Tous les articles par Collectif Doctoral

Le Bilan des elus du collectif doctoral et de doc’up aux conseils centraux de sorbonne universite

 

Etabli le 5 octobre 2021

 

Bilan des élus 2019-2021 


De manière générale, le mandat 2019-2021 des élus a consolidé les échanges avec la gouvernance de Sorbonne Université. Les élu·es du Collectif Doctoral se sont positionnés comme des interlocuteurs raisonnables, à même d’échanger sur les sujets complexes liés aux études doctorales. Il est ressorti des nombreux échanges avec la présidence les points suivants :

  • Les élus du Collectif Doctoral ont débuté leur mandat par un soutien important à la mobilisation contre la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). En lien avec les mobilisations propres à chaque École Doctorale et les syndicats professionnels, cette mobilisation a entraîné : la tenue de réunions d’informations ainsi que d’Assemblée Générale des doctorant·es, la proposition et mise au vote de motion d’opposition dans les laboratoires, conseils d’ED, conseils facultaires et centraux ; et enfin, une journée de manifestation inter-université.
  • Suivi de la procédure de prolongement des contrats doctoraux dès le mois de juin 2020, avec la rédaction d’un guide pour remplir le questionnaire ayant servi de base pour l’obtention des prolongements de contrats doctoraux.
  • Exonération des droits d’inscription pour les doctorant·es devant soutenir leur thèse avant la fin de l’année universitaire.
  • Versement d’une prime COVID pour les doctorant·es ayant participé au maintien des cours à distance durant la crise sanitaire.
  • Création d’une enquête auprès des doctorant·es sur les conséquences de la crise sanitaire pour leurs études et travail de recherche. Les résultats de l’enquête ont fait l’objet d’une publication sur le site web de l’association et a nourri les échanges auprès des institutions.
  • Obtention de la prolongation des contrats doctoraux se terminant à la rentrée 2021 pour les doctorant·es dont la thèse a été affectée par la crise sanitaire, notamment pour les doctorant·es de la Faculté des Lettres, titulaires de l’enseignement secondaire, qui ont pu obtenir des prolongations d’un an.
  • Vigilance et transmission d’informations sur tous les sujets concernant les doctorant·es, à l’exemple du projet de refonte du Portfolio contre lequel une pétition a été signée par de nombreux doctorant·es.
  • Obtention d’une newsletter émise par Sorbonne Université et destinée uniquement à la communauté doctorante : contenu ciblé et adapté. Conception de cette newsletter en collaboration avec le service communication de Sorbonne Université

 

 

    Bilan des élus 2017-2019

 

  • L’adoption d’une charte des thèses prenant en compte les spécificités des études doctorales dans les divers champs et disciplines portées par les ED au sein du Collège doctoral de Sorbonne Université, notamment en ce qui concerne : la durée des thèses, la souplesse dans l’organisation du calendrier des formations jugées nécessaires, souvent évolutif et donc peu prévisible en humanités…
  • L’association des élu·e·s aux diverses réunions de rentrée organisées pour les doctorant·e·s de première année, afin qu’ils/elles puissent se faire connaître et présenter les actions que mènent les associations dont ils/elles sont membres.
  • Enquête sur le remboursement des frais de mission des doctorants.
  • Opposition à la hausse des frais d’inscription pour les doctorants étrangers.
  • Que les jeunes docteur.e.s puissent bénéficier d’un accès aux bibliothèques et ressources matérielles et électroniques auxquelles ils avaient accès en tant que doctorant·e·s. Nous estimons que l’Université a un devoir moral envers les doctorant·e·s qu’elle forme jusqu’à la stabilisation de leur situation. Les laboratoires ou écoles doctorales pourraient à cette fin délivrer une carte donnant accès aux ressources mentionnées ci-dessus.

Elections des 16 et 17 novembre : le collectif doctoral repond present

 

Collectif Doctoral de Sorbonne Université, présente :



Profession de foi générale

Alliance doctorante pour la diversité de la recherche



L’association

Le Collectif Doctoral est une association des doctorant·es de Sorbonne Université fondée en octobre 2016.

Convaincue que les doctorant·es ont beaucoup à gagner de leur mise en relation respective, autant pour leurs recherches que pour leur bien-être moral, notre association œuvre à la constitution d’un réseau pour dynamiser la vie doctorale à Sorbonne Université à travers quatre pôles :

  1. Un pôle scientifique pour l’organisation de journées doctorales et la valorisation des recherches menées par les doctorant.e.s de Sorbonne Université 
  2. Un pôle de condition doctorale pour la veille administrative et la défense des droits des doctorant·es.
  3. Un pôle convivialité pour favoriser les rencontres entre doctorant·es de diverses disciplines.
  4. Un pôle communication pour diffuser les actualités de l’association et assurer un lien avec les doctorant·es, les personnels de l’université et d’autres organisations extérieures



Axe 1. Orientations générales

NOUS NOUS ENGAGEONS À :

1.1. Représenter les doctorant.e.s de Sorbonne Université, quelle que soit leur situation, en portant des revendications concrètes, à l’échelle facultaire et universitaire.

1.2. Promouvoir une université qui remplit sa mission de service public, qui contribue à l’instruction des citoyen·nes et à l’apprentissage de l’esprit scientifique et critique, tant sur le plan de l’organisation, de la diffusion et de la valorisation de la recherche que sur celui de l’enseignement, où un rôle important est confié aux doctorant·es, et défendre les libertés académiques; 

1.3. Défendre la diversité des pratiques disciplinaires et des profils des doctorant·es, en encourageant l’échange entre les disciplines et en renforçant les liens entre les différentes facultés et les écoles doctorales;

1.4. Dénoncer le manque d’investissement de l’État dans l’université publique, la baisse du nombre d’enseignant·es-chercheur·es et l’absence de transparence au niveau des critères de sélection des doctorant·es ;

1.5. Dénoncer le manque de stabilité dans l’offre d’emplois pendant et après le doctorat, lié à la suppression des postes et à la précarisation des contrats à l’université, ainsi que le renforcement de la mise en concurrence consécutive à la diminution des moyens et à la mise en place de la Loi Programmation Recherche ;

1.6. Lutter contre les discriminations et les violences morales et physiques, qu’elles soient fondées sur le genre, la sexualité, l’âge, la nationalité, l’origine ethnique ou sociale, la religion ou le handicap ;

 

Axe 2. Pour un doctorat plus accessible et attractif

 

NOUS ŒUVRERONS POUR :

2.1. L’exemption des frais de scolarité pour tout·es les doctorant·es, dans la mesure où leur travail de recherche est mené au bénéfice et porté au crédit de leur université d’inscription. Nous rappelons que les doctorants contractuels s’acquittent également de ces frais de scolarité, et qu’à ce titre, ils sont contraints de payer leur employeur pour pouvoir travailler ;

2.2. Le financement du doctorat

2.2.a. L’augmentation du nombre de financements doctoraux proposés par l’université, afin de permettre des conditions d’étude plus favorables, en privilégiant les financements avec mission complémentaire. Ces missions sont en effet très utiles pour compléter l’expérience professionnelle des doctorant·es, notamment dans le domaine de l’enseignement et de la recherche ;

2.2.b L’explicitation des critères sur la base desquels les contrats doctoraux et les missions complémentaires sont accordés ou refusés dans les écoles doctorales ;

2.2.c. L’égalité de traitement entre doctorant·es en tenant compte de la diversité des situations et des profils. Les doctorant·es non contractuel·les doivent être intégré·es et accueilli·es au même titre que leurs collègues financé·es dans les équipes de recherche ;

2.3. La durée du doctorat

2.3.a. La possibilité pour un·e doctorant·e qui s’inscrit en quatrième année, ATER ou doctorant avec mission complémentaire, de ne pas être soumis à un régime dérogatoire. Les doctorant·es contractuel·les ne doivent plus être considérés comme faisant un « doctorat à temps plein recherche », pour des raisons évidentes liées à leurs activités professionnelles en dehors de leurs recherches doctorales ; 

