Archives de catégorie : Qui sommes-nous?

Pourquoi l’écriture inclusive?

Qu’il aborde la question de la parité dans l’enseigement supérieur et la recherche, ou qu’il épingle le sexisme à l’occasion du 8 mars, le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne s’engage en faveur de l’égalité femmes-hommes. Cela passe notamment par l’usage d’une écriture inclusive, car la communication de notre association se veut la plus ouverte et la plus représentative possible.

L’écriture inclusive désigne l’ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d’assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes, permettant ainsi de rendre visible la diversité des individus. Convaincu·e·s que la façon dont nous mettons le monde en mots construit nos représentations et, à l’inverse, que notre perception du monde est en retour façonnée par le langage, nous estimons important de faire nôtres quelques grands principes de l’écriture inclusive.

L’écriture inclusive peut donner lieu à plusieurs graphies, notamment l’utilisation du tiret (professeur-e-s), l’utilisation du point médian (professeur·e·s) – parfois remplacé par un point (professeur.e.s) – ou encore l’utilisation simultanée des deux termes (professeurs et professeures ou professeures et professeurs). L’emploi de termes épicènes comme membre, personne, individu, élève c’est-à-dire de termes non marqués du point de vue du genre grammatical, fait aussi partie des grands principes de l’écriture inclusive. Le Collectif doctoral ne s’est pas engagé en faveur d’une graphie en particulier et emploie l’une ou l’autre des ces conventions graphiques en fonction des locuteurs/-trices.

La chargée de mission Egalité-Lutte contre les discriminations de la future Sorbonne Université a indiqué que cette posture a d’ores et déjà été adoptée pour l’écriture des statuts de la nouvelle université à partir de la règle suivante : écriture inclusive qui décline l’ensemble des termes (professeures et professeurs, etc., donc sans point et sans tiret) par ordre d’apparition alphabétique (ce qui fait apparaître en premier tantôt les termes au féminin, tantôt ceux au masculin).

La pratique montre que l’impulsion des universitaires est décisive dans l’application des textes. Pour rappel : « En France, il existe un cadre juridique qui encourage l’utilisation du féminin des noms de métiers dans les textes réglementaires et dans tous les documents officiels émanant des administrations et établissements publics de l’Etat. » (voir Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes). Depuis, un « Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe » a également été développé à l’usage des particuliers comme des institutions. Nous indiquons par ailleurs, pour les personnes intéressées, une étude de l’Onisep interrogeant et étudiant les conséquences du langage – et de l’écriture inclusive – sur les stéréotypes, notamment liés aux métiers.

Compte rendu de l’Assemblée Générale du 9 janvier 2017

COLLECTIF DOCTORAL DE PARIS SORBONNE

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE DU 09/01/2017

 

Ordre du jour :

 

1) Présentation, bilan et perspectives

2) Modalités d’adhésion (cotisations)

3) Modification du Conseil

4) Débat sur la Charte des Thèses

5) Questions diverses

 

Ouverture de l’Assemblée générale à 18.10 en présence de vingt-six personnes.

 

1) Présentation, bilan et perspectives

 

Simon Vacheron :

La journée d’études du 7 janvier dernier a remporté un succès au-delà de toutes les espérances. Raphaëlle Jamet et Justine Le Floc’h sont à remercier, ainsi que les participant.e.s et les modérateurs.trices. On note l’expression d’une forte demande de temps de rencontre et d’échange entre doctorant.e.s. C’est beaucoup plus compliqué notamment pour ceux/celles qui n’ont pas de vie professionnelle à l’université, c’est-à-dire les non contractuel.le.s. Il faut maintenir les échanges interdisciplinaires et entre contractuel.le.s et non contractuel.le.s.

Rappel des échéances électorales : au printemps aura lieu l’élection des représentant.e.s de doctorant.e.s aux conseils des écoles doctorales (ED).

La création du compte bancaire de l’association a pris du retard dû à un papier manquant. Normalement le problème sera réglé d’ici la semaine prochaine, ce qui permettra de nous faciliter la tâche au niveau du financement et des subventions. Nous avons un accord tacite avec l’AGEPS pour bénéficier des 900€ destinés aux représentants des doctorants.

Projets à venir du Collectif Doctoral :

Il faudrait introduire des rencontres plus régulières pour suivre les projets et échanger avec les adhérents et non adhérents, sur un rythme mensuel par exemple.

 

Pierre Porcher : Ce serait intéressant de regrouper les réunions du collectif et les temps de convivialité.

