Tous les articles par collectifparis4

Mission doctorale au Musée nationale de l’Histoire de l’immigration

Paris, le 18 juin 2019.

Entité proposant la mission

Musée nationale de l’histoire de l’immigration – Etablissement Public du palais de la Porte Dorée

(s’adresse aux doctorantes et doctorants en 1ère, 2ème et 3ème années. Non cumulable avec une mission d’enseignement.)

Responsable de la mission

Nom : Morin Sébastien
Fonction : Chef du département de la médiation
Courriel : sebastien.morin@palais-portedoree.fr

La sélection des candidats sera effectuée par le Musée. Vous devez donc déposer votre dossier de candidature sur le site https://ifd-missions.sorbonne-universite.fr/ à partir du 11 juin, et en parallèle, contacter le Musée. N’attendez pas la fin de la campagne pour le faire. Faites-le dès que possible.

Intitulé de la mission

Médiation au Musée national de l’histoire de l’immigration – Grand public

Mots-clés Médiation, communication

Durée de la mission

32 jours, avec des activités ciblées sur les temps grand public (mercredis, week-ends, jours fériés, vacances scolaires)

Description du contexte de la mission

Le Musée national de l’histoire de l’immigration a ouvert ses portes en 2007. Il a pour mission de rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessible les éléments relatifs à l’histoire de l’immigration en France, notamment depuis le XIXème siècle, de contribuer ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française et de faire évoluer les regards et mentalités sur l’immigration en France.

Le Musée évolue durant l’année 2020 : sa scénographie et le parcours de visite vont être intégralement repensés.

La médiation autour de l’exposition permanente nécessite par conséquent d’être repensée et recalibrée.

Au sein de la Direction du Développement, des publics et de la communication et du Service des publics (14 agents), le département de la médiation (5 agents) a pour mission de concevoir et mettre en place des activités de médiation et d’accompagnement de visite pour l’ensemble du Palais.

Description des activités du doctorant durant la mission

Le/la doctorant(e) sera amené(e) à mettre en œuvre des actions de médiation humaine auprès des publics du Musée, selon deux modalités :

– concevoir, mettre en œuvre et évaluer une ou plusieurs médiations originales selon les intérêts du/de la doctorant(e) et de son sujet de thèse.

– alimenter un corpus de médiation autour des collections du Musée, dans l’intervalle de fermeture du Musée en 2020 et dans l’accompagnement de la nouvelle version du Musée, à l’horizon du second semestre 2020.

Le/la doctorant(e) pourra également apporter sa contribution à la réflexion générale sur l’accompagnement des visiteurs pendant la visite.

Description des objectifs de la mission, et des « livrables » attendus

L’objectif principal est d’intégrer l’équipe de médiation dans tous les aspects de son travail : conception animation, bilan et perspectives.

Le/la doctorant.e animera des propositions de médiation existantes en lien avec l’équipe de médiation et apportera son expertise pour l’enrichissement de celles-ci.

Ces temps de médiation pourront avoir sur des plages horaires à définir avec le doctorant, en semaine mais aussi les week-end, selon les publics concernés.

L’objectif secondaire est de concevoir une ou plusieurs nouvelles actions de médiation, de les réaliser et de les évaluer.

L’ensemble de ces médiations resteront propriété du Palais de la Porte Dorée et pourront continuer à y être présentées par d’autres médiateurs après la fin de la mission doctorale.

Date souhaitée pour le début de la mission

1er octobre 2019

Organisation du temps de travail (répartition des 32 jours)

Les 32 jours (sécables en demi-journées) seront répartis en accord avec le chef du département médiation entre un temps de de préparation/conception, et et un temps d’animation des médiations conçus ou pré-conçus dans le cadre du département. Cette répartition intègre les temps de formation et les temps d’échange avec les équipes, et s’intègre à l’offre de médiation
générale de l’établissement.

Lieu de travail durant la mission

Palais de la Porte Dorée, 293 avenue Daumesnil, 75012 Paris

Déplacements à prévoir ?

Non

Apports de la mission pour le projet professionnel du doctorant

Découverte du métier de médiateur dans un Musée, auprès d’un public très varié. Travail de recherche et de vulgarisation à destination de tout public.

Profil et compétences recherchées

Le/la doctorant(e) aura des connaissances générales solides en sociologie et/ou histoire de l’immigration.