2.3.b. La reconnaissance et la comptabilisation dans le temps de service des formations dispensées par les doctorant·es à leurs pairs dans le cadre des politiques de formation conduites par les écoles doctorales et les laboratoires de recherche, ainsi que la reconnaissance de l’engagement associatif au sein de la communauté doctorale ;

 

2.4. La formation des doctorant·e·s

2.4.a. La poursuite du travail de diffusion des informations et des ressources relatives aux doctorant·es proposées par les composantes de notre université, à l’exemple du Guide officiel du doctorat et du Fil d’actualité doctoral ;

2.4.b. L’adaptation effective des contenus de formation proposés par l’Institut de Formation Doctorale (IFD) aux champs et aux disciplines auxquels ils s’adressent ; et l’organisation de séances à des horaires compatibles avec les emplois du temps des doctorant·es salarié·es ;

2.4.c. Une transparence accrue sur les notions de Plan Individuel de Formation, de Portfolio et de Comité de Suivi, qui ne doivent pas être un critère de jugement et d’évaluation de l’implication des doctorant·es. Leurs enjeux et leurs modalités doivent faire l’objet d’une discussion entre les services compétents de l’université et les doctorant·es afin de répondre au mieux aux besoins de ces derniers ;

2.4.d. L’accompagnement accru des doctorant·es, notamment celles et ceux qui arrivent de l’étranger ou qui s’inscrivent pour la première fois à Sorbonne Université, dans leurs démarches administratives telles que les inscriptions, les demandes de financements ou de mobilités, le dépôt de thèse, etc. ;

 

Axe 3. Participation des doctorant·es à l’enseignement supérieur

NOUS SOUTENONS :

3.1. De meilleures conditions pour l’enseignement supérieur

3.1.a. La mensualisation des salaires des enseignant·es-vacataires, dont beaucoup sont de jeunes chercheur·es précaires, doctorant·es et docteur·es, afin qu’ils soient payés au fur et à mesure de leur mission ; 

3.1.b. L’augmentation du nombre de postes d’enseignant·es-chercheur·es titulaires et contractuel·les, afin de proposer un taux d’encadrement correct des étudiants en licence, dont les effectifs ne cessent d’augmenter. Nous demandons également le recours à des contrats pérennes afin de diminuer la précarisation des jeunes chercheur·euses et faciliter en place sur le long terme des méthodes pédagogiques plus adaptées aux étudiants d’aujourd’hui ; 

 

3.2. Pour les fonctionnaires

3.2.a. L’ouverture de discussions entre Sorbonne Université et les rectorats afin de prévenir les refus de mise en disponibilité que trop de doctorant·es contractuel·les subissent chaque année ;

3.3.b. La poursuite de l’avancement de carrière dans le rectorat de rattachement pendant la disponibilité pour étude. Cette dernière devra être effective automatiquement dès la réintégration dans l’Éducation Nationale ;

 

Axe 4. Vie doctorale à Sorbonne Université

NOUS SOUHAITONS :

4.1. L’aménagement de lieux dédiés aux doctorant·es plus nombreux et plus vastes sur les sites accueillant des unités de recherche de Sorbonne Université. Ces derniers devraient être équipés en matériel informatique et d’impression, offrir des espaces de travail et de convivialité propices aux rencontres interdisciplinaires, être accessibles dans une large amplitude horaire, week-ends compris ;

4.2. Une meilleure représentation des doctorants

4.2.a La création d’un collège électoral réservé aux doctorant·es dans le Conseil d’Administration (CA) et la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire du Conseil Académique (CFVU) ; cette création doit se faire sans retrancher de sièges au collège des étudiants.

4.2.b. Une représentation des doctorant·es dans le nouveau Collège doctoral de Sorbonne Université. Nous demandons que les doctorant·es élu·es siégeant dans les Conseils Centraux prennent part aux discussions concernant les statuts du futur Collège doctoral afin de porter plus efficacement nos revendications.

4.2.c.  La création d’un siège de Vice-Président·e Doctorant·e dans la gouvernance de Sorbonne Université, qui œuvrerait conjointement avec le·la vice-président·e Étudiant·e de Sorbonne Université en apportant une expertise sur les problématiques liées au doctorat.

 

4.3. Valorisation de la recherche scientifique

4.3.a. Contribuer à la visibilité de la recherche à Sorbonne Université en soutenant l’organisation d’événements scientifiques et de cohésion permettant la mise en valeur des travaux des doctorant·es, en collaboration avec les autres associations doctorales de l’université ;

4.3.b. Nous engager pour la Science ouverte, contre les plateformes privées qui facturent l’accès aux résultats de la recherche publique, pourtant financée par les citoyens qui devraient à ce titre pouvoir y accéder gratuitement ;

4.3.c. La création d’une plateforme de publication d’actes de journées d’étude ou de colloques jeunes chercheur·es commune à Sorbonne Université.

 

Bilan des élus 2019-2021 


De manière générale, le mandat 2019-2021 des élus a consolidé les échanges avec la gouvernance de Sorbonne Université. Les élu·es du Collectif Doctoral se sont positionnés comme des interlocuteurs raisonnables, à même d’échanger sur les sujets complexes liés aux études doctorales. Il est ressorti des nombreux échanges avec la présidence les points suivants :

  • Les élus du Collectif Doctoral ont débuté leur mandat par un soutien important à la mobilisation contre la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). En lien avec les mobilisations propres à chaque École Doctorale et les syndicats professionnels, cette mobilisation a entraîné : la tenue de réunions d’informations ainsi que d’Assemblée Générale des doctorant·es, la proposition et mise au vote de motion d’opposition dans les laboratoires, conseils d’ED, conseils facultaires et centraux ; et enfin, une journée de manifestation inter-université.
  • Suivi de la procédure de prolongement des contrats doctoraux dès le mois de juin 2020, avec la rédaction d’un guide pour remplir le questionnaire ayant servi de base pour l’obtention des prolongements de contrats doctoraux.
  • Exonération des droits d’inscription pour les doctorant·es devant soutenir leur thèse avant la fin de l’année universitaire.
  • Versement d’une prime COVID pour les doctorant·es ayant participé au maintien des cours à distance durant la crise sanitaire.
  • Création d’une enquête auprès des doctorant·es sur les conséquences de la crise sanitaire pour leurs études et travail de recherche. Les résultats de l’enquête ont fait l’objet d’une publication sur le site web de l’association et a nourri les échanges auprès des institutions.
  • Obtention de la prolongation des contrats doctoraux se terminant à la rentrée 2021 pour les doctorant·es dont la thèse a été affectée par la crise sanitaire, notamment pour les doctorant·es de la Faculté des Lettres, titulaires de l’enseignement secondaire, qui ont pu obtenir des prolongations d’un an.
  • Vigilance et transmission d’informations sur tous les sujets concernant les doctorant·es, à l’exemple du projet de refonte du Portfolio contre lequel une pétition a été signée par de nombreux doctorant·es.
  • Obtention d’une newsletter émise par Sorbonne Université et destinée uniquement à la communauté doctorante : contenu ciblé et adapté. Conception de cette newsletter en collaboration avec le service communication de Sorbonne Université

    Bilan des élus 2017-2019


  • L’adoption d’une charte des thèses prenant en compte les spécificités des études doctorales dans les divers champs et disciplines portées par les ED au sein du Collège doctoral de Sorbonne Université, notamment en ce qui concerne : la durée des thèses, la souplesse dans l’organisation du calendrier des formations jugées nécessaires, souvent évolutif et donc peu prévisible en humanités…
  • L’association des élu·e·s aux diverses réunions de rentrée organisées pour les doctorant·e·s de première année, afin qu’ils/elles puissent se faire connaître et présenter les actions que mènent les associations dont ils/elles sont membres.
  • Enquête sur le remboursement des frais de mission des doctorants.
  • Opposition à la hausse des frais d’inscription pour les doctorants étrangers.
  • Que les jeunes docteur.e.s puissent bénéficier d’un accès aux bibliothèques et ressources matérielles et électroniques auxquelles ils avaient accès en tant que doctorant·e·s. Nous estimons que l’Université a un devoir moral envers les doctorant·e·s qu’elle forme jusqu’à la stabilisation de leur situation. Les laboratoires ou écoles doctorales pourraient à cette fin délivrer une carte donnant accès aux ressources mentionnées ci-dessus.

