Archives de catégorie : Actualités

Élections Sorbonne Université: résultats!

Les élections des instances de Sorbonne Université ont eu lieu les 14 et 15 novembre 2017 afin de permettre la naissance de cette nouvelle université issue de la fusion entre Paris-Sorbonne (Paris IV) et Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI). Le Collectif doctoral a présenté plusieurs candidats et candidates aux différents conseils.

Comme toujours, la participation des doctorant.e.s a été très faible (autour de 5%). Le Collectif doctoral regrette que les horaires d’ouverture des bureaux de vote ne soient pas adaptés à l’emploi du temps des doctorant.e.s salarié.e.s et étudie des pistes pour permettre une plus large participation: procédure de procuration simplifiée, possibilité de vote en ligne…

Le Collectif remercie les personnes qui se sont déplacées pour lui apporter leurs voix! Voici nos résultats:

Commission Recherche du Conseil Académique:

Le Collectif doctoral a conclu une alliance avec Doc’Up, l’association des doctorant.e.s de Sorbonne Universités. Notre liste commune « Pour la diversité de la recherche » n’avait pas  de concurrente pour le collège U (collège d’usagers réservé aux doctorant.e.s). En revanche, notre candidate au collège D (collège de personnels enseignants-chercheurs) a été devancée par la liste « Réunis pour Sorbonne Université ».

Vos élu.e.s :

Pierre Porcher, doctorant en Histoire

Justine Le Floc’h, doctorante en Littérature française

Jacques Bury, doctorant en Histoire (suppléant)

 

Conseil de la Faculté des Lettres:

Nous étions la seule liste présentée au collège D (collège usager réservé aux doctorants) et avons donc remporté tous les sièges.

Vos élu.e.s:

Bernard Evans, doctorant en Littérature comparée

Pamela Moore, doctorante en Linguistique

Emmanuel Lemée, doctorant en Histoire (suppléant)

Marina Pantina, doctorante en Littérature française (suppléante)

 

Nos élu.e.s illustrent la diversité de la communauté doctorale, à la fois en terme de statut, de domaine de recherche et d’origine. Le Collectif doctoral a à cœur de poursuivre avec eux sa mission d’information et de représentation de tou.te.s les doctorant.e.s!

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions:

collectifdoctoral@gmail.com

Retrouvez tous les résultats sur le site de Sorbonne Université.

 

 

 

 

Communiqué – Contre les incitations à la prostitution étudiante

Communiqué – Paris, le 18 novembre 2017.

Les propriétaires d’un site internet ont fait circuler autour des universités parisiennes un camion qui porte l’inscription suivante : « Hey les étudiant(e)s ! Romantique, passion et pas de prêt étudiant. Sortez avec un sugar daddy ou sugar mama ». Cette publicité est accompagnée d’une photographie représentant un jeune homme s’apprêtant à embrasser une jeune femme.

Connaissant les difficultés que rencontre une partie de la jeunesse pour mener ses études supérieures tout en ayant des conditions de vie décentes, les propriétaires d’un site internet croient bon de les inciter à la prostitution et d’organiser le commerce de leur corps avec des personnes plus âgées qui, en contrepartie, leur donneraient les moyens de poursuivre leurs études sans s’endetter.

Parce qu’elle s’adresse à la partie la plus précaire de la jeunesse des universités, qu’elle confronte à un chantage indigne, cette démarche n’est pas acceptable.

La saisie par la préfecture de police de Paris du camion diffusant cette publicité et l’ouverture d’une procédure pour « proxénétisme aggravé » par le parquet de Paris montrent que les suites judiciaires que comporte cette situation sont en cours.

Le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne, choqué de cette initiative malheureuse, exprime sa réprobation. La précarité des étudiant.e.s n’est pas une opportunité à exploiter, mais un problème à résoudre.

 

Communiqué – Le CNOUS et la vie privée

Communiqué – Paris, le 18 novembre 2017.