 

Simon Vacheron: Ensuite il y a les projets propres à chacun des trois pôles : pôle scientifique, pôle condition doctorale, pôle convivialité.

 

Justine Le Floc’h : Le pôle scientifique prévoit une deuxième édition de Sorbonne Actuelle, en janvier prochain, pour que ça devienne quelque chose de pérenne.

 

Simon Vacheron: Nous avons aussi le projet de faire participer le Collectif à la semaine du droit des femmes (8 mars). Il est essentiel que les doctorant.e.s y participent à la fois en tant que chercheurs/ses et que citoyen.ne.s.

Le pôle condition doctorale va s’occuper des élections, et notamment de la question de l’attitude du Collectif par rapport aux élections du CNESER (les élus de la Commission Recherche votent pour des représentants). Nous réfléchissons aussi à créer des liens avec le collectif des précaires de l’ESR. En ce qui concerne les élections présidentielles nous allons suivre les propositions des candidat.e.s et réfléchir sur les programmes. Nous travaillons aussi à la finalisation du Guide du Doctorat. 80% des articles sont écrits, reste à le promouvoir et à avoir des retours. Nous avons également un projet de guide d’accompagnement des enseignant.e.s qui n’ont pas accès à des formations, notamment avec des retours d’expérience.

Le pôle convivialité prévoie la mise en place de rendez-vous conviviaux réguliers. Nous projetons une soirée pour Mardi Gras.

Sur le plan financier : la prochaine commission FSDIE a lieu en mars, il faut déposer un dossier avant le 12 février. Sinon il faut attendre mai.

 

Justine Le Floc’h : Le pôle scientifique a des projets qui ne sont pas encore finalisés. Nous avons besoin de monde pour les monter et préciser les modalités.

– partenariat avec la BAFFE : événement pendant la semaine du droit des femmes pour parler du lien entre le féminisme et le rôle social des doctorant.e.s

– mise en place d’une base de donnée pour créer des groupes de correcteurs/relecteurs d’articles, voire de chapitres de thèse

– médiation scientifique en lien avec l’enseignement : il s’agit de réfléchir à la position des doctorant.e.s dans l’enseignement secondaire, voir primaire, de mettre en place des séquences d’enseignement en lien avec le sujet de thèse pour faire intervenir des doctorants dans les classes.

 

Pierre Porcher : Un soutien potentiel est à trouver auprès de l’inspection générale.

 

Justine Le Floc’h : Cela demande énormément de travail sur la mise en œuvre, c’est pourquoi nous lançons un appel à candidatures.

 

Florian Besson : Il faut se rapprocher des associations existantes qui font déjà ce genre de choses.

 

Axelle Brémont-Bellini : Si l’on veut demander des financements du FSDIE c’est sur un projet spécifique et non pour l’association en général. Il faudrait mettre en place en premier lieu des manifestations qui sont susceptibles d’être éligibles. Deux autres projets ont été évoqués :

– création d’un groupe de travail pour échanger les expériences des doctorant.e.s chargés de cours ou intéressés par l’enseignement

– « conseil des anciens » réunissant des doctorant.e.s en fin de thèse afin qu’ils guident les nouveaux/lles doctorant.e.s.

 

Justine Le Floc’h : La deuxième édition de Sorbonne Actuelle est quasiment sûre mais sera plutôt prévue pour janvier 2018. Ce sera une manifestation pérenne mais annuelle.

À propos des chargés de cours : nous aimerions faire une journée entière de réflexion pédagogique où des doctorant.e.s présentent des mises en œuvre dont ils sont fiers. Il ne faut pas seulement un espace où exprimer ses doutes mais aussi une occasion de témoigner des réussites.

Pierre Porcher : Nous devrions tenir notre Assemblée Générale à la fin de la journée Sorbonne Actuelle.

 

Simon Vacheron : Cela fera un trop grosse journée.

 

Florian Besson : Je suis d’accord pour une journée à destination des chargé.e.s de cours, idéalement mi-septembre avant la reprise des cours.

 

Axelle Brémont-Bellini : L’idée d’une journée est chouette mais il ne faut pas se limiter à une manifestation par an. Ce serait bien d’en faire une avant la rentrée et une à la fin du semestre pour faire un bilan et regarder les retours des étudiants. Cela pourrait aussi être un rendez-vous plus régulier. On pourrait faire des séances test entre nous, des sortes de TD blanc devant des novices. Le problème c’est que ça prend du temps mais cela pourrait être bénéfique.