 

Retour sur … La journee de rentree du collectif doctoral

Samedi 23 vous avez été nombreux.ses à participer à la journée de rentrée du Collectif Doctoral. Cette association existe pour vous, doctorant.e.s de Sorbonne Université. Pour vous permettre de porter vos projets et votre voix dans l’université. 
 
Fondée en octobre 2016, elle œuvre à la constitution d’un réseau pour dynamiser la vie doctorale à Sorbonne Université à travers quatre pôles :
1. Un pôle scientifique pour l’organisation de journées doctorales et la valorisation des recherches menées par les doctorant.e.s de Sorbonne Université : Sorbonne Actuelle, Fête de la science.
 
2. Un pôle de condition doctorale pour la veille administrative et la défense des droits des doctorant·es, qui a récemment lancé une enquête sur la santé mentale et physique des doctorant-es.
 
3. Un pôle convivialité pour favoriser les rencontres entre doctorant·es de diverses disciplines : après-midi jeux de société, soirées au bar, et beaucoup d’autres formats que nous vous proposerons cette année !
 
4. Un pôle communication pour diffuser les actualités de l’association et assurer un lien avec les doctorant·es, les personnels de l’université et d’autres organisations extérieures, grâce à Twitter, Facebook, une liste mail et une newsletter. De nombreux projets sont en cours ou en préparation, et bien d’autres restent encore à imaginer. Vous avez des idées d’actions à mener pour favoriser le lien entre doctorant-es ? Un projet vous tient à coeur, mais vous ne savez pas comment le mener ? Contactez-nous par mail ou rejoignez notre discord !
 
Le premier temps fort de l’après-midi s’est organisé autour d’une conférence dédiée aux organismes de soutien aux doctorant-es à Sorbonne Université. Pour l’occasion, vous avez pu retrouver :
👉 La mission égalité – lutte contre les discriminations. Créée en 2017, l’équipe, représentée par Violette d’Haese, a pour but de prévenir et combattre les discriminations à travers des actions de sensibilisation et de formation, notamment pour lutter contre le harcèlement sexiste et sexuel : https://tinyurl.com/xakzf7y8
👉 Le Service Universitaire de Médecine Préventive et de Protection de la Santé (SUMMPS), qui donne accès à des consultations avec des médecins, des psychologues, une sage-femme et un orthophoniste. Le SUMMPS propose également des actions de dépistage, des formations, des ateliers bien-être et des informations que vous pouvez retrouver sur leur site https://santetudiant.com/
👉 La Direction de l’Orientation, des Stages et de l’Insertion Professionnelle (DOSIP), qui propose des conseils et un accompagnement consacré à l’entrepreneuriat, l’orientation et l’insertion professionnelle, présentée par Axelle Feraille  : https://tinyurl.com/4bvvwcz8
 
Après une conférence consacrée aux organismes de soutien aux doctorant-es, le deuxième temps fort de notre après-midi d’échange a été une table ronde animée par Claire Selosse, qui réunira des doctorant-es et des docteur-es de la faculté des lettres. Ils et elles sont venus partager leur expérience du doctorat, autour de trois grandes questions :
🤔 Dans quelles conditions matérielles se déroule le doctorat ?
🤔 Quelles sont les sources de fierté au cours du doctorat ?
🤔 Quels conseils donner aux nouveaux et nouvelles doctorant-es ?
De l’inscription à la soutenance, des moments de joie aux moments de doute, des heures les plus studieuses aux plus festives : samedi, tous les aspects du doctorat ont été évoqués
 
Nous avions prévu deux ateliers…  Finalement un troisième s’était glissé dans cette après-midi ! Samedi, vous avez pu échanger avec d’autres doctorant-es sur des sujets concrets et quotidiens dans le cadre d’ateliers animés par des membres du Collectif.
 
Comment s’auto-financer ? Comment concilier emploi hors université et thèse ? Quelles sont les démarches à effectuer avant de s’inscrire à Pôle Emploi ? Raquel Gomez a animé un atelier sur ces questions, et partagé son expérience de doctorante sans contrat.
 
Parfois stressé-e, anxieux-se, épuisé-e ? Loin d’être anecdotiques, ces situations que nous rencontrons tou-tes doivent être prises au sérieux : c’est ce qu’a expliqué Sirine Houij lors d’un atelier sur la gestion du stress et la santé mentale pendant la thèse.
 
Pour toutes celles et ceux qui ont enseigné ou prévoient de le faire, l’atelier de Dorian Varenne était tout indiqué : il a animé un temps d’échange sur les aspects pratiques et les finalités de cet exercice complexe et enrichissant.
 
Dernier temps fort de la journée, le forum des associations : un temps d’échange libre lors duquel vous avez pu vous renseigner sur les associations qui ont répondu à notre appel. Vous avez pu découvrir: 
 
Philo’Doctes,  une association étudiante, rattachée à l’UFR de philosophie de Sorbonne Université. Son objectif est de réunir les doctorant-es en philosophie, et de leur fournir un espace de discussion pour promouvoir leur travail de recherche dans le cadre d’un séminaire hebdomadaire organisé le jeudi, et d’un colloque de fin d’année.
➡ La première session de l’année sera consacrée à une conférence d’Anne Fenoy, qu’on avait eu le plaisir d’écouter lors de Sorbonne Actuelle, sur le thème “Observer la Sclérose Latérale Amyotrophique”. Rendez-vous le 28 octobre de 18h à 20h, en salle G366 !
 
Philomel, une initiative interdisciplinaire visant à fédérer et promouvoir les activités liées aux questions et études de genre au sein de Sorbonne Université et à regrouper toute information concernant les enseignements et les recherches relatives à ces questions..Récemment choisi pour porter l’“Initiative Genre” de l’IDEX, Philomel est le réseau pérenne qui regroupe et encourage les propositions et le dialogue autour des problématiques liées au genre. Vous êtes intéressé-es par ces questions ? Philomel est fait pour vous ! Venez rencontrer l’équipe demain ou au cours d’un de ses nombreux événements :
➡ Première séance du séminaire “Genre et autorité”, le 19 novembre de 10h à 12h en salle de conférences 105 à Jussieu : [https://philomel.hypotheses.org/7293](https://philomel.hypotheses.org/7293)
➡ Colloque “Archéologie des transidentités. Monde médiévaux”, du 24 au 26 novembre, en Sorbonne : [https://philomel.hypotheses.org/6961](https://philomel.hypotheses.org/6961)
➡ Atelier autour des nouveaux contrats doctoraux “genre”, le 15 novembre de 13h à 14h30, en salle D224 à la maison de la recherche
Beaucoup, beaucoup d’autres projets sont en cours ou en prévision. Pour tous les connaître 👉 https://philomel.hypotheses.org/
 
Les Jaseuses, un collectif interdisciplinaire de jeunes chercheur-ses féministes ayant le désir d’explorer des manières novatrices, militantes et bienveillantes de faire de la recherche. A travers un carnet hypotheses, des colloques, des journées d’étude, des séminaires, des podcats, des ateliers et un club de lecture, les Jaseuses pensent et construisent de nouveaux modes de production et de partage du savoir, et constituent un réseau interdisciplinaire de chercheur-ses engagé-es par un même projet à forts enjeux universitaires, politiques et personnels.
➡ Pour suivre leurs activités, rendez-vous sur leur carnet hypotheses : https://lesjaseuses.hypotheses.org/
 
 
BJC IReMus, qui a pour fonction de favoriser le dialogue entre doctorant-es et chercheurs-es confirmé-es au sein de l’IREMUS. Par ses différentes actions, il participe au rayonnement national et international de la recherche en Musique et Musicologie. À partir de l’année universitaire 2019-2020, le Bureau des Jeunes Chercheurs co-organise avec le laboratoire “L’IReMus présente…” : un moment d’échange mensuel convivial autour d’un petit-déjeuner où chercheur-es confirmé-es, doctorant-es et invité-es extérieur-es partagent des questionnements scientifiques. Depuis octobre 2020, le BJC anime également le rendez-vous mensuel “Thèse et vous !”, un moment spécifiquement dédié aux doctorant-es et au partage des expériences de jeunes chercheur-es !
Enfin, le BJC organise depuis 2018 le Congrès Doctoral de Musique et Musicologie. Cette année, il a lieu du 4 au 6 novembre.
 