Dans un article en date du 7 septembre 2017, le journal Ouest-France indique que des capteurs ont été disposés dans les lits des étudiant.e.s dans une résidence appartenant au ressort du Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) de Rennes. Ce capteur permet, selon son créateur, de savoir « lorsqu’un étudiant prend son lit pour une barre de tractions ou quand le matelas se transforme en canapé pour dix personnes » et ce afin, le cas échéant, qu’« un SMS soit envoyé automatiquement à un agent technique qui peut intervenir dans la chambre ».

Dans un article en date du 20 octobre 2017, le journal Le Monde évoque l’application Izly, utilisée par le Centre national des œuvres universitaires et scolaires (CNOUS) pour les opérations relatives à la restauration universitaire. On y apprend qu’à chaque achat d’un repas en restaurant universitaire, les étudiant.e.s sont géolocalisés et leurs données transmises à des sociétés de marketing. Les données ainsi récoltées sont utilisées pour améliorer le ciblage publicitaire.

Dans un communiqué en date du 21 octobre 2017, le président du CNOUS indique que les CROUS « contestent les inexactitudes et raccourcis diffusés à propos du système de paiement IZLY et tiennent à rassurer les étudiants », sans toutefois préciser de quels raccourcis il s’agit et sans démentir sur le fond l’existence du dispositif – dont il annonce la suppression – ni la transmission des données à des tiers privés.

En moins de deux mois, le Centre national des œuvres scolaires et universitaires (CNOUS) a attenté deux fois aux libertés des étudiant.e.s.

Dans le premier cas, nous nous étonnons qu’un un dispositif par lequel le CNOUS considère les étudiant.e.s comme des adultes si peu dignes de confiance soit mis en place. Dans le second cas, nous nous étonnons qu’une institution de la vie universitaire ait la légèreté de croire qu’elle peut transmettre à des tiers privés des données récoltées dans l’exercice d’une mission de service public.

Le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne appelle le CNOUS à plus de vigilance vis-à-vis de ses actions. Le Collectif s’interroge, par ailleurs, sur la priorité donnée aux dépenses engagées pour ces dispositifs alors que le nombre de demandes de chambres en résidences universitaire dépasse chaque année davantage le nombre de places disponibles.

 

Réforme de l’entrée à l’université : les doctorant.e.s payeront davantage de frais d’inscription !

Paris, le 9 novembre 2017

Le Plan Étudiant révélé le 30 octobre dernier par la ministre de l’ESR, concernant la réforme de l’entrée à l’université, prévoit la suppression de la cotisation à la sécurité sociale étudiante (actuellement de 217 euros). Cette cotisation est remplacée par une « contribution vie étudiante » (article L841-5) d’un montant de 60 euros en cycle 1, 120 euros en cycle 2 et 150 euros en cycle 3. Le document insiste lourdement sur l’économie que cela représente pour un.e étudiant.e, qui gagnerait immédiatement entre 150 et 90 euros en début d’année scolaire.

Or la majorité des doctorant.e.s ne sont pas concernés par la cotisation à la sécurité sociale étudiante : en tant que salarié.e.s, demandeur.se.s d’emplois ou retraité.e.s, il.elle.s sont en effet rattaché.e.s au régime général de la sécurité sociale.

La contribution à la vie étudiante prévue par le projet de loi pèse donc très lourdement sur ces doctorant.e.s et est en réalité une augmentation déguisée des frais d’inscription, de l’ordre de 38 % : un.e doctorant.e qui payait jusqu’à présent 391 euros par an paiera dorénavant 541 euros. Loin d’être une économie, la mesure représente donc un alourdissement très net des frais engendrés par l’accomplissement d’une thèse : celles-ci durant en moyenne 5 ans dans les disciplines LLSHS, cela représente pas moins de 750 euros supplémentaires sur l’ensemble de la thèse !

Cette mesure est d’autant moins acceptable que les doctorant.e.s comptent d’ores et déjà parmi les personnels de la recherche les plus précaires, et ce alors même qu’ils assurent, dans toutes les disciplines et toutes les universités, une part conséquente des charges d’enseignement et des missions de recherche.

 

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne, en accord avec d’autres associations d’étudiant.e.s et de jeunes chercheur.se.s, s’oppose absolument à cette mesure scandaleuse.

