Archives de catégorie : Fin de thèse et soutenance

Financer la publication de la thèse

Trouver un éditeur

La publication des thèses n’est pas obligatoire en France, mais elle est valorisée. Cela implique de trouver une maison d’édition et une collection prête à accueillir l’ouvrage, ou plutôt une version remaniée de celui-ci. Très souvent, cela passe par l’entregent du directeur / de la directrice de thèse. Les éditeurs scientifiques demandent presque systématiquement une subvention (« aide à la publication ») pour couvrir les frais éditoriaux et d’impression. Le montant peut facilement atteindre les 2.000€ (jusqu’à 3.000€ pour certains éditeurs, qui ne sont pas forcément les plus regardants sur la qualité du contenu). Cette pratique est dénoncée depuis de nombreuses années comme déloyale, mais les solutions alternatives sont encore balbutiantes.

Parmi ces alternatives, il faut citer le portail e-sorbonne, hébergé par l’université et qui présente les « meilleures thèses » soutenues à Paris-Sorbonne. L’expérience montre que la plupart des directeur.e.s de recherche ignorent la procédure de candidature. Le dispositif semble actuellement (2016) opaque et sous-dimensionné, une réforme n’est pas impossible. Quelques éditeurs acceptent de publier des ouvrages sans subvention, mais la condition est que c’est à l’auteur de fournir la version finale du document prête à être imprimée. Par exemple les éditions DeGruyter (philosophie, philologie antique, linguistique, sciences de la communication) publient actuellement (2016) des ouvrages tirés de thèse sans demander de subvention si le travail est jugé excellent par les responsables scientifiques de la collection et si l’auteur fournit un pdf bon à tirer. Sinon, l’éditeur demande 2000€. Plus généralement, la situation peut varier fortement d’une discipline à l’autre, en fonction des pratiques des éditeurs présents sur le marché, qui ne sont pas les mêmes partout. L’idéal est de se renseigner auprès de son directeur et/ou d’aller aux rencontres de la société savante (française ou internationale) de référence dans ton domaine de recherche, où les maisons d’édition sont assez souvent présentes avec des stands et des représentant.e.s prêt.e.s à discuter de tes projets.

Au final, il est indispensable d’évoquer la question du budget le plus tôt possible avec l’éditeur, et de faire réaliser un devis, sans lequel tu ne seras pas éligible aux subventions de l’université.

Obtenir une subvention

Si tu restes rattaché.e à l’EA/UMR dans laquelle tu as préparé ta thèse, tu peux lui demander une participation financière. Le cas échéant, un financement conjoint par l’EA, l’ED et le FIR (fonds contrôlé par la Commission Recherche du Conseil Académique) peut être envisagé, même s’il est douteux que ces sommes soient prioritairement allouées au financement de publications de doctorants qui sont généralement sur le départ de l’université.

Si tu as quitté ton EA/UMR, quitte à en rejoindre une autre, tu n’es pas éligible aux financements de ton équipe d’origine. Si tu en as une nouvelle, contacte-la mais sache que toutes n’acceptent pas forcément de financer la publication de thèses soutenues et préparées ailleurs.

Une dernière voie possible pour financer une publication, très difficile mais particulièrement valorisée, est d’obtenir un prix de thèse. Le plus souvent ces prix sont associés à une enveloppe financière conçue pour financer une publication. Voir sur ce point la rubrique « prix et récompenses pour jeunes chercheurs ».

Financer les frais de soutenance

Pour les frais d’impression, voir « organisation de la soutenance ».

La gestion des aspects budgétaires de la soutenance incombe au directeur / à la directrice de thèse, en lien avec l’ED et le service de la recherche. Le budget alloué à une soutenance de thèse est très limité. En 2015-2016, il était de l’ordre de 500€. La somme est censée couvrir tous les frais liés à la venue du jury et à son séjour. L’obligation de compter au moins deux membres extérieur.e.s, si possible trois, fait que les besoins financiers peuvent être assez élevés, en particulier si l’un.e des membres du jury vient de l’étranger.

Beaucoup d’EA/UMR acceptent de prendre en charge une partie des frais, par exemple en votant un défraiement de 15€/membre du jury pour le repas si la soutenance a lieu l’après-midi (la somme couvre le prix d’un menu du jour au « club des enseignants » en Sorbonne). À l’occasion, il ne faut pas hésiter à demander à ton EA/UMR de voter en assemblée générale la prise en charge systématique du repas du jury, ce qui permet de libérer une partie des 500€ pour financer un billet de train.

Lorsque le budget alloué ne suffit pas, par exemple s’il y a deux membres étranger.e.s dans le jury, une solution classique est de faire inviter l’une des deux personnes concernées par ton EA/UMR à condition qu’il/elle accepte de faire un petit exposé dans le cadre d’un séminaire du laboratoire la veille ou le lendemain, ou qu’il/elle participe à une journée d’étude organisée juste avant ou juste après.