Antheia, un séminaire à destination des doctorant-es en sciences de l’Antiquité. Interdisciplinaire, il a vocation à partager des méthodes de travail propres à la recherche portant sur les différentes disciplines des sciences de l’Antiquité avec tous les doctorant-es, docteur-es et étudiant-es de master travaillant dans ce domaine. Il se réunit le 1er mercredi de chaque mois, dans l’après-midi, à la maison de la recherche. Et, cerise sur le gâteau, il est organisé en hybride !
➡Toutes les infos sur le carnet hypotheses du séminaire : https://antheia.hypotheses.org/
 

Sorbonne Actuelle 2021 : une troisième edition reussie

Le Collectif Doctoral a organisé le 22 mai dernier la troisième edition de Sorbonne Actuelle, un évènement consacré aux doctorant-es et aux jeunes chercheur-es. Cette année, la journée d’étude etait placée sous le signe de la transdisciplinarité, avec notamment une table ronde dédiée à cette question.
 
Les doctorantes venues presenter leurs travaux ont insisté sur la nécessité de croiser les approches pour se saisir au mieux d’objets de recherches nouveaux, depassant les cadres disciplinaires traditionnels. Anne Fenoy, Saliha Aklouf et Oumaima Ben Gamra, toutes doctorantes à Sorbonne Université, ont ainsi pu parler de leurs recherches et de leurs cadres theoriques, mais aussi des questions que soulèvent une telle démarche.
 
 “la transdisciplinarité c’est un apprentissage permanent”
En ouverture de la journée, des enseignant-es chercheur-es invité-es lors d’une conférence consacrée à l’état de la recherche en France ont d’ailleurs souligné que cette dimension transdisciplinaire était désormais incontournable, dans des projets individuels comme collectifs. De la thèse à l’HDR en passant par les projets ANR, difficile de laisser le côté les travaux faisant le lien entre plusieurs disciplines, qui enrichissent et complexifient le savoir produit par les checheur-ses.
 
Dans les deux autres tables rondes de cet événement, les interventions autour du numérique et de la mobilité dans la recherche ont été l’occasion de discussions passionnantes.
Témoin de la vitalité et de la richesse des recherches doctorales à Sorbonne Université, Sorbonne Actuelle a été l’occasion de traiter en profondeur des questions liées à la création d’outils numériques dédiés à sa thèse, à la science ouverte, ou encore à la place de l’apprentissage d’une langue étrangère dans le travail de recherche.
 
Moment fort de la vie doctorale de Sorbonne Université, Sorbonne Actuelle s’est tenue cette année en distanciel afin de respecter les mesures sanitaires. “Un vrai défi” selon Louise Condi, présidente du Collectif Doctoral. “Créer du lien, faire en sorte que les échanges puissent avoir lieu malgré la visio, ce n’était pas gagné. Mais tout le monde a joué le jeu, et au bout du compte ça donne un résultat dont nous sommes très fiers”.
 
Au point de recommencer l’an prochain ! Il est déjà prévu que Sorbonne Actuelle se tienne en 2022.
Si vous souhaitez vous investir dans la vie doctorale de Sorbonne université et participer à l’élaboration de cet événement, contactez dès maintenant le collectif doctoral à l’adresse suivante : collectifdoctoral@gmail.com

COMMUNIQUE DE SOUTIEN AUX DOCTORANT.ES DE L’INSTITUT D’ETUDES POLITIQUES DE PARIS

Paris, le 19 mai 2021,

Le Collectif doctoral a pris connaissance du texte du Collectif des doctorant.es de l’Institut d’études politiques de Paris et a souhaité s’y associer. Nous ne pouvons que partager le constat qui y est dressé : des recherches lourdement entravées par la pandémie et une dégradation des conditions de travail et de vie des doctorant.es quel que soit leur statut.

Nous partageons les exigences formulées auprès du ministère d’accéder aux demandes de prolongation des financements doctoraux, comme cela a été promis il y a un an. Même si nos premiers interlocuteurs ont été les membres de la direction de notre université, force est de constater que le ministère reste le décisionnaire principal. Dès l’année dernière, selon leur université, des différences flagrantes de traitement étaient à constater entre les doctorants, aggravant les inégalités déjà existantes.

Or, avec la succession des périodes de confinement, il apparaît indispensable de venir en aide aux doctorant.es en prenant en compte l’impact de la pandémie depuis un an et non uniquement la période de mars à juin 2020. Le ministère ne semble pas avoir pris la mesure des conséquences du contexte sanitaire sur nos travaux et nos finances. Il est urgent qu’il alloue aux universités et établissements supérieurs les moyens nécessaires à la poursuite des recherches des jeunes chercheurs que nous sommes.

Nous nous associons donc à la démarche de nous adresser au ministère afin de répondre aux demandes des doctorant.es et réclamons également :

  • La prolongation de tous les financements doctoraux au plus vite ;
  • Les financements nécessaires aux déplacements indispensables pour la poursuite des travaux de recherche ;
  • La réinscription automatique et gratuite des doctorant.es ;
  • Que les demandes de disponibilités ou de détachements soient accordées plus rapidement par les rectorats de rattachement pour les doctorant.es titulaires d’un concours du second degré.

Le Billet du Collectif des doctorant.es de l’Institut d’études politiques de Paris est à retrouver à l’adresse suivante : lien 

 

SORBONNE ACTUELLE 2021

Le samedi 22 Mai 2021, de 13h15 à 18h30. 

Le Collectif doctoral vous présente sa journée d’étude, Sorbonne Actuelle, une après-midi d’échanges et de partage pour les jeunes chercheurs en LSH.

Trois chercheurs invités ouvriront l’après midi avec une conférence sur la présentation de la nouvelle loi LPR (anciennement dénommée LPPR) et sur les évolutions de la recherche et sa place dans la société. Puis, au cours de 3 tables rondes, 9 doctorant.e.s de SU proposeront des réflexions croisées sur leurs recherches et leurs méthodes de travail, autour des thèmes de la mobilité, de la transdisciplinarité et du numérique. 

Vous êtes doctorant.e.s, jeune.s chercheur.se.s ou aspirez simplement à en savoir plus sur le travail de recherche en doctorat ? Venez assister à cette après-midi d’étude et de partage le samedi 22 mai entre 13h15 et 18h30. 

Evénement en distanciel par la plateforme Zoom. Accès accordé seulement après inscription : https://forms.gle/2FcPUeSH434xYva3A

Affiche de l’événement

Programme détaillé de l’événement.

 

A bientôt, 

 

Le comité  d’organisation de Sorbonne Actuelle.

UN NOUVEAU BUREAU POUR DE NOUVELLES AVENTURES

Le mot de la Présidente : Louise Condi

“Chères et chers collègues doctorant.e.s de Sorbonne Université,

C’est avec un grand honneur et une joie sincère que je prends aujourd’hui la présidence du Collectif Doctoral de Sorbonne Université, et je vous remercie pour votre confiance.

