistique), Emmanuel Lemée (histoire), Marina Pantina (littérature française et comparée).

 

Où voter pour le conseil de la faculté des lettres ? Liste des bureaux de vote

Attention : vous ne pouvez pas voter partout, prenez connaissance de votre bureau de vote de rattachement sur les listes électorales.

Prendre du recul sur l’organisation institutionnelle de la nouvelle université ? Consultez l’organigramme provisoire établi par le collectif

Bilan de nos élu.e.s!

Le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne est en train de préparer ses listes pour les élections qui auront lieu les 14 et 15 novembre prochains! C’est donc un bon moment pour dresser le bilan des deux années de mandat de nos élu.e.s à la Commission Recherche:

Engagements aux élections générales

Université Paris-Sorbonne

Statut à ce jour
1 Mise en place d’un portail d’aiguillage sur les formations doctorales sur le site de l’université EN COURS. Nous avons rencontré les responsables des composantes (ESPE, SCUIOIP, IFD/DFC) qui organisent les formations doctorales. Le document pouvant être transposé en portail sur le site internet de l’université a été transmis aux services compétents en septembre 2017. Plusieurs élus issus du collectif ont participé aux groupes de travail sur la construction du futur site de la nouvelle université (juillet 2017).
2 Défense d’une indispensable souplesse dans les engagements de formation TENU. Cette conception est partagée par la plupart des enseignants-chercheurs en Humanités avec lesquels cette question a été abordée lors des réunions des écoles doctorales ou lors de discussions plus informelles.
3 S’assurer autant que possible que le nombre de doctorant.e.s maximum qu’un enseignant-chercheur peut encadrer soit précisé TENU. Les ajustements consécutifs à la nouvelle législation encadrant les études doctorales ont fait préciser ce seuil par les écoles doctorales, autour d’une quinzaine de doctorant.e.s, avec une souplesse particulière pour les disciplines rares.
4 Améliorer la promotion des travaux des doctorant.e.s et des thèses soutenues TENU. La branche « vie scientifique » du collectif a organisé plusieurs événements importants à cette fin : la journée d’étude Sorbonne Actuelle avec speed-thesing et groupes de réflexions (janvier 2017) et la participation à la Fête de la Science sur le thème « les Humanités à cœur ouvert » (septembre 2017).

Sorbonne Actuelle : un compte-rendu !

5 Prise en compte des situations spécifiques à chaque doctorant.e pour la durée des études doctorales TENU. La plus grande partie du guide du doctorant version 2016 a été mise en ligne sur le site du collectif : doctoratp4.hypotheses.org. Les contributeurs.trices sont toutes et tous des doctorant.e.s qui partagent leurs connaissances et leurs expériences au service du collectif.
6 Assurer la mise à jour du guide du doctorat de 2009
7 Améliorer la communication entre les élus du Conseil académique et les élus aux conseils des Écoles doctorales TENU. La consultation de tous les doctorants a eu lieu au cours de l’année 2016-2017. Le collectif doctoral de Paris-Sorbonne dispose d’élu.e.s membres ou sympathisant.e.s dans les conseils de toutes les écoles doctorales de Paris-Sorbonne.
8 Organiser une consultation de tous les doctorants de Paris-Sorbonne pour identifier nos priorités
9 Rester vigilants quant aux conséquences du projet de fusion entre Paris IV et Paris VI. TENU. Le collectif avait pris position contre la fusion, craignant que les lettres, langues, sciences humaines et sociales ne soient marginalisées au sein de la nouvelle université. Nous avons exprimé nos positions en séance à plusieurs reprises. Maintenant que la fusion a été décidée par la majorité, il nous faut contribuer à ce qu’elle se fasse d’une manière profitable pour la recherche en général, nos disciplines et les doctorant.e.s en humanités en particuliers.

Nous sommes très fiers du travail accompli et nous entendons bien poursuivre sur cette voie!

Prochainement: notre nouvelle profession de foi, nos listes pour la Commission Recherche et le Conseil de Faculté, notre soirée de campagne!

Le Collectif participe à la Fête de la Science!

C’est un rendez-vous déjà bien installé : tous les ans, la Fête de la Science permet aux doctorant.e.s de présenter la recherche à un vaste public, et notamment à des futures générations de chercheurs et de chercheurses.

Cette année, le Collectif doctoral en sera, nous vous invitons donc à consulter notre programme et à venir nombreux, avec vos enfants, neveux ou nièces!