 

Simon Vacheron : Pendant Sorbonne Actuelle j’ai été marqué par le besoin d’échanger. Le speed-thesing peut être une piste intéressante pour exercer les gens à s’exprimer sur leur sujet, découvrir d’autres domaines, élargir leurs horizons.

 

Marina Pantina : En ce qui concerne le FSDIE et la date limite du 12 février, en quoi consistent ces dossiers à monter ?

 

Axelle Brémont-Bellini : Il faut un descriptif conséquent du projet et un budget prévisionnel, c’est tout bête mais cela prend du temps à faire et il faut savoir précisément comment s’organise le projet.

 

Simon Vacheron : Le projet peut être validé par mail sur la mailing-list du conseil, il n’y a pas besoin que cela fasse l’objet d’une réunion.

 

Bernard Evans : En ce qui concerne Mardi-Gras j’accueille les suggestions de tout le monde mais il faut que l’organisation soit centralisée.

 

Simon Vacheron : Tu peux créer un groupe de discussion. Les vice-présidents sont d’abord et avant tout des référents, ils n’organisent pas tout mais s’assurent que les groupes de travail aient les moyens de leurs réalisations.

 

Pierre Porcher : En ce qui concerne le groupe de travail sur la pédagogie, cela peut être une bonne chose pour les collègues dont les équipes fonctionnent de manière éclatée. Le pôle droits/condition de travail s’est informé et il semblerait que, dans la limite des places disponibles, les doctorants sans charge d’enseignement et sans expérience dans le second degré mais dont le projet professionnel est dans l’Enseignement supérieur puissent bénéficier des places restantes aux formations de l’École supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE). Il y a aussi ce support là, qui a l’avantage d’être reconnu dans le cursus doctoral, notamment pour le portfolio.

 

Matthias Latkis : Est-ce que le speed-thesing est la même chose que ma thèse en 180 secondes ?

 

Simon Vacheron : Oui mais en 10 minutes.

 

Axelle Brémont-Bellini : Quels sont les autres projets du pôle convivialité ?

 

Simon Vacheron : Il seront précisés au fur et à mesure.

 

2) Modalités d’adhésion (cotisations)

 

Simon Vacheron : Cette question a été laissée de côté lors de l’assemblée générale constitutive. Selon nos statuts, c’est à l’Assemblée Générale de déterminer ces modalités, ce qui laisse une certaine souplesse. À l’heure qu’il est il n’y a pas d’adhérents payants donc seuls les membres du Conseil ont le droit de vote. Tout le monde peut participer au débat. Il y a deux possibilités :

– une cotisation d’un montant fixe, annuelle ou pour la durée de la thèse

– une cotisation d’un montant libre

Je suis favorable à un montant fixe de 5 euros.

 

Axelle Brémont-Bellini : En théorie je suis très favorable à la cotisation pour la durée de la thèse comme Doc’Up mais Doc’Up a des sous. À l’heure actuelle il est plus sage d’envisager une cotisation à l’année car on ne sait pas si on aura un renouvellement régulier des adhérents.

 

Benoît Casaert : C’est une bonne idée car Doc’Up avait un système de cotisation de 5€ par an au début aussi, donc c’est mieux un système annuel.

 

Salomé Paul : Effectivement une cotisation annuelle est mieux au début, c’est bien pour les dossiers de subventions d’avoir des fonds propres. Rien n’empêche plus tard si on a des financements sécurisés de revenir sur la décision d’aujourd’hui. 5€ c’est un montant raisonnable.

 

Naomie Truan : Je suis favorable à des cotisations annuelles pour des raisons différentes, presque idéologiques. Il faut que l’on puisse quitter une association, faire une pause et non s’engager pour toute la durée de la thèse sans savoir où ira l’association pendant ce temps. Cela me semble important que le droit de vote soit lié à cette adhésion. Suivre les nombre des adhérents par année donne également un poids institutionnel, même si c’est compliqué de renouveler les adhésions.

 

Florian Besson : Il y a aussi un intérêt stratégique à rappeler aux gens qu’on existe une fois par an.

 

Bernard Evans : De façon stratégique, on aurait intérêt à établir une cotisation pour trois ans car cela fait gonfler le nombre des adhérents sur le papier. C’est comme cela que Doc’Up a 700 membres et 40 actifs.

 

Florian Besson : C’est une raison de plus de s’en démarquer.

 

Simon Vacheron : Doc’Up n’est pas notre variable absolue même si c’est intéressant de se comparer à eux. Beaucoup de nos membres sont aussi adhérents de Doc’Up. On peut envisager un accord pour ne pas payer la double adhésion. Mais il faut d’abord penser par rapport à nous pour avoir des relations saines avec eux.