Je saisis cette occasion pour remercier chaleureusement l’équipe sortante, pour son travail remarquable durant les dernières années, dont la constance et l’efficacité ont permis de mener à terme de très nombreux projets. Le nouveau bureau élu prend aujourd’hui la suite de cette dynamique, entouré à son tour d’une équipe énergique et investie avec laquelle je me réjouis par avance de travailler. À travers les projets poursuivis et nouvellement engagés, nous nous inscrivons déjà dans la continuité des objectifs fondamentaux de l’association : activité scientifique, représentation des doctorant.e.s sur le plan institutionnel et convivialité.

Je resterai à votre écoute en cette période compliquée que nous traversons, qui a mis à jour des difficultés inédites qui s’ajoutent aux précédentes.

Le Collectif Doctoral demeurera un espace d’échange, de partage, de bienveillance, et de rencontres des doctorant.e.s de Sorbonne Université, espace qui nous est plus que jamais nécessaire. 

Dans l’attente de faire votre connaissance,”

 

Louise CONDI

Présidente du Collectif Doctoral

sorbonne actuelle 2021 – appel à contribution

Sorbonne Actuelle est de retour pour une nouvelle édition ! Cette journée d’étude dédiée aux doctorantes et doctorants de Sorbonne Université se tiendra le samedi 22 mai 2021.

A cette occasion, nous encourageons les jeunes chercheuses et chercheurs qui le souhaitent, inscrit.e.s en thèse de doctorat à Sorbonne Université, à prendre la parole et à participer aux débats qui auront lieu. Pour connaître l’organisation de la journée et les modalités de participation, nous vous invitons à consulter l’appel à contribution et à nous envoyer vos propositions avant le 9 avril 2021 à minuit.

Au plaisir de lire vos propositions diverses et nombreuses,

Le Collectif doctoral de Sorbonne Université

 

Lettre d’information sur le portfolio de thèse

 

Paris, le 17 février 2021 (révisé  le 12 Avril 2021)

 

 

Lors de la dernière réunion du Collège doctoral (instance qui regroupe la direction de l’Institut de formation doctoral et les directeurs·trices des ED) du 20 janvier dernier, un document intitulé « Déployer l’approche portfolio au niveau doctoral à Sorbonne Université » a été présenté. Ce document présentait les grandes lignes d’une refonte des exigences du portfolio au sein de Sorbonne Université.

Pour rappel, le portfolio est un document accompagnant le manuscrit de thèse au moment de la soutenance. L’article 15 de l’arrêté du 25 mai 2016 le définit comme étant un document « comprenant la liste individualisée de toutes les activités du doctorant durant sa formation, incluant enseignement, diffusion de la culture scientifique ou transfert de technologie, et valorisant les compétences qu’il a développées pendant la préparation du doctorat ». L’article ajoute qu’il doit être « mis à jour régulièrement par le doctorant », sans autre précision. Lors des réunions de rentrées organisées par nos Écoles doctorales, le portfolio est ainsi souvent présenté comme une sorte de CV approfondi dans lequel il est nécessaire d’inscrire les formations suivies, ainsi que nos activités accompagnant notre parcours doctoral. Le portfolio était, jusqu’à présent, une exigence définie de manière assez floue, et laissait donc de la place à l’interprétation dans sa réalisation.

Le projet de refonte, présenté lors de la dernière réunion du Collège doctoral, ne vise cependant pas uniquement à mieux circonscrire les contours de ce document, mais à redéfinir complètement son élaboration et ses objectifs. Le portfolio ne doit donc pas uniquement servir à récapituler l’ensemble des activités réalisées pendant le doctorat, il doit également servir à présenter les compétences acquises, et à « développer sa capacité à transférer ses compétences dans des classes de situations comparables ou nouvelles ». Lors de la présentation,  la « posture réflexive » que l’élaboration du portfolio permet de développer chez les doctorant·es a été soulignée a de nombreuses reprises. 

Ce faisant, le portfolio deviendrait un outil au service de l’orientation et de l’insertion professionnelle. Il a vocation à être utile à la fois aux doctorant·es, mais aussi aux futurs employeurs, ainsi qu’aux encadrant·es et aux Écoles doctorales, chargées du suivi des doctorant·es. Jusque-là, tout va bien ; le souci d’insertion professionnelle est parfaitement louable.

C’est dans la mise en œuvre du portfolio que ce projet suscite des motifs d’inquiétude. En effet, le projet de refonte du portfolio comporte trois « finalités », et trois « niveaux d’engagement ».

  • Niveau 1 : « Le doctorant prend l’habitude de capitaliser de façon responsable et organisée, toutes les traces de son parcours professionnel »
  • Niveau 2 : « Le doctorant développe une compétence à analyser les expériences probantes de son parcours et à mettre en valeur, puis faire reconnaître ses compétences »
  • Niveau 3 : « Le doctorant développe une compétence autonome à piloter son parcours professionnel tout au long de la vie »

Le dispositif s’articule ainsi autour de ces trois niveaux, qui déterminent ensuite les « activités pédagogiques », les critères de validation, et la forme du portfolio comme suit :

Niveau/publicsCompétence viséeActivités pédagogiquesValidation (critère)Forme du portfolio
Niveau 3 Doctorants Encadrants et formateursPiloter sa vie professionnelleAteliers réflexifs + groupe de pairs + entretiens individuelsAudition devant des Représentants des employeursPortfolio de développement professionnel
Niveau 2 Doctorants Encadrants et formateursSe construire un portfolio de compétencesAteliers réflexifs + groupe de pairsAudition devant des pairs et professionnels invitésPortfolio de Compétences
Niveau 1 DoctorantsSe construire un portfolio des traces de ses activités professionnelles et personnellesSéminaire et suivi par l’encadrantClasseur de PreuvesClasseur personnel de traces d’activités

Ce nouveau dispositif a vocation à s’appliquer dès cette année, avec un événement introductif début mars 2021, et le lancement du niveau 1. De mars à juillet, ce serait au tour du lancement des groupes pilotes pour les niveaux 2 et 3. Il devrait ainsi être intégré dans les formations à partir de la prochaine rentrée universitaire.

Cette réforme du portfolio a de quoi inquiéter pour plusieurs raisons :

  • D’abord parce que cela engendrerait à coup sûr un alourdissement de nos obligations et de notre charge de travail pendant la thèse. La volonté explicite de la conceptrice de ce plan est d’« aller au-delà du classeur de traces », et de pousser les doctorant·es à s’investir davantage dans l’élaboration de ce document. Que l’on choisisse le niveau 1 ou le niveau 3, cette réforme du portfolio implique de toute façon de suivre des séminaires ou des ateliers en plus de ceux que nous suivons déjà, ce qui a été confirmé par la directrice de l’Institut de formation doctorale.
  • L’organisation autour des trois niveaux mérite également d’être interrogé : que se passera-t-il pour les doctorant·es ayant choisi l’investissement minimal, celui du niveau 1 ? En effet, plusieurs directeurs·trices d’ED se sont positionnés favorablement par rapport à ce projet, à condition que le doctorant·e ait le libre choix de son niveau d’engagement. Soit. Mais le fait est que, d’une part, le portfolio est obligatoire, et que, d’autre part, le niveau d’engagement créera fatalement des différences d’appréciation entre les niveaux d’investissement des uns et des autres.
  • Quelles conséquences ce choix aura-t-il au moment de la soutenance de thèse, et/ou du recrutement ? Faut-il y voir une forme supplémentaire de mise en concurrence des jeunes docteurs au moment du recrutement, que ce soit dans le secteur privé, ou même dans l’enseignement supérieur et la recherche ? Cette concurrence poussera donc l’ensemble des doctorant·es à subir un alourdissement de leur charge de travail pendant la thèse pour tenter de « rester dans la course ».
  • Enfin, la pression accrue pour les doctorants de prouver l’acquisition de compétences pendant leur parcours doctoral laisse également penser que l’essentiel pour être recruté·e n’est pas tant la qualité de la recherche, mais les compétences (notion beaucoup plus floue) acquises. Cela reviendrait à relativiser la valeur intrinsèque de la recherche dans l’obtention du diplôme de doctorat.

