Archives de catégorie : Recherche et vie institutionnelle

Les Cotutelles avec le Royaume-Uni et la République d’Irlande

NB : Cette note est un complément à l’article sur les cotutelles présent sur le site du Collectif Doctoral, par conséquent de nombreux points présentés dans l’article ne seront pas rediscutés ici.

 Comment choisir son université partenaire ?

Le fonctionnement des universités françaises, britanniques et irlandaises est très différent. Ainsi, si Paris-Sorbonne ne voit aucun inconvénient à travailler, dans le cadre d’un doctorat, avec une université d’outre-manche, toutes les universités anglo-saxonnes n’acceptent pas les conventions de co-direction et de co-diplomation. C’est par exemple le cas de University College London, en Angleterre, et du Trinity College, en Irlande. Il est donc nécessaire avant de contacter un.e potentiel.le directeur.rice de recherche, de contacter la Graduate School de l’université qui vous intéresse afin de s’assurer que l’institution est d’accord pour établir une convention de cotutelle.

Si les universités de recherche en LLSHS sont peu nombreuses en République d’Irlande (7 environ, bien que ce nombre puisse varier selon la spécialité étudiée), ce n’est pas le cas des universités britanniques. Pour opérer une première sélection, il est important de ne s’intéresser qu’aux universités de recherche, car certaines institutions anglo-saxonnes ne se consacrent qu’à l’enseignement. Ensuite, il faut se renseigner, via le site des universités, sur les axes de recherche mis en avant par chaque Graduate School afin de s’assurer que le sujet de thèse envisagé y ait pleinement sa place. Enfin, il est possible de demander des informations sur les conventions passées ou en courts au secrétariat des cotutelles de Paris-Sorbonne.

Il peut être tentant de ne contacter que des universités très connue médiatiquement (Oxford et Cambridge en Angleterre, le Trinity College en Irlande), cependant les universités moins « médiatisées » sont souvent plus favorables à accepter des cotutelles. Cela ne signifie pas qu’elles sont moins bonnes, loin de là. Nous pouvons notamment évoquer University of Edinburg, en Écosse, et University College Dublin, en Irlande, qui sont d’excellentes institutions de recherche, mais dont le nom est moins connu du grand public.

Comment trouver un directeur de recherche dans l’université partenaire ?

À Paris-Sorbonne, le.a doctorant.e a la liberté de choisir son.a directeur.rice de recherche. La situation peut être différente dans les universités anglo-saxonnes et irlandaises.

Certaines Graduate Schools peuvent vous transmettre une liste des enseignant.e.s de leur département travaillant sur la même spécialité que vous, c’est le cas de la Graduate School of English, Drama and Film de University College Dublin. Une fois transmise, c’est à vous que revient la responsabilité de se renseigner sur les recherches de chacun.e d’entre eux, et de contacter celui ou celle qui vous semble le ou la plus à même à diriger vos recherches pour savoir si il ou elle serait susceptible d’être intéressé.e.

Il est possible qu’après avoir contacté une Graduate School, celle-ci demande à un.e enseignant.e de prendre contact avec vous pour diriger vos recherches, comme c’est le cas à University of Edinburg.

Enfin, certaines universités, après vous avoir officiellement accepté, choisissent pour vous votre directeur.rice de recherche en fonction du sujet de thèse et du projet qui auront été soumis lors du processus d’admission. C’est le cas notamment d’Oxford. Le choix de l’université, et du comité d’admission, peut cependant être orienté si, avant de soumettre un projet, vous contactez un.e enseignant.e du département pour vous aider à le construire.

Comment financer les frais d’inscription ?

L’établissement d’une convention de cotutelle entre Paris-Sorbonne et une université britannique ou irlandaise n’est possible que si le.a doctorant.e s’engage à payer à l’institution partenaire le temps qu’il ou elle passera là-bas. Les frais d’inscription varient d’une université à l’autre, mais également d’un programme à l’autre. Ils sont d’environ 3.000 à 4.000€ en République d’Irlande, et de 4.000 à 9.000£ au Royaume Uni. Le paiement de ces frais peut être échelonné sur plusieurs mois.

