Archives de catégorie : Qu’est-ce que le doctorat?

Le cadre réglementaire

à Paris, le 24 octobre 2016

Avertissement : cette rubrique est susceptible d’évoluer compte tenu des modalités d’application de la réforme au sein de l’université Paris-Sorbonne et de la future/actuelle Sorbonne Universités.

Depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000, le diplôme du doctorat a considérablement évolué. L’engagement de la France et d’une quarantaine d’État Européens (mais aussi d’autres pays, dont le Canada) dans le Processus de Bologne [lien à venir] explique une grande partie des réformes. D’un point de vue réglementaire, cela s’est traduit dès le 22 avril 2002 avec les arrêtés dits LMD (Licence-Master-Doctorat), comme seuls diplômes désormais reconnus par l’État dans les universités publiques (à quelques exceptions près). À compter du 1er septembre 2016, un nouveau cadre s’impose à l’ensemble des disciplines [arrêté du 25 mai 2016] [voir analyse].

Le cadre conserve les grandes lignes de la formation doctorale. Le/La doctorant.e reste encadré.e par un.e directeur/trice de recherche, au sein d’une École Doctorale (ED) [lien à venir]. Une codirection, interne à l’université ou entre deux universités françaises ou à l’international, peut être organisée [lien à venir]. Toutefois des évolutions sont apportées, en particulier dans un souci d’uniformisation des thèses d’une université à l’autre. La mission de formation par les ED est renforcée, et la charte du doctorat devient formellement un contrat de recherche passé entre le doctorant et l’ED, et définissant l’ensemble des conditions de la recherche (conditions de financement, statut salarié ou non, calendrier de recherche, etc.). Enfin, tous les doctorants, à partir de la deuxième année de thèse, devront être suivis par un comité de suivi individuel (CSI), défini par les conseils d’ED [lien à venir]. Ces CSI constituent un point de crispation pour nombre d’enseignants-chercheurs dirigeant des thèses, craignant de voir leur travail d’encadrant mis sous tutelle et réduit à un rôle purement administratif.

Enfin, le nouvel arrêté renforce la notion de formation professionnalisante, ce qui n’est pas sans provoquer quelques interrogations. Si le statut intellectuel et de recherche n’est pas remis en question, en revanche, il paraît difficile de considérer tous les doctorant.e.s comme en formation professionnalisante : d’une part parce que tous ne veulent pas (ou ne pourront pas) entrer dans les carrières universitaires ; d’autre part nombreux sont celles et ceux contraints à se salarier, souvent dans des domaines à mille lieues de leur thèse. Enfin, il faut noter que la reconnaissance du diplôme du doctorat en France, en dehors de l’Université, est encore loin d’être acquise. Certes, diverses mesures, au sein de la fonction publique d’État, veulent introduire le doctorat dans l’expérience des postulant.e.s : validation de trois années sur huit nécessaires passées dans le secteur privé pour passer les concours en troisième voie de l’École Nationale d’Administration (ENA) ; création de postes en agrégation pour les jeunes docteurs, les avançant de deux ans dans les échelons de carrière ;  ; enfin, un portfolio récapitulant l’ensemble des activités de formation et de recherche et les compétences acquises par le/la doctorante durant sa thèse est introduit par l’arrêté du 25 mai 2016. Mais à part ces mesures, rien n’est réellement fait, tant du côté de l’État que de celui des acteurs économiques privés (groupements patronaux comme syndicats professionnels) pour que le plus haut diplôme soit enfin intégré de plein droit dans les cadres de notre société libérale-conservatrice.

L’édition 2016 de l’état de l’emploi scientifique : les informations essentielles à retenir pour les doctorants

Publication statistique biennale, l’État de l’emploi scientifique rassemble des études et statistiques permettant d’éclairer les différents domaines d’activité des personnels qui relèvent de l’emploi scientifique en France. Le Collectif des Doctorants de Paris-Sorbonne a rassemblé les principales informations concernant les doctorants en Lettres et Sciences Humaines. Les figures présentées ici sont extraites de ce rapport, p. 36 à 63.