Il est bien sûr louable de se préoccuper de l’insertion professionnelle des doctorant·es. Cependant, ce projet nous semble inquiétant tant il s’éloigne des besoins réels des doctorant·es. L’offre de formation concernant l’insertion professionnelle est déjà très développée à Sorbonne Université, et les efforts en direction des doctorants des ALSHS sont notables depuis quelques années. Notons aussi l’implication en la matière de la DOSIP (ex-SCUIOIP), qui propose déjà des entretiens personnalisés, ateliers, et formations spécialement pour nos profils. En termes de formation, c’est plutôt d’une meilleure lisibilité de l’offre, et particulièrement du PIF (Plan individuel de formation), ainsi que de formations mieux adaptées aux ALSHS dont les doctorant·es ont besoin.

Ajoutons que le contexte de la crise sanitaire ne semble pas du tout être pris en compte dans ce plan. Les retards pris par beaucoup d’entre nous dans les recherches, les difficultés à accéder à nos terrains, données, bibliothèques et autres engendrent déjà beaucoup d’anxiété chez les doctorant·es. Un alourdissement de la charge de travail constituerait une contrainte supplémentaire, et loin d’aider les doctorant·es à se projeter dans leur avenir professionnel, cela constituerait une source supplémentaire d’anxiété. Alors que la prolongation des contrats doctoraux demeure une perspective très incertaine, et que la durée des thèses risque déjà de s’allonger, cette proposition n’est certainement pas adaptée à la crise que nous traversons.

Pour beaucoup d’entre nous, ce plan de refonte du portfolio apparaît comme particulièrement infantilisant, alors que nous pourrions être nous-mêmes en capacité de déterminer quels sont les enseignements que nous tirons de notre parcours doctoral. Disons-le clairement : ce plan de refonte du portfolio ne correspond pas à nos besoins. Dans un contexte d’assèchement des postes et de précarisation accrue du fait de la LPR dans l’enseignement supérieur et la recherche, et de perspectives d’embauches en berne dans l’ensemble du marché du travail, tout ce qui amène à amplifier la mise en concurrence des jeunes docteurs entre eux semble néfaste et dangereux. En conséquence, nous demandons l’abandon de ce projet.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

 

Signez la pétition : https://www.unepetition.fr/abandonduportfolio-doctorants-sufacultedeslettres (pétition close).

Bilan de la prolongation des contrats doctoraux pour les doctorant·es de la faculté des Lettres de Sorbonne université

Paris, le 09 février 2021.

Le monde de la recherche, comme l’ensemble de la société, a été mis à rude épreuve par la pandémie de COVID-19. Au printemps dernier, le premier confinement a provoqué la fermeture totale des établissements d’enseignement supérieur, des bibliothèques et des centres d’archives. La fermeture des frontières a également pris une ampleur inédite, empêchant un certain nombre de doctorant·es d’effectuer leurs terrains de recherche à l’étranger. Les recherches des doctorantes et doctorants ont été lourdement affectées par ce contexte totalement inhabituel, et ont nécessairement pris un retard considérable.

L’annonce de la ministre : une belle promesse… Sans financement

À l’occasion d’une interview auprès de la radio France Culture le 23 avril dernier, la Ministre d’Enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, fait l’annonce suivante : « …je voulais aussi profiter de ce passage sur votre antenne ce matin, pour dire aux doctorants qui sont actuellement en thèse, que dans cette période particulière, j’ai décidé d’autoriser les organismes et les établissements à prolonger la durée de thèses, à prolonger les contrats doctoraux et leur financement. »

La ministre annonce ainsi l’autorisation de procéder à la prolongation des thèses et de leur financement… Sans annoncer pour autant d’enveloppe budgétaire dévolue à la concrétisation de cette belle promesse. Si, dans certaines universités, il s’est trouvé des directions prodigues en capacité d’autofinancer cette mesure, tel ne fut pas le cas pour nous.

À Sorbonne Université : une procédure tardive et complexe

La direction de notre université a très tôt annoncé l’absence de budget propre pour financer une éventuelle prolongation des contrats doctoraux. L’annonce des dispositions concrètes pour l’application de cette mesure se fit attendre très longtemps : lors d’une réunion consacrée à cette question le 18 juin dernier, la direction expliquait que la circulaire du ministère n’étant toujours pas publiée, ils avaient préféré attendre avant de lancer la mise en place de tout dispositif. Jusqu’alors, le ministère était très évasif sur le montant de sa participation financière auprès des différentes universités. Si l’ensemble des doctorant·es contractuel·les était officiellement concerné par cette prolongation, Sorbonne Université annonçait clairement ne pas avoir les moyens de prolonger tous les contrats doctoraux. Il faudrait donc sélectionner les dossiers. Et pour sélectionner les dossiers, il fallait réaliser une enquête.

Le Collectif Doctoral s’est pleinement engagé dans le suivi de cette enquête à destination des doctorant·es, qui devait aider à mesurer l’impact de la crise sanitaire sur l’ensemble des doctorants (financés ou non), et permettre à chaque doctorant d’exposer les dommages subis par ses recherches du fait du confinement. En définitive, la sélection devait être réalisée par les Écoles doctorales, avec le rôle crucial des encadrant·es.

En étant partie prenante de ce processus, il s’agissait aussi d’insister sur le cas spécifique d’une grande partie des doctorants financés de la Faculté des Lettres : beaucoup de contrats doctoraux sont détenus par des agrégés ayant obtenu une disponibilité de la part de leur rectorat d’origine, valable durant une année scolaire (du 1er septembre au 31 août suivant). Or, d’après le schéma général, la prolongation envisagée devait correspondre au temps du confinement, ou du moins à l’équivalent du 2e semestre de l’année 2019-2020, soit une durée de 3 à 6 mois. L’obtention d’une prolongation d’une telle durée excluait donc de fait les titulaires d’un concours du second degré, puisqu’il est impossible que les rectorats accordent des disponibilités inférieures à un an.

Un autre point posait problème pour ces mêmes doctorants : celui du calendrier. Le questionnaire a été lancé à la fin du mois de juin. L’Institut de formation doctorale espérait obtenir la majeure partie des réponses pour la mi-juillet. Puis devait s’ensuivre pendant l’été un dialogue entre les Écoles doctorales et l’échelon universitaire pour déterminer les heureux élus. Les réponses ne seraient donc connues au mieux qu’à la fin de l’été, voire à la rentrée.

Ce calendrier, extrêmement tardif, n’a fait les affaires de personne : les doctorant·es, que ce soit à la Faculté des Sciences et ingénierie, ou à la Faculté des Lettres, ont été laissés dans l’incertitude pendant tout l’été. Certains n’ont pu compléter leurs dossiers faute de pouvoir contacter leur ED ou leurs encadrants, ce qui est compréhensible du fait des congés d’été. Mais avec un tel calendrier, les doctorants contractuels agrégés alors en 3e année ont été de fait exclus du dispositif, soit qu’ils aient déjà été reçus pour un poste d’ATER, soit du fait de leur réintégration dans le secondaire à la rentrée suivante.

À la rentrée de septembre, nous n’avons eu aucun écho des résultats. Ce n’est que lors de la réunion du Collège doctoral du 07 octobre dernier que les premiers chiffres ont été communiqués. Malgré de très nombreux dysfonctionnements, les réponses des doctorants au questionnaire du mois de juin-juillet ont été nombreuses et rapides. 121 demandes de prolongations ont été validées par les directeurs d’ED pour la Faculté des Sciences et celle de médecine. Les premiers avenants ont été signés entre la fin du mois de septembre et le début du mois d’octobre (81 pour la Faculté des Sciences, 20 pour la Faculté de médecine).

Qu’en est-il pour la Faculté des Lettres ?

Les responsables ont reconnu un important retard pour la gestion et le suivi des dossiers. À la date du 07 octobre 2020, 30 demandes de prolongation de contrats doctoraux avaient été remontées, dont certaines pour une durée de 12 mois. 10 avenants ont été signés. Oui, vous avez bien lu, 10.