Rendez-vous les 14 et 15 octobre sur le campus Jussieu!

 

Pourquoi l’écriture inclusive?

Qu’il aborde la question de la parité dans l’enseigement supérieur et la recherche, ou qu’il épingle le sexisme à l’occasion du 8 mars, le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne s’engage en faveur de l’égalité femmes-hommes. Cela passe notamment par l’usage d’une écriture inclusive, car la communication de notre association se veut la plus ouverte et la plus représentative possible.

L’écriture inclusive désigne l’ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d’assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes, permettant ainsi de rendre visible la diversité des individus. Convaincu·e·s que la façon dont nous mettons le monde en mots construit nos représentations et, à l’inverse, que notre perception du monde est en retour façonnée par le langage, nous estimons important de faire nôtres quelques grands principes de l’écriture inclusive.

L’écriture inclusive peut donner lieu à plusieurs graphies, notamment l’utilisation du tiret (professeur-e-s), l’utilisation du point médian (professeur·e·s) – parfois remplacé par un point (professeur.e.s) – ou encore l’utilisation simultanée des deux termes (professeurs et professeures ou professeures et professeurs). L’emploi de termes épicènes comme membre, personne, individu, élève c’est-à-dire de termes non marqués du point de vue du genre grammatical, fait aussi partie des grands principes de l’écriture inclusive. Le Collectif doctoral ne s’est pas engagé en faveur d’une graphie en particulier et emploie l’une ou l’autre des ces conventions graphiques en fonction des locuteurs/-trices.

La chargée de mission Egalité-Lutte contre les discriminations de la future Sorbonne Université a indiqué que cette posture a d’ores et déjà été adoptée pour l’écriture des statuts de la nouvelle université à partir de la règle suivante : écriture inclusive qui décline l’ensemble des termes (professeures et professeurs, etc., donc sans point et sans tiret) par ordre d’apparition alphabétique (ce qui fait apparaître en premier tantôt les termes au féminin, tantôt ceux au masculin).

La pratique montre que l’impulsion des universitaires est décisive dans l’application des textes. Pour rappel : « En France, il existe un cadre juridique qui encourage l’utilisation du féminin des noms de métiers dans les textes réglementaires et dans tous les documents officiels émanant des administrations et établissements publics de l’Etat. » (voir Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes). Depuis, un « Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe » a également été développé à l’usage des particuliers comme des institutions. Nous indiquons par ailleurs, pour les personnes intéressées, une étude de l’Onisep interrogeant et étudiant les conséquences du langage – et de l’écriture inclusive – sur les stéréotypes, notamment liés aux métiers.

Participe avec nous à la Fête de la Science!

Le week-end des 14 et 15 octobre 2017 aura lieu la 26e édition de la Fête de la Science, festival national organisé sur le campus Jussieu conjointement par l’UPMC et Paris-IV et dont la vocation est de partager avec le grand public les enjeux, méthodes, problématiques et nouveautés de la recherche. Les sciences humaines y sont chaque année peu représentées, et c’est pourquoi les membres du Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne ont estimé particulièrement important d’y tenir un stand pour cette édition.

Nous y proposerons des modules d’activité interactifs tout public (notamment orientés vers les enfants), une conférence-débat sur la place des sciences humaines dans une manifestation souvent ‘trustée’ par les sciences dites dures, mais nous souhaitons aussi y ménager de nombreux temps d’intervention dédiés à des doctorants qui souhaiteraient présenter leur sujet de thèse à un public amateur.

Les interventions, d’une dizaine de minutes, devront adopter une forme ludique (voire interactive) de manière à présenter à un public diversifié et non-spécialiste des problématiques et des démarches de recherche (la fête de la Science s’axant plutôt sur ces problématiques) plutôt que des connaissances factuelles sur le sujet. Elles pourront être accompagnées d’un powerpoint, et un poster sera réalisé (avec l’aide graphique du collectif) pour chacune des interventions programmées, afin de décorer le stand. A la suite de l’intervention, un temps d’échange informel sera prévu avec le public (1/2h de présence souhaitée sur le stand). Nous sommes également en contact avec l’administration pour que votre participation donne lieu à une attestation d’initiation à la médiation scientifique de la part de Paris-Sorbonne, pour votre portfolio de thèse.