Au-delà de ces domaines, trois capacités seront privilégiées :
– une curiosité générale pour les domaines de la médiation culturelle
– une appétence à partager ses connaissances en direction de publics parfois novices
– une bonne aisance relationnelle avec tout type de public

Mission doctorale au Musée national de l’histoire de l’immigration

La maîtrise des techniques de médiation n’est pas exigée, le(la) doctorant(e) étant encadré(e) et pouvant l’acquérir sur place

Formations pouvant être proposées au doctorant

Parcours de formation « Médiation, communication, journalisme, édition »

Modalités de sélection des candidats

La sélection des candidats sera effectuée par le Musée de l’histoire de l’immigration proposant la mission.
Publication en ligne et entretien d’embauche

Contact pour les candidatures : sebastien.morin@palais-portedoree.fr

Pour toute question, s’adresser à l’IFD : delphine.minotti@upmc.fr

Retrouver la fiche de mission au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

 

Appel solennel aux enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs, chercheuses et chercheurs titulaires de la fonction publique

Paris, le 18 juin 2019.

Nous, jeunes chercheuses et chercheurs précaires, docteures et docteurs sans poste, doctorantes et doctorants appelons les enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs titulaires de la fonction publique à réagir à la situation dramatique de l’emploi dans le service public d’enseignement supérieur et de recherche.

On ne compte plus les postes de titulaires gelés, voire supprimés, à l’université et au CNRS, alors que les exigences auxquelles les jeunes chercheuses et chercheurs doivent se soumettre et les cohortes d’étudiant·e·s n’ont jamais été aussi élevées. Nous demander toujours plus, pour nous en donner toujours moins, pour nous priver toujours plus d’emplois stables permettant de nous projeter et nous protéger a minima dans nos vies, mais également dans notre travail : cela n’est plus possible. Cette situation n’engendre pas seulement de la frustration : elle casse, elle humilie, elle détruit trop de personnes.

Les titulaires en charge des recrutements ne savent plus quoi dire aux candidates et candidats, tellement elles et ils se sentent désemparé·e·s, si ce n’est qu’« il manque des postes », que la « situation est difficile »… Elles et ils ne souhaitent pas nous décourager, tant elles et ils savent les efforts que nous avons dû nécessairement fournir pour ne serait-ce qu’espérer nous faire une place dans ce milieu. Elles et ils voient également que la compétition entre chercheuses et chercheurs s’est substituée, pour le pire, à leur désir de collaboration collégiale.

Elles et ils savent enfin que le système d’enseignement supérieur et de recherche dépend fondamentalement des précaires pour tenir. Et à effectifs d’étudiantes et étudiants constants, si ce n’est plus élevés (comme cela a déjà été annoncé pour l’année prochaine), nous savons toutes et tous ce que le gel et la suppression de poste systématiques signifient en termes de situation de l’emploi : encore plus de précaires et de précarité qu’auparavant, un manque croissant d’encadrement des étudiantes et étudiants, si ce n’est même un réel abandon de ces dernier·e·s (inscrites et inscrits par ailleurs de plus en plus systématiquement en contrôle terminal, ou même en enseignement à distance, lorsque les capacités d’accueil sont insuffisantes), et des burn outs de plus en plus fréquents chez les enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs titulaires, contraint·e·s d’accepter des sur-services parfois délirants et de gérer elles-mêmes et eux-mêmes administrativement la précarité dans leur université.

Si toutes et tous les titulaires ne sont pas touché·e·s de manière égale dans leurs conditions de travail personnelles, en revanche, nous ne pouvons croire qu’elles et ils se réjouissent du sort actuel des jeunes chercheuses et chercheurs ou de leurs étudiantes et étudiants.

Des modes d’action existent pour se faire entendre, réclamer et obtenir ce qui est dû au service public de l’enseignement supérieur et de la recherche :

  • refuser d’assurer des sur-services
  • refuser de recruter des enseignantes et enseignants vacataires au sein de son unité d’enseignement
  • se prononcer et voter dans les différents conseils d’UFR et centraux contre tout gel ou toute suppression de poste et pour l’embauche de titulaires enseignants et administratifs (les personnels administratifs souffrant également de cette précarisation à tous niveaux)
  • se mettre en grève administrative et retenir les notes

Les difficultés pour se mobiliser existent, elles ne sont cependant pas insurmontables.

Nous appelons les syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche à nous soutenir activement, à diffuser cet appel auprès des titulaires de l’ESR, et à organiser dès à présent au sein des universités des réunions pour discuter des modes d’action à entreprendre, et apporter une réponse cohérente et solidaire.