À la lumière de ces éléments, une chose est claire : à la Faculté des Lettres, les doctorant·es contractuel·les ont été clairement désavantagés par rapport à leurs collègues de la Faculté des sciences. Nous avons été victimes d’un processus qui n’était pas adapté à nos spécificités et à nos besoins particuliers, puisque pensé pour le cadre de la Faculté des sciences. En effet, les prolongations de contrats doctoraux de trois ou quatre mois existent déjà à la Faculté des Sciences et Ingénierie. Cette mesure extraordinaire entre donc dans des schémas préexistants dans leur cas. En revanche, elle n’était pas pensée pour s’adapter au cas particulier des doctorants contractuels titulaires d’un concours du second degré, ne serait-ce que par rapport au calendrier.

Un processus toujours en cours pour les actuels 2e et 3e années

Pour les doctorants de 3e année lors du premier confinement, il est sûr que les carottes sont cuites. En revanche, il reste un peu d’espoir pour celles et ceux qui étaient en 1e ou en 2e année. Pendant tout le premier semestre de l’année 2020-2021, la direction de l’université a attendu de connaître le montant de la compensation du ministère. En effet, les avenants aux contrats doctoraux signés en octobre dernier ont été avancés par les fonds propres de l’université et de quelques laboratoires. Le ministère devait annoncer en décembre 2020 l’enveloppe financière qu’il accordait à chaque université pour son remboursement. Ce montant a été reçu par Sorbonne Université en janvier 2021. Il faut encore attendre de voir dans quelle mesure cette enveloppe pourra permettre de financer les prolongations des doctorants actuellement en 2e et 3e année, dont les recherches ont été lourdement affectées lors du premier confinement, mais aussi depuis l’automne dernier. Il y a donc une possibilité pour tous les doctorants contractuels de réclamer une prolongation de leur contrat, y compris les titulaires d’un concours du second degré qui peuvent réclamer un prolongement de 12 mois. La direction de Sorbonne Université s’est en effet en effet engagée à soutenir leurs demandes auprès du ministère, et à contacter dès le printemps les rectorats de rattachement pour obtenir les disponibilités. À la date du 20 janvier dernier, 55 dossiers concernaient la Faculté des Lettres, contre 171 demandes pour la Faculté des Sciences et d’ingénierie et de médecine.

Pour ce faire, il faut impérativement contacter son ou ses encadrants pour faire le point sur le dossier, et éventuellement actualiser les informations à soumettre à l’École doctorale. Ces actualisations se font sur la base de la demande qui a été enregistrée en juin-juillet, au moment où le questionnaire de l’IFD a été rempli. Tous les dossiers de demandes de prolongation doivent être remontés au ministère avant le 15 février 2021.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Sur les partiels de janvier 2021 à Sorbonne UNiversité

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université manifeste toute sa désapprobation devant la manière dont a été conduite la tenue des partiels de janvier 2021. Nous déplorons les décisions unilatérales des instances dirigeantes de l’université, qui ont maintenu des partiels sur table malgré les plaintes des étudiants et en dépit de la crise sanitaire, et ont fait appel aux forces de police pour en surveiller l’accès.

Alors que depuis le mois de septembre, les représentant·es élu·es des étudiant·es demandaient dans les instances consultatives (CFVU) que soient aménagées les modalités de contrôle des connaissances (MCC), la présidence de l’université a constamment temporisé.

Mise au pied du mur en décembre, elle a ensuite refusé de mettre au vote les compromis constructifs proposés par les représentant·es étudiant·es, qui auraient pourtant permis une évaluation des élèves sur des bases raisonnables.

L’université n’a donc pas daigné tenir compte de la situation de détresse manifestée par un très grand nombre d’étudiant·es, et que les doctorant·es chargé·es de cours sont souvent les premiers à constater et à devoir gérer.

Elle s’est voilée la face devant le fait que les enseignements dispensés, quels que fussent les efforts de nos collègues, ne pouvaient pas remplacer l’enseignement en présence, et ne justifiaient donc en rien la tenue de partiels.

Elle a ignoré le risque sanitaire que présentaient ces partiels, quand plusieurs élèves malades ou cas-contacts annonçaient sur les réseaux sociaux qu’ils prévoyaient de s’y présenter tout de même, pour ne pas être pénalisé·es par rapport à leurs camarades.

Elle n’a pas tenu compte du fait que les étudiant·es de L3 contraint·es de passer en rattrapage sont pénalisé·es dans la constitution de leurs dossiers de candidature aux masters.

Enfin, alors que le conseil de l’UFR d’Histoire avait décidé d’annuler les partiels de licence 1, le doyen de la Faculté des Lettres a annoncé à ses étudiant·es que les partiels seraient maintenus – décision autoritaire qui prenait le risque d’alerter les étudiant·es, de discréditer la parole des collègues, et de les contraindre à improviser des partiels à la dernière minute (situation dont encore une fois les doctorant·es chargé·es d’enseignement sont amené·es à pâtir).

Nous condamnons donc le mépris et l’impréparation dont a fait preuve la direction de l’université, et soutenons la demande d’organiser des rattrapages anticipés et aménagés, pour compenser les épreuves de ce début d’année.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Retrouvez le communiqué au format PDF

Journée de rentrée 2020

À l’intention des doctorantes et doctorants de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université,

Pour la troisième année consécutive, le Collectif Doctoral organise sa Journée de rentrée à destination des doctorantes et doctorants de la Faculté des Lettres. Le contexte particulier de crise sanitaire nous amène à adapter notre dispositif : nous avons opté pour une manifestation
entièrement en ligne et interactive, via la plate-forme Discord.

Vous ne connaissez pas ce logiciel ?
Pas de panique, un tutoriel sera disponible quelques jours
avant pour vous permettre de vous familiariser avec cet outil !

Cette année, peut-être davantage que toutes les autres, il est important de créer une occasion de nous retrouver pour partager nos expériences du doctorat, de nous entraider, par-delà nos disciplines et nos Écoles doctorales de rattachement. Plus que jamais, il nous apparaît crucial de briser l’isolement qui caractérise bien souvent les années de thèse.
Cette Journée de rentrée est avant tout un moment de convivialité !

Au programme
Une conférence sur la vie doctorale à Sorbonne Université, une
table ronde de jeunes docteurs, et des ateliers !
Cette journée de rentrée aura lieu le
Samedi 21 novembre 2020 de 10h00 à 17h30
Rejoignez-nous nombreuses et nombreux !

Qui sommes-nous ? Le Collectif Doctoral est une association de doctorant·e·s de tous horizons qui s’est donné pour objectif de valoriser la vie doctorale à Sorbonne Université, de favoriser l’entraide et de défendre les intérêts des doctorant·e·s. Ses activités se répartissent entre la représentation des doctorant·e·s dans les différents conseils et l’organisation de manifestations scientifiques (Sorbonne actuelle, Épinglé·e·s !, atelier lors de la Fête de la Science, etc.).

Pour s’inscrire
https://www.helloasso.com/associations/collectif-doctoral-de-sorbonne-
universite/evenements/journee
de-rentree-du-collectif-doctoral

Pour participer
https://discord.gg/rHFt5Fag44

Pour lire l’invitation au format PDF

Guide sur le questionnaire officiel de Sorbonne Université et la prolongation des contrats doctoraux

Paris, le 29 juin 2020.

Chères et chers doctorantes et doctorants,

Vous avez été récemment destinataires d’un message de votre École Doctorale vous informant que vous recevrez prochainement un questionnaire portant sur la prolongation des contrats doctoraux. Ce questionnaire doit permettre la mise en œuvre de l’engagement ministériel de la prolongation des contrats doctoraux à l’échelle de l’université, tout en prenant en compte de la diversité des parcours.

Il a été élaboré dans une double finalité : d’une part, recenser les potentiels candidats à un prolongement du contrat doctoral ; d’autre part, évaluer l’impact de la crise sanitaire sur l’ensemble des doctorants.