Afin d’aider à s’acquitter d’une telle somme, plusieurs moyens de financement sont possibles :

  • Des bourses spécifiques aux doctorant.e.s en cotutelle existent et sont proposées par les Ambassades. Elles sont listées sur le site de Campus France.
  • La région Île-de-France propose des bourses d’Aide à la Mobilité Internationale allant en priorité aux doctorant.e.s non financé.e.s.
  • Chaque pays (Angleterre, Écosse, Irlande du Nord, Pays de Galles, République d’Irlande) propose des bourses de recherche, et les doctorant.e.s en cotutelle peuvent être éligibles.
  • Chaque institution propose des bourses spécifiques auxquelles les doctorant.e.s en cotutelle peuvent postuler.

 

Finalement, faire ou ne pas faire un doctorat en cotutelle avec une université britannique ou irlandaise ?

La cotutelle, notamment faite avec une université de langue anglaise, est actuellement perçue comme une marque de prestige et d’excellence. Cependant, cette perspective ne doit pas être la motivation première à l’établissement d’une telle convention. Avant de se lancer dans un doctorat en cotutelle, il faut être conscient de certaines réalités :

  •  La charge administrative est très lourde. En effet, pour que la convention voit le jour, les deux établissements partenaires doivent se mettre d’accord sur un certain nombres de choses, tel que le lieu où se tiendra la soutenance, quelle institution prendra en charge les coûts de déplacement et d’hébergement des membres du jury, etc. Les négociations, assurées par le service des cotutelles, durent plusieurs mois, allant en moyenne de 6 mois à 1 an. De plus, il est demandé au/à la doctorant.e de postuler et d’être admis.e dans les deux universités.
  • Le travail scientifique est plus important que dans un doctorat simple, car il est demandé au/à la doctorant.e de rédiger sa thèse dans une langue, et un résumé dans l’autre, cependant ce résumé peut faire plusieurs centaines de pages. De même, la soutenance peut être dans les deux langues.
  • L’entente entre les deux directeur.rice.s n’est pas assurée. Afin de limiter les désaccords entre eux/elles, il peut être pertinent qu’ils s’entretiennent avant l’établissement de la convention, et se mettent d’accord sur certains principes, comme la définition des parties que chacun.e supervisera.

L’aspect scientifique doit être la motivation première à l’établissement d’une convention en cotutelle. Certains pans de votre thèse peuvent, par exemple, appartenir à des champs de recherche peu développés en France. Enfin, l’intégration du/de la doctorant.e à deux équipes de recherche peut se révéler être très intéressante sur le plan scientifique.

Fusion Paris-Sorbonne UPMC : le jour d’après

Vendredi 20 janvier 2017, les conseils d’administrations des universités de Paris Sorbonne (Paris IV) et Pierre et Marie Curie (Paris VI), ont approuvé les statuts et le projet de décret entérinant leur fusion (Paris IV : 19 voix pour et 17 voix contre, Paris VI : 23 voix pour et 5 contre). En chiffres, la nouvelle « Sorbonne Université » pèse pour 54 000 étudiants dont 4 500 doctorants, 6 300 enseignants-chercheurs, près de 5 000 personnels administratifs, et surtout un budget cumulé de 700 millions d’euros. C’est certes moins que l’autre mastodonte « Sorbonne Paris Cité » né quelques semaines plus tôt (120 000 étudiants et 10 000 enseignants-chercheurs), mais la taille de l’établissement reste considérable, et interroge quant à sa viabilité.

Le nouvel établissement doit voir officiellement le jour le 1er janvier 2018. La création n’aura donc lieu que dans un peu plus de onze mois, le temps de mettre en place la future méga-structure.

Celle-ci va se faire en deux grandes étapes.

La première constitue la finalisation du projet de statuts de la nouvelle université. Elle a commencé le 20 janvier, et devrait s’achever au mois de juin, avec le vote définitif des statuts par l’assemblée constitutive, regroupant les deux CA des deux universités fusionnantes. Un décret ministériel doit paraître entre mars et avril, afin de sanctionner réglementairement l’opération. De même, l’organisation interne doit être précisée, afin de ne rien laisser au hasard. Enfin, des élections générales, mettant fin aux mandats des actuels représentants des conseils centraux des deux universités, auront lieu au mois de novembre 2017 pour désigner celles et ceux des nouvelles instances (Conseil d’Administration Conseil Académique, Conseils de Faculté).

