Tous les articles par Collectif Doctoral

Sorbonne Actuelle 2021 : une troisième edition reussie

Le Collectif Doctoral a organisé le 22 mai dernier la troisième edition de Sorbonne Actuelle, un évènement consacré aux doctorant-es et aux jeunes chercheur-es. Cette année, la journée d’étude etait placée sous le signe de la transdisciplinarité, avec notamment une table ronde dédiée à cette question.
 
Les doctorantes venues presenter leurs travaux ont insisté sur la nécessité de croiser les approches pour se saisir au mieux d’objets de recherches nouveaux, depassant les cadres disciplinaires traditionnels. Anne Fenoy, Saliha Aklouf et Oumaima Ben Gamra, toutes doctorantes à Sorbonne Université, ont ainsi pu parler de leurs recherches et de leurs cadres theoriques, mais aussi des questions que soulèvent une telle démarche.
 
 « la transdisciplinarité c’est un apprentissage permanent »
En ouverture de la journée, des enseignant-es chercheur-es invité-es lors d’une conférence consacrée à l’état de la recherche en France ont d’ailleurs souligné que cette dimension transdisciplinaire était désormais incontournable, dans des projets individuels comme collectifs. De la thèse à l’HDR en passant par les projets ANR, difficile de laisser le côté les travaux faisant le lien entre plusieurs disciplines, qui enrichissent et complexifient le savoir produit par les checheur-ses.
 
Dans les deux autres tables rondes de cet événement, les interventions autour du numérique et de la mobilité dans la recherche ont été l’occasion de discussions passionnantes.
Témoin de la vitalité et de la richesse des recherches doctorales à Sorbonne Université, Sorbonne Actuelle a été l’occasion de traiter en profondeur des questions liées à la création d’outils numériques dédiés à sa thèse, à la science ouverte, ou encore à la place de l’apprentissage d’une langue étrangère dans le travail de recherche.
 
Moment fort de la vie doctorale de Sorbonne Université, Sorbonne Actuelle s’est tenue cette année en distanciel afin de respecter les mesures sanitaires. « Un vrai défi » selon Louise Condi, présidente du Collectif Doctoral. « Créer du lien, faire en sorte que les échanges puissent avoir lieu malgré la visio, ce n’était pas gagné. Mais tout le monde a joué le jeu, et au bout du compte ça donne un résultat dont nous sommes très fiers ».
 
Au point de recommencer l’an prochain ! Il est déjà prévu que Sorbonne Actuelle se tienne en 2022.
Si vous souhaitez vous investir dans la vie doctorale de Sorbonne université et participer à l’élaboration de cet événement, contactez dès maintenant le collectif doctoral à l’adresse suivante : collectifdoctoral@gmail.com

COMMUNIQUE DE SOUTIEN AUX DOCTORANT.ES DE L’INSTITUT D’ETUDES POLITIQUES DE PARIS

Paris, le 19 mai 2021,

Le Collectif doctoral a pris connaissance du texte du Collectif des doctorant.es de l’Institut d’études politiques de Paris et a souhaité s’y associer. Nous ne pouvons que partager le constat qui y est dressé : des recherches lourdement entravées par la pandémie et une dégradation des conditions de travail et de vie des doctorant.es quel que soit leur statut.

Nous partageons les exigences formulées auprès du ministère d’accéder aux demandes de prolongation des financements doctoraux, comme cela a été promis il y a un an. Même si nos premiers interlocuteurs ont été les membres de la direction de notre université, force est de constater que le ministère reste le décisionnaire principal. Dès l’année dernière, selon leur université, des différences flagrantes de traitement étaient à constater entre les doctorants, aggravant les inégalités déjà existantes.

Or, avec la succession des périodes de confinement, il apparaît indispensable de venir en aide aux doctorant.es en prenant en compte l’impact de la pandémie depuis un an et non uniquement la période de mars à juin 2020. Le ministère ne semble pas avoir pris la mesure des conséquences du contexte sanitaire sur nos travaux et nos finances. Il est urgent qu’il alloue aux universités et établissements supérieurs les moyens nécessaires à la poursuite des recherches des jeunes chercheurs que nous sommes.

Nous nous associons donc à la démarche de nous adresser au ministère afin de répondre aux demandes des doctorant.es et réclamons également :

  • La prolongation de tous les financements doctoraux au plus vite ;
  • Les financements nécessaires aux déplacements indispensables pour la poursuite des travaux de recherche ;
  • La réinscription automatique et gratuite des doctorant.es ;
  • Que les demandes de disponibilités ou de détachements soient accordées plus rapidement par les rectorats de rattachement pour les doctorant.es titulaires d’un concours du second degré.

Le Billet du Collectif des doctorant.es de l’Institut d’études politiques de Paris est à retrouver à l’adresse suivante : lien 

 

SORBONNE ACTUELLE 2021

Le samedi 22 Mai 2021, de 13h15 à 18h30. 

Le Collectif doctoral vous présente sa journée d’étude, Sorbonne Actuelle, une après-midi d’échanges et de partage pour les jeunes chercheurs en LSH.

Trois chercheurs invités ouvriront l’après midi avec une conférence sur la présentation de la nouvelle loi LPR (anciennement dénommée LPPR) et sur les évolutions de la recherche et sa place dans la société. Puis, au cours de 3 tables rondes, 9 doctorant.e.s de SU proposeront des réflexions croisées sur leurs recherches et leurs méthodes de travail, autour des thèmes de la mobilité, de la transdisciplinarité et du numérique. 

Vous êtes doctorant.e.s, jeune.s chercheur.se.s ou aspirez simplement à en savoir plus sur le travail de recherche en doctorat ? Venez assister à cette après-midi d’étude et de partage le samedi 22 mai entre 13h15 et 18h30. 

Evénement en distanciel par la plateforme Zoom. Accès accordé seulement après inscription : https://forms.gle/2FcPUeSH434xYva3A

Affiche de l’événement

Programme détaillé de l’événement.

 

A bientôt, 

 

Le comité  d’organisation de Sorbonne Actuelle.

UN NOUVEAU BUREAU POUR DE NOUVELLES AVENTURES

Le mot de la Présidente : Louise Condi

« Chères et chers collègues doctorant.e.s de Sorbonne Université,

C’est avec un grand honneur et une joie sincère que je prends aujourd’hui la présidence du Collectif Doctoral de Sorbonne Université, et je vous remercie pour votre confiance.

Je saisis cette occasion pour remercier chaleureusement l’équipe sortante, pour son travail remarquable durant les dernières années, dont la constance et l’efficacité ont permis de mener à terme de très nombreux projets. Le nouveau bureau élu prend aujourd’hui la suite de cette dynamique, entouré à son tour d’une équipe énergique et investie avec laquelle je me réjouis par avance de travailler. À travers les projets poursuivis et nouvellement engagés, nous nous inscrivons déjà dans la continuité des objectifs fondamentaux de l’association : activité scientifique, représentation des doctorant.e.s sur le plan institutionnel et convivialité.

Je resterai à votre écoute en cette période compliquée que nous traversons, qui a mis à jour des difficultés inédites qui s’ajoutent aux précédentes.

Le Collectif Doctoral demeurera un espace d’échange, de partage, de bienveillance, et de rencontres des doctorant.e.s de Sorbonne Université, espace qui nous est plus que jamais nécessaire. 