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne rappelle qu’il s’engage en vue d’obtenir la suppression des frais de scolarité pour l’ensemble des doctorant.e.s.

 

Élections Sorbonne Université: comment voter?

Vous comptez bien participer à l’élection des instances de la nouvelle université mais vous êtes un peu perdu.e.s entre les différentes dates, collèges, bureaux de votes? Pas de panique, on vous explique!

  • Personnel ou usager?

Il y a deux grandes catégories de votants: les personnels de l’université et les usagers, c’est-à-dire les étudiant.e.s. Les doctorant.e.s sont inscrits par défaut sur les listes usagers. Néanmoins les doctorant.e.s contractuel.le.s ou ATER ont la possibilité de voter en tant que personnels. Pour cela, il fallait remplir un formulaire jusqu’au 8 novembre. Si vous ne l’avez pas fait, vous êtes inscrit.e.s en tant qu’usager!

  • Collège U ou collège D?

Les sièges dans les différents conseils sont répartis en fonction des collèges électoraux. La Commission Recherche et le Conseil de Faculté ont des sièges réservés aux doctorant.e.s. Voici les différents collèges électoraux dans lesquels sont inscrit.e.s les doctorant.e.s en fonction de l’instance et de leur statut:

Instance: Personnels: Usagers:
Conseil d’Administration B U
Commission Recherche du Conseil Académique D U
Conseil de la Faculté des Lettres B D
  • 14 ou 15 novembre?

Les personnels votent le mardi 14 novembre uniquement, tandis que les étudiant.e.s votent le 14 et le 15 novembre.

  • Sorbonne ou Clignancourt?

Il y a un bureau de vote sur tous les principaux sites de l’université, notamment en Sorbonne, à Clignancourt, Malesherbes et au Celsa.  Voici les adresses : bureaux_de_vote-2.

Attention, vous ne pouvez pas voter où bon vous semble! Pour connaître votre bureau de vote de rattachement, vous devez consulter les listes électorales. Il y a une liste électorale pour les conseils centraux (Conseil d’Administration, Conseil Académique) et une liste électorale pour le Conseil de faculté.

Les listes électorales des usagers se trouvent sur l’ENT étudiant, les listes électorales des personnels se trouvent sur l’ENT personnels: http://ent.paris-sorbonne.fr

  • En personne ou par procuration?

Vous avez jusqu’au 13 novembre pour établir vos procurations. Pour cela, il faut vous rendre dans un des centres de procuration: http://www.paris-sorbonne.fr/article26409?var_mode=calcul

Vérifiez auparavant sur les listes électorales dans quels collèges vous êtes inscrit.e.s! Il faudra remplir une procuration par collège et votre mandataire doit être inscrit dans les mêmes collèges que vous. Vous devrez fournir une pièce d’identité et, le cas échéant, soit le numéro étudiant de votre mandataire (pour les usagers), soit sa date de naissance (pour les personnels).

Tout cela vous paraît bien compliqué? Rappelez-vous qu’il s’agit d’élire vos représentant.e.s pour porter les intérêts des doctorant.e.s dans la nouvelle université fusionnée où beaucoup de choses sont encore dans le flou, c’est donc le moment où jamais de se mobiliser!

 

 

Les élections sont pour bientôt !

Les 14 et 15 novembre prochain auront lieu les élections aux instances de Sorbonne Université, établissement né de la fusion des Universités Paris-Sorbonne et Pierre-et-Marie-Curie. Le Collectif doctoral présente des candidat.e.s à tous les scrutins où existent des collèges électoraux réservés aux doctorant.e.s. Nous sommes également présents sur la liste « Solidaire et Déchaînée » pour le Conseil d’Administration avec Axelle Brémont, doctorante en archéologie.

Notre mot d’ordre: la diversité de la recherche! Cela se traduit notamment par les profils variés des candidat.e.s que nous vous présentons : d’origines diverses, travaillant dans  différentes disciplines, avec ou sans financement, ils et elles sauront représenter l’ensemble de la communauté doctorale.

Votez et faites voter pour vos candidats ! Vous pouvez consulter le bilan de la mandature qui s’achève ici.