Les titulaires voulant par ailleurs manifester individuellement leur soutien et leur désir d’agir face à cette situation peuvent également nous contacter directement à l’adresse suivante :

appeldesprecaires@gmail.com

Ils peuvent également contacter les collectifs de jeunes précaires signataires de cet appel :

Collectifs signataires

- CJC (Confédération des Jeunes Chercheurs)
- ANCMSP (Association Nationale des Candidat·e·s aux métiers de la science politique)
- Collectif DICENSUS (Défense et Information des Chercheur·es et Enseignant·es Non-Statutaires de l’Université de Strasbourg)
- Collectif Marcel Mauss (Collectif Marcel Mauss des jeunes chercheurs en sciences sociales de Bordeaux)
- Collectif Doctoral de Sorbonne Université (Association des doctorants et doctorantes de la Faculté des Lettres)
- Association MobDoc de Paris 1 – Panthéon Sorbonne (L’Association des Doctorant·e·s Mobilisé·e·s pour l’Université)
- Collectif vacataires Celsa Paris-Sorbonne
- Collectif des précaires de l’université de Poitiers
- Collectif les 68+ de Nanterre
- Collectif Convacs de l’université de Strasbourg
- Collectif des Doctorant.e.s et Non Titulaires de l’université Lyon 2

Premiers syndicats signataires

- Section locale du Snesup université Paris Nanterre
- Section locale du SNESUP-FSU université de Strasbourg
- Section locale de Sud Éducation de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
- Section locale du Snesup-FSU de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
- Le SNESUP-FSU de l’université de Lille

Page Facebook de l’appel

Télécharger le communiqué au format PDF.

Le Collectif Doctoral

Remboursement des frais de mission

Paris, le 5 mars 2019.

À destination des doctorantes et doctorants de Sorbonne Université,

De nombreux cas de remboursement de frais de mission sont encore en souffrance. Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université intervient, sur la demande des collègues qui le souhaitent, auprès du doyen de la Faculté des Lettres, M. Tallon, et du vice-doyen en charge de la recherche, M. Aquien. Ces interventions ont permis de faire avancer plusieurs dossiers et peuvent faciliter les choses en plus des démarches que vous faites auprès du gestionnaire de votre école doctorale.

Nous proposons aux collègues qui subiraient des retards de remboursement d’intervenir individuellement une nouvelle fois auprès de la Faculté. Le cas échéant, remplissez le formulaire ci-joint, qui nous donnera toutes les informations nécessaires à cette fin.

Il est à adresser à adelaide.marine.gougeon@gmail.com et pierre.porcherancelle@gmail.com.

N’hésitez pas à diffuser l’information autour de vous. Nous restons à votre disposition.

Télécharger le formulaire d’intervention au format PDF ou au format ODT.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Programme Sorbonne Actuelle 2019

Paris, le 21 janvier 2018.

Après le succès des deux dernières années, le Collectif Doctoral propose une nouvelle édition de Sorbonne Actuelle, journée Jeunes Chercheur·e·s, consacrée à celles et ceux qui préparent une thèse à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université :

Le samedi 26 novembre 2018
de 9h00 à 17h00 dans l’amphi Michelet de la Sorbonne
46 rue Saint-Jacques 75005 Paris

Le programme de la journée est disponible au format PDF.

Le nombre de places est limité. Merci de vous inscrire en utilisant le lien suivant :

https://www.weezevent.com/sorbonne-actuelle-2019

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Appel à participation Épinglæs 2019

Paris, le 16 janvier 2019.

NB : cet appel applique les formes neutres du français inclusif telles qu’elles commencent à être développées par la communauté linguistique francophone et la recherche linguistique (voir les travaux de Viennot, Lessart et Zaccour, Alpheratz).

Après ses deux premières éditions (2017 / 2018), le Collectif Doctoral de Sorbonne Université renouvelle sa journée jeunes cherchaires autour du sexisme dans la recherche. Le 16 mars 2019, à l’occasion de la journée de lutte internationale des droits des femmes du 8 mars, et en association avec la Brigade d’Actions Féministes en Faveur de l’Égalité (BAFFE), nous lançons deux appels à participation :

  • Intervention scientifique thématique « Luttes & Intersections». Proposition à soumettre avant le 20 février 2019.
  • Poster scientifique sur le sexisme rencontré dans nos documents de recherche. Proposition à soumettre en deux temps : 1) envoi d’une courte description / sujet du poster avant le 20 février 2019 ; 2) envoi du poster en PDF le 11 mars 2019.

Vous pouvez répondre à l’un des deux appels, aux deux ou seulement venir en tant que public et participer à notre atelier de réflexion et de création.

Toutes les propositions sont à envoyer sur le formulaire en ligne.

Questions : epinglees@gmail.com

Public : Ces appels sont adressés en priorité aux doctoranz de Sorbonne Université.