Or, à la Faculté des Lettres, les doctorantes et doctorants bénéficiant d’un financement dédié au travail de thèse sont très minoritaires. Quelle que soit votre situation, que vous soyez financé ou non, quel que soit votre type de contrat, le Collectif Doctoral vous encourage à remplir ce questionnaire.

En effet, même si vous ne pouvez pas prétendre à un prolongement de votre financement par contrat doctoral, ce questionnaire sera utilisé par votre École Doctorale pour prendre en considération les conséquences de la crise sanitaire sur vos recherches, et pourra faciliter vos éventuelles demandes de prolongation de la durée de votre thèse.

Pour vous aider à remplir ce questionnaire, nous vous proposons un guide qui prend en compte la diversité des situations.

Un questionnaire dynamique

Le questionnaire se présente sous une forme dynamique : en fonction de vos réponses précédentes, de nouvelles questions apparaissent et disparaissent suivant une arborescence qui a été relue par les membres du Collectif Doctoral.

Vous êtes donc invités à vous montrer vigilants sur les réponses que vous apportez, en particulier pour la demande de prolongation du contrat doctoral, car il s’agit de la première étape pour constituer le dossier officiel. Le questionnaire distingue soigneusement la demande de réinscription administrative de la thématique du financement :

Si vous ne disposez pas de financement spécifique pour votre doctorat mais que vous estimez avoir souffert de la crise sanitaire dans vos recherches, vous êtes invités à indiquer que vous souhaitez une prolongation de votre inscription en thèse. C’est ainsi que l’École doctorale prendra en considération votre demande pour vous l’accorder plus facilement, et pourra mesurer l’impact de la crise sur l’ensemble des doctorants.

De même, certaines Écoles doctorales ont transmis l’information selon laquelle les doctorantes et doctorants contractuels en fin de troisième année qui ont obtenu un contrat d’ATER pour la rentrée prochaine ne pourraient pas bénéficier de cette prolongation du contrat doctoral. En conséquence, celles et ceux qui se trouvent dans cette situation sont invités à indiquer qu’ils sollicitent une prolongation de leur inscription en doctorat, et non de leur contrat doctoral.

Une procédure dématérialisée

Afin que la demande de prolongation du contrat soit complète, plusieurs documents sont nécessaires : une demande de la part du doctorant via le questionnaire ; un avis rédigé du directeur de thèse ; et un second avis du directeur d’unité. Posur rassembler ces documents, la perspective retenue a été la suivante : à aucun moment, la doctorante ou le doctorant ne doit télécharger et demander les signatures lui-même, l’ensemble de la procédure est gérée de manière dématérialisée par l’Institut de Formation Doctorale (IFD).

Comment se déroule la procédure dans sa totalité ? Concrètement :

  • L’ensemble des Écoles Doctorales ont transféré leurs listes de doctorantes et doctorants inscrits auprès de l’IFD ;

  • Ce dernier génère en retour des courriels et liens individuels afin que chaque doctorant puisse répondre au questionnaire ;

  • En fonction de la demande ou non de prolongation du contrat, l’IFD contacte le directeur de thèse en transmettant les réponses du doctorant·e et en lui demandant un avis ;

  • Puis, l’IFD contacte le directeur de l’unité en transmettant les réponses du doctorant et l’avis du directeur de thèse ;

  • Enfin, chaque École Doctorale arbitre l’ensemble des dossiers qui seront transmis au ministère.

Il faut noter que si l’établissement portera un regard sur l’ensemble des demandes, l’arbitrage réside véritablement à l’échelle de l’École Doctorale.

Les élues et élus doctorants dans les Conseils des Écoles Doctorales ont donc un rôle primordial à jouer dans cette dernière étape. De part leurs connaissances disciplinaires et leur mandat électif, ils sont à même d’être des interlocutrices et interlocuteurs privilégiés pour simplifier les démarches, accompagner les doctorants, mais aussi porter un regard sur la procédure en cours. Tous cas litigieux devra impliquer des représentants élus des doctorants.

Le cas des doctorants agrégés

Le cas minoritaire des doctorantes et doctorants détenteurs du concours de l’agrégation est à souligner. Si le cas classique pour la Faculté des Lettres est de demander une prolongation de trois ou quatre mois, il est possible de considérer que cette prolongation n’est pas adaptée aux contraintes administratives qui pèsent sur les doctorants contractuels titulaires du second degré. La demande de disponibilité dure en effet une année entière (et non quelques mois) et elle est de plus en plus difficile à obtenir : si l’année dernière, l’académie de Versailles les refusait de manière systématique, il semblerait que ce soit cette année celle de Créteil qui pose difficulté.

Dans l’encart correspondant, le Collectif Doctoral vous invite donc à motiver votre demande de prolongation d’un an en faisant état de cette situation administrative complexe. Vous pouvez par exemple partir de l’énoncé suivant et l’adapter selon votre situation :

Même si le retard pris dans mes travaux n’est que de trois mois, je demande une prolongation de mon contrat doctoral d’un an afin de pouvoir disposer d’une disponibilité de mon académie couvrant l’ensemble de l’année scolaire.

Toute information notée dans cet encart sera examiné par l’Ecole Doctorale, il est donc essentiel de ne pas l’oublier.

Concernant la date butoire, elle est fixée à la mi-juillet pour que les Écoles Doctorales étudient les dossiers des doctorantes et doctorants en troisième année. Vous êtes donc toutes et tous invités à remplir le questionnaire dès sa réception.

En cas de difficulté, le Collectif Doctoral peut être contacté à l’adresse suivante : collectifdoctoral@gmail.com. Nous nous tenons à votre disposition !

Télécharger le guide au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Motion du Collectif Doctoral et de Doc’Up sur la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche

Paris, le 29 juin 2020.

La version définitive de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), qui soulève contre elle l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, confirme les craintes déjà formulées par le Collectif Doctoral et Doc’Up, associations de doctorantes et doctorants de Sorbonne Université.

Le Collectif Doctoral et Doc’Up :

  • Demandent que l’État investisse réellement dans la recherche scientifique et les universités françaises de service public : les augmentations de crédits annoncées, modulables et étalées sur dix ans, n’ont aucune vraisemblance. Celles prévues pour 2021 ne sont à la hauteur ni des ambitions, ni des besoins de la recherche publique ;

  • Défendent l’idée que la recherche publique progresserait si son organisation encourageait davantage la coopération et les échanges ; s’opposent, au contraire, à la logique de précarisation et de mise en concurrence des chercheurs, que rien ne justifie ;

  • S’opposent au recours à des financements indirects grâce au surplus des appels à projet (comme cela est préconisé dans le rapport annexe) ; demandent un financement récurrent, direct et pérenne des laboratoires, la création de postes d’enseignants-chercheurs pour titulariser les précaires et doter l’Enseignement supérieur des ressources humaines que la démographie appelle ;

  • S’opposent, en conséquence, à la création de nouveaux statuts non pérennes dans l’université (voies de titularisation ou tenure tracks), tels qu’ils sont définis par les articles 3 et 5 de la loi ;

  • S’opposent à l’alignement des statuts sur le droit privé, notamment en ce qui concerne les nouveaux contrats doctoraux et post-doctoraux (voir l’article 4) ;

  • Refusent d’être une « génération sacrifiée », estiment que les principes sur lesquels repose la LPPR relèvent d’une croyance inexpliquée dans les vertus de la concurrence et de la dérégulation, contraires à l’intérêt public ;

  • Réaffirment leur attachement l’existence de carrières qui protègent les libertés académiques, assurent l’indépendance des chercheurs et défendent l’intégrité scientifique en les protégeant des intérêts particuliers.

Le Collectif Doctoral et Doc’Up, s’associant à l’avis du Conseil Économique, Social et Environnemental, réclament en conséquence le retrait de la LPPR. Ils appellent l’ensemble des membres de Sorbonne Université à exprimer leur désaccord avec la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, dans les instances représentatives et auprès de la société civile.

Télécharger la motion au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université et Doc’Up