Vous ne pouvez pas voter ? Pensez à donner procuration à quelqu’un de confiance (voir sur le site de l’université : pour la commission recherche ; pour le conseil de la faculté des lettres)

 

  • Échelon universitaire: CONSEIL ACADÉMIQUE (COMMISSION RECHERCHE)

La liste « Pour la diversité de la recherche » regroupe des candidat.e.s issues du Collectif doctoral et de Doc’Up, qui se sont alliés pour ce scrutin. La liste est composée à parité d’hommes et de femmes, de littéraires et de scientifiques, de membres du collectif et de Doc’Up. Nos engagements :

  1. Participer au rayonnement de la recherche par la valorisation des thèses
  2. Répondre aux besoins des doctorant.e.s
  3. Respecter la diversité des parcours et des particularités disciplinaires

Document : notre profession de foi : 2017-11 CR-CA Pour la diversité de la recherche BONv2

Nos candidats (par ordre de présentation) : Pierre Porcher (histoire), Marion Millerand (physiopathologie), Pierre-Emmanuel Wulfman (ingénierie), Justine le Floch (littérature française et comparée), Jacques Bury (histoire), Pauline Bardin (physiopathologie), Benjamin Garland (biomédicale), Marjorie Occelli (histoire de l’art).

Nous présentons également une candidate pour le siège du collège D: Solange Arber (études germaniques)

Où voter pour la commission recherche ? Liste des bureaux de vote

Attention : vous ne pouvez pas voter partout, prenez connaissance de votre bureau de vote de rattachement sur les listes électorales.

 

  • Échelon facultaire : CONSEIL DE LA FACULTÉ DES LETTRES

La liste « Collectif doctoral pour la diversité de la recherche » est composée de doctorant.e.s adhérent.e.s de notre association, qui s’engagent dans trois domaines :

  1. Promouvoir une université de service public, où les doctorants sont formés dans un contexte qui tient compte de la diversité des parcours et des des particularités disciplinaires
  2. Améliorer les conditions de travail des doctorant.e.s qui participent à l’enseignement supérieur
  3. Contribuer installer une vie doctorale active au sein de la nouvelle université ;

Document : notre profession de foi : Profession de foi ColDoc

 

Vos candidat.e.s (par ordre de présentation) : Bernard Evans (littérature française et comparée), Pamela Moore (linguistique), Emmanuel Lemée (histoire), Marina Pantina (littérature française et comparée).

 

Où voter pour le conseil de la faculté des lettres ? Liste des bureaux de vote

Attention : vous ne pouvez pas voter partout, prenez connaissance de votre bureau de vote de rattachement sur les listes électorales.

Prendre du recul sur l’organisation institutionnelle de la nouvelle université ? Consultez l’organigramme provisoire établi par le collectif

Bilan de nos élu.e.s!

Le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne est en train de préparer ses listes pour les élections qui auront lieu les 14 et 15 novembre prochains! C’est donc un bon moment pour dresser le bilan des deux années de mandat de nos élu.e.s à la Commission Recherche:

Engagements aux élections générales

Université Paris-Sorbonne

Statut à ce jour
1 Mise en place d’un portail d’aiguillage sur les formations doctorales sur le site de l’université EN COURS. Nous avons rencontré les responsables des composantes (ESPE, SCUIOIP, IFD/DFC) qui organisent les formations doctorales. Le document pouvant être transposé en portail sur le site internet de l’université a été transmis aux services compétents en septembre 2017. Plusieurs élus issus du collectif ont participé aux groupes de travail sur la construction du futur site de la nouvelle université (juillet 2017).
2 Défense d’une indispensable souplesse dans les engagements de formation TENU. Cette conception est partagée par la plupart des enseignants-chercheurs en Humanités avec lesquels cette question a été abordée lors des réunions des écoles doctorales ou lors de discussions plus informelles.
3 S’assurer autant que possible que le nombre de doctorant.e.s maximum qu’un enseignant-chercheur peut encadrer soit précisé TENU. Les ajustements consécutifs à la nouvelle législation encadrant les études doctorales ont fait préciser ce seuil par les écoles doctorales, autour d’une quinzaine de doctorant.e.s, avec une souplesse particulière pour les disciplines rares.
4 Améliorer la promotion des travaux des doctorant.e.s et des thèses soutenues TENU. La branche « vie scientifique » du collectif a organisé plusieurs événements importants à cette fin : la journée d’étude Sorbonne Actuelle avec speed-thesing et groupes de réflexions (janvier 2017) et la participation à la Fête de la Science sur le thème « les Humanités à cœur ouvert » (septembre 2017).