 

Benoît Casaert : Est-ce qu’il y a un compte Paypal pour payer l’adhésion ?

 

Simon Vacheron : Pour le moment c’est par chèque ou espèces.

 

Axelle Brémont-Bellini : On peut faire un virement aussi mais pour 5€ c’est un peu ridicule.

 

Justine Le Floc’h : Quel serait le montant ? 5€ ou 10€ ? Personnellement je suis favorable à 10€

 

Vote en faveur d’un montant fixe annuel à l’unanimité des votants (8 membres du conseil présents)

 

Vote du montant :

5 voix pour 5€

2 voix pour 10€

1 abstention

Montant de 5€ adopté à la majorité absolue

 

Ouverture des adhésions : 25 adhérents

 

Simon Vacheron : Nous avons deux listes de diffusion, l’une pour l’information générale des sympathisants, avec notamment notre newsletter et l’autre pour le Conseil qui contient aussi les membres actifs, donc à laquelle seront rajoutés les nouveaux adhérents. Il y a beaucoup de discussions internes auxquelles vous pouvez répondre directement, donc cela peut spammer énormément. Je suggère la création d’une troisième mailing-list pour traiter à part les activités administratives qui relèvent du Conseil.

 

3) Modification du Conseil

 

Simon Vacheron : Katia-Sofia Hakim, vice-présidente adjointe du pôle convivialité, n’a plus beaucoup de temps à consacrer aux activités du collectif même si elle reste en tant qu’élue à la commission Recherche. Elle sera remplacée par Marina Pantina.

 

Composition du Conseil :

Présidence : Simon Vacheron, président.

Secrétariat : Florian Besson, secrétaire général, et Solange Arber, secrétaire générale adjointe.

Pôle scientifique : Justine Le Floc’h, vice-présidente, et Raphaëlle Jamet, vice-présidente adjointe.

Pôle condition doctorale : Salomé Paul, vice-présidente, et Pierre Porcher, vice-président adjoint.

Pôle convivialité : Bernard Evans, vice-président, et Marina Pantina, vice-présidente adjointe.

 

Vote des adhérents sur la nouvelle composition du conseil : Conseil renouvelé à l’unanimité

 

 

 

 

4) Débat sur la Charte des Thèses

 

Salomé Paul : Comme vous le savez peut être, le 20 janvier, le Conseil d’Administration de Paris-Sorbonne votera sur notre fusion avec l’UPMC. La fusion amène des changements administratifs, notamment en ce qui concerne la Charte des Thèses. Nous vous présentons les conclusions de notre groupe de travail composé de Simon Vacheron, Justine Le Floc’h, Pierre Porcher et moi-même. Ces conclusions sont ouvertes à la discussion. Nous avons comparé les Chartes des thèses de l’UPMC et de Paris Sorbonne.

Je vous présente les principaux points polémiques.

Le premier point concerne les devoirs du directeur de recherche à l’UPMC : le nombre de doctorant.e.s qu’il encadre est limité et fixé par le conseil scientifique, le directeur de recherche doit informer ses futur.e.s doctorant.e.s du nombre de thèse qu’il encadre.

 

Axelle Brémont-BELLINI : À ma connaissance, il y a une prime par nombre de thésard.

 

Bernard Evans : La prime n’est pas par thésard.

 

Florian Besson : Je suis sûr que c’est par doctorant.e.

 

Naomi Truan : Dans le cas des doctorant.e.s scientifiques ils ont aussi un encadrant donc cette règle ne conduit pas forcément à ce que le directeur soit plus présent. Alors que pour nous le directeur de recherche est le seul interlocuteur donc c’est peut être un faux problème.

 

Justine Le Floc’h : Pascal Aquien a précisé lors de la dernière Commission Recherche que la prime d’encadrement est limitée à 3000€ annuels, sans lien avec le nombre de thésards et l’ensemble des directeurs de recherche de Paris-Sorbonne ne la perçoit pas car il faut solliciter l’autorisation du CNU.

 

Simon Vacheron : Il y a deux systèmes de prime : par le CNU et en interne à l’échelle de l’université mais le montant est plafonné. À l’UPMC, la répartition des primes est plus égalitaire. Ils ont aussi beaucoup plus de maîtres de conférence habilités à diriger des recherches (HDR).

 

Florian Besson : Il doit y avoir des différences selon les UFR.