1. Matinée thématique : Luttes & Intersections

L’intersectionnalité a été introduite à la fin des années 80 comme un terme heuristique permettant d’attirer l’attention sur les dynamiques complexes qui concernent la différence et les liens de solidarité construits dans la similitude, dans le contexte des mouvements sociaux et des efforts de lutte contre les discriminations. Cela a mis en lumière la façon dont la pensée unilatérale sape toute réflexion juridique, la production de connaissances académiques, ainsi que les luttes pour une justice sociale. |1|

Kimberlé Crenshaw résume ainsi l’origine du concept : « L’intersectionnalité vient simplement de l’idée que, si tu te trouves sur le chemin de multiples formes d’exclusion, il est probable que tu te fasses renverser par chacune d’entre elles. » |2|

Le féminisme apparaît dès lors comme un combat spécifique contre le système de domination puisqu’il se concentre sur les inégalités de genre. Toutefois, l’identité ne peut se réduire à la question du genre, elle inclut également la racialisation, l’orientation sexuelle, le handicap, la classe, etc. Ces luttes s’entrecroisent et gagnent bien souvent à s’unir pour le bien des personnes concernées par ces différentes formes de violences. Mais ce n’est pas si évident.

Elles peuvent également mettre à jour d’autres systèmes d’oppression au sein de la communauté qui les constitue, telle que l’oppression des femmes racisées par les femmes blanches dans les luttes féministes ; cette reproduction d’une partie du système de domination donne naissance à de nouvelles luttes entrecoupant plusieurs champs de l’oppression, telle que l’afro-féminisme.

Une telle diversité des luttes questionne le concept d’universalité des droits humains sur lequel se reposent les sociétés occidentales. Conceptualisé pendant les Lumières par des hommes blancs issus d’une classe sociale supérieure et dominante, l’universalité des droits, parce qu’elle ne prend pas en compte l’histoire des oppressions telle que la colonisation (la domination masculine et l’esclavage), échoue à proposer un système de réelle égalité et reproduit implicitement des dynamiques de dominations historiques.

À partir de ces concepts et réflexions, les propositions pourraient se décliner suivant quelques grands axes : le concept d’intersection, les luttes féministes comme moteur pour d’autres combats, les luttes contre d’autres formes de dominations, les différents moyens d’actions et de créations face à des situations de luttes, les oppositions rencontrées, les débats provoqués…

Nous accueillons toutes les propositions (15/20 minutes) sans cloisonnement de discipline ni d’aires culturelles et serions également tout à fait intéressæs si vous aviez une proposition sur ce thème mais qui ne serait pas immédiatement liée aux axes proposés.

2. Poster sur le sexisme dans nos recherches

An autaire ou un personnage de votre corpus vous étonne par son sexisme ?

L’un des faits historiques croisés au cours de vos recherches éveille en vous une vague d’indignation par la misogynie dont il témoigne ?

Ou encore vous êtes confrontæ dans vos travaux de recherche à un cas discutable, qui soulève des interrogations quant à ce qui est acceptable ou non dans la représentation des femmes ?

Le principe est simple : épingler an autaire, un fait, un personnage rencontré dans votre thèse, qui se distingue et s’illustre par son sexisme exemplaire et remarquable ! Ou présenter un cas qui mérite débat.

Chaque intervenanx proposera un poster (PDF, A3 minimum) qui sera exposé tout au long de la journée, avec un temps de présentation succincte en matinée et de discussion dans l’après-midi.

Vous trouverez un peu d’aide pour une méthodologie de poster par ici et quelques exemples par là.

3. Atelier collectif : après-midi de discussion, de réflexion et de création

Après cette demi-journée d’échange, un atelier de création ouvert à touz (doctoranz, masteranz, licenciæs) sera organisé pendant l’après-midi. Il aura pour but de préparer la diffusion des interventions de la matinée, sous la forme de posters ou de courtes histoires, en fonction des possibilités offertes par les contributions de la matinée. Tous les posters et présentations issuz de cette journée seront dans la mesure du possible ensuite diffusæs sur le site de la BAFFE.

Retrouvez les créations des éditions précédentes sur le site de l’association.

Les intervenanz peuvent choisir librement de participer à la journée entière ou de n’être présenz que pour la matinée.

Pour vous inscrire et contribuer (intervention / poster) : remplissez ce formulaire.

Dans le cas où vous souhaiteriez participer à ce projet mais ne pouvez pas être présenz le 16 mars, vous pouvez également contribuer en nous communiquant par mail un poster sur un phénomène sexiste et un court texte de présentation/commentaire : epinglees@gmail.com.

L’appel est disponible au format PDF.