La seconde étape a trait à la mise en place d’outils et de procédures communs aux services. Il s’agira sans doute de l’étape la plus longue et la plus technique, qui fera appel à des groupes de travail thématiques. Sera, entre autres choses, discutée la future charte des thèses, qui définira les conditions dans lesquelles le doctorat se déroulera dans la future université. À ce sujet, le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne défendra l’idée d’une charte différenciée entre les Facultés, pour prendre en compte les spécificités de chaque groupes de disciplines, sans pour autant fermer la porte à des améliorations nées de réflexions et de pratiques venues des sciences expérimentales ou de la médecine.

Toutefois, ce calendrier relève du scénario le plus optimiste. En cas de recours au tribunal administratif de la part des opposants au projet sur des éléments encore à clarifier (notamment les statuts et règlements intérieurs des futures facultés), la procédure risque de créer un retard de plusieurs mois dans la fusion, jouant ainsi le grain de sable dans cette machine apparemment bien huilée.

Recherche, formation, recrutement et budget à l’heure de la fusion

De la fusion contre la crise… 

Depuis la loi de 2007, la situation financière des universités s’est extrêmement détériorée. Pour rappel, dans le but d’assurer l’autonomie des établissements, cette loi a mis en place les RCE (Responsabilités et Compétences Élargies) qui rendent les universités responsables de leur masse salariale. Le GVT (Glissement Vieillesse et Technicité, qui fait que chaque administratif, tout au long de sa carrière, voit son salaire revalorisé) n’a cependant pas été pris en compte lors de cette modification réglementaire, mettant de facto de nombreuses universités en grande difficulté financière. La fusion des établissements est alors apparue comme un moyen de retrouver une comptabilité saine.

…à la crise de la fusion

Cette solution est pourtant quelque peu simpliste, car elle ne prend pas en compte le coût qu’a une fusion sur les budgets des différentes universités appelées à être dissoutes. Celle d’Aix-Marseille, qui a eu lieu en 2012, a coûté 5 millions d’euros, et n’a pas amélioré sa situation financière, car l’établissement connaît actuellement un déficit budgétaire de 11 millions d’euros. Les universités strasbourgeoises possédaient, en 2009, un fond de roulement[1] de 89 millions d’euros. En 2012, il n’est plus que de 27,5 millions d’euros, soit en-deçà du seuil légal de 32 millions d’euros. Fusionnée en janvier 2016, l’université de Grenoble, connaît pour cette année un déficit 3,3 millions d’euros. Cette situation, déjà préoccupante, est appelée à se dégrader, la présidence estimant qu’il sera de 5 millions d’euros en 2017.

Ces difficultés budgétaires, loin d’être abstraites, se ressentent dans les politiques de recherche, de formation et de recrutement des universités. L’université de Strasbourg, afin d’endiguer ses difficultés budgétaires, a fait baisser les budgets de fonctionnement récurrent des composantes de 40 % entre 2012 et 2015. Cette baisse importante des crédits se traduit notamment par l’annulation de conférences, de colloques, etc.[2] À cela, vient s’ajouter, sur la même période, le gel d’une cinquantaine de postes. L’université d’Aix-Marseille a également dû adapter sa politique de recrutement à sa nouvelle situation financière. Ainsi, les postes d’ATER tendent à disparaître, tandis que le nombre de PRAG et de PRCE recrutés explosent[3].

Si ces pénuries budgétaires touchent l’ensemble des universités fusionnées, toutes les disciplines ne sont pas logées à la même enseigne. Répondant peu aux appels à projet de « valorisation » de la recherche dans le monde industriel et entrepreneurial, les filières de LLSHS sont les plus touchées par ces problèmes financiers. À l’université de Franche-Comté, suite aux coupes budgétaires faites au sein de la Faculté de Lettres et de Sciences Humaines, de nombreuses formations sont menacées de disparition, comme la Musicologie, l’Italien, etc.[4] De plus, le nombre d’heures d’enseignement a été revu à la baisse : en première année de licence, 17 % des heures d’enseignement ont été supprimées, faisant passer les semestres de 12 à 10 semaines de cours.

Le Collectif Doctoral saura rester vigilant face à de tels risques. Même fusionnée, l’Université sera ce que nous en ferons !

[1] Le fond de roulement est une réserve dans les budgets universitaires qui doit permettre aux établissements de continuer à fonctionner pendant au moins un mois si jamais, du jour au lendemain, ils ne reçoivent plus aucun financement.

[2] https://www.mediapart.fr/journal/france/290114/luniversite-de-strasbourg-cherche-desesperement-un-vrai-budget?page_article=1

[3] http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article6182

[4] https://www.change.org/p/universit%C3%A9-de-franche-comt%C3%A9-sauvons-la-qualit%C3%A9-et-la-pluridisciplinarit%C3%A9-de-la-facult%C3%A9-des-lettres-de-besan%C3%A7on?recruiter=115620970&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

Histoire de la fusion

La fusion des universités est une politique qui est apparue en 2013 dans la loi dite Fioraso (art. L718-3). Elle est l’une des trois options devant régir l’organisation territoriale des établissements d’enseignement supérieur, la région parisienne étant un cas à part[1]. Cependant, un certain nombre d’événements sont à l’origine de l’émergence de cette nouvelle politique.

Le poids du classement de Shanghai

En 2003, le classement de Shanghai sort pour la première fois. Parmi les 500 établissements classés, seuls 21 d’entre eux sont français (universités et écoles confondues). Paris-Sud est en tête à la 71e place, suivi par l’École Normale Supérieure la rue d’Ulm qui est entre la 102e et la 150e place. Si, au premier regard, ces résultats ne sont pas très reluisants, l’étude des critères sur lesquels sont basés le classement de Shanghai explique les « mauvais résultats » des établissements français.

Tout d’abord, chaque établissement est noté pour près de 20 % sur l’indexation de ses publications dans Science Citation Index et Arts & Humanities Citation Index. Ce critère défavorise les universités françaises qui, pour la plupart, ne sont pas pluridisciplinaires, mais monodisciplinaires[2] : la majorité de leurs publications ne se retrouvent donc indexées que dans l’un des index. Un autre critère handicape les universités françaises : celui de la performance académique au regard de la taille de l’institution. En effet, contrairement à leurs consoeurs britanniques ou américaines, les universités françaises ne possèdent pas de campus, et sont souvent de « petits » établissements éclatés au sein même d’une ville. Il est d’ailleurs intéressant de noter que depuis 2003, les classements se sont multipliés, utilisant des critères très variés, et aboutissant donc à des résultats tous plus différents les uns que les autres[3].

Liberté des PRES

En 2006, pour réagir aux « mauvais résultats » des universités françaises, la loi de programme pour la recherche crée les PRES (les Pôles de Recherches et d’Enseignement Supérieur). Bien qu’ils ne soient pas de son fait, la politique que va mener Valérie Pécresse, à partir de 2007, va promouvoir les PRES, et pousser les universités à se constituer en tant que tel. En effet, le premier appel à projet public-privé de l’Idex[4], en 2010, s’adresse prioritairement à ces super-structures regroupant plusieurs établissements.. Paris-Sorbonne faisait, à l’époque, partie du PRES Sorbonne Universités avec Paris II et Paris VI.

Aucun modèle de gouvernance n’est imposé par la loi aux PRES. Ainsi, le manque de démocratie en leur sein est évident. Pour ne citer que le cas de Sorbonne Universités, deux instances sont créées pour assurer la gouvernance du PRES : le Sénat, et le Conseil d’Administration. Le premier est composé de représentants de l’ensemble des collèges de chaque université, élus par les Conseils d’Administration de chaque université membre. Il n’a qu’un rôle consultatif. Le Conseil d’Administration, qui lui est décisionnel, ne regroupe que les présidents de chaque établissement, ainsi que le président du PRES[5]. Les Assises de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche qui ont eu lieu en 2012, après l’élection de François Hollande, critiqueront ce manque de transparence et de démocratie au sein des PRES, sans pour autant remettre en question l’idée de regroupement d’établissements.

Et après les PRES ?

En juillet 2013, la loi Fioraso fait disparaître les PRES. Elle entérine cependant l’idée de regroupement territorial des établissements d’enseignement supérieur, exception faite pour la région parisienne. Ce regroupement peut prendre trois formes, et liberté est laissée aux établissements de choisir celle qu’ils préfèrent. La première est l’Association : un seul établissement est porteur du projet de regroupement, les autres lui sont rattachés, mais n’ont pas le même poids dans la gouvernance. La seconde est la Communauté d’universités : chaque établissement reste indépendant, mais la Comue est dotée de conseils centraux devant régir la politique générale du regroupement. La troisième est la fusion : chaque établissement membre est dissout pour n’en former plus qu’un.

La fusion pour l’IDEX

Cette liberté de choix est pourtant remise en cause par les jurys d’attribution de l’Idex. En effet, au premier semestre 2016, les résultats de la seconde vague d’attribution de ce fond se font connaître : seuls les établissements ayant fusionné, ou étant sur le chemin de la fusion se voient attribuer des crédits[6]. Dans le cas de Sorbonne universités, l’Idex n’est attribué que pour une période probatoire, et ne sera renouvelé que si les établissements qui en sont membres intensifient leur rapprochement.


[1] Comme le précise le même article, par dérogation, plusieurs regroupements d’établissements peuvent être créés dans les académies de Créteil, de Paris et de Versailles.

[2] Prenons l’exemple de la ville de Lyon. Nous y trouvons trois universités publiques : l’université Claude Bernard, qui est scientifique, l’université Lumière, qui enseigne les LLSHS, l’université de Jean Moulin, qui, à l’image de Panthéon-Sorbonne, enseigne le droit, l’histoire, les langues et la philosophie.

[3] Il est cependant essentiel de noter que la majorité d’entre eux sont élaborés par des pays anglo-saxons, il n’est donc pas étonnant que leurs universités soient largement en tête.

[4] L’initiative d’Excellence est un appel à projet public-privé lancé à l’attention des établissements de l’enseignement supérieur. Formée d’un jury international, elle fournit de l’argent à certains projets afin de faire émerger en France des pôles d’excellence.

[5] NB. : celui-ci peut également être président de l’un des établissements membres.

[6] http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/universite-le-choc-des-resultats-de-l-idex.html

Le budget de l’Université Paris-Sorbonne pour 2017

Le budget total de l’université : 165 206 506 euros

 Ok… C’est beaucoup ?

 Ca dépend du critère. Si on jette un œil à d’autres universités, on voit que, proportionnellement au nombre d’étudiant.e.s, Paris-Sorbonne a plus d’argent que d’autres universités (sauf Toulouse Jean-Jaurès). C’est frappant par rapport à Paris 1 : presque autant de budget, mais presque deux fois moins d’étudiant.e.s chez nous ! En revanche, par rapport au nombre d’enseignant.e.s, c’est beaucoup moins. La différence est par exemple frappante avec Rennes 2 : seulement deux tiers du budget, autant d’étudiant.e.s, mais deux fois moins d’enseignant.e.s.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Calcul tout simple : par rapport aux autres universités, il y a en moyenne plus d’argent par étudiant.e à Paris-Sorbonne, mais moins d’argent par enseignant.e. 

figure-1

Et tout cet argent, il tombe du ciel ?

figure-2

Des recettes propres ? Késaco ?

figure-3

Ah, quand même, les droits d’inscription, c’est pas négligeable !

 En effet. Cela dit, les frais d’inscriptions des doctorant.e.s ne représentent pas tant que ça : environ 500 000 euros, donc 15 % des frais d’inscriptions totaux, 3 % des recettes propres et… 0,3 % du budget total de l’université. L’exemption des droits d’inscriptions pour les doctorant.e.s, réclamée par le Collectif car conforme au droit du travail, est tout à fait à notre portée !

Ok, et tout cet argent, il sert à quoi ?

figure-4

 Le poids de la masse salariale est essentiellement dû au transfert de compétence réalisé dans le cadre des réformes de l’ESR sous la présidence Sarkozy. La loi Liberté et Responsabilité des Universités (LRU) de 2007 prévoyait cette décentralisation de la gestion des salaires. C’est ce qu’on a appelé les Responsabilités et Compétences Elargies (RCE). 

 Et si on regarde de plus près ?

figure-5

Vous noterez en particulier la part importante représentée par les travaux (catégorie « Immobilier ») : cela traduit notamment les nombreux travaux engagés sur les sites de Malesherbes, Serpente et de l’îlot Champollion.

figure-6

Toutes les UFR coûtent-elles autant d’argent ?

Non, ça dépend évidemment du nombre de personnels, donc d’étudiant.e.s. La réponse en images (et en plus, tu peux jouer à « Trouve ton UFR ! ») :

figure-7

Et les ED ?

figure-8

Une question, une envie d’en savoir plus : contacte les Collectif et/ou tes élu.e.s dans les Conseils Centraux !

Organiser ses propres activités scientifiques

Comme pour la participation à un colloque [LIEN] ou l’écriture d’un article [LIEN], il faut bien noter que l’organisation d’une activité scientifique n’est absolument pas obligatoire ; mais qu’elle constitue un net plus pour un recrutement en tant qu’ATER [LIEN] ou MCF [LIEN].

Types d’activités

En tant que doctorant, tu peux être amené.e à organiser, seul.e ou avec d’autres gentil.le.s doctorant.e.s, plusieurs types d’activités scientifiques : un colloque ; une journée d’études ; un séminaire, éventuellement étalé sur plusieurs séances ; une journée doctorale (comme une journée d’études, mais réservée aux doctorants). Cette liste n’est pas exhaustive : vive l’imagination ! Les modalités concrètes de l’activité (y aura-t-il publication ? si oui, qui s’en occupe ? qui choisit les interventions, toi ou des professeurs ? qui fait l’introduction ?) dépendent des ED et doivent être réglées le plus tôt possible. Dans tous les cas, il te faut l’aval de ton/ta DR avant, et souvent également celui de l’ED et/ou de l’UMR.

Après avoir choisi un thème, il faut rédiger un appel à contribution : assez court (une page et demie), clair et précis sur les attentes (essayer de dégager trois ou quatre axes principaux). Préciser la date et le lieu de l’activité. Demander une proposition de quelques lignes (entre une page et une demi-page) et éventuellement un CV. Donner une deadline et mettre en place une adresse mail dédiée (type j.etudes.XXX2016@gmail.com). Il faut que l’un.e des organisateurs.trices s’en occupe régulièrement, pour répondre aux propositions qui arrivent (sachant que tu auras 90 % des propositions dans les 4 jours avant la deadline).

 

Il faut ensuite poster cet appel à contribution sur les sites de veille mentionnés plus haut [LIEN] : par exemple, sur Calenda, c’est ici, sur Fabula, ici.

Après la deadline, il faudra sélectionner les intervenant.e.s, les contacter par mail pour confirmer leur participation (penser à prévenir les non-retenu.e.s, soyons courtois…), puis faire le programme.

 

Financements

En effet, ces différentes institutions peuvent (en théorie, doivent) financer ce type d’activités : si le remboursement des trajets des intervenant.e.s est difficile à obtenir, tu peux normalement obtenir le paiement d’un ou plusieurs repas. Il faudra souvent monter un dossier pour présenter le projet, mais les modalités concrètes diffèrent énormément en fonction des ED : contacte les élu.e.s de ton ED [LIEN] ! Dans tous les cas, toujours s’y prendre tôt pour contacter ces institutions (trois semaines avant le Jour J, c’est trop tard !), bien définir les modalités de remboursement (certaines ED paient directement le traiteur, d’autres te remboursent – dans ce cas-là, exiger des factures !). Si vous êtes plusieurs à organiser l’activité, de plusieurs ED différentes (voire, soyons fous, de plusieurs universités différentes), cela multiplie les possibilités de financements… Enfin, il faut absolument penser à remercier, au moment de l’ouverture du colloque, l’ensemble des institutions qui t’ont aidé.e financièrement.

Réservations de salles / communication / réception et buffets

Il faut envoyer un mail le plus tôt possible pour demander un ou plusieurs amphis (en fonction de la durée de l’activité). Attention, il faut aussi réserver une salle pour le repas puisqu’on ne peut pas manger dans les amphis. En 2015, c’était pierre.gallais@paris.sorbonne.fr qui s’en occupait. Penser à enregistrer les mails ; bien vérifier que les salles sont équipées (rétroprojecteur…). Pour une salle à la Maison de la Recherche : logistique.serpente@paris-sorbonne.fr

 

Pour le(s) repas : mieux vaut contacter plusieurs traiteurs/restaurants pour avoir plusieurs idées de prix. Décider auparavant combien de repas on veut, pour combien de personnes (chiffre fixé un peu arbitrairement, en fonction du thème et du nombre de gens susceptibles d’être intéressés. Dans la plupart des colloques, on n’offre le repas qu’aux intervenant.e.s, mais en fonction de ton budget et de tes financements il est parfois possible d’inviter le public). Attention à des petits détails : certains traiteurs n’incluent pas dans les repas les couverts ou l’eau.