 

Bernard Evans : Par rapport à l’UPMC, il faut prendre en compte la diversité des profils à Paris IV. Il y a des temps partiels, des séjours à l’étranger, etc. Introduire un nombre fixe arbitraire de doctorant.e.s ne permet pas cela et aboutirait à limiter le nombre de doctorant.e.s.

 

Pamela : À Paris III un encadrant ne peut pas avoir plus de trois doctorant.e.s.

 

Adelaide fins : L’idée d’une prime par doctorant.e me paraît choquante.

 

Axelle Brémont-Bellini : Il y a des laboratoires qui n’ont qu’un seul HDR du coup plafonner le nombre de doctorant.e.s encadré.e.s c’est risquer de refuser les gens qui ont les compétences pour s’inscrire en thèse.

 

Simon Vacheron : Si l’on n’augmente pas le nombre de HDR c’est vrai qu’on va se retrouver à saturation. Il faut prendre en compte deux réalités : d’une part la nécessité de certaines filières de survivre alors qu’elles ne comptent pas beaucoup de chercheurs, d’autre part le besoin d’un.e doctorant.e d’être suivi.e. Il est impératif de suivre régulièrement ses doctorant.e.s. Mon directeur de recherche en a 25 car il est seul en histoire économique. Certain.e.s de ces doctorant.e.s ne le voient qu’une fois par an. Une limitation à 15 doctorant.e.s permettrait à d’autres directeurs d’émerger. Pourquoi ne pas multiplier les codirections ?

 

Bernard Evans : Un doctorant en chimie travaille comme dans une entreprise de chimie, avec des horaires fixes de présence au labo. Son directeur de recherche est comme un patron. La relation est beaucoup plus directe. Si on admet une limite, ce sera la même pour Paris VI et Paris IV et une limite de trois doctorant.e.s serait absurde pour nous.

 

Salomé Paul : Non, nous n’aurons pas la même Charte des thèses. Alain Talon est conscient de la spécificité des lettres et de celles des sciences. Il y aura uniformisation mais pas sur ces détails. Une limite de trois doctorant.e.s ce n’est pas possible, mais quinze c’est déjà raisonnable. Il ne faut pas laisser de côté l’idée de l’obligation pour le directeur de recherche de prévenir le/la doctorant.e de son nombre de thèses déjà suivies.

 

Thomas Morisset : Est-ce que l’arrêté doctoral de mai donne une limite ?

 

Salomé Paul : Non, il introduit seulement l’obligation de suivre son doctorant.

 

Pierre Porcher : Il faut avoir conscience que nous discutons d’un texte réglementaire mais que cela ne signifie pas que les pratiques vont changer avec le texte, même si ce dernier intègre les dispositions que nous appelons de nos vœux. Il faut se concentrer sur les aspects essentiels. La Sorbonne disposera dans tous les cas d’une certaine marge de manœuvre.

 

Salomé Paul : Le deuxième point concerne les devoirs du doctorant. Le doctorant de l’UPMC a l’obligation de présenter son travail soit en laboratoire soit en séminaire. C’est une disposition intéressante à appliquer à Paris-Sorbonne pour mieux intégrer le doctorant à la recherche.

 

Axelle Brémont-Bellini : Il ne s’agit pas de dénoncer une mauvaise volonté du doctorant, mais plutôt d’obliger l’équipe de recherche à organiser et à encourager leurs prise de parole.

 

Pamela : J’ai déjà présenté des textes en octobre avant même mon admission en doctorat et je présenterai prochainement l’état d’avancement de ma thèse. Cela existe déjà dans mon école doctorale.

 

Salomé Paul : Ce serait bien que ce genre de pratiques soit généralisé.

 

Le troisième point est une proposition de Justine. Il s’agit d’introduire une mention du type « le doctorant doit avoir une attitude éthique et responsable ». À Paris VI les doctorant.e.s ont l’obligation d’avoir l’autorisation du directeur de laboratoire pour toute publication. Une telle mention permettrait d’éviter cette démarche lourde.

 

Florian Besson : Je n’aime pas trop, cela ne veut rien dire si ce n’est pas précisé.

 

Justine Le Floc’h : Est-ce que l’on accepte que figure dans la Charte des thèses l’obligation d’accord pour toute publication ?

 

Salomé Paul : Pour Paris VI c’est une obligation. Il va falloir qu’on discute avec eux.

 

Naomi Truan : On signe un engagement sur le plagiat au début de la thèse, cela fait double emploi. Ce genre de considérations met en péril la mise en place de cotutelles à l’étranger. En Allemagne la part de nos travaux que l’on peut publier avant soutenance est limité, on rentre dans des considérations très précises.