Epinglæs 2019 est une proposition du Collectif Doctoral avec la BAFFE à Sorbonne Université


|1| Sumi Cho, Kimberlé Williams Crenshaw, Leslie McCall, “Towards a Fiels of Intersectionality Studies: Theory, Applications, and Praxis’’, Signs, vol. 38, No.4, Intersectionality: Theorizing Power, Empowering Theory (Summer 2013), p. 787. https://www.jstor.org/stable/10.1086/669608 “Intersectionality was introduced in the late 1980s as a heuristic term to focus attention on the vexed dynamics of difference and the solidarities of sameness in the context of antidiscrimination and social movement politics. It exposed how single-axis thinking undermines legal thinking, disciplinary knowledge production, and struggles for social justice.” [Notre traduction]

|2| Sheila Thomas, Kimberlé Williams Crenshaw, “Intersactionality: the double bind of race and gender”, Perspectives Magazine, Spring 2004, p. 2. https://www.americanbar.org/content/dam/aba/publishing/perspectives_magazine/women_perspectives_Spring2004CrenshawPSP.authcheckdam.pdf “Intersectionality simply came from the idea that if you’re standing in the path of multiple forms of exclusion, you are likely to get hit by both.” [Notre traduction]

Augmentation des frais d’inscriptions pour les étudiant·e·s étranger·e·s hors Union Européenne

Paris, le 12 décembre 2018.

Annoncé par le gouvernement en novembre, le plan « Bienvenue en France » ou « Choose France » prévoit une augmentation spectaculaire des frais d’inscriptions pour les étudiant·e·s étranger·e·s originaires d’un pays extérieur à l’Union européenne, qui devraient acquitter 3 770 euros de frais de scolarité par an.

Une thèse de doctorat en Lettres et Sciences humaines dure entre trois ans et six ans. Le total cumulé des frais de scolarité représenterait donc entre 11 310 et 22 620 euros. Les exemptions et les bourses promises par le gouvernement ne concerneront pas tous les doctorant·e·s étrangers·ères, si bien que des doctorant·e·s paieront dix fois plus que les autres en raison de leur origine géographique et de leur nationalité. Par ailleurs, leur nature même rend ces dispositifs particulièrement vulnérables aux compressions budgétaires.

Cette situation est d’autant plus choquante qu’elle introduit dans l’Université une rupture flagrante d’égalité et que :

  • elle écarte les étudiant·e·s étrangers·ères les plus modestes de l’Université française. Or, les qualités intellectuelles n’ont aucune relation d’aucune sorte avec le capital économique.
  • elle entre en contradiction avec les objectifs de la Francophonie en barrant à de nombreux étudiant·e·s de langue française l’accès au plus haut grade universitaire.
  • elle méconnaît l’apport des travaux scientifiques des doctorant·e·s concerné·e·s pour la Recherche française : loin d’être un poids financier ils et elles constituent une force vive qui contribue à ouvrir nos universités sur le monde. Sorbonne Université revendique d’ailleurs le principe de la « Science Ouverte » dans son projet d’établissement.
  • elle applique à l’enseignement supérieur et à la recherche une logique comptable que nous récusons, l’université devant rester le lieu de l’universalité du savoir. Par ailleurs son calcul est faux en ce qui concerne le doctorat en Lettres et Sciences Humaines : les 3 770 euros de frais de scolarité, censés représenter un tiers du coût de la formation, ne semblent pas justifiés. On conçoit mal comment un·e doctorant·e en Lettres et Sciences Humaines peut coûter aussi cher à l’université française, compte tenu du peu de formation qui lui est réservé et du fait que les encadrant·e·s ne sont pas rémunéré·e·s pour cela.

Cette réforme pourrait ouvrir la porte à une augmentation générale des frais de scolarité, d’ailleurs récemment recommandée par la Cour des Comptes. Bien que le Premier ministre ait écarté une telle mesure, il est permis d’être inquiet pour l’avenir du modèle français d’université démocratique et ouverte à tou·te·s.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université se déclare opposé à cette mesure, apporte son soutien à la mobilisation qui demande son abandon et assure les doctorant·e·s étrangers·ères de sa solidarité.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Ce communiqué est téléchargeable au format PDF.

Grève des bibliothécaires (SU)

Paris, le 26 novembre 2018.

Depuis le mardi 20 novembre, le personnel des bibliothèques de Sorbonne Université est en grève. Il a été rejoint mercredi 21 novembre par les appariteurs et apparitrices du site de Jussieu, qui entendent par là protester contre l’allongement unilatéral de leur temps de travail de 35h00 à 37h24, exigé sans aucune contrepartie.

Le Collectif Doctoral tient à assurer les grévistes de sa solidarité envers leur mouvement et leurs revendications. Lorsque les conditions de travail des personnels sont remises en cause, ce sont aussi les conditions d’études et de travail des doctorant.e.s qui sont attaquées.