Le fichier original est ici.

Quelques chiffres

le nombre d’étudiants de masters qui continuent en doctorat ne cesse de baisser. Dans nos disciplines LSHS, le taux de poursuite n’est que de 3 %.

– depuis 2009, le nombre de doctorants ne cesse de baisser : -13 % en sept ans pour les LSHS.

– Par contre, on prévoit une augmentation importante du nombre d’étudiants dans les dix prochaines années : + 14 % en LSHS. Le nombre de doctorants en LSHS devrait augmenter de 5 % environ. Cette forte augmentation prévue du nombre d’étudiants, comparée à celle plus faible du nombre de doctorants, pose la question du bon fonctionnement des TD, souvent surchargés déjà. À court terme, on peut craindre que se multiplie la pratique des vacations.

Les doctorants en LSHS, un profil très spécifique

l’âge de la première inscription confirme très clairement la grande spécificité des doctorants en LSHS : seulement 20 % des inscrits ont moins de 25 ans, alors que cette proportion atteint plus de 50 % pour les sciences exactes et presque 40 % pour la moyenne globale. L’âge moyen des premiers inscrits est de 33 ans dans nos disciplines.

age_doc_etatemploiscient_2016

– même conclusion pour la durée du doctorat : 30 % de nos thèses se font en plus de six ans, 30 % entre 4 et 6 ans. Du côté des sciences exactes, 60 % se font en moins de 40 mois… Une réduction de la durée des thèses s’observe depuis 2010 mais est encore peu marquée.

duree_doc_etatemploiscient_2016

– autre spécificité très forte : seuls 33 % des inscrits en première année dans nos disciplines ont un financement dédié, alors qu’ils sont 79 % en sciences exactes.

Après la thèse

– Sans surprise, nous sommes plus nombreux à travailler pour l’État : 56 % de fonctionnaires dans les docteurs en LSHS, contre seulement 31 % de moyenne globale. Mais un sondage réalisé sur les projets professionnels au moment de la soutenance montre que les doctorants en LSHS envisagent moins souvent la recherche publique qu’avant (de 87 % en 2007 à « seulement » 76 % en 2010). Le texte lie explicitement ce résultat avec la mise en place de dispositifs « visant à rapprocher les secteurs académique et privé, mais aussi à inciter les docteurs à travailler dans d’autres secteurs que la recherche publique et académique ». Le Collectif reste vigilant sur de telles évolutions, qui ne se font pas forcément en faveur des doctorants.

– Il faut noter que les docteurs de LSHS sont moins bien payés : 2 000 euros en salaire mensuel net en moyenne, contre une moyenne générale de 2 200 euros pour l’ensemble des docteurs…

salaire_doc_etatemploiscient_2016

Enfin, il faut noter que le taux de chômage à doctorat + 3 ans reste très élevé : 9,4 % (même s’il a baissé de près d’1% depuis 2013). Là aussi c’est quelque chose de spécifique à nos disciplines : le taux de chômage est de 4 % pour les sciences exactes, 5 % pour le droit (mais 12 % pour la SVT : on n’est pas les plus mal lotis…). Cette précarité très élevée pour le plus haut diplôme français doit être davantage prise en compte dans les projets de réforme du doctorat, afin de repenser la question de l’insertion professionnelle des doctorants.

chomage_doc_etatemploiscient_2016

Arrêté du 25 mai 2016 organisant le doctorat

Vous n’avez pas le temps de lire l’arrêté du 25 mai 2016 qui organise le doctorat en France ?  Voici un résumé :

  • Qu’est-ce que le doctorat ?

« La formation doctorale est une formation à et par la recherche et une expérience professionnelle de recherche. Elle conduit à la production de connaissances nouvelles » (Art. 1). Le doctorant est donc considéré à la fois comme un étudiant, le doctorat étant le diplôme de troisième cycle de l’université, et comme un chercheur à part entière.

  • Modalités d’accès

On peut accéder au doctorat en formation initiale ou dans le cadre de la formation tout au long de la vie (Art. 1).