 

Florian Besson : Il faut expliquer à Paris VI que nous n’avons pas les mêmes pratiques.

 

Axelle Brémont-Bellini : Il y a une grosse peur du plagiat mais il n’y a rien pour protéger les travaux des doctorant.e.s du plagiat par leur directeur !

 

Salomé Paul : Le quatrième point concerne les formations requises dans le nouvel arrêté. À Paris VI les formations sont décidées par directeurs de laboratoire, d’école doctorale et de recherche dès le début du doctorat. Le cadre est rigide. On propose plutôt que le directeur de recherche et le/la doctorant.e se mettent d’accord sur de grands axes de formations : formations techniques, journée scientifiques, langues étrangères, valorisation de la recherche. La Charte de l’UPMC oblige à un juste équilibre entre formations scientifiques et entrepreneuriales.

 

Axelle Brémont-Bellini : De toute façon les UE et EC que l’on doit suivre sont très précises. La marge de manœuvre n’est pas énorme.

 

Pamela : Il existe un Plan individuel de formation (PIF), qui doit être validé par l’école doctorale.

 

Pierre Porcher : Le PIF est un outil de prévision des besoins en formation mis en place par Paris VI. Il n’a aucun caractère d’obligation.

 

Salomé Paul : Nous nous sommes basés sur l’arrêté doctoral, qui n’est pas aussi précis que ce qui est fait à l’ESPE. Le but c’est d’aller vers plus de souplesse.

 

Simon Vacheron : Il faut faire la différence entre l’obligation de formation des contractuel.le.s et la formation des non contractuel.le.s.

 

Pierre Porcher : La formation des contractuel.le.s relève de leur statut d’enseignants du second degré et/ou de la charge d’enseignement assortie à leur contrat doctoral.

 

Marina Pantina : Il ne faut pas l’accord du directeur de recherche pour l’instant.

 

Salomé Paul : L’implication du directeur de recherche permet d’éviter que ne soit imposées des formations aux doctorant.e.s sans qu’ils aient leur mot à dire.

 

Bernard Evans : Le PIF est organisé par l’Institut de formation doctorale de Paris VI, on n’a pas de droit de regard dessus. Les formations sont presque exclusivement organisées avec des partenaires privés. C’est une optique discutable.

 

Salomé Paul : Le cinquième point et le plus polémique concerne l’énorme différence entre Paris IV et Paris VI, à savoir le statut et la définition du doctorat.

À Paris VI le doctorat est professionnel, on parle de recrutement de doctorant.e.s. Il n’est pas possible de faire une thèse sans financement (par contrat doctoral ou contrat CIFRE), la durée est de 36 mois (soit en temps complet soit en temps partiel), le choix du sujet n’est pas libre, la cotutelle non plus.

À Paris IV nous sommes à mi chemin entre un statut professionnel et un statut étudiant. La proportion de doctorant.e.s financés est entre 12% et 20% (alors qu’elle est de 80-90% à Paris VI). Le doctorant de Paris-Sorbonne a un statut bâtard de chercheur en formation, entre étudiant et professionnel.

 

Pamela : Paris VI est une université scientifique. Le sujet vient d’une entreprise qui a besoin de savoir quelque chose. C’est ça qui fait la différence, chez nous c’est le sujet qui est choisi en fonction des intérêts de la recherche et de celui du doctorant.

 

Florian Besson : Cela fonctionne comme cela pour les contrats CIFRE mais pas pour la recherche fondamentale.

 

Bernard Evans : Ils sont tous financés, dont beaucoup par le privé. En même temps que la fusion ils ont constitué un label européen qui sert de levier contre notre système et que certains veulent appliquer à Paris IV.

 

Johanna : Est-ce que le doctorat financé et le travail d’enseignement c’est la même chose ?

 

Pierre Porcher : Non c’est distinct. Le contrat doctoral est assorti ou non d’une mission complémentaire qui peut être de l’enseignement. Ce n’est pas systématique. À Paris IV les contrats doctoraux sont assortis d’une mission d’enseignement car les doctorant.e.s sont majoritairement titulaires des concours du second degré. À Paris VI seulement 20% des doctorant.e.s contractuel.lle.s sont chargé.e.s de TP.

 

Simon Vacheron : Il faut se rappeler que tous.tes les doctorant.e.s ne se destinent pas à la recherche après le doctorat en LLSHS. Un.e doctorant.e est quelqu’un.e qui s’inscrit dans un certain nombre de débats de société, mais ce n’est pas forcément dans le cadre de l’université.