Organisation de la soutenance

La soutenance ne s’improvise pas. La première question à éclaircir est celle du jury : beaucoup de directeurs/-trices veulent encore garder la haute main sur sa composition, mais de plus en plus sont prêt.e.s à discuter avec leurs thésard.e.s des gens à inviter. Selon vos relations, tu pourras donc être amené.e si tu le souhaites à produire toi-même une liste de gens que tu pourrais souhaiter avoir dans ton jury. Mais cela n’est en aucun cas une obligation.

Ensuite, vers la fin de la rédaction, il faudra commencer à se préoccuper du dépôt de la thèse, qui implique que le document final respecte un certain nombre de critères formels. Il faudra notamment te procurer les pages de couverture officielles de l’université auprès du bureau de la valorisation ou ici.

Deux mois au plus tard avant la soutenance, tu dois faire remplir (et/ou faire signer…) à ton directeur/trice le formulaire d’autorisation de soutenance mis à disposition par le service des doctorats. Cela implique d’avoir les coordonnées de tous les membres du jury et d’avoir désigné (et prévenu!) deux d’entre eux/elles pour être pré-rapporteur.e.s. Il est donc préférable de s’y prendre plutôt deux mois et demi avant que deux mois. C’est à ce moment-là que le gestionnaire de ton ED au sein du service des doctorats, d’autres personnels du service et ton directeur / ta directrice vont fixer un horaire et une salle pour la soutenance.

Huit semaines avant la soutenance

Quand tout est au point, huit semaines au plus tard avant la soutenance, tu dois prendre rendez-vous avec le/la gestionnaire de ton ED au service des doctorats pour déposer :

> le formulaire d’autorisation de soutenance,

> une photo numérisée

> une enveloppe cartonnée affranchie au tarif Lettre Recommandée avec Avis de Réception (pour réception du diplôme).

Pour gagner du temps, certain.e.s gestionnaires d’ED demandent à recevoir tous les documents, y compris le formulaire d’autorisation de soutenance, par voie électronique. Dans ce cas-là, il n’y a pas besoin de rendez-vous : préviens juste que tu passeras tel ou tel jour pour déposer la version papier du formulaire et l’enveloppe.

Il est souhaitable que les exemplaires papier de la thèse aient déjà été expédiés aux pré-rapporteur.e.s au moment où tu déposes le formulaire d’autorisation de soutenance. Le service des doctorats se chargera de les contacter pour leur transmettre le formulaire de pré-rapport. Tant qu’à faire, il est bon d’écrire un mail aux membres du jury pour leur demander s’ils veulent aussi une version pdf.

Attention : à partir de 2016, les universités seront progressivement obligées de prendre en charge les frais d’impression des thèses. Pour les soutenances à l’automne 2016, les impressions seront prises en charge par l’université sous réserve de dépôt de la thèse dans des délais suffisants. Ensuite, l’université assurera l’impression d’exemplaires papier uniquement pour les membres du jury qui demanderaient à en avoir un (ce qui constitue une pression en faveur des thèses « dématérialisées » au format pdf). L’impression des exemplaires à l’intention du CNU ne sera pas assurée ni remboursée par l’université.

4 semaines avant la soutenance : les pré-rapports sont de retour, et avec eux l’autorisation définitive de soutenance (ou le refus!). C’est en gros à ce moment-là qu’il faut reprendre contact avec le bureau de la valorisation pour le dépôt électronique de la thèse. Si tu vois que les pré-rapports tardent à arriver, sache que c’est le gestionnaire des soutenances pour ton ED qui se charge de relancer les membres du jury, et que le problème finit toujours par se régler. Prends tout de même contact sans plus attendre avec le bureau de la valorisation pour commencer le dépôt de ta thèse et ne pas finir la tête sous l’eau lorsque tout le monde se réveillera…

Le dépôt électronique

Il est obligatoire, à la fois à des fins d’archivage et, le cas échéant, de contrôle d’un éventuel plagiat découvert après coup. À Paris IV, il est géré par le « Bureau de la Valorisation ». La procédure, et les contacts, sont ici :

http://www.paris-sorbonne.fr/valorisation-depot-electronique

Attention : les fichiers d’accompagnement, en particulier la feuille de contrôle, sont obsolètes, notamment pour ce qui est des formats de fichiers-sources autorisés – de même que la première de couverture est calibrée uniquement pour Word. Les formats autorisés sont : .doc, .odt, .idd, .tex (la page « rédaction des thèses » est à jour : http://www.paris-sorbonne.fr/valorisation-redaction-des-theses). Pour le reste, on te demandera de remplir quelques formulaires téléchargeables sur la page « dépôt électronique » et de produire un CD avec divers fichiers, listés sur le site de l’université.

ATTENTION : le fichier-source de la thèse (i.e. la version doc / idd / odt / tex) doit contenir l’intégralité du texte, annexes comprises. Il est extrêmement peu probable que cela corresponde à la façon dont la thèse a été rédigée, il faudra donc veiller à compiler un fichier unique correspondant au pdf final, même si ce pdf a été généré à partir de plusieurs fichiers séparés.

Avant la soutenance

1. Organisation de la soutenance: préalables

La soutenance ne s’improvise pas. La première question à éclaircir est celle du jury : beaucoup de directeurs/-trices veulent encore garder la haute main sur sa composition, mais de plus en plus sont prêt.e.s à discuter avec leurs thésard.e.s des gens à inviter. Selon vos relations, tu pourras donc être amené.e si tu le souhaites à produire toi-même une liste de gens que tu pourrais souhaiter avoir dans ton jury.

Ensuite, vers la fin de la rédaction, il faudra commencer à se préoccuper du dépôt de la thèse, qui implique que le document final respecte un certain nombre de critères formels. Il faudra notamment te procurer les pages de couverture officielles de l’université auprès du bureau de la valorisation ou ici.

Deux mois au plus tard avant la soutenance, tu dois faire remplir (et/ou faire signer…) à ton directeur/trice le formulaire d’autorisation de soutenance mis à disposition par le service des doctorats. Cela implique d’avoir les coordonnées de tous les membres du jury et d’avoir désigné (et prévenu!) deux d’entre eux/elles pour être pré-rapporteur.e.s. Il est donc préférable de s’y prendre plutôt deux mois et demi avant que deux mois. C’est à ce moment-là que le gestionnaire de ton ED au sein du service des doctorats, d’autres personnels du service et ton directeur / ta directrice vont fixer un horaire et une salle pour la soutenance.

2. Huit semaines avant la soutenance: le Service des Doctorats; l’envoi de la thèse

Quand tout est au point, huit semaines au plus tard avant la soutenance, tu dois prendre rendez-vous avec le/la gestionnaire de ton ED au service des doctorats pour déposer :

> le formulaire d’autorisation de soutenance,

> une photo numérisée

> une enveloppe cartonnée affranchie au tarif Lettre Recommandée avec Avis de Réception (pour réception du diplôme).

Pour gagner du temps, certain.e.s gestionnaires d’ED demandent à recevoir tous les documents, y compris le formulaire d’autorisation de soutenance, par voie électronique. Dans ce cas-là, il n’y a pas besoin de rendez-vous : préviens juste que tu passeras tel ou tel jour pour déposer la version papier du formulaire et l’enveloppe.

Il est souhaitable que les exemplaires papier de la thèse aient déjà été expédiés aux pré-rapporteur.e.s au moment où tu déposes le formulaire d’autorisation de soutenance. Le service des doctorats se chargera de les contacter pour leur transmettre le formulaire de pré-rapport. Tant qu’à faire, il est bon d’écrire un mail aux membres du jury pour leur demander s’ils veulent aussi une version pdf.

Attention: à partir de 2016, les universités seront progressivement obligées de prendre en charge les frais d’impression des thèses. Pour les soutenances à l’automne 2016, les impressions seront prises en charge par l’université sous réserve de dépôt de la thèse dans des délais suffisants. Ensuite, l’université assurera l’impression d’exemplaires papier uniquement pour les membres du jury qui demanderaient à en avoir un (ce qui constitue une pression en faveur des thèses « dématérialisées » au format pdf). L’impression des exemplaires à l’intention du CNU ne sera pas assurée ni remboursée par l’université.

3. 4 semaines avant la soutenance: le dépôt électronique

Les pré-rapports sont de retour, et avec eux l’autorisation définitive de soutenance (ou le refus!). C’est en gros à ce moment-là qu’il faut reprendre contact avec le bureau de la valorisation pour le dépôt électronique de la thèse. Si tu vois que les pré-rapports tardent à arriver, sache que c’est le gestionnaire des soutenances pour ton ED qui se charge de relancer les membres du jury, et que le problème finit toujours par se régler. Prends tout de même contact sans plus attendre avec le bureau de la valorisation pour commencer le dépôt de ta thèse et ne pas finir la tête sous l’eau lorsque tout le monde se réveillera…

Il est obligatoire, à la fois à des fins d’archivage et, le cas échéant, de contrôle d’un éventuel plagiat découvert après coup. À Paris IV, il est géré par le « Bureau de la Valorisation ». La procédure, et les contacts, sont ICI.

Les fichiers d’accompagnement, en particulier la feuille de contrôle, sont obsolètes (en2016), notamment pour ce qui est des formats de fichiers-sources autorisés – de même que la première de couverture est calibrée uniquement pour Word. Les formats autorisés sont : .doc, .odt, .idd, .tex (la page « rédaction des thèses » est à jour). Pour le reste, on te demandera de remplir quelques formulaires téléchargeables sur la page « dépôt électronique » et de produire un CD avec divers fichiers, listés sur le site de l’université.

ATTENTION : le fichier-source de la thèse (i.e. la version doc / idd / odt / tex) doit contenir l’intégralité du texte, annexes comprises. Il est extrêmement peu probable que cela corresponde à la façon dont la thèse a été rédigée, il faudra donc veiller à compiler un fichier unique correspondant au pdf final, même si ce pdf a été généré à partir de plusieurs fichiers séparés.

En construction

Désolé, cette page n’est pas encore disponible !

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:La_rue_de_la_Sorbonne_le_11_mars_2006.jpg?uselang=fr
On a un problème..