Sorbonne Actuelle : un compte-rendu !

5 Prise en compte des situations spécifiques à chaque doctorant.e pour la durée des études doctorales TENU. La plus grande partie du guide du doctorant version 2016 a été mise en ligne sur le site du collectif : doctoratp4.hypotheses.org. Les contributeurs.trices sont toutes et tous des doctorant.e.s qui partagent leurs connaissances et leurs expériences au service du collectif.
6 Assurer la mise à jour du guide du doctorat de 2009
7 Améliorer la communication entre les élus du Conseil académique et les élus aux conseils des Écoles doctorales TENU. La consultation de tous les doctorants a eu lieu au cours de l’année 2016-2017. Le collectif doctoral de Paris-Sorbonne dispose d’élu.e.s membres ou sympathisant.e.s dans les conseils de toutes les écoles doctorales de Paris-Sorbonne.
8 Organiser une consultation de tous les doctorants de Paris-Sorbonne pour identifier nos priorités
9 Rester vigilants quant aux conséquences du projet de fusion entre Paris IV et Paris VI. TENU. Le collectif avait pris position contre la fusion, craignant que les lettres, langues, sciences humaines et sociales ne soient marginalisées au sein de la nouvelle université. Nous avons exprimé nos positions en séance à plusieurs reprises. Maintenant que la fusion a été décidée par la majorité, il nous faut contribuer à ce qu’elle se fasse d’une manière profitable pour la recherche en général, nos disciplines et les doctorant.e.s en humanités en particuliers.

Nous sommes très fiers du travail accompli et nous entendons bien poursuivre sur cette voie!

Prochainement: notre nouvelle profession de foi, nos listes pour la Commission Recherche et le Conseil de Faculté, notre soirée de campagne!

Pourquoi l’écriture inclusive?

Qu’il aborde la question de la parité dans l’enseigement supérieur et la recherche, ou qu’il épingle le sexisme à l’occasion du 8 mars, le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne s’engage en faveur de l’égalité femmes-hommes. Cela passe notamment par l’usage d’une écriture inclusive, car la communication de notre association se veut la plus ouverte et la plus représentative possible.

L’écriture inclusive désigne l’ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d’assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes, permettant ainsi de rendre visible la diversité des individus. Convaincu·e·s que la façon dont nous mettons le monde en mots construit nos représentations et, à l’inverse, que notre perception du monde est en retour façonnée par le langage, nous estimons important de faire nôtres quelques grands principes de l’écriture inclusive.

L’écriture inclusive peut donner lieu à plusieurs graphies, notamment l’utilisation du tiret (professeur-e-s), l’utilisation du point médian (professeur·e·s) – parfois remplacé par un point (professeur.e.s) – ou encore l’utilisation simultanée des deux termes (professeurs et professeures ou professeures et professeurs). L’emploi de termes épicènes comme membre, personne, individu, élève c’est-à-dire de termes non marqués du point de vue du genre grammatical, fait aussi partie des grands principes de l’écriture inclusive. Le Collectif doctoral ne s’est pas engagé en faveur d’une graphie en particulier et emploie l’une ou l’autre des ces conventions graphiques en fonction des locuteurs/-trices.

La chargée de mission Egalité-Lutte contre les discriminations de la future Sorbonne Université a indiqué que cette posture a d’ores et déjà été adoptée pour l’écriture des statuts de la nouvelle université à partir de la règle suivante : écriture inclusive qui décline l’ensemble des termes (professeures et professeurs, etc., donc sans point et sans tiret) par ordre d’apparition alphabétique (ce qui fait apparaître en premier tantôt les termes au féminin, tantôt ceux au masculin).