 

Salomé Paul : Voici à quoi revient la question : est-ce qu’on fait en sorte que les choses ne changent pas ou est-ce qu’on adopte la conception très professionnalisante du doctorat qui est en vigueur à Paris VI ?

 

Vote sur le principe de limitation du nombre de doctorants :

16 voix pour

1 voix contre

0 abstention

 

Vote en faveur de l’obligation pour le directeur de recherche d’informer ses doctorants du nombre de thèses qu’il suit.

 

Vote à l’unanimité en faveur de garder de la souplesse dans le programme de formation du doctorant

 

Axelle Brémont-BELLINI : Il faudrait faire rentrer les séminaires de formation scientifique dans le cadre des formations obligatoires.

 

Pierre Porcher : La formation disciplinaire fait partie du cursus de la thèse, les formations obligatoires ont vocation à être transdisciplinaires ou « transverses ».

 

Marina Pantina : Quelles sont les obligations précises du directeur de recherche par rapport aux doctorant.e.s ? Je pense par exemple aux directeurs.trices qui ne répondent pas aux mails.

 

Salomé Paul : L’arrêté doctoral oblige à suivre le/la doctorant.e, sans précision.

 

Vote sur  l’obligation faite au doctorant de présenter ses recherches :

10 voix pour

3 voix contre

4 abstentions

 

Vote en faveur de l’obligation de présenter ses recherches.

 

 

Vote à l’unanimité en faveur d’un statut souple pour le doctorant, contre la professionnalisation.

 

 

Axelle Brémont-Bellini : La valorisation professionnelle des doctorant.e.s est tout de même intéressante.

 

Florian Besson : Mais elle est liée à l’introduction de plus de rigidité et de barrières d’accès, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

 

Bernard Evans : Le problème c’est le choix du sujet, le reste c’est idéologique.

 

Salomé Paul : Dans la Charte des thèses il y a un article sur les procédures de médiation. Doc’Up veut créer un espèce de conseil, pareil au CHSCT, pour régler les problèmes des doctorants, notamment dans la relation avec le directeur de recherche. Le système actuel pose un problème d’impartialité car le médiateur est nommé par le président. Le nombre de dossiers est faible, environ deux par an. On en parlera avec Doc’Up puis on vous demandera de voter sur l’inscription de ce point dans la charte des thèses.

 

Simon Vacheron : On vous demande de nous donner mandat pour aller discuter de ce point avec Doc’Up. Leur idée c’est une commission paritaire entre doctorants et professeurs pour éviter les biais. J’y suis favorable, j’ai eu l’occasion d’en discuter avec un responsable de Doc’Up. Si vous y êtes aussi favorable sur le principe, donnez mandat pour cela.

 

Vote pour donner mandat aux membres du Collectif pour négocier la création d’un conseil de médiation pour les conflits des doctorants :

16 votes pour

0 voix contre

1 abstention

 

Vote à l’unanimité pour le mandat.

 

 

5) Questions diverses

 

Simon Vacheron : Le conseil académique du 16 janvier va se prononcer sur la validation des statuts de la nouvelle université, c’est-à-dire la fusion. Jusqu’à présent le Collectif n’a pas pris position sur cette question, car nous n’étions pas forcément tous d’accord. Mais on va être amenés à s’exprimer car c’est une décision lourde de conséquence.

 

Salomé Paul : La nouvelle université va s’organiser en deux conseils centraux communs aux universités fusionnées, avec en dessous un conseil de faculté un peu bâtard qui pourra être décisionnel sur très peu de choses (ni le budget ni la politique de l’université notamment). Cela pose problème pour toute organisation souhaitant se présenter aux élections centrales car il faudra présenter des listes dans toutes les facultés. Une association comme la nôtre serait très handicapée.

 

Simon Vacheron : De toute façon tout le monde devra chercher d’autres personnes en dehors de sa faculté donc ça se neutralise. Ce qui pose question c’est le vote pour la création du nouvel établissement. Les défenseurs du projet mettent en avant les financements de l’IDEX car la fusion est une condition de sa validation. Les présidents actuels se sont engagés à maintenir les budgets des facultés par rapport aux budgets actuels des deux universités. Il y a un risque de difficultés financières si on s’oppose à la fusion et que l’on perd l’IDEX.