Vous êtes invité.e.s à envoyer une proposition de communication de 200 mots environ avant le 1er juillet 2017 si l’initiative vous intéresse, à l’adresse suivante : fetescience.collectifdoctoral@gmail.com . Une journée de préparation sera ensuite programmée en septembre prochain (notamment pour mettre en forme les posters) »

Qu’est-ce que le Comité de Suivi Individuel ?

Disposition décidée par l’arrêté de 2016 sur le doctorat, les comités de suivi individuels ont été mis en place à Paris Sorbonne au printemps 2017. Ce sont les conseils des différentes écoles doctorales qui décident de leur organisation, aussi le cadre peut varier légèrement!

Voici le texte de l’arrêté:

Un comité de suivi individuel du doctorant veille au bon déroulement du cursus en s’appuyant sur la charte du doctorat et la convention de formation. Il évalue, dans un entretien avec le doctorant, les conditions de sa formation et les avancées de sa recherche. Il formule des recommandations et transmet un rapport de l’entretien au directeur de l’école doctorale, au doctorant et au directeur de thèse.
Il veille notamment à prévenir toute forme de conflit, de discrimination ou de harcèlement.
Les modalités de composition, d’organisation et de fonctionnement de ce comité sont fixées par le conseil de l’école doctorale. Les membres de ce comité ne participent pas à la direction du travail du doctorant.

En principe, ces comités – dont le directeur ou la directrice de recherche ne sera pas membre – recevront les doctorant.e.s à partir de la deuxième années d’inscription pour vérifier lors d’un entretien le bon déroulement de leur formation et l’avancement de leur thèse. Ils auront à formuler des recommandations qui seront adressées au ou à la doctorant.e, à son/sa directeur/trice de thèse et au/à la directeur/trice de l’école doctorale. Les entretiens ont lieu entre mai et juillet, car le comité de suivi donne son avis sur la réinscription en doctorat.

  • École doctorale I – Mondes anciens et médiévaux

Présentation succincte sur le site avec lien vers le rapport à remplir (barre latérale de droite en bas).

http://www.paris-sorbonne.fr/la-recherche/les-ecoles-doctorales/ed-1-mondes-anciens-et-medievaux/onglet-1-3220/

  • École doctorale II – Histoire moderne et contemporaine

Le comité de suivi est constitué de 2 à 4 membres désignés par le/la directeur/trice du laboratoire de rattachement, mais qui ne sont pas nécessairement issus de ce laboratoire. Il peut s’agir de maîtres de conférence, HDR ou non. L’entretien dure de 15 à 30 minutes. Les doctorant.e.s devront rendre un rapport de 4 à 5 pages dix jours avant. Le comité de suivi donne un avis argumenté sur la réinscription en doctorat, auquel s’ajoute celui du directeur/de la directrice de thèse. L’avis du comité de suivi est indispensable pour pouvoir se réinscrire. Le comité de suivi a également pour fonction de conseiller les doctorant.e.s.

http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/note_organisation_des_comite_s_de_suivi_ed2_2017-2018.pdf

  • École doctorale III – Littératures françaises et comparées

Les doctorant.e.s doivent remplir un questionnaire à rendre mi-juin, suite à quoi des entretiens seront prévus entre mi-juin et mi-octobre, mais seulement pour les cas problématiques. Les comités de suivi sont constitués par l’école doctorale et comportent deux enseignants chercheurs rattachés à l’ED, dont un.e au moins habilité.e à diriger des recherches. Chaque comité de suivi suit une demi douzaine de doctorant.e.s, indépendamment de leur spécialité. Le rôle du comité n’est pas d’assurer le suivi scientifique de la thèse, mais de permettre au doctorant.e de signaler des problèmes.

  • École doctorale IV – Civilisations, cultures, littératures et sociétés

Le comité de suivi est constitué de 2 enseignants-chercheurs, sur proposition du/de la directeur/trice de thèse. Un rapport d’entretien est communiqué par le comité à l’école doctorale. L’entretien peut avoir lieu dans une autre langue que le français. Pour préparer l’entretien, le doctorant remplit une fiche d’information. L’entretien commence par une présentation de 10 minutes du/de la doctorant.e. et se poursuit par une séance de question. Ces dispositions sont susceptibles d’être modifiées l’année prochaine.

comité de suivi-doctorants ED IV

  • École doctorale V – Concepts et langages

Présentation succincte sur le site avec lien vers le rapport à remplir (barre latérale de droite en bas). La date limite indiquée est le 20 mai, donc très tôt par rapport aux autres ED.

http://www.paris-sorbonne.fr/ED-5-2016?var_mode=calcul

  • École doctorale VI – Histoire de l’art et archéologie

Pas d’information pour l’instant.