Dans l’attente de faire votre connaissance, »

 

Louise CONDI

Présidente du Collectif Doctoral

sorbonne actuelle 2021 – appel à contribution

Sorbonne Actuelle est de retour pour une nouvelle édition ! Cette journée d’étude dédiée aux doctorantes et doctorants de Sorbonne Université se tiendra le samedi 22 mai 2021.

A cette occasion, nous encourageons les jeunes chercheuses et chercheurs qui le souhaitent, inscrit.e.s en thèse de doctorat à Sorbonne Université, à prendre la parole et à participer aux débats qui auront lieu. Pour connaître l’organisation de la journée et les modalités de participation, nous vous invitons à consulter l’appel à contribution et à nous envoyer vos propositions avant le 9 avril 2021 à minuit.

Au plaisir de lire vos propositions diverses et nombreuses,

Le Collectif doctoral de Sorbonne Université

 

Lettre d’information sur le portfolio de thèse

 

Paris, le 17 février 2021 (révisé  le 12 Avril 2021)

 

 

Lors de la dernière réunion du Collège doctoral (instance qui regroupe la direction de l’Institut de formation doctoral et les directeurs·trices des ED) du 20 janvier dernier, un document intitulé « Déployer l’approche portfolio au niveau doctoral à Sorbonne Université » a été présenté. Ce document présentait les grandes lignes d’une refonte des exigences du portfolio au sein de Sorbonne Université.

Pour rappel, le portfolio est un document accompagnant le manuscrit de thèse au moment de la soutenance. L’article 15 de l’arrêté du 25 mai 2016 le définit comme étant un document « comprenant la liste individualisée de toutes les activités du doctorant durant sa formation, incluant enseignement, diffusion de la culture scientifique ou transfert de technologie, et valorisant les compétences qu’il a développées pendant la préparation du doctorat ». L’article ajoute qu’il doit être « mis à jour régulièrement par le doctorant », sans autre précision. Lors des réunions de rentrées organisées par nos Écoles doctorales, le portfolio est ainsi souvent présenté comme une sorte de CV approfondi dans lequel il est nécessaire d’inscrire les formations suivies, ainsi que nos activités accompagnant notre parcours doctoral. Le portfolio était, jusqu’à présent, une exigence définie de manière assez floue, et laissait donc de la place à l’interprétation dans sa réalisation.

Le projet de refonte, présenté lors de la dernière réunion du Collège doctoral, ne vise cependant pas uniquement à mieux circonscrire les contours de ce document, mais à redéfinir complètement son élaboration et ses objectifs. Le portfolio ne doit donc pas uniquement servir à récapituler l’ensemble des activités réalisées pendant le doctorat, il doit également servir à présenter les compétences acquises, et à « développer sa capacité à transférer ses compétences dans des classes de situations comparables ou nouvelles ». Lors de la présentation,  la « posture réflexive » que l’élaboration du portfolio permet de développer chez les doctorant·es a été soulignée a de nombreuses reprises. 

Ce faisant, le portfolio deviendrait un outil au service de l’orientation et de l’insertion professionnelle. Il a vocation à être utile à la fois aux doctorant·es, mais aussi aux futurs employeurs, ainsi qu’aux encadrant·es et aux Écoles doctorales, chargées du suivi des doctorant·es. Jusque-là, tout va bien ; le souci d’insertion professionnelle est parfaitement louable.

C’est dans la mise en œuvre du portfolio que ce projet suscite des motifs d’inquiétude. En effet, le projet de refonte du portfolio comporte trois « finalités », et trois « niveaux d’engagement ».

  • Niveau 1 : « Le doctorant prend l’habitude de capitaliser de façon responsable et organisée, toutes les traces de son parcours professionnel »
  • Niveau 2 : « Le doctorant développe une compétence à analyser les expériences probantes de son parcours et à mettre en valeur, puis faire reconnaître ses compétences »
  • Niveau 3 : « Le doctorant développe une compétence autonome à piloter son parcours professionnel tout au long de la vie »

Le dispositif s’articule ainsi autour de ces trois niveaux, qui déterminent ensuite les « activités pédagogiques », les critères de validation, et la forme du portfolio comme suit :

Niveau/publicsCompétence viséeActivités pédagogiquesValidation (critère)Forme du portfolio
Niveau 3 Doctorants Encadrants et formateursPiloter sa vie professionnelleAteliers réflexifs + groupe de pairs + entretiens individuelsAudition devant des Représentants des employeursPortfolio de développement professionnel
Niveau 2 Doctorants Encadrants et formateursSe construire un portfolio de compétencesAteliers réflexifs + groupe de pairsAudition devant des pairs et professionnels invitésPortfolio de Compétences
Niveau 1 DoctorantsSe construire un portfolio des traces de ses activités professionnelles et personnellesSéminaire et suivi par l’encadrantClasseur de PreuvesClasseur personnel de traces d’activités

Ce nouveau dispositif a vocation à s’appliquer dès cette année, avec un événement introductif début mars 2021, et le lancement du niveau 1. De mars à juillet, ce serait au tour du lancement des groupes pilotes pour les niveaux 2 et 3. Il devrait ainsi être intégré dans les formations à partir de la prochaine rentrée universitaire.

Cette réforme du portfolio a de quoi inquiéter pour plusieurs raisons :

  • D’abord parce que cela engendrerait à coup sûr un alourdissement de nos obligations et de notre charge de travail pendant la thèse. La volonté explicite de la conceptrice de ce plan est d’« aller au-delà du classeur de traces », et de pousser les doctorant·es à s’investir davantage dans l’élaboration de ce document. Que l’on choisisse le niveau 1 ou le niveau 3, cette réforme du portfolio implique de toute façon de suivre des séminaires ou des ateliers en plus de ceux que nous suivons déjà, ce qui a été confirmé par la directrice de l’Institut de formation doctorale.
  • L’organisation autour des trois niveaux mérite également d’être interrogé : que se passera-t-il pour les doctorant·es ayant choisi l’investissement minimal, celui du niveau 1 ? En effet, plusieurs directeurs·trices d’ED se sont positionnés favorablement par rapport à ce projet, à condition que le doctorant·e ait le libre choix de son niveau d’engagement. Soit. Mais le fait est que, d’une part, le portfolio est obligatoire, et que, d’autre part, le niveau d’engagement créera fatalement des différences d’appréciation entre les niveaux d’investissement des uns et des autres.
  • Quelles conséquences ce choix aura-t-il au moment de la soutenance de thèse, et/ou du recrutement ? Faut-il y voir une forme supplémentaire de mise en concurrence des jeunes docteurs au moment du recrutement, que ce soit dans le secteur privé, ou même dans l’enseignement supérieur et la recherche ? Cette concurrence poussera donc l’ensemble des doctorant·es à subir un alourdissement de leur charge de travail pendant la thèse pour tenter de « rester dans la course ».
  • Enfin, la pression accrue pour les doctorants de prouver l’acquisition de compétences pendant leur parcours doctoral laisse également penser que l’essentiel pour être recruté·e n’est pas tant la qualité de la recherche, mais les compétences (notion beaucoup plus floue) acquises. Cela reviendrait à relativiser la valeur intrinsèque de la recherche dans l’obtention du diplôme de doctorat.