La pratique montre que l’impulsion des universitaires est décisive dans l’application des textes. Pour rappel : « En France, il existe un cadre juridique qui encourage l’utilisation du féminin des noms de métiers dans les textes réglementaires et dans tous les documents officiels émanant des administrations et établissements publics de l’Etat. » (voir Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes). Depuis, un « Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe » a également été développé à l’usage des particuliers comme des institutions. Nous indiquons par ailleurs, pour les personnes intéressées, une étude de l’Onisep interrogeant et étudiant les conséquences du langage – et de l’écriture inclusive – sur les stéréotypes, notamment liés aux métiers.

Fusion administrative des Écoles Doctorales : une réforme malvenue

Le 27 mars 2017, un projet de réorganisation des services du doctorat, de la recherche et de la valorisation a été présenté lors d’une réunion organisée en urgence par la Présidence (joint).

Ce projet prévoit notamment la fusion administrative (mais non des conseils) des écoles doctorales I, II et VII d’une part, et des ED III et IV d’autre part, constituant pour chaque regroupement un pôle administratif. Seules les ED V et VI conserveraient une autonomie de plein exercice. Qui plus est, la gestion administrative des équipes et laboratoires de recherche serait regroupée au sein d’un unique service de recherche, distincts des ED.

Une telle organisation va à l’encontre des intérêts des doctorant.e.s, qui ne seraient traités que comme des dossiers et non plus comme des personnes. En effet, les doctorant.e.s sont attaché.e.s au lien direct avec les responsables administratifs de leurs ED, qui sont bien souvent d’irremplaçables personnes de référence.

Loin d’offrir une simplification, la réorganisation soumettra les doctorant.e.s à des structures administratives plus opaques et impersonnelles, déconnectées de celles de la recherche. Cela contrarie également les intérêts des chercheurs et des administratifs. Les ED seraient ainsi privées du volet scientifique de leurs missions, alors qu’elles sont le pilier de la recherche à l’Université Paris-Sorbonne et font souvent office de secrétariat pour de nombreux laboratoires.

Le modèle proposé est calqué sur l’organisation administrative de l’Université Paris VI, où les équipes de recherche et les laboratoires disposent de moyens humains et financiers bien plus importants que ceux accordés aux LLSHS. En outre, un alourdissement de la hiérarchie administrative surviendrait, dépossédant les directeur.trice.s des ED de leurs liens privilégiés avec les personnels administratifs.

La contre-proposition (jointe) des gestionnaires des ED I, II, III, IV et VII, ainsi que d’EA et d’UMR veut à la fois garantir l’autonomie administrative et scientifique des ED tout en resserrant les liens avec les EA. Elle vise à éviter la complexification des strates administratives, à maintenir la qualité, l’intérêt du travail et les postes, puis à faciliter la compréhension de l’écosystème administratif pour les doctorant.e.s. et enseignant.e.s. chercheur.e.s. Enfin, les ED deviendraient le pilier de la formation et de la recherche scientifique de la future faculté de LLSHS, si toutefois l’organigramme définitif de la nouvelle université prévoit de les rattacher à cette dernière.

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne se déclare solidaire des personnels administratifs des ED et appelle la présidence à accepter la discussion. La présidence enverrait un signal fort aux personnels et ferait preuve d’une transparence bienvenue, ce à quoi elle s’est d’ailleurs engagée dans le cadre des réorganisations liées à la fusion ; enfin, elle entamerait une révolution inédite par la construction collective de l’architecture de la recherche de demain.

Documents joints :

1/ Projet d’organigramme de l’organisation des services de la formation doctorale, du soutien à la recherche et de la valorisation.

2/ Lettre des personnels au vice-président de la commission scientifique de l’université de Paris-Sorbonne.

3/ Analyse du syndicat Sup Autonome FO LSH.

Résultats des élections aux conseils d’ED

Nous vous avons concocté des tableaux récapitulatifs pour connaître les résultats des élections des représentant.e.s des doctorant.e.s en un coup d’oeil!

Résultats élections ED 25-04-2017

Si vous voulez voir les résultats pour votre ED, suivez les liens:

http://entwww.etu.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/PV_resultats_ED1_doctorants.pdf

http://entwww.etu.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/PV_resultats_ED2_doctorants.pdf

http://entwww.etu.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/PV_resultats_ED3_doctorants.pdf

http://entwww.etu.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/PV_resultats_ED4_doctorants.pdf

http://entwww.etu.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/PV_resultats_ED5_doctorants.pdf

http://entwww.etu.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/PV_resultats_ED6_doctorants.pdf

 

 

Sorbonne Actuelle : un compte-rendu !

Journée jeunes chercheurs organisée par le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne – 7 janvier 2015

La journée jeunes chercheurs Sorbonne Actuelle a été organisée par le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne afin d’offrir un espace de réflexion collective et collaborative sur le travail et les pratiques des doctorants de lettres, langues, arts et sciences humaines. Les bénéfices attendus de cette journée étaient à la fois intellectuels et relationnels : Sorbonne Actuelle avait pour but de valoriser les travaux des doctorants et de renforcer les échanges au sein d’une communauté souvent dispersée du fait de ses obligations universitaires et professionnelles.

La matinée était consacrée à une présentation de travaux de recherche de doctorants des différentes ED, ce qui permettait de saisir la diversité des objets d’étude et des méthodes de recherche à Paris-Sorbonne. Ce panorama a constitué un point de départ pour nourrir les tables rondes de l’après-midi et s’appuyer sur des savoirs partagés par l’ensemble des participants.

L’après-midi, les intervenants et le public étaient répartis par groupes de quatre à six personnes afin de réfléchir à différentes questions généralistes liées à la recherche en lettres et sciences humaines.

Les documents ci-joints constituent des synthèses de ces échanges.

1ère table – Quelle est la place des Lettres et Sciences Humaines dans la société humaine et contemporaine ?

En tant que doctorants, financés ou non, nous sommes souvent confrontés à des discussions qui nous enjoignent à légitimer l’utilité de la culture et de la recherche en lettres et sciences humaines. Cette table-ronde a pour but de prendre à bras le corps cette demande et de réfléchir ensemble aux réponses que nous souhaitons y apporter.

Lire le rapport !

2ème table – Quels sont les enjeux de l’interdisciplinarité en Lettres et Sciences Humaines ?

Souvent citée parmi les critères d’obtention de financements européens pour les projets de recherche, l’interdisciplinarité est tantôt perçue comme une réelle ressource pour l’innovation, tantôt comme une mode voire une contrainte. L’enjeu de cette table est donc de déterminer dans quelle mesure nos recherches en tant que doctorants des lettres et sciences humaines sont concernés par l’interdisciplinarité et quels changements elle produit dans la délimitation des territoires disciplinaires.

Lire le rapport !

3ème table : Qu’est-ce que la Sorbonne ?

Que représente, pour nous doctorants, cette institution historique ? Pourquoi avoir choisi la Sorbonne ? Quels enjeux symboliques et quelle trajectoire nous y ont menés ? Cette troisième table ronde même le singulier et le collectif, le personnel et l’institutionnel. Les doctorants sont invités à partager leur histoire avec leur université, afin de dégager les enjeux sociologiques, économiques et politiques qui s’invitent dans nos parcours scolaires et intellectuels.

Lire le rapport !

 

Election des représentants des conseils d’ED. Le 25 avril, les doctorant.e.s votent !

Le 25 avril 2017, les doctorant.e.s sont appelés à élire leurs nouveaux représentant.e.s dans les conseils des écoles doctorales. Élu.e.s pour une période de deux ans, ils et elles auront la charge de participer aux débats qui animent notre université.

Le scrutin a lieu de 9h à 17h, dans les secrétariats de vos ED. Il est possible de voter par procuration. Chaque votant peut avoir jusqu’à 2 procurations.

Parmi les enjeux de ces élections, figurent la charte des thèses et la convention pédagogique définissant les conditions de réalisation du doctorat de chacun, ainsi que la composition et le mode de fonctionnement des comités de suivi de thèse. Enfin, une réforme de l’organisation administrative des ED, de la recherche et de la valorisation risque de remettre en question l’autonomie des Écoles Doctorales.