  • École doctorale VII – Géographie

Le comité de suivi se compose de deux membres pérennes, mais qui peuvent être récusés, notamment par le doctorant ou la doctorante.

http://ed-geographie-paris.univ-paris1.fr/comite-de-suivi

 

 

 

Fusion administrative des Écoles Doctorales : une réforme malvenue

Le 27 mars 2017, un projet de réorganisation des services du doctorat, de la recherche et de la valorisation a été présenté lors d’une réunion organisée en urgence par la Présidence (joint).

Ce projet prévoit notamment la fusion administrative (mais non des conseils) des écoles doctorales I, II et VII d’une part, et des ED III et IV d’autre part, constituant pour chaque regroupement un pôle administratif. Seules les ED V et VI conserveraient une autonomie de plein exercice. Qui plus est, la gestion administrative des équipes et laboratoires de recherche serait regroupée au sein d’un unique service de recherche, distincts des ED.

Une telle organisation va à l’encontre des intérêts des doctorant.e.s, qui ne seraient traités que comme des dossiers et non plus comme des personnes. En effet, les doctorant.e.s sont attaché.e.s au lien direct avec les responsables administratifs de leurs ED, qui sont bien souvent d’irremplaçables personnes de référence.

Loin d’offrir une simplification, la réorganisation soumettra les doctorant.e.s à des structures administratives plus opaques et impersonnelles, déconnectées de celles de la recherche. Cela contrarie également les intérêts des chercheurs et des administratifs. Les ED seraient ainsi privées du volet scientifique de leurs missions, alors qu’elles sont le pilier de la recherche à l’Université Paris-Sorbonne et font souvent office de secrétariat pour de nombreux laboratoires.

Le modèle proposé est calqué sur l’organisation administrative de l’Université Paris VI, où les équipes de recherche et les laboratoires disposent de moyens humains et financiers bien plus importants que ceux accordés aux LLSHS. En outre, un alourdissement de la hiérarchie administrative surviendrait, dépossédant les directeur.trice.s des ED de leurs liens privilégiés avec les personnels administratifs.

La contre-proposition (jointe) des gestionnaires des ED I, II, III, IV et VII, ainsi que d’EA et d’UMR veut à la fois garantir l’autonomie administrative et scientifique des ED tout en resserrant les liens avec les EA. Elle vise à éviter la complexification des strates administratives, à maintenir la qualité, l’intérêt du travail et les postes, puis à faciliter la compréhension de l’écosystème administratif pour les doctorant.e.s. et enseignant.e.s. chercheur.e.s. Enfin, les ED deviendraient le pilier de la formation et de la recherche scientifique de la future faculté de LLSHS, si toutefois l’organigramme définitif de la nouvelle université prévoit de les rattacher à cette dernière.

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne se déclare solidaire des personnels administratifs des ED et appelle la présidence à accepter la discussion. La présidence enverrait un signal fort aux personnels et ferait preuve d’une transparence bienvenue, ce à quoi elle s’est d’ailleurs engagée dans le cadre des réorganisations liées à la fusion ; enfin, elle entamerait une révolution inédite par la construction collective de l’architecture de la recherche de demain.

Documents joints :

1/ Projet d’organigramme de l’organisation des services de la formation doctorale, du soutien à la recherche et de la valorisation.

2/ Lettre des personnels au vice-président de la commission scientifique de l’université de Paris-Sorbonne.

3/ Analyse du syndicat Sup Autonome FO LSH.

Résultats des élections aux conseils d’ED

Nous vous avons concocté des tableaux récapitulatifs pour connaître les résultats des élections des représentant.e.s des doctorant.e.s en un coup d’oeil!

Résultats élections ED 25-04-2017

Si vous voulez voir les résultats pour votre ED, suivez les liens:

http://entwww.etu.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/PV_resultats_ED1_doctorants.pdf

http://entwww.etu.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/PV_resultats_ED2_doctorants.pdf

http://entwww.etu.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/PV_resultats_ED3_doctorants.pdf

http://entwww.etu.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/PV_resultats_ED4_doctorants.pdf

http://entwww.etu.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/PV_resultats_ED5_doctorants.pdf

http://entwww.etu.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/PV_resultats_ED6_doctorants.pdf

 

 

Sorbonne Actuelle : un compte-rendu !

Journée jeunes chercheurs organisée par le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne – 7 janvier 2015

La journée jeunes chercheurs Sorbonne Actuelle a été organisée par le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne afin d’offrir un espace de réflexion collective et collaborative sur le travail et les pratiques des doctorants de lettres, langues, arts et sciences humaines. Les bénéfices attendus de cette journée étaient à la fois intellectuels et relationnels : Sorbonne Actuelle avait pour but de valoriser les travaux des doctorants et de renforcer les échanges au sein d’une communauté souvent dispersée du fait de ses obligations universitaires et professionnelles.

La matinée était consacrée à une présentation de travaux de recherche de doctorants des différentes ED, ce qui permettait de saisir la diversité des objets d’étude et des méthodes de recherche à Paris-Sorbonne. Ce panorama a constitué un point de départ pour nourrir les tables rondes de l’après-midi et s’appuyer sur des savoirs partagés par l’ensemble des participants.

L’après-midi, les intervenants et le public étaient répartis par groupes de quatre à six personnes afin de réfléchir à différentes questions généralistes liées à la recherche en lettres et sciences humaines.

Les documents ci-joints constituent des synthèses de ces échanges.

1ère table – Quelle est la place des Lettres et Sciences Humaines dans la société humaine et contemporaine ?

En tant que doctorants, financés ou non, nous sommes souvent confrontés à des discussions qui nous enjoignent à légitimer l’utilité de la culture et de la recherche en lettres et sciences humaines. Cette table-ronde a pour but de prendre à bras le corps cette demande et de réfléchir ensemble aux réponses que nous souhaitons y apporter.

Lire le rapport !

2ème table – Quels sont les enjeux de l’interdisciplinarité en Lettres et Sciences Humaines ?

Souvent citée parmi les critères d’obtention de financements européens pour les projets de recherche, l’interdisciplinarité est tantôt perçue comme une réelle ressource pour l’innovation, tantôt comme une mode voire une contrainte. L’enjeu de cette table est donc de déterminer dans quelle mesure nos recherches en tant que doctorants des lettres et sciences humaines sont concernés par l’interdisciplinarité et quels changements elle produit dans la délimitation des territoires disciplinaires.

Lire le rapport !

3ème table : Qu’est-ce que la Sorbonne ?

Que représente, pour nous doctorants, cette institution historique ? Pourquoi avoir choisi la Sorbonne ? Quels enjeux symboliques et quelle trajectoire nous y ont menés ? Cette troisième table ronde même le singulier et le collectif, le personnel et l’institutionnel. Les doctorants sont invités à partager leur histoire avec leur université, afin de dégager les enjeux sociologiques, économiques et politiques qui s’invitent dans nos parcours scolaires et intellectuels.

Lire le rapport !

 

Election des représentants des conseils d’ED. Le 25 avril, les doctorant.e.s votent !

Le 25 avril 2017, les doctorant.e.s sont appelés à élire leurs nouveaux représentant.e.s dans les conseils des écoles doctorales. Élu.e.s pour une période de deux ans, ils et elles auront la charge de participer aux débats qui animent notre université.

Le scrutin a lieu de 9h à 17h, dans les secrétariats de vos ED. Il est possible de voter par procuration. Chaque votant peut avoir jusqu’à 2 procurations.

Parmi les enjeux de ces élections, figurent la charte des thèses et la convention pédagogique définissant les conditions de réalisation du doctorat de chacun, ainsi que la composition et le mode de fonctionnement des comités de suivi de thèse. Enfin, une réforme de l’organisation administrative des ED, de la recherche et de la valorisation risque de remettre en question l’autonomie des Écoles Doctorales.

Retrouvez les professions de foi des candidates et des candidats soutenus par le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne ou y comptant des membres (cliquez sur les listes)  :

ED I – Mondes anciens et médiévaux.

Liste Représenter les doctorant.e.s

ED II – Histoire moderne et contemporaine.

Liste Pour un doctorat de Qualité. Doctorants indépendants et Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne.

ED III – Littérature française et comparée.

Liste Les représentants des doctorants de l’ED III

ED IV – Civilisations, cultures, littératures et sociétés.

Liste Doctorant.e.s Indépendant.e.s

ED V – Concepts et langages.

Liste présentée par le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne.

Bon vote à toutes et tous,

Le Collectif Doctoral.

 

L’ESR dans la campagne présidentielle 2017

À une semaine du vote, le Collectif Doctoral a préparé un document de synthèse reprenant les engagements des candidat.e.s en ce qui concerne l’Enseignement Supérieur et la Recherche.

Frais d’inscription, budget, postes, réformes institutionnelles… Tout ce qu’il faut savoir pour départager les 11 prétendants.

L’ESR dans la campagne presidentielle

Alors, vous avez fait votre choix ? Nous oui (ou pas ^^)

Les Cotutelles avec le Royaume-Uni et la République d’Irlande

NB : Cette note est un complément à l’article sur les cotutelles présent sur le site du Collectif Doctoral, par conséquent de nombreux points présentés dans l’article ne seront pas rediscutés ici.

 Comment choisir son université partenaire ?

Le fonctionnement des universités françaises, britanniques et irlandaises est très différent. Ainsi, si Paris-Sorbonne ne voit aucun inconvénient à travailler, dans le cadre d’un doctorat, avec une université d’outre-manche, toutes les universités anglo-saxonnes n’acceptent pas les conventions de co-direction et de co-diplomation. C’est par exemple le cas de University College London, en Angleterre, et du Trinity College, en Irlande. Il est donc nécessaire avant de contacter un.e potentiel.le directeur.rice de recherche, de contacter la Graduate School de l’université qui vous intéresse afin de s’assurer que l’institution est d’accord pour établir une convention de cotutelle.

Si les universités de recherche en LLSHS sont peu nombreuses en République d’Irlande (7 environ, bien que ce nombre puisse varier selon la spécialité étudiée), ce n’est pas le cas des universités britanniques. Pour opérer une première sélection, il est important de ne s’intéresser qu’aux universités de recherche, car certaines institutions anglo-saxonnes ne se consacrent qu’à l’enseignement. Ensuite, il faut se renseigner, via le site des universités, sur les axes de recherche mis en avant par chaque Graduate School afin de s’assurer que le sujet de thèse envisagé y ait pleinement sa place. Enfin, il est possible de demander des informations sur les conventions passées ou en courts au secrétariat des cotutelles de Paris-Sorbonne.

Il peut être tentant de ne contacter que des universités très connue médiatiquement (Oxford et Cambridge en Angleterre, le Trinity College en Irlande), cependant les universités moins « médiatisées » sont souvent plus favorables à accepter des cotutelles. Cela ne signifie pas qu’elles sont moins bonnes, loin de là. Nous pouvons notamment évoquer University of Edinburg, en Écosse, et University College Dublin, en Irlande, qui sont d’excellentes institutions de recherche, mais dont le nom est moins connu du grand public.

Comment trouver un directeur de recherche dans l’université partenaire ?

À Paris-Sorbonne, le.a doctorant.e a la liberté de choisir son.a directeur.rice de recherche. La situation peut être différente dans les universités anglo-saxonnes et irlandaises.

Certaines Graduate Schools peuvent vous transmettre une liste des enseignant.e.s de leur département travaillant sur la même spécialité que vous, c’est le cas de la Graduate School of English, Drama and Film de University College Dublin. Une fois transmise, c’est à vous que revient la responsabilité de se renseigner sur les recherches de chacun.e d’entre eux, et de contacter celui ou celle qui vous semble le ou la plus à même à diriger vos recherches pour savoir si il ou elle serait susceptible d’être intéressé.e.

Il est possible qu’après avoir contacté une Graduate School, celle-ci demande à un.e enseignant.e de prendre contact avec vous pour diriger vos recherches, comme c’est le cas à University of Edinburg.

Enfin, certaines universités, après vous avoir officiellement accepté, choisissent pour vous votre directeur.rice de recherche en fonction du sujet de thèse et du projet qui auront été soumis lors du processus d’admission. C’est le cas notamment d’Oxford. Le choix de l’université, et du comité d’admission, peut cependant être orienté si, avant de soumettre un projet, vous contactez un.e enseignant.e du département pour vous aider à le construire.

Comment financer les frais d’inscription ?