Nous demandons en conséquence à la présidence de répondre aux revendications des grévistes afin de régler au plus vite ce conflit qui ne peut être que dommageable pour l’ensemble de notre université.

Nous nous inquiétons de la dégradation des conditions de travail du personnel universitaire, que la situation des bibliothécaires rend aujourd’hui très saillante.

Cette inquiétude n’est pas nouvelle. Rappelons en effet que le projet d’établissement stipulait déjà, de manière très étonnante, que « Sorbonne Université osera[it] l’expérimentation à travers de nouvelles procédures qui n’existent pas encore dans la législation française ». Or, ces innovations-là n’ont de toute évidence pas « la reconnaissance et la valorisation de l’engagement de chacun dans le collectif de travail » pour priorités. Elles contredisent donc aussi bien le projet d’établissement que les engagements de campagne selon lesquels la fusion se réaliserait au « mieux disant ».

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Ce communiqué est téléchargeable au format PDF.

Appel à participation Sorbonne Actuelle 2019

Paris, le 21 novembre 2018.

Après le succès des deux dernières années, le Collectif Doctoral propose une nouvelle édition de Sorbonne Actuelle, journée Jeunes Chercheur·e·s, consacrée à celles et ceux qui préparent une thèse à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université le samedi 26 janvier 2019.

L’objectif est de créer un espace de rencontre et d’échange entre les personnes qui mènent une thèse au sein de l’université, de susciter des discussions scientifiques et informelles, de partager nos expériences du doctorat, et de développer des liens entre nous, quels que soient nos laboratoires d’appartenance et nos bibliothèques de recherche.

Cette journée se déroulera en trois temps. La matinée sera consacrée à la présentation de thèses par des doctorants, sous la forme d’un speed-thesing. L’après-midi débutera par des conférences plénières que dispenseront des chercheurs invités, et se clôturera par des tables-rondes auxquelles nous sommes tous invités à participer.

APPEL À PARTICIPATION
Speed-thesing pour mieux faire connaissance

L’appel s’adresse à toutes les personnes qui préparent une thèse à Sorbonne Université, quels que soient la discipline et le nombre d’années d’inscription en doctorat.

Les interventions devront consister en la présentation de votre sujet de recherche en dix minutes maximum, en s’adressant à un public non spécialiste ainsi qu’à vos pairs.

Envoyez-nous un bref résumé de votre sujet de thèse, accompagné éventuellement de quelques mots-clefs (300 mots environ).

Pour participer, veuillez remplir ce formulaire :
https://framaforms.org/sorbonne-actuelle-2019-1510166326

Les propositions sont à envoyer pour le vendredi 7 décembre 2018.

Retrouvez l’appel à participation au format PDF
Et les synthèses des précédents éditions !

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Journée de rentrée du Collectif Doctoral 2018

Paris, le 5 novembre 2018.

Afin d’accueillir les nouveaux doctorant·e·s, de leur présenter le fonctionnement du doctorat et de la thèse à Sorbonne Université et de leur permettre d’échanger entre collègues, le Collectif Doctoral organise sa première journée de rentrée qui aura lieu :

Le samedi 10 novembre 2018
de 9h45 à 17h30 en salle D664 de la Sorbonne
17 rue de la Sorbonne 75005 Paris

Le programme de la journée est disponible au format PDF.

Coordination :

Le nombre de places est limité. Merci de vous inscrire en utilisant le lien suivant :

https://www.eventbrite.fr/o/collectif-doctoral-de-sorbonne-universite-17973547249

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Journées de rentrée des doctorant·e·s 2018

Paris, le 7 octobre 2018.

La rentrée universitaire a débuté et avec elle son lot de journées de rentrée à destination des doctorant.e.s ! Le Collectif Doctoral rassemble dans un unique document les principales dates pour les semaines à venir.

Date Journée de rentrée
Lundi 15 octobre 2018 École Doctorale IV
Samedi 10 novembre 2018 Collectif Doctoral
Samedi 17 novembre 2018 École Doctorale I
Lundi 19 novembre 2018 École Doctorale II
Mercredi 28 novembre 2018 Collège doctoral de Sorbonne Université
Jeudi 1er décembre 2018 École Doctorale III
Jeudi 1er décembre 2018 École Doctorale VII

 

 

 

N’hésitez pas à contacter vos Écoles Doctorales par mail pour plus d’informations.

Bonne rentrée à toutes et à tous !

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Investissez-vous pour la communauté doctorale avec le Collectif !

Paris, le 26 septembre 2018.