Retrouvez les professions de foi des candidates et des candidats soutenus par le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne ou y comptant des membres (cliquez sur les listes)  :

ED I – Mondes anciens et médiévaux.

Liste Représenter les doctorant.e.s

ED II – Histoire moderne et contemporaine.

Liste Pour un doctorat de Qualité. Doctorants indépendants et Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne.

ED III – Littérature française et comparée.

Liste Les représentants des doctorants de l’ED III

ED IV – Civilisations, cultures, littératures et sociétés.

Liste Doctorant.e.s Indépendant.e.s

ED V – Concepts et langages.

Liste présentée par le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne.

Bon vote à toutes et tous,

Le Collectif Doctoral.

 

L’ESR dans la campagne présidentielle 2017

À une semaine du vote, le Collectif Doctoral a préparé un document de synthèse reprenant les engagements des candidat.e.s en ce qui concerne l’Enseignement Supérieur et la Recherche.

Frais d’inscription, budget, postes, réformes institutionnelles… Tout ce qu’il faut savoir pour départager les 11 prétendants.

L’ESR dans la campagne presidentielle

Alors, vous avez fait votre choix ? Nous oui (ou pas ^^)

Fusion Paris-Sorbonne UPMC : le jour d’après

Vendredi 20 janvier 2017, les conseils d’administrations des universités de Paris Sorbonne (Paris IV) et Pierre et Marie Curie (Paris VI), ont approuvé les statuts et le projet de décret entérinant leur fusion (Paris IV : 19 voix pour et 17 voix contre, Paris VI : 23 voix pour et 5 contre). En chiffres, la nouvelle « Sorbonne Université » pèse pour 54 000 étudiants dont 4 500 doctorants, 6 300 enseignants-chercheurs, près de 5 000 personnels administratifs, et surtout un budget cumulé de 700 millions d’euros. C’est certes moins que l’autre mastodonte « Sorbonne Paris Cité » né quelques semaines plus tôt (120 000 étudiants et 10 000 enseignants-chercheurs), mais la taille de l’établissement reste considérable, et interroge quant à sa viabilité.

Le nouvel établissement doit voir officiellement le jour le 1er janvier 2018. La création n’aura donc lieu que dans un peu plus de onze mois, le temps de mettre en place la future méga-structure.

Celle-ci va se faire en deux grandes étapes.

La première constitue la finalisation du projet de statuts de la nouvelle université. Elle a commencé le 20 janvier, et devrait s’achever au mois de juin, avec le vote définitif des statuts par l’assemblée constitutive, regroupant les deux CA des deux universités fusionnantes. Un décret ministériel doit paraître entre mars et avril, afin de sanctionner réglementairement l’opération. De même, l’organisation interne doit être précisée, afin de ne rien laisser au hasard. Enfin, des élections générales, mettant fin aux mandats des actuels représentants des conseils centraux des deux universités, auront lieu au mois de novembre 2017 pour désigner celles et ceux des nouvelles instances (Conseil d’Administration Conseil Académique, Conseils de Faculté).

La seconde étape a trait à la mise en place d’outils et de procédures communs aux services. Il s’agira sans doute de l’étape la plus longue et la plus technique, qui fera appel à des groupes de travail thématiques. Sera, entre autres choses, discutée la future charte des thèses, qui définira les conditions dans lesquelles le doctorat se déroulera dans la future université. À ce sujet, le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne défendra l’idée d’une charte différenciée entre les Facultés, pour prendre en compte les spécificités de chaque groupes de disciplines, sans pour autant fermer la porte à des améliorations nées de réflexions et de pratiques venues des sciences expérimentales ou de la médecine.

Toutefois, ce calendrier relève du scénario le plus optimiste. En cas de recours au tribunal administratif de la part des opposants au projet sur des éléments encore à clarifier (notamment les statuts et règlements intérieurs des futures facultés), la procédure risque de créer un retard de plusieurs mois dans la fusion, jouant ainsi le grain de sable dans cette machine apparemment bien huilée.