Il est bien sûr louable de se préoccuper de l’insertion professionnelle des doctorant·es. Cependant, ce projet nous semble inquiétant tant il s’éloigne des besoins réels des doctorant·es. L’offre de formation concernant l’insertion professionnelle est déjà très développée à Sorbonne Université, et les efforts en direction des doctorants des ALSHS sont notables depuis quelques années. Notons aussi l’implication en la matière de la DOSIP (ex-SCUIOIP), qui propose déjà des entretiens personnalisés, ateliers, et formations spécialement pour nos profils. En termes de formation, c’est plutôt d’une meilleure lisibilité de l’offre, et particulièrement du PIF (Plan individuel de formation), ainsi que de formations mieux adaptées aux ALSHS dont les doctorant·es ont besoin.

Ajoutons que le contexte de la crise sanitaire ne semble pas du tout être pris en compte dans ce plan. Les retards pris par beaucoup d’entre nous dans les recherches, les difficultés à accéder à nos terrains, données, bibliothèques et autres engendrent déjà beaucoup d’anxiété chez les doctorant·es. Un alourdissement de la charge de travail constituerait une contrainte supplémentaire, et loin d’aider les doctorant·es à se projeter dans leur avenir professionnel, cela constituerait une source supplémentaire d’anxiété. Alors que la prolongation des contrats doctoraux demeure une perspective très incertaine, et que la durée des thèses risque déjà de s’allonger, cette proposition n’est certainement pas adaptée à la crise que nous traversons.

Pour beaucoup d’entre nous, ce plan de refonte du portfolio apparaît comme particulièrement infantilisant, alors que nous pourrions être nous-mêmes en capacité de déterminer quels sont les enseignements que nous tirons de notre parcours doctoral. Disons-le clairement : ce plan de refonte du portfolio ne correspond pas à nos besoins. Dans un contexte d’assèchement des postes et de précarisation accrue du fait de la LPR dans l’enseignement supérieur et la recherche, et de perspectives d’embauches en berne dans l’ensemble du marché du travail, tout ce qui amène à amplifier la mise en concurrence des jeunes docteurs entre eux semble néfaste et dangereux. En conséquence, nous demandons l’abandon de ce projet.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

 

Signez la pétition : https://www.unepetition.fr/abandonduportfolio-doctorants-sufacultedeslettres (pétition close).

Bilan de la prolongation des contrats doctoraux pour les doctorant·es de la faculté des Lettres de Sorbonne université

Paris, le 09 février 2021.

Le monde de la recherche, comme l’ensemble de la société, a été mis à rude épreuve par la pandémie de COVID-19. Au printemps dernier, le premier confinement a provoqué la fermeture totale des établissements d’enseignement supérieur, des bibliothèques et des centres d’archives. La fermeture des frontières a également pris une ampleur inédite, empêchant un certain nombre de doctorant·es d’effectuer leurs terrains de recherche à l’étranger. Les recherches des doctorantes et doctorants ont été lourdement affectées par ce contexte totalement inhabituel, et ont nécessairement pris un retard considérable.

L’annonce de la ministre : une belle promesse… Sans financement

À l’occasion d’une interview auprès de la radio France Culture le 23 avril dernier, la Ministre d’Enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, fait l’annonce suivante : « …je voulais aussi profiter de ce passage sur votre antenne ce matin, pour dire aux doctorants qui sont actuellement en thèse, que dans cette période particulière, j’ai décidé d’autoriser les organismes et les établissements à prolonger la durée de thèses, à prolonger les contrats doctoraux et leur financement. »

La ministre annonce ainsi l’autorisation de procéder à la prolongation des thèses et de leur financement… Sans annoncer pour autant d’enveloppe budgétaire dévolue à la concrétisation de cette belle promesse. Si, dans certaines universités, il s’est trouvé des directions prodigues en capacité d’autofinancer cette mesure, tel ne fut pas le cas pour nous.

À Sorbonne Université : une procédure tardive et complexe

La direction de notre université a très tôt annoncé l’absence de budget propre pour financer une éventuelle prolongation des contrats doctoraux. L’annonce des dispositions concrètes pour l’application de cette mesure se fit attendre très longtemps : lors d’une réunion consacrée à cette question le 18 juin dernier, la direction expliquait que la circulaire du ministère n’étant toujours pas publiée, ils avaient préféré attendre avant de lancer la mise en place de tout dispositif. Jusqu’alors, le ministère était très évasif sur le montant de sa participation financière auprès des différentes universités. Si l’ensemble des doctorant·es contractuel·les était officiellement concerné par cette prolongation, Sorbonne Université annonçait clairement ne pas avoir les moyens de prolonger tous les contrats doctoraux. Il faudrait donc sélectionner les dossiers. Et pour sélectionner les dossiers, il fallait réaliser une enquête.

Le Collectif Doctoral s’est pleinement engagé dans le suivi de cette enquête à destination des doctorant·es, qui devait aider à mesurer l’impact de la crise sanitaire sur l’ensemble des doctorants (financés ou non), et permettre à chaque doctorant d’exposer les dommages subis par ses recherches du fait du confinement. En définitive, la sélection devait être réalisée par les Écoles doctorales, avec le rôle crucial des encadrant·es.

En étant partie prenante de ce processus, il s’agissait aussi d’insister sur le cas spécifique d’une grande partie des doctorants financés de la Faculté des Lettres : beaucoup de contrats doctoraux sont détenus par des agrégés ayant obtenu une disponibilité de la part de leur rectorat d’origine, valable durant une année scolaire (du 1er septembre au 31 août suivant). Or, d’après le schéma général, la prolongation envisagée devait correspondre au temps du confinement, ou du moins à l’équivalent du 2e semestre de l’année 2019-2020, soit une durée de 3 à 6 mois. L’obtention d’une prolongation d’une telle durée excluait donc de fait les titulaires d’un concours du second degré, puisqu’il est impossible que les rectorats accordent des disponibilités inférieures à un an.

Un autre point posait problème pour ces mêmes doctorants : celui du calendrier. Le questionnaire a été lancé à la fin du mois de juin. L’Institut de formation doctorale espérait obtenir la majeure partie des réponses pour la mi-juillet. Puis devait s’ensuivre pendant l’été un dialogue entre les Écoles doctorales et l’échelon universitaire pour déterminer les heureux élus. Les réponses ne seraient donc connues au mieux qu’à la fin de l’été, voire à la rentrée.

Ce calendrier, extrêmement tardif, n’a fait les affaires de personne : les doctorant·es, que ce soit à la Faculté des Sciences et ingénierie, ou à la Faculté des Lettres, ont été laissés dans l’incertitude pendant tout l’été. Certains n’ont pu compléter leurs dossiers faute de pouvoir contacter leur ED ou leurs encadrants, ce qui est compréhensible du fait des congés d’été. Mais avec un tel calendrier, les doctorants contractuels agrégés alors en 3e année ont été de fait exclus du dispositif, soit qu’ils aient déjà été reçus pour un poste d’ATER, soit du fait de leur réintégration dans le secondaire à la rentrée suivante.

À la rentrée de septembre, nous n’avons eu aucun écho des résultats. Ce n’est que lors de la réunion du Collège doctoral du 07 octobre dernier que les premiers chiffres ont été communiqués. Malgré de très nombreux dysfonctionnements, les réponses des doctorants au questionnaire du mois de juin-juillet ont été nombreuses et rapides. 121 demandes de prolongations ont été validées par les directeurs d’ED pour la Faculté des Sciences et celle de médecine. Les premiers avenants ont été signés entre la fin du mois de septembre et le début du mois d’octobre (81 pour la Faculté des Sciences, 20 pour la Faculté de médecine).