Pour s’inscrire en doctorat, il faut être titulaire d’un master et témoigner d’une aptitude à la recherche. La candidature doit passer par le directeur de thèse, le directeur de l’équipe de recherche, le directeur de l’école doctorale et enfin par le président de l’université (Art. 11).

  • Cadre institutionnel

Le doctorant est rattaché à l’École Doctorale (ED) et à l’équipe de recherche dont fait partie son directeur (Art. 10). L’École Doctorale est chargée du suivi et de la formation du doctorant, l’équipe de recherche accompagne et valorise ses travaux (Art. 11).

L’école doctorale est administrée par un conseil, qui élit un directeur (Art. 6). Les doctorants de l’École Doctorale sont représentés à ce conseil à hauteur de 20 %. La représentation doit être paritaire/équilibrée entre hommes et femmes. (Art. 9)

  • Suivi du doctorant

Les conditions de suivi et d’encadrement du doctorant sont fixées par la charte de l’école doctorale. Par ailleurs, le doctorant doit également signer une convention de formation avec son directeur de thèse pour préciser les modalités du doctorat (Art. 12). L’école doctorale fixe un nombre maximum de doctorants par directeur de thèse (Art. 16)

L’École Doctorale met en place un comité de suivi individuel qui veille au bon déroulement du doctorat (Art. 3). Ce comité sert notamment à prévenir les conflits, harcèlements ou discriminations (Art. 13).

L’École Doctorale est aussi responsable de l’insertion professionnelle de ses jeunes docteurs (Art. 3).

  • Formation du doctorant

L’École Doctorale se charge de proposer des formations à ses doctorants, notamment en matière d’éthique de la recherche et d’intégrité scientifique (Art. 3), ou encore de pédagogie (Art. 15). Les formations proposées doivent faire l’objet d’une évaluation auprès des doctorants (Art. 4).

Le doctorant constitue un portfolio qui retrace toutes ses activités (communications scientifiques, enseignement, formations, etc.) pendant ses études doctorales (Art. 15).

  • Déroulé du doctorat

Le doctorat s’effectue en trois ans quand le doctorant peut se consacrer à temps plein à la recherche, en six ans si ce n’est pas le cas. La durée du doctorat peut être prolongée par dérogation ou si le doctorant a été en congé maladie, congé maternité ou congé parental. Il est possible exceptionnellement d’interrompre sa thèse pendant un an en faisant une demande de césure. (Art. 14).

La réinscription en deuxième année se fait sur avis du directeur de thèse. À partir de la troisième année, l’avis du comité de suivi individuel est aussi requis. Le directeur de l’école doctorale doit s’assurer que les conditions sont requises pour la poursuite du travail de thèse dans de bonnes conditions. (Art. 11)

  • Soutenance

Le doctorant doit déposer sa thèse un mois avant la date de soutenance au service du doctorat. Le dépôt s’effectue sous forme numérique. Si les membres du jury ont demandé à lire la thèse sur format papier, l’impression est assurée par l’université. Le service du doctorat fournit au président du jury de thèse une attestation du dépôt de la thèse ainsi qu’un bordereau électronique contenant le résumé de la thèse, une liste de mots-clés et les métadonnées nécessaires à l’archivage des thèses (Art. 24).

L’autorisation de soutenir sa thèse est délivrée par le président de l’université, après l’avis du directeur de thèse, du directeur de l’école doctorale et de deux rapporteurs extérieurs (Art. 17).

Le jury de thèse comprend entre quatre et huit personnes en respectant la parité hommes/femmes. Il est désigné sur avis du directeur de thèse et du directeur de l’école doctorale. Le directeur de thèse participe au jury mais pas aux délibérations. (Art. 17).

La soutenance est publique et donne lieu à un rapport de soutenance (Art. 19). Après la soutenance le nouveau docteur dispose d’un délai de trois mois pour appliquer les éventuelles corrections demandées par le jury et déposer sa thèse corrigée sous forme électronique (Art. 24).

La thèse est diffusée par l’université au sein de la communauté universitaire, mais la publication en ligne est soumise à l’autorisation de son auteur (Art. 25).

Voir aussi: