Archives de catégorie : Non classé

Sorbonne Actuelle 2021 : une troisième edition reussie

Le Collectif Doctoral a organisé le 22 mai dernier la troisième edition de Sorbonne Actuelle, un évènement consacré aux doctorant-es et aux jeunes chercheur-es. Cette année, la journée d’étude etait placée sous le signe de la transdisciplinarité, avec notamment une table ronde dédiée à cette question.
 
Les doctorantes venues presenter leurs travaux ont insisté sur la nécessité de croiser les approches pour se saisir au mieux d’objets de recherches nouveaux, depassant les cadres disciplinaires traditionnels. Anne Fenoy, Saliha Aklouf et Oumaima Ben Gamra, toutes doctorantes à Sorbonne Université, ont ainsi pu parler de leurs recherches et de leurs cadres theoriques, mais aussi des questions que soulèvent une telle démarche.
 
 « la transdisciplinarité c’est un apprentissage permanent »
En ouverture de la journée, des enseignant-es chercheur-es invité-es lors d’une conférence consacrée à l’état de la recherche en France ont d’ailleurs souligné que cette dimension transdisciplinaire était désormais incontournable, dans des projets individuels comme collectifs. De la thèse à l’HDR en passant par les projets ANR, difficile de laisser le côté les travaux faisant le lien entre plusieurs disciplines, qui enrichissent et complexifient le savoir produit par les checheur-ses.
 
Dans les deux autres tables rondes de cet événement, les interventions autour du numérique et de la mobilité dans la recherche ont été l’occasion de discussions passionnantes.
Témoin de la vitalité et de la richesse des recherches doctorales à Sorbonne Université, Sorbonne Actuelle a été l’occasion de traiter en profondeur des questions liées à la création d’outils numériques dédiés à sa thèse, à la science ouverte, ou encore à la place de l’apprentissage d’une langue étrangère dans le travail de recherche.
 
Moment fort de la vie doctorale de Sorbonne Université, Sorbonne Actuelle s’est tenue cette année en distanciel afin de respecter les mesures sanitaires. « Un vrai défi » selon Louise Condi, présidente du Collectif Doctoral. « Créer du lien, faire en sorte que les échanges puissent avoir lieu malgré la visio, ce n’était pas gagné. Mais tout le monde a joué le jeu, et au bout du compte ça donne un résultat dont nous sommes très fiers ».
 
Au point de recommencer l’an prochain ! Il est déjà prévu que Sorbonne Actuelle se tienne en 2022.
Si vous souhaitez vous investir dans la vie doctorale de Sorbonne université et participer à l’élaboration de cet événement, contactez dès maintenant le collectif doctoral à l’adresse suivante : collectifdoctoral@gmail.com

COMMUNIQUE DE SOUTIEN AUX DOCTORANT.ES DE L’INSTITUT D’ETUDES POLITIQUES DE PARIS

Paris, le 19 mai 2021,

Le Collectif doctoral a pris connaissance du texte du Collectif des doctorant.es de l’Institut d’études politiques de Paris et a souhaité s’y associer. Nous ne pouvons que partager le constat qui y est dressé : des recherches lourdement entravées par la pandémie et une dégradation des conditions de travail et de vie des doctorant.es quel que soit leur statut.

Nous partageons les exigences formulées auprès du ministère d’accéder aux demandes de prolongation des financements doctoraux, comme cela a été promis il y a un an. Même si nos premiers interlocuteurs ont été les membres de la direction de notre université, force est de constater que le ministère reste le décisionnaire principal. Dès l’année dernière, selon leur université, des différences flagrantes de traitement étaient à constater entre les doctorants, aggravant les inégalités déjà existantes.

Or, avec la succession des périodes de confinement, il apparaît indispensable de venir en aide aux doctorant.es en prenant en compte l’impact de la pandémie depuis un an et non uniquement la période de mars à juin 2020. Le ministère ne semble pas avoir pris la mesure des conséquences du contexte sanitaire sur nos travaux et nos finances. Il est urgent qu’il alloue aux universités et établissements supérieurs les moyens nécessaires à la poursuite des recherches des jeunes chercheurs que nous sommes.

Nous nous associons donc à la démarche de nous adresser au ministère afin de répondre aux demandes des doctorant.es et réclamons également :

  • La prolongation de tous les financements doctoraux au plus vite ;
  • Les financements nécessaires aux déplacements indispensables pour la poursuite des travaux de recherche ;
  • La réinscription automatique et gratuite des doctorant.es ;
  • Que les demandes de disponibilités ou de détachements soient accordées plus rapidement par les rectorats de rattachement pour les doctorant.es titulaires d’un concours du second degré.

Le Billet du Collectif des doctorant.es de l’Institut d’études politiques de Paris est à retrouver à l’adresse suivante : lien 

 

Qu’attendre de son directeur de thèse ? Qu’attend-il de nous ?

Le/la directeur/trice de thèse assume la responsabilité scientifique des recherches du/de la doctorant.e.

D’après la charte des thèses de Paris-Sorbonne, le/la directeur/trice de recherche s’engage à consacrer à son/sa doctorant.e une « part significative de son temps » et à prévoir avec lui des rencontres fréquentes. Elle a le devoir d’informer le doctorant des aspects positifs de son travail et de prévenir les objections et critiques.

De son côté, le/la doctorant.e s’engage auprès de son/sa directeur/trice à un temps et à un rythme de travail. Il/Elle se doit de lui remettre régulièrement des notes d’étape qui permettent à son/sa directeur/trice de connaître l’avancement de sa thèse. Il/Elle doit faire preuve d’initiative dans ses recherches.

Peut-on changer de sujet ? de titre ? de corpus ?

Le choix d’un sujet de thèse relève entièrement et uniquement de l’axe scientifique d’une thèse : il est donc tout à fait possible de changer de sujet, de titre, de corpus, en cours de thèse, tant que tu as l’accord de ton/ta directeur.trice de recherche, qui doit impérativement être consulté.e avant toute démarche. Il est même normal qu’un sujet change plus ou moins au cours d’une thèse, pour se resserrer sur des problématiques que le travail de recherche aura fait émerger.

NB : évidemment, le nouveau sujet doit recouper les axes de recherche de l’université et de l’École Doctorale, sous peine de te voir refuser une inscription en doctorat. Si tu faisais une thèse sur saint Augustin, ça risque d’être difficile de passer à la physique atomique sans changer de directeur.trice et d’université.

Quand choisir son sujet ?

Dans l’idéal, un sujet de thèse doit se construire progressivement, au fil des semaines, voire des mois, qui précèdent la demande d’un contrat doctoral [lien à venir] ou la première inscription en thèse. Ce sujet se construit en s’appuyant sur des lectures (bibliographie, sources), en discutant avec des collègues, et surtout en discutant avec son/sa futur.e directeur.trice de recherche.

Faut-il un lien avec le Master ?

Pas nécessairement, même si c’est souvent le cas. Tout dépend avant tout de tes intérêts. Reprendre un sujet inscrit dans la continuité de son travail de master 1 et/ou master 2 permet évidemment de bénéficier d’une certaine familiarité avec le contexte, les sources, la bibliographie, qui peut favoriser le travail de recherche, surtout dans les premiers mois de la thèse. Mais, quoi qu’il en soit, la thèse doit être envisagée comme un tout, et jamais comme la prolongation d’un travail commencé en master.

Rédiger un projet de thèse

Parmi les pièces à fournir pour le dossier, il y a un projet de recherche (5 à 10 pages dactylographiées, Times New Roman 12, interligne simple). Le contenu demandé peut varier selon les écoles doctorales, il est donc impératif de se renseigner auprès d’elles. Il faut généralement présenter :

  • Le cadre géographique et chronologique du sujet
  • Ce qui a été fait dans la discipline : historiographie, état de l’art etc.
  • Le corpus étudié, les sources…
  • Une problématique
  • Une présentation de quelques axes du sujet
  • Une présentation des méthodes envisagées.
  • Parfois, une bibliographie indicative est demandée, mais ce n’est souvent pas obligatoire.

Ces différents points peuvent être traités et abordés très différemment selon les disciplines.

Dans un projet de recherche, les notes de bas de page sont généralement réduites au minimum. Il faut essayer d’être le plus clair possible pour être compris de personnes qui ne sont pas spécialistes du sujet, insister sur les points nouveaux qui seront abordés pendant la thèse, les angles morts des études précédentes… Conseil pratique : ça peut être bien de faire relire son projet par quelqu’un qui n’a rien à voir avec la discipline, pour voir si c’est intéressant et compréhensible.

Les CIFRE

Les Conventions Industrielles de Formation par la Recherche (CIFRE) sont un dispositif créé en 1981 visant à encourager la Recherche et Développement (R&D) dans les entreprises et les organisations par le recrutement de doctorants dans ce cadre.

Il s’agit donc d’associer trois acteurs autour d’un projet de recherche défini : une entreprise, un laboratoire extérieur, et un doctorant. Celui-ci, recruté en CDI ou en CDD, est rémunéré durant trois ans par l’entreprise pour mener à bien la recherche. Un contrat de collaboration de même durée est signé entre les trois parties. Dans le même temps, l’entreprise perçoit une subvention, au nom de l’Etat, de l’Association Nationale de la Recherche et de la Technologie.

Le traitement brut mensuel minimum en 2015 est de 1 957 euros. Le doctorant est considéré comme cherchant à temps plein. Ce temps peut se répartir entre l’entreprise et le laboratoire de rattachement. D’un point de vue pratique, c’est auprès de l’ANRT que les dossiers doivent être déposés, dans un délai maximum de 9 mois après la date d’inscription. Les appels d’offres sont émises tant par les entreprises que par les laboratoires universitaires. Néanmoins, le doctorant peut prendre l’initiative en proposant ses services aux entreprises susceptibles d’être intéressées par son sujet.

D’après les statistiques du Ministère, les deux tiers des CIFRE se font au sein d’une PME de moins de 250 salariés, et 42% dans des TPE de moins de 10 salariés. Les grandes entreprises ne représentent, en 2015 que 13% des conventions.

employeurs_doctorants_cifre_632365-54

source : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22130/les-cifre.html

Les principaux secteurs recruteur en 2015 sont l’Electronique communication et Informatique (18%), les services R&D et ingénierie (17%), les services tertiaires (11%).

Enfin, parmi les disciplines scientifiques, les sciences de l’Hommes et les Sciences de la Société sont relativement bien placées, aux 3e et 4e places, derrière les Sciences de l’Ingénieur (2e) et les Sciences Techniques de l’Information et des Communications (1ère), mais devant la Chimie/Matériaux.

repartition_dsiciplines_cifre_632371-54

source : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22130/les-cifre.html