Qu’en est-il pour la Faculté des Lettres ?

Les responsables ont reconnu un important retard pour la gestion et le suivi des dossiers. À la date du 07 octobre 2020, 30 demandes de prolongation de contrats doctoraux avaient été remontées, dont certaines pour une durée de 12 mois. 10 avenants ont été signés. Oui, vous avez bien lu, 10.

À la lumière de ces éléments, une chose est claire : à la Faculté des Lettres, les doctorant·es contractuel·les ont été clairement désavantagés par rapport à leurs collègues de la Faculté des sciences. Nous avons été victimes d’un processus qui n’était pas adapté à nos spécificités et à nos besoins particuliers, puisque pensé pour le cadre de la Faculté des sciences. En effet, les prolongations de contrats doctoraux de trois ou quatre mois existent déjà à la Faculté des Sciences et Ingénierie. Cette mesure extraordinaire entre donc dans des schémas préexistants dans leur cas. En revanche, elle n’était pas pensée pour s’adapter au cas particulier des doctorants contractuels titulaires d’un concours du second degré, ne serait-ce que par rapport au calendrier.

Un processus toujours en cours pour les actuels 2e et 3e années

Pour les doctorants de 3e année lors du premier confinement, il est sûr que les carottes sont cuites. En revanche, il reste un peu d’espoir pour celles et ceux qui étaient en 1e ou en 2e année. Pendant tout le premier semestre de l’année 2020-2021, la direction de l’université a attendu de connaître le montant de la compensation du ministère. En effet, les avenants aux contrats doctoraux signés en octobre dernier ont été avancés par les fonds propres de l’université et de quelques laboratoires. Le ministère devait annoncer en décembre 2020 l’enveloppe financière qu’il accordait à chaque université pour son remboursement. Ce montant a été reçu par Sorbonne Université en janvier 2021. Il faut encore attendre de voir dans quelle mesure cette enveloppe pourra permettre de financer les prolongations des doctorants actuellement en 2e et 3e année, dont les recherches ont été lourdement affectées lors du premier confinement, mais aussi depuis l’automne dernier. Il y a donc une possibilité pour tous les doctorants contractuels de réclamer une prolongation de leur contrat, y compris les titulaires d’un concours du second degré qui peuvent réclamer un prolongement de 12 mois. La direction de Sorbonne Université s’est en effet en effet engagée à soutenir leurs demandes auprès du ministère, et à contacter dès le printemps les rectorats de rattachement pour obtenir les disponibilités. À la date du 20 janvier dernier, 55 dossiers concernaient la Faculté des Lettres, contre 171 demandes pour la Faculté des Sciences et d’ingénierie et de médecine.

Pour ce faire, il faut impérativement contacter son ou ses encadrants pour faire le point sur le dossier, et éventuellement actualiser les informations à soumettre à l’École doctorale. Ces actualisations se font sur la base de la demande qui a été enregistrée en juin-juillet, au moment où le questionnaire de l’IFD a été rempli. Tous les dossiers de demandes de prolongation doivent être remontés au ministère avant le 15 février 2021.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Sur les partiels de janvier 2021 à Sorbonne UNiversité

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université manifeste toute sa désapprobation devant la manière dont a été conduite la tenue des partiels de janvier 2021. Nous déplorons les décisions unilatérales des instances dirigeantes de l’université, qui ont maintenu des partiels sur table malgré les plaintes des étudiants et en dépit de la crise sanitaire, et ont fait appel aux forces de police pour en surveiller l’accès.

Alors que depuis le mois de septembre, les représentant·es élu·es des étudiant·es demandaient dans les instances consultatives (CFVU) que soient aménagées les modalités de contrôle des connaissances (MCC), la présidence de l’université a constamment temporisé.

Mise au pied du mur en décembre, elle a ensuite refusé de mettre au vote les compromis constructifs proposés par les représentant·es étudiant·es, qui auraient pourtant permis une évaluation des élèves sur des bases raisonnables.

L’université n’a donc pas daigné tenir compte de la situation de détresse manifestée par un très grand nombre d’étudiant·es, et que les doctorant·es chargé·es de cours sont souvent les premiers à constater et à devoir gérer.

Elle s’est voilée la face devant le fait que les enseignements dispensés, quels que fussent les efforts de nos collègues, ne pouvaient pas remplacer l’enseignement en présence, et ne justifiaient donc en rien la tenue de partiels.

Elle a ignoré le risque sanitaire que présentaient ces partiels, quand plusieurs élèves malades ou cas-contacts annonçaient sur les réseaux sociaux qu’ils prévoyaient de s’y présenter tout de même, pour ne pas être pénalisé·es par rapport à leurs camarades.

Elle n’a pas tenu compte du fait que les étudiant·es de L3 contraint·es de passer en rattrapage sont pénalisé·es dans la constitution de leurs dossiers de candidature aux masters.

Enfin, alors que le conseil de l’UFR d’Histoire avait décidé d’annuler les partiels de licence 1, le doyen de la Faculté des Lettres a annoncé à ses étudiant·es que les partiels seraient maintenus – décision autoritaire qui prenait le risque d’alerter les étudiant·es, de discréditer la parole des collègues, et de les contraindre à improviser des partiels à la dernière minute (situation dont encore une fois les doctorant·es chargé·es d’enseignement sont amené·es à pâtir).

Nous condamnons donc le mépris et l’impréparation dont a fait preuve la direction de l’université, et soutenons la demande d’organiser des rattrapages anticipés et aménagés, pour compenser les épreuves de ce début d’année.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Retrouvez le communiqué au format PDF

Journée de rentrée 2020

À l’intention des doctorantes et doctorants de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université,

Pour la troisième année consécutive, le Collectif Doctoral organise sa Journée de rentrée à destination des doctorantes et doctorants de la Faculté des Lettres. Le contexte particulier de crise sanitaire nous amène à adapter notre dispositif : nous avons opté pour une manifestation
entièrement en ligne et interactive, via la plate-forme Discord.

Vous ne connaissez pas ce logiciel ?
Pas de panique, un tutoriel sera disponible quelques jours
avant pour vous permettre de vous familiariser avec cet outil !

Cette année, peut-être davantage que toutes les autres, il est important de créer une occasion de nous retrouver pour partager nos expériences du doctorat, de nous entraider, par-delà nos disciplines et nos Écoles doctorales de rattachement. Plus que jamais, il nous apparaît crucial de briser l’isolement qui caractérise bien souvent les années de thèse.
Cette Journée de rentrée est avant tout un moment de convivialité !

Au programme
Une conférence sur la vie doctorale à Sorbonne Université, une
table ronde de jeunes docteurs, et des ateliers !
Cette journée de rentrée aura lieu le
Samedi 21 novembre 2020 de 10h00 à 17h30
Rejoignez-nous nombreuses et nombreux !

Qui sommes-nous ? Le Collectif Doctoral est une association de doctorant·e·s de tous horizons qui s’est donné pour objectif de valoriser la vie doctorale à Sorbonne Université, de favoriser l’entraide et de défendre les intérêts des doctorant·e·s. Ses activités se répartissent entre la représentation des doctorant·e·s dans les différents conseils et l’organisation de manifestations scientifiques (Sorbonne actuelle, Épinglé·e·s !, atelier lors de la Fête de la Science, etc.).

Pour s’inscrire
https://www.helloasso.com/associations/collectif-doctoral-de-sorbonne-
universite/evenements/journee
de-rentree-du-collectif-doctoral

Pour participer
https://discord.gg/rHFt5Fag44

Pour lire l’invitation au format PDF

Guide sur le questionnaire officiel de Sorbonne Université et la prolongation des contrats doctoraux

Paris, le 29 juin 2020.

Chères et chers doctorantes et doctorants,

Vous avez été récemment destinataires d’un message de votre École Doctorale vous informant que vous recevrez prochainement un questionnaire portant sur la prolongation des contrats doctoraux. Ce questionnaire doit permettre la mise en œuvre de l’engagement ministériel de la prolongation des contrats doctoraux à l’échelle de l’université, tout en prenant en compte de la diversité des parcours.

Il a été élaboré dans une double finalité : d’une part, recenser les potentiels candidats à un prolongement du contrat doctoral ; d’autre part, évaluer l’impact de la crise sanitaire sur l’ensemble des doctorants.

Or, à la Faculté des Lettres, les doctorantes et doctorants bénéficiant d’un financement dédié au travail de thèse sont très minoritaires. Quelle que soit votre situation, que vous soyez financé ou non, quel que soit votre type de contrat, le Collectif Doctoral vous encourage à remplir ce questionnaire.

En effet, même si vous ne pouvez pas prétendre à un prolongement de votre financement par contrat doctoral, ce questionnaire sera utilisé par votre École Doctorale pour prendre en considération les conséquences de la crise sanitaire sur vos recherches, et pourra faciliter vos éventuelles demandes de prolongation de la durée de votre thèse.

Pour vous aider à remplir ce questionnaire, nous vous proposons un guide qui prend en compte la diversité des situations.

Un questionnaire dynamique

Le questionnaire se présente sous une forme dynamique : en fonction de vos réponses précédentes, de nouvelles questions apparaissent et disparaissent suivant une arborescence qui a été relue par les membres du Collectif Doctoral.

Vous êtes donc invités à vous montrer vigilants sur les réponses que vous apportez, en particulier pour la demande de prolongation du contrat doctoral, car il s’agit de la première étape pour constituer le dossier officiel. Le questionnaire distingue soigneusement la demande de réinscription administrative de la thématique du financement :

Si vous ne disposez pas de financement spécifique pour votre doctorat mais que vous estimez avoir souffert de la crise sanitaire dans vos recherches, vous êtes invités à indiquer que vous souhaitez une prolongation de votre inscription en thèse. C’est ainsi que l’École doctorale prendra en considération votre demande pour vous l’accorder plus facilement, et pourra mesurer l’impact de la crise sur l’ensemble des doctorants.

De même, certaines Écoles doctorales ont transmis l’information selon laquelle les doctorantes et doctorants contractuels en fin de troisième année qui ont obtenu un contrat d’ATER pour la rentrée prochaine ne pourraient pas bénéficier de cette prolongation du contrat doctoral. En conséquence, celles et ceux qui se trouvent dans cette situation sont invités à indiquer qu’ils sollicitent une prolongation de leur inscription en doctorat, et non de leur contrat doctoral.

Une procédure dématérialisée

Afin que la demande de prolongation du contrat soit complète, plusieurs documents sont nécessaires : une demande de la part du doctorant via le questionnaire ; un avis rédigé du directeur de thèse ; et un second avis du directeur d’unité. Posur rassembler ces documents, la perspective retenue a été la suivante : à aucun moment, la doctorante ou le doctorant ne doit télécharger et demander les signatures lui-même, l’ensemble de la procédure est gérée de manière dématérialisée par l’Institut de Formation Doctorale (IFD).

Comment se déroule la procédure dans sa totalité ? Concrètement :

  • L’ensemble des Écoles Doctorales ont transféré leurs listes de doctorantes et doctorants inscrits auprès de l’IFD ;

  • Ce dernier génère en retour des courriels et liens individuels afin que chaque doctorant puisse répondre au questionnaire ;

  • En fonction de la demande ou non de prolongation du contrat, l’IFD contacte le directeur de thèse en transmettant les réponses du doctorant·e et en lui demandant un avis ;

  • Puis, l’IFD contacte le directeur de l’unité en transmettant les réponses du doctorant et l’avis du directeur de thèse ;

  • Enfin, chaque École Doctorale arbitre l’ensemble des dossiers qui seront transmis au ministère.

Il faut noter que si l’établissement portera un regard sur l’ensemble des demandes, l’arbitrage réside véritablement à l’échelle de l’École Doctorale.

Les élues et élus doctorants dans les Conseils des Écoles Doctorales ont donc un rôle primordial à jouer dans cette dernière étape. De part leurs connaissances disciplinaires et leur mandat électif, ils sont à même d’être des interlocutrices et interlocuteurs privilégiés pour simplifier les démarches, accompagner les doctorants, mais aussi porter un regard sur la procédure en cours. Tous cas litigieux devra impliquer des représentants élus des doctorants.

Le cas des doctorants agrégés

Le cas minoritaire des doctorantes et doctorants détenteurs du concours de l’agrégation est à souligner. Si le cas classique pour la Faculté des Lettres est de demander une prolongation de trois ou quatre mois, il est possible de considérer que cette prolongation n’est pas adaptée aux contraintes administratives qui pèsent sur les doctorants contractuels titulaires du second degré. La demande de disponibilité dure en effet une année entière (et non quelques mois) et elle est de plus en plus difficile à obtenir : si l’année dernière, l’académie de Versailles les refusait de manière systématique, il semblerait que ce soit cette année celle de Créteil qui pose difficulté.

Dans l’encart correspondant, le Collectif Doctoral vous invite donc à motiver votre demande de prolongation d’un an en faisant état de cette situation administrative complexe. Vous pouvez par exemple partir de l’énoncé suivant et l’adapter selon votre situation :

Même si le retard pris dans mes travaux n’est que de trois mois, je demande une prolongation de mon contrat doctoral d’un an afin de pouvoir disposer d’une disponibilité de mon académie couvrant l’ensemble de l’année scolaire.

Toute information notée dans cet encart sera examiné par l’Ecole Doctorale, il est donc essentiel de ne pas l’oublier.

Concernant la date butoire, elle est fixée à la mi-juillet pour que les Écoles Doctorales étudient les dossiers des doctorantes et doctorants en troisième année. Vous êtes donc toutes et tous invités à remplir le questionnaire dès sa réception.

En cas de difficulté, le Collectif Doctoral peut être contacté à l’adresse suivante : collectifdoctoral@gmail.com. Nous nous tenons à votre disposition !

Télécharger le guide au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Motion du Collectif Doctoral et de Doc’Up sur la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche

Paris, le 29 juin 2020.

La version définitive de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), qui soulève contre elle l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, confirme les craintes déjà formulées par le Collectif Doctoral et Doc’Up, associations de doctorantes et doctorants de Sorbonne Université.

Le Collectif Doctoral et Doc’Up :

  • Demandent que l’État investisse réellement dans la recherche scientifique et les universités françaises de service public : les augmentations de crédits annoncées, modulables et étalées sur dix ans, n’ont aucune vraisemblance. Celles prévues pour 2021 ne sont à la hauteur ni des ambitions, ni des besoins de la recherche publique ;

  • Défendent l’idée que la recherche publique progresserait si son organisation encourageait davantage la coopération et les échanges ; s’opposent, au contraire, à la logique de précarisation et de mise en concurrence des chercheurs, que rien ne justifie ;

  • S’opposent au recours à des financements indirects grâce au surplus des appels à projet (comme cela est préconisé dans le rapport annexe) ; demandent un financement récurrent, direct et pérenne des laboratoires, la création de postes d’enseignants-chercheurs pour titulariser les précaires et doter l’Enseignement supérieur des ressources humaines que la démographie appelle ;

  • S’opposent, en conséquence, à la création de nouveaux statuts non pérennes dans l’université (voies de titularisation ou tenure tracks), tels qu’ils sont définis par les articles 3 et 5 de la loi ;

  • S’opposent à l’alignement des statuts sur le droit privé, notamment en ce qui concerne les nouveaux contrats doctoraux et post-doctoraux (voir l’article 4) ;

  • Refusent d’être une « génération sacrifiée », estiment que les principes sur lesquels repose la LPPR relèvent d’une croyance inexpliquée dans les vertus de la concurrence et de la dérégulation, contraires à l’intérêt public ;

  • Réaffirment leur attachement l’existence de carrières qui protègent les libertés académiques, assurent l’indépendance des chercheurs et défendent l’intégrité scientifique en les protégeant des intérêts particuliers.

Le Collectif Doctoral et Doc’Up, s’associant à l’avis du Conseil Économique, Social et Environnemental, réclament en conséquence le retrait de la LPPR. Ils appellent l’ensemble des membres de Sorbonne Université à exprimer leur désaccord avec la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, dans les instances représentatives et auprès de la société civile.

Télécharger la motion au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université et Doc’Up

Retour sur l’enquête des associations de doctorantes et de doctorants de Sorbonne Université

Paris, le 29 juin 2020.

Au sortir du confinement, le Collectif Doctoral, en collaboration avec Doc’Up, a réalisé une enquête auprès des doctorantes et doctorants de Sorbonne Université pour mieux comprendre comment ils ont vécu cette période de crise sanitaire, connaître les difficultés qui se sont présentées à eux et évaluer leurs besoins. D’une part, le questionnaire concernait les conditions de confinement des doctorant·e·s et les problèmes de santé, physique et mentale, qu’ils ont pu connaître en lien avec cette période exceptionnelle. D’autre part, l’enquête s’intéressait à leurs conditions de travail, à leur travail de thèse et plus généralement au sein de l’université.

Le nombre de participantes et participants à cette enquête nous permet d’avoir une meilleure idée des difficultés présentes et à venir pour les doctorantes et doctorants de Sorbonne Université et en particulier de la Faculté des Lettres.

1. Profils des doctorant·e·s ayant répondu à l’enquête.

Sur les 294 participant·e·s à cette enquête, 98 % sont affilié·e·s à la Faculté des Lettres. Toutes les écoles doctorales sont représentées même si l’on observe une assez faible représentation de l’ED 124 d’Histoire de l’art et archéologie (1 % des réponses) et de l’ED 434 de Géographie (3,4 % des réponses).

La plupart des répondant·e·s sont dans leur première à troisième année (± 20 % pour chaque catégorie). Un tiers des répondant·e·s sont inscrit·e·s en doctorat depuis plus de trois ans. Les répondant·e·s ont entre 22 et 77 ans même si une majorité d’entre eux se situe dans la fourchette 24-35 ans.

Si 35 % des répondant·e·s bénéficient d’un contrat doctoral ou d’un ATER, et 6,6 % d’une bourse, plus de la moitié des répondant·e·s vivent sur des financements personnels ou travaillent en dehors du monde académique. 40 % des répondant·e·s assurent une mission d’enseignement (mission complémentaire au contrat doctoral ou vacations). Enfin, 6 % des doctorant·e·s ayant répondu à l’enquête sont chargé·e·s d’un autre type de mission complémentaire à leur contrat doctoral (valorisation de la recherche, diffusion de l’information scientifique, expertise).

Le nombre, relativement important, de doctorant·e·s ayant participé à l’enquête, et la diversité des situations dans lesquelles ils se trouvent, nous permettent d’affirmer que ce questionnaire nous donne une image assez précise et représentative des doctorant·e·s de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, de leurs difficultés et de leurs attentes.

2. Conditions de confinement : Habitat, Cohabitation, Ressources

Plus de la moitié des répondant·e·s ont été confiné·e·s dans un appartement, auxquel·le·s s’ajoutent 20 % qui été confiné·e·s dans un studio. Plus de la moitié des doctorantes et doctorants n’avait pas accès librement et en sécurité à l’air libre (jardin ou campagne alentour).

Si 64 % d’entre elles et eux ont vécu cette période avec des membres de leur famille ou des ami·e·s, et près de 10 % en colocation, un quart des doctorantes et doctorants ont affronté ce confinement seul.

Parmi les 294 répondant·e·s, 25 % ont également dû s’occuper de quelqu’un·e en plus d’eux même durant le confinement : principalement leur(s) enfant(s), mais aussi pour plus d’un quart d’entre eux, des personnes dépendantes ou en situation de handicap.

Parmi les doctorantes et doctorants qui travaillent aussi en dehors du monde académique pour subvenir à leurs besoins, 46 % d’entre elles et eux ont pu télétravailler. Les répondant·e·s, notamment ceux qui enseignent dans l’éducation nationale, signalent la surcharge de travail née de l’enseignement à distance durant cette période.

47 % des doctorantes et doctorants tirant leur ressource d’un travail en dehors du monde académique n’ont pu travailler pendant cette période. Si certain·e·s précisent qu’ils ont bénéficié du chômage partiel, plusieurs d’entre eux témoignent de leur licenciement.

Les doctorantes et doctorants se finançant par leurs propres moyens, notamment les doctorant·e·s étranger·e·s, ont dû faire face à des problèmes financiers quotidiens du fait du ralentissement, sinon du blocage, des transferts d’argent depuis leur pays d’origine.

Le confinement des doctorantes et doctorants de la Faculté des Lettres a généré des situations difficiles tant sur le plan économique que social. Un quart des doctorant·e·s ont dû affronter la période seul·e·s. La moitié des doctorant·e·s n’a pu sortir prendre l’air convenablement pour exercer le minimum d’activité physique nécessaire pour conserver un moral satisfaisant. La situation des doctorant·e·s non financé·e·s est plus difficile encore puisque s’ajoute pour certains d’entre eux l’anxiété liée à la perte de leurs revenus.

3. Santé des doctorant·e·s

Un quart des répondant·e·s se déclarent potentiellement personnes à risque vis-à-vis du Covid-19 ; peu nombreux sont ceux qui déclarent l’avoir contracté (5,5 %). 30 % des doctorant·e·s déclarent ne pas savoir s’ils l’ont contracté. L’existence de cas asymptomatiques, mais également de cas avec des symptômes légers n’ayant pas nécessité de test est assurément la cause de ce type de réponse.

En revanche près d’un quart des répondant·e·s disent avoir un ou une proche ayant contracté la maladie. 15 % des répondant·e·s déclarent avoir dû faire face à un décès (toutes causes confondues) durant la période de confinement.