Le Collectif Doctoral a beaucoup de projets pour animer la vie doctorale à la Faculté des Lettres, faire partager nos recherches et favoriser les échanges entre doctorant·e·s. Pour mener tout cela à bien, nous avons besoin de vous ! Il n’est pas nécessaire d’adhérer à l’association pour participer à nos actions. Si l’un de nos projets vous intéresse, contactez-nous !

Fête de la Science

Organisée à Jussieu le week-end du 13 et 14 octobre par Sorbonne Université, la Fête de la Science vise à présenter la recherche scientifique au grand public. Comme l’année dernière, le Collectif Doctoral y tiendra un stand dédié aux sciences humaines !

Au programme : des ateliers de réflexion sur nos catégories de pensée, un quizz historique, une expérience d’archéologie… Passez nous rendre visite ou donnez-nous un coup de main pour l’organisation !

Sorbonne Actuelle

Pour la troisième édition de notre journée d’études transdisciplinaire, nous recherchons des doctorants et doctorantes pour nous aider à assurer l’organisation et l’accueil des participant·e·s. Les deux dernières années ont remporté un franc succès, comme vous pouvez vous en assurer sur notre site :

Corrige-moi si je me trompe

Ce projet vise à organiser un service de relecture sur la base de l’échange entre doctorant·e·s. Chaque texte relu donne droit à une relecture de longueur équivalente. Les doctorant·e·s dont le français n’est pas la langue maternelle peuvent également participer au projet, en proposant des compte rendus ou traductions d’articles, des relectures en d’autres langues ou une recherche de bibliographie. Un système a déjà été développé par le Collectif, il ne nous manque plus que des volontaires en nombre suffisant pour le faire fonctionner !

N’hésitez pas à vous lancer, ces projets vous permettent non seulement de rencontrer des camarades et de mener des actions stimulantes, mais aussi d’enrichir votre CV et de valider des heures de formation !

Contact : collectifdoctoral@gmail.com

Merci de préciser dans l’objet du mail à quel projet vous souhaitez participer !

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Télécharger l’appel au format PDF.

Un bilan pour Sorbonne Actuelle 2018 !

Paris, le 15 septembre 2018, mis à jour le 7 octobre 2018.

La journée Sorbonne Actuelle, organisée pour la deuxième fois le 27 janvier 2018, a réuni doctorant·e·s et acteur·rice·s du monde universitaire, afin de réfléchir collectivement à nos disciplines et à nos objets de recherche. L’axe principal de cette journée était notamment de réfléchir aux rapports et aux liens entre Sciences, Lettres et Sciences humaines.

La journée s’est ouverte par une séance de speed-thesing, qui a permis aux doctorant·e·s de la Faculté des Lettres de présenter leurs travaux de recherche, dans un format court d’une dizaine de minutes, favorable à des prises de parole dynamiques et denses, adaptée aux enjeux de découverte et d’échange du dispositif d’ensemble. En début d’après-midi, nous avons accueilli en conférence plénière les interventions d’Alain Tallon, Doyen de la Faculté des Lettres, de Madame Annick Louis, maître de conférences à l’EHESS et celle d’Olivier Milhaud, maître de conférences à Sorbonne Université. Enfin, la journée s’est poursuivie par des ateliers sous forme de table ronde qui ont conduit l’ensemble des participants à interagir autour de trois thématiques d’actualité :

  • Tout d’abord, nous avons ouvert une table ronde consacrée au doctorat et à la condition de vie des doctorant·e·s : encore étudiant·e·s, mais déjà professionnel-le-s, quelles sont les spécificités de ce statut ? quelles sont les évolutions auxquelles les doctorant·e·s aspirent ? Lire la synthèse.
  • D’autre part, nous avons souhaité proposer une réflexion sur ce qui rassemble les chercheurs de la faculté dite « des Lettres » : qu’est-ce qui constitue la communauté ? que sont ces « lettres » qui nous caractérisent ? quel rapport au savoir, quelles pratiques de recherche induisent-elles ? Lire la synthèse.
  • Enfin, il s’agissait, à l’heure de la fusion entre l’université Paris-Sorbonne et l’université Pierre et Marie Curie, c’est-à-dire au rapprochement entre les humanités et les sciences naturelles, de réfléchir à la part de scientificité dans la recherche en lettres et sciences humaines. Lire la synthèse.

Ces tables rondes ont été l’occasion d’un échange entre doctorant·e·s aux profils hétérogènes, que ce soit en raison de la diversité disciplinaire (histoire, sociologie, philosophie, linguistique, musicologie, littérature, géographie, etc.) ou de leur avancée dans leur thèse (de la première à la sixième année). Notons néanmoins que, sur l’ensemble des doctorant·e·s présent·e·s, plus de 8 sur 10 étaient financé·e·s par un contrat, alors qu’en réalité cette proportion est de l’ordre de 3 sur 10 en lettres et sciences humaines, et de 2 sur 10 à Sorbonne Université. Par ailleurs, plus de la moitié des participant·e·s étaient enseignant·e·s. Les points de vues reportés ici et la vision qui en ressort est le fruit de ce groupe particulier de doctorant·e·s qui se sont déplacé·e·s pour cette journée, et ne saurait donc valoir pour vision générale et exhaustive des questions posées.

Lire le bilan.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Programme reprise d’études de Sorbonne Université

À Paris, le 7 juin 2018.

L’association InFLEchir (qui proposent des cours de FLE — Français Langue Étrangère — et des activités culturelles depuis plusieurs années) et le collectif OuvrirP6 sont en discussion avec la présidence de Sorbonne Université afin d’organiser un programme de reprise d’études pour les personnes en situation d’exil.

Pour mener à bien ce projet, les organisateurs ont besoin de l’aide d’enseignant.e.s / EC / doctorants.e.s, en particulier à la Faculté des Lettres où les volontaires manquent !

Les personnes intéressées peuvent envoyer un mail à Cécile Devron (cecile.drevon@gmail.com) en précisant si elles souhaitent :

  • Participer au montage du projet.
  • Se proposer pour enseigner dès le démarrage du programme.

Les personnes souhaitant être simplement informées de l’avancement du projet peuvent s’inscrire à la liste de diffusion OuvrirP6, en envoyant un mail à sympa@framalistes.org avec comme sujet “subscribe ouvrirp6”.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Concours Arts et Sciences de Sorbonne Université

À Paris, le lundi 4 juin 2018.

Pour sa huitième édition, le concours Arts et Sciences de Sorbonne Université organisé par l’association Doc’Up fait peau neuve !

Cette édition veut proposer la formation de binômes Artiste-Chercheur pour produire des œuvres à la croisée des imaginaires artistique et scientifique.

Dix étudiant.e.s artistes des Arts Déco, aux intérêts divers et variés, sont prêts à tenter l’aventure !

Seul.e ou artistiquement accompagné.e, venez participer à la nouvelle édition du concours Arts et Sciences.

Pour (re)voir les œuvres des années antérieures :
http://artsetsciences.doc-up.i nfo/

Envie d’en savoir plus sur cette nouvelle édition ?

Une réunion d’information et de rencontre sera organisée début juin. N’hésitez pas à venir partager vos idées ou aider.

Pas disponible pour la réunion du mois de juin ? Manifestez vous par mail à l’adresse artetsciences@doc-up.info !

Le Collectif Doctoral

Communiqué – Partiels entre deux feux

À Paris, le 29 mai 2018.

Communiqué du Collectif Doctoral de Sorbonne Université concernant les conditions d’examen de la session de juin 2018 à la Faculté des Lettres.

Doctorants et doctorantes, membres du Collectif Doctoral de Sorbonne Université, nous tenons par ce présent communiqué à manifester notre inquiétude et notre désarroi quant à la façon dont se sont déroulés les partiels du mercredi 23 au vendredi 25 mai 2018. Le bras de fer entre, d’un côté, les étudiant.e.s déterminé.e.s à empêcher la tenue des partiels, et, de l’autre, l’administration qui a eu recours aux forces de police et aux CRS, crée un climat anxiogène, aussi bien pour les étudiant.e.s venu.e.s passer leurs partiels que pour les enseignant.e.s présent.e.s pour les encadrer, parmi lesquels se trouvent nombre de nos collègues doctorant.e.s chargé.e.s de mission d’enseignement. Les règles d’usage dans le déroulement des examens n’ont pu toujours être observées en raison des circonstances exceptionnelles, et le principe d’équité a été remis en cause. Plus encore, plusieurs collègues signalent que la prise en charge des étudiant.e.s – dont certain.e.s étaient en état de stress, voire avaient subi des projections de gaz lacrymogènes -, leur a paru parfois condescendante, sinon contraire à leur représentation des responsabilités qui incombent à un.e enseignant.e et aux valeurs éthiques qui sont les leurs.

Dans la mesure où leur statut de personnel précaire les fragilise, les doctorant.e.s sont difficilement en mesure de prendre ouvertement position dans les débats qui agitent la vie universitaire. Le Collectif Doctoral se fait donc écho de leur étonnement et indignation quant à la tournure qu’a pris l’organisation des partiels. La sécurité physique et psychologique des étudiant.e.s devrait prévaloir sur toute considération politique et institutionnelle. C’est la déontologie universitaire qui est ici mise à l’épreuve.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Voir ce communiqué au format PDF.