L’établissement d’une convention de cotutelle entre Paris-Sorbonne et une université britannique ou irlandaise n’est possible que si le.a doctorant.e s’engage à payer à l’institution partenaire le temps qu’il ou elle passera là-bas. Les frais d’inscription varient d’une université à l’autre, mais également d’un programme à l’autre. Ils sont d’environ 3.000 à 4.000€ en République d’Irlande, et de 4.000 à 9.000£ au Royaume Uni. Le paiement de ces frais peut être échelonné sur plusieurs mois.

Afin d’aider à s’acquitter d’une telle somme, plusieurs moyens de financement sont possibles :

  • Des bourses spécifiques aux doctorant.e.s en cotutelle existent et sont proposées par les Ambassades. Elles sont listées sur le site de Campus France.
  • La région Île-de-France propose des bourses d’Aide à la Mobilité Internationale allant en priorité aux doctorant.e.s non financé.e.s.
  • Chaque pays (Angleterre, Écosse, Irlande du Nord, Pays de Galles, République d’Irlande) propose des bourses de recherche, et les doctorant.e.s en cotutelle peuvent être éligibles.
  • Chaque institution propose des bourses spécifiques auxquelles les doctorant.e.s en cotutelle peuvent postuler.

 

Finalement, faire ou ne pas faire un doctorat en cotutelle avec une université britannique ou irlandaise ?

La cotutelle, notamment faite avec une université de langue anglaise, est actuellement perçue comme une marque de prestige et d’excellence. Cependant, cette perspective ne doit pas être la motivation première à l’établissement d’une telle convention. Avant de se lancer dans un doctorat en cotutelle, il faut être conscient de certaines réalités :

  •  La charge administrative est très lourde. En effet, pour que la convention voit le jour, les deux établissements partenaires doivent se mettre d’accord sur un certain nombres de choses, tel que le lieu où se tiendra la soutenance, quelle institution prendra en charge les coûts de déplacement et d’hébergement des membres du jury, etc. Les négociations, assurées par le service des cotutelles, durent plusieurs mois, allant en moyenne de 6 mois à 1 an. De plus, il est demandé au/à la doctorant.e de postuler et d’être admis.e dans les deux universités.
  • Le travail scientifique est plus important que dans un doctorat simple, car il est demandé au/à la doctorant.e de rédiger sa thèse dans une langue, et un résumé dans l’autre, cependant ce résumé peut faire plusieurs centaines de pages. De même, la soutenance peut être dans les deux langues.
  • L’entente entre les deux directeur.rice.s n’est pas assurée. Afin de limiter les désaccords entre eux/elles, il peut être pertinent qu’ils s’entretiennent avant l’établissement de la convention, et se mettent d’accord sur certains principes, comme la définition des parties que chacun.e supervisera.

L’aspect scientifique doit être la motivation première à l’établissement d’une convention en cotutelle. Certains pans de votre thèse peuvent, par exemple, appartenir à des champs de recherche peu développés en France. Enfin, l’intégration du/de la doctorant.e à deux équipes de recherche peut se révéler être très intéressante sur le plan scientifique.

Sorties culturelles: coup d’envoi le 15 mars!

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne propose des visites groupées de monuments et sites culturels à Paris ou en Ile de France (et pourquoi pas plus loin !) une fois par mois, animées par un doctorant spécialiste du sujet. Coup d’envoi le mercredi 15 mars en nocturne dans la collection égyptienne du Louvre !

Découvrons ensemble les collections égyptiennes du Musée du Louvre en visite guidée et à prix réduit. Le mercredi 15 mars, rejoignons-nous à partir de 18h pour profiter du calme et du charme des nocturnes – puis, pour ceux qui le souhaitent, faisons connaissance et bonne chère autour d’une gastronomie égyptienne authentique au Kouchery du Bon Coeur (rue Joseph Dijon, métro Simplon) pour un prix très modique.

Si tu es intéressé.e, n’hésite pas à t’inscrire via ce lien :

https://www.eventbrite.fr/e/billets-visite-groupee-commentee-de-la-collection-egyptienne-du-louvre-32494085685.

Le billet d’entrée pour le Louvre, la visite guidée et le repas sont proposés au tarif de 20 € par personne (boissons non comprises ; 10 € pour le musée seul – prix indicatif, susceptible d’être légèrement modifié selon le nombre de participants). Les +1 non étudiants sont bien entendu les bienvenus ! Et pour qu’un maximum de personnes puisse y participer, pensez à nous prévenir au plus tôt d’une éventuelle annulation afin que la place soit libérée pour quelqu’un d’autre !