 

Salomé Paul : L’IDEX ne représente que 6% de notre budget, ce n’est pas une perte sèche. Il ne faut pas uniquement baser notre décision sur les implications budgétaires. Il faut comparer avec les fusions qui ont déjà eu lieu et qui se sont toutes mal passées. Les premiers départements à pâtir sont ceux en LLSHS. Une fusion coûte en moyenne 5 millions d’euros.

 

Maxime : C’est comme pour les régions, il n’y a pas d’économies d’échelle dans les premières années. On veut faire le mouvement inverse de la division de l’Université de Paris dans les années 1970. Cela s’inscrit dans le cadre d’une politique générale de regroupement, similaire à celle menée dans les hôpitaux. Cela donne de grandes machines qui créent des inégalités. Méfions-nous par principe de ces gros machins où chaque prise de décision est rallongée par les étages administratifs créés. En plus si cela pose des problèmes de représentation aux conseils centraux c’est vraiment inacceptable.

 

Salomé Paul : La Commission Recherche va donner un avis à bulletin secret. Le Collectif Doctoral a trois voix sur les quatre des représentant.e.s doctorant.e.s. Certains conseils se sont déjà prononcés contre. Les étudiant.e.s sont majoritairement contre, les BIATSS aussi comme on l’a vu lors des élections de 2016, seuls les enseignants sont plutôt pour.

 

Florian Besson : C’est une discussion importante mais je ne pense pas que ce soit le rôle de cette AG de décider du vote des élus, d’autant qu’ils ont été élus avant la constitution du collectif.

 

Simon Vacheron : Les élus appartiennent au Collectif. Est-ce qu’on considère que nos élus n’ont pas de compte à rendre ?

 

Salomé Paul : Le problème ne se pose pas vraiment dans la mesure où les trois élus font partie du Collectif.

 

Justine Le Floc’h : Jusqu’à présent on a toujours travaillé ensemble, il s’agirait d’officialiser cette position.

 

Salomé Paul : C’est le vote le plus important de ce mandat, cela vaut le coup de donner mandat aux élus.

 

Manon Berthier : Les doctorants peuvent aussi se prononcer pour une intervention des élus en conseil.

 

Salomé Paul : C’est compliqué vu la position des doctorant.e.s.

 

Pierre Porcher : Nous avons été élus sur une liste avant que le collectif ne soit créé. En tant qu’élu appartenant au collectif je ne vois pas l’intérêt de cette obligation, nous votons en notre âme et conscience au regard des positions exprimées par le collectif.

 

Simon Vacheron : Il y a deux questions : la position du collectif sur les statuts de la nouvelle université, le fait de donner mandat ou pas aux élus.

 

Pamela : Qui demande la fusion ?

 

Salomé Paul : Les présidents de Paris VI et Paris IV sous la pression du ministère.

 

Vote sur la prise de position du Collectif Doctoral contre la fusion entre Paris Sorbonne et l’UPMC :

6 abstentions

0 contre

10 pour

 

Le Collectif prend donc position contre la fusion.

 

 

Vote pour donner mandat aux élus de voter contre la fusion :

15 voix pour

2 voix contre

0 abstentions

 

Le Collectif donne donc mandat aux élus de voter contre la fusion lors de la prochaine commission recherche.

 

 

Clôture de l’Assemblée générale à 20.25

Le Collectif se présente

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne est une association de doctorant.e.s qui a été fondée en octobre 2016 afin de pérenniser le collectif de doctorant.e.s formé un an auparavant à l’occasion des élections aux conseils centraux.

Le Collectif Doctoral comporte trois pôles:

  • Un pôle scientifique pour l’organisation de journées doctorales
  • Un pôle condition doctorale pour la veille administrative et la défense des droits des doctorant.e.s
  • Un pôle convivialité pour favoriser les rencontres entre doctorant.e.s de diverses disciplines

Les activités du Collectif sont présentées tous les quinze jours dans la newsletter Ave Thésard!

Le collectif se présente dans Le Sorbonnard Déchaîné (n°45, rentrée 2016): lsd45_p3.

 

Comptes-rendus de la Commission Recherche du Conseil Académique année 2015-2016

Les élu.e.s doctorant.e.s à la CR ne sont convié.e.s qu’aux réunions pleinières. Certaines questions sont traitées en « formation restreinte », c’est-à-dire à l’exclusion des élus autres que MCF et PU.

Après les élections de 2016, il y a eu deux réunions de la CR avant les vacances. Voici les comptes-rendus dressés par les élu.e.s (NB. ils n’ont aucune valeur juridique).

CR 8 avril 2016

CR-10-juin-2016