Le deuil, l’anxiété liée à la contraction de la maladie par un ou une proche ou soi-même, ajoutée à l’angoisse concernant la situation économique, sont autant de facteurs qui affectent la santé mentale des doctorantes et doctorants de la Faculté des Lettres. C’est ce qu’affirment 45 % d’entre eux, principalement à cause du Covid-19 (57 %), mais aussi de la solitude (41 %) puis des problèmes financiers engendrés par la crise (41 %), des problèmes administratifs liés aux fermetures de toutes les administrations (41 %).

Les témoignages mettent en avant le surmenage causé par cette période du fait de la combinaison du télétravail, du travail de thèse et de l’atmosphère anxiogène. Plusieurs doctorant·e·s étranger·e·s pointent l’impact majeur de la crise sur leur relation avec leurs proches dans leur pays d’origine et la solitude qu’ils ont vécue en France, loin de leurs attaches, ainsi que les difficultés accrues dans les démarches administratives inhérentes à leur statut. Par ailleurs l’inquiétude pour les proches est une angoisse partagée et explicitement mentionnée par l’ensemble des doctorantes et doctorants. Plusieurs précisent dans leur témoignage que la période de confinement a déclenché des troubles du rythme de vie, des troubles alimentaires et plus généralement de symptômes liés à un état dépressif.

Par ailleurs, 19 % des répondant·e·s témoignent avoir souffert d’autres maux et problèmes de santé préexistants à la crise, parfois graves, sans pouvoir se faire soigner ni se faire aider durant le confinement, et entraînant des difficultés à travailler.

4. Condition de travail sur la thèse en période de Covid-19

Même confiné·e de manière idéale, « le travail monacal de la thèse, enfermée dans une chambre pendant deux mois et sans contacts extérieurs, c’est la déprime garantie ». C’est probablement l’idée qui ressort le plus de cette partie de l’enquête sur le travail de doctorat lui-même. En tout état de cause, les conditions de travail n’étaient pas propices à un avancement productif de la thèse.

Si très peu de répondant·e·s manquaient de matériel informatique (4 %) et d’une connexion internet suffisante (11 %), près d’un tiers n’avaient tout simplement pas d’endroit pour s’isoler pour travailler. Par ailleurs 48 % des doctorant·e·s affirment avoir été contraint·e·s d’engager des frais (matériel informatique, livres…), pour des montants qui se situent entre quelques euros jusqu’à 1 500 €, et pour un montant moyen de 100-200 €. 61 % des doctorant·e·s répondent n’avoir eu accès que partiellement et insuffisamment à la bibliographie nécessaire à leur travail.

Au-delà du travail de rédaction ou du travail bibliographique, 56 % des doctorant·e·s affirment avoir dû annuler ou reporter des expériences et des séjours de recherches. L’incertitude liée à cela est fortement exprimée : 55 % d’entre eux précisent qu’ils ne savent pas s’ils pourront réaliser ces expériences ou séjours avant la fin de leur doctorat. 48 % d’entre eux considèrent que cela aura de toute façon un impact négatif sur leur travail de thèse.

Au-delà du travail individuel sur la thèse, les doctorantes et doctorants témoignent d’un sentiment de culpabilité face aux appels multiples à la productivité durant cette période, plusieurs disent avoir pensé à abandonner leur travail.

Si 75 % des répondant·e·s ont bien été en contact avec la personne dirigeant leur recherche, certain·e·s pointent l’absence de toute direction durant cette période, sinon le manque de compassion de leur directeur ou leur directrice de recherche qui les ont poussés à avancer plus rapidement leur travail de thèse dans cette période où « le monde [semble] s’effondrer ». L’idée qu’il n’y a « rien d’autre à faire que sa thèse » durant le confinement, émise par certains enseignant·e·s et chercheur·ses, mais aussi par les proches, a créé un climat contre-productif de culpabilité pour la plupart des doctorantes et doctorants qui devaient faire face à des angoisses multiples.

69 % des doctorant·e·s affirment d’ailleurs que leur travail de thèse a été ralenti par cette crise (18 % disent avoir travaillé plus rapidement). La culpabilité et le stress face au ralentissement de leur travail de thèse sont exprimés de manière claire dans les réponses. Certains affirment avoir voulu « surcompenser pour rattraper le temps perdu ou avoir l’impression [de devoir faire] de ce temps disponible un temps très productif, alors même que les conditions de travail sont très dégradées. »

Plus généralement la perte des habitudes et du rythme de travail semble avoir démoralisé une partie des répondant·e·s. Nombreux sont les doctorantes et doctorants à insister sur les difficultés à travailler à leur thèse dans des environnements confinés, parfois à plusieurs, sans espace de travail personnel ou calme, sans pouvoir sortir librement.

Le découragement lié à la thèse a conduit un certain nombre des répondant·e·s à réfléchir à la viabilité de leur projet de thèse, à l’intérêt de poursuivre le travail dans cette période.

En toute logique le confinement ne semble n’avoir été en rien un moment idéal pour avancer les recherches, ni au niveau des conditions matérielles de travail ni au niveau de la disponibilité mentale des doctorant·e·s. Par ailleurs, le fait que de nombreux doctorant·e·s aient été contraint·e·s d’engager des frais pour continuer leur travail de thèse demande une réaction de Sorbonne Université. Les doctorant·e·s paient déjà leur inscription chaque année ; il n’est pas normal qu’ils soient contraint·e·s de prendre en charge financièrement les besoins minimaux de leur travail doctoral qui est une activité professionnelle comme une autre.

5. Enseignement et autres missions complémentaires.

Sur les 40 % de doctorant·e·s enseignant à l’université, plus de la moitié (62 %) confirment que leur mission d’enseignement leur a pris plus de temps que d’habitude. Plus de la moitié des chargé·e·s de TD disent avoir été en contact avec le reste des membres de leur unité pédagogique.

Si la rentrée prochaine devait se faire par une hybridation distanciel/présentiel, plus de la moitié des répondant·e·s affirment qu’ils devront travailler beaucoup plus pour leur mission d’enseignement.

De manière générale, le passage à l’enseignement à distance a réduit et réduira de manière significative le temps de travail sur la thèse.

6. Avenir et Attentes vis-à-vis de Sorbonne Université

Trois quarts des doctorant·e·s répondant·e·s affirment qu’ils devront prolonger leur inscription en thèse du fait de la crise du Covid-19 pour terminer ce qu’ils ont commencé. Par ailleurs, parmi les doctorant·e·s bénéficiant d’un contrat doctoral, 6 % d’entre eux considèrent qu’ils ont besoin d’un prolongement de leur contrat allant de quelques mois (33 %) à un an (33 %).

Plus que cela, les doctorant·e·s ont fait part, par le biais du questionnaire, d’un certain nombre de demandes et d’attentes vis-à-vis de Sorbonne Université. Nous retranscrivons ici celles qui sont exprimées de manière récurrente :

  • Les doctorantes et doctorants attendent avant tout une vraie écoute. Ils sont nombreux à mettre en avant leur sentiment d’avoir été abandonné·e·s par l’institution universitaire durant cette période, soit parce qu’elle les a ignoré·e·s, soit parce qu’elle les a considéré·e·s avec mépris en arguant que le confinement était une période favorable au travail de thèse, et en refusant de voir la réalité des conditions de travail et de vie des doctorant·e·s.

  • Ils demandent la facilitation et la simplification des démarches administratives pour la réinscription en thèse, les autorisations de soutenance, les comités de suivi. Voire une réinscription automatique.

  • L’exonération des frais d’inscription pour l’année prochaine, au regard des frais engagés durant la période de confinement par les doctorant·e·s pour leur doctorat, et de l’accès limité aux infrastructures de recherche cette année.

  • Le maintien des financements octroyés pour les séjours, expériences, voyages de recherche qui devaient être effectués cette année et leur transfert pour l’an prochain sans nécessité de refaire un dossier de demande de subvention.

  • L’ouverture d’une réflexion plus générale sur le décalage de la campagne de qualification de 2021,puisque de nombreuses thèses ne pourront être soutenues au premier semestre 2020-2021 comme prévu, empêchant ces futurs docteur·e·s de participer à la campagne.

  • La réouverture de l’université, des laboratoires et des bibliothèques. Les doctorantes et doctorants sont perplexes face à la fermeture des universités jusqu’en septembre alors que les restaurants, centres commerciaux, lieux culturels ont rouvert.

  • La mise en place d’une aide psychologique pour les doctorantes et doctorants, et d’un fond d’urgence pour celles et ceux que la crise sanitaire a précarisé·e·s.


Conclusion

Les doctorant·e·s de la faculté des Lettres de Sorbonne Université, malgré l’extrême diversité de leurs situations, ont affronté cette période de crise sanitaire avec difficulté comme la plupart des Français. Le caractère banal de ce constat ne saurait permettre de minimiser ces difficultés par Sorbonne Université elle-même, qui doit les prendre en compte et y remédier. Cette crise sanitaire n’a pas été une période favorable à l’avancement plus rapide du travail de thèse, comme il a été prétendu dans plusieurs instances de Sorbonne Université et ailleurs. La maladie, l’inquiétude, voire le deuil, la précarité économique, les conditions d’habitation et de cohabitation inadaptées, l’impossibilité d’aller voir ses proches en France ou à l’étranger, d’entretenir des relations sociales simples entre collègues, les difficultés administratives et finalement l’accaparement des esprits par l’angoisse collective qui a dominé notre société durant ces derniers mois, sont autant de facteurs qui ont empêché et empêchent encore le travail serein, la capacité de concentration et de réflexion au long cours nécessaire à tout travail de recherche. Par ailleurs, les conditions de travail à distance, pour des missions au sein de l’université ou hors du monde académique, sont particulièrement énergivores et chronophages, ce qui réduit d’autant plus les capacités et le temps permettant de travailler efficacement sur sa thèse. Enfin, la précarité économique que connaissent la plupart des doctorantes et doctorants non financé·e·s semble s’être largement aggravée durant le confinement — la crise économique qui s’annonce ne présage pas d’amélioration sur ce point.

Face à ces nombreuses difficultés rencontrées par les doctorant·e·s dans cette période exceptionnelle, les attentes vis-à-vis de Sorbonne Université sont nombreuses, mais se concentrent principalement sur trois idées.

  1. Premièrement, les doctorant·e·s exigent une écoute réelle et sincère de la part des instances universitaires.
  2. Ils rappellent que la réalisation d’une enquête exhaustive sur l’ensemble de ces problématiques aurait été largement appréciée. Ils appellent à de la bienveillance de la part des instances universitaires pour les demandes de réinscription, et à la simplification des procédures administratives pour ne pas entraver encore plus les doctorant·e·s déjà largement ralentis par la situation.
  3. Enfin nombreuses sont les demandes d’exonération de frais d’inscription pour l’an prochain, au regard de l’impossibilité de réouverture de l’université pour l’été et des investissements personnels effectués par les doctorant·e·s durant cette période.

Télécharger l’article au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Doctorantes et doctorants à Sorbonne Université : un dialogue en cours !

Paris, le 26 juin 2020.

À l’heure où la Recherche reprend, nous adressons une pensée fraternelle aux doctorantes et doctorants que la crise a touchés, dans leur chair ou dans leur conscience. Nous assurons la communauté doctorale de notre engagement pour aider les institutions universitaires à prendre pleinement la mesure des conséquences engendrées par la pandémie de covid-19.

Le 27 avril 2020, le Collectif Doctoral et Doc’Up, associations de doctorantes et doctorants, ont conjointement adressé à la présidence de Sorbonne Université une Lettre de propositions sur des mesures à prendre en faveur des doctorant·e·s pendant la crise sanitaire.

Cette lettre exprimait le souhait qu’un dialogue soit inauguré entre la présidence et les élues et élus doctorants, membres des conseils centraux et facultaires, à l’aune des conséquences de la pandémie.

Elle sollicitait la suppression exceptionnelle des frais d’inscription en doctorat au titre de l’année universitaire 2020-2021 ; une information transparente quant aux modalités de prolongation des contrats doctoraux ; le paiement intégral des missions complémentaires ; ainsi que le versement d’une prime aux doctorantes et doctorants avec mission d’enseignement qui ont assuré la continuité de l’enseignement et l’évaluation à distance.

Le 2 juin 2020, le président nous a répondu :

  • L’exonération exceptionnelle des frais d’inscription pour 2020-2021 pourrait être accordée aux doctorantes et doctorants dont la soutenance devait avoir lieu à l’automne 2020 et qui serait décalée au premier semestre 2021 ;

  • L’examen des demandes de réinscription dérogatoire (au-delà de la troisième année) prendra en considération les conséquences du confinement ;

  • L’offre de formations à distance de l’Institut de formation doctorale sera développée, en attendant de pouvoir reprendre les formations en présence ;

  • La prolongation des contrats doctoraux est conditionnée aux annonces du ministère de l’Enseignement supérieur ;

  • Les missions complémentaires, effectuées ou non, seront rémunérées pour les doctorants concernés ;

  • Des primes pourront être versées :

    • aux doctorantes et doctorants chargés de cours ayant assuré la continuité de l’enseignement et de l’évaluation à distance au deuxième semestre, à partir de 24h : 500 euros ;

    • aux ATER, une prime proratisée au montant et au nombre d’heures minimum fixés pour les enseignants-chercheurs ;

    • aux enseignantes et enseignants, à partir de 64h : 750 euros.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université estime que les réponses apportées par la présidence répondent aux besoins les plus immédiats des doctorantes et des doctorants.

En partenariat avec Doc’Up, il poursuivra le dialogue avec la présidence au sujet du financement des prolongations de contrats doctoraux rendues nécessaires par le confinement ; il demeure vigilant à ce que le sort des doctorantes et des doctorants affectés par la crise sanitaire soit pris en considération dans la durée, au cours des mois qui viennent.

Télécharger les lettres au format PDF :

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Contrats doctoraux 2020 à Sorbonne Université !

Paris le 11 mars 2020,

La campagne d’attribution de Contrats Doctoraux 2020 de l’Alliance Sorbonne Université, c’est maintenant !

Dans le cadre d’instituts et d’initiatives structurantes, l’Alliance Sorbonne Université promeut la recherche interdisciplinaire et la structuration de la formation par la recherche. En 2020, 54 contrats doctoraux financés par l’Initiative d’excellence permettront de recruter des doctorants et doctorantes sur des projets de recherche doctoraux soutenus par les Instituts et Initiatives.

Ces contrats doctoraux concernent la Faculté des Sciences autant que la Faculté des Lettres (Genre, Interculturalité et Europe, Sciences de l’antiquité, Créations Artistiques, Observatoire des Patrimoines, Institut Collegium Musicae).

Retrouvez les documents pour candidater et les dates limites de soumission  ci-dessous :

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université