 

Communication : après avoir choisi les interventions, il faudra faire un programme, le cas échéant une affiche. Le programme peut être diffusé via les sites de veille, comme l’appel à contribution. Quand on demande très gentiment, le service reprographie de Paris-Sorbonne accepte généralement d’imprimer quelques programmes (pas 300 !), voire quelques affiches.

Doit-on obligatoirement publier pendant sa thèse ?

Non : rien n’oblige le doctorant à publier pendant sa thèse. Lors de la soutenance, c’est la thèse et la thèse seule qui est évaluée par le jury. Cela dit, trois points importants :

  • Il est quasiment indispensable d’avoir publié si l’on souhaite faire carrière à l’université [Lien à venir]. La qualification par le CNU [Lien à venir] ne s’obtient pas sans plusieurs publications, qui doivent prendre des formes diverses : articles dans des revues à comité de lecture, publications d’actes de colloque, compte-rendu d’ouvrages, etc. Avant toute publication, il faut obtenir l’accord de ton/ta DR. Bien penser également à systématiquement mentionner, dans la description de l’auteur, l’université, voire l’ED et l’UMR [Lien à venir].
  • Avec la mise en place du portfolio du doctorant par le nouvel arrêté [Lien à venir], on peut penser que cette activité scientifique va également jouer un rôle plus important lors de la soutenance de thèse.
  • En cas de publication pendant la thèse, faire attention à la question de l’autoplagiat [Lien à venir].

Rédiger une proposition d’intervention, un résumé, un abstract (français, anglais, etc.)

Normalement, un appel à contribution doit dégager les grands axes du futur colloque/séminaire, proposer quelques problématiques, parfois une bibliographie indicative. À la fin, l’appel précise généralement ce qui est attendu de la proposition d’intervention, notamment en termes de longueur : certains colloques demandent des textes très courts, d’une dizaine de lignes, d’autres plus longs, jusqu’à plusieurs pages. Il faut parfois, mais pas toujours, joindre un CV ; il faut parfois joindre un résumé dans d’autres langues. Du coup, pour rédiger une bonne proposition, c’est comme à l’école : bien lire les consignes…

Une proposition doit être articulée autour du contenu précis de la future intervention : pour éviter de tomber dans des généralités, toujours partir du texte/de l’image/de l’histoire qui sera au cœur de ton intervention. Essaye d’être le plus pédagogique possible en présentant ce texte/image… : les organisateurs du colloque doivent comprendre le plus vite possible de quoi il s’agit. Ensuite, en quelques lignes, relie ça au thème du colloque, aux axes définis dans l’appel. Reprends systématiquement les grands mots-clés de l’appel à contribution. Un colloque étant, par définition, une manifestation scientifique, qui doit donc servir à faire avancer la recherche, une bonne proposition s’ouvre généralement sur des questions, du type « j’essaierai de montrer que… », « on pourra ainsi se demander si… ».

A noter que la Linguistic Society of America a produit un guide de la rédaction d’une bonne proposition en anglais, qui peut intéresser les représentants de plusieurs disciplines. Il s’agit d’une série de résumés-types commentés (des modèles à suivre… et un exemple de ce qu’il ne faut pas faire): c’est ici.

Organiser sa veille scientifique

Rien ne t’oblige à participer, pendant tes années de doctorat, à un colloque ou à une journée d’études. Mais ces événements peuvent être utiles, à de nombreux niveaux : occasions de rencontrer des chercheurs ou d’autres doctorants, de présenter et faire connaître un aspect de ton travail, d’avancer dans ta réflexion grâce aux questions des intervenants et du public, etc. Sauf précision contraire, la plupart des événements scientifiques sont ouverts aux jeunes chercheurs, qui sont souvent très bien accueillis.

La veille scientifique est « le fait de surveiller l’environnement pour collecter des informations stratégiques ». Concrètement, cela consiste à surveiller un ensemble de sites pour repérer des annonces de colloques/journées d’études/séminaires/articles… qui pourraient t’intéresser. Mais aussi, tout simplement, pour se tenir au courant de l’actualité de la recherche, des publications, des activités scientifiques, etc. Quelques grands principes pour guider cette activité :

  • La veille doit être régulière. Pour être sûr de ne pas rater une annonce, ni une date-limite, il faut vérifier ses sites environ une fois par semaine, d’une façon un peu carrée et systématique.
  • La veille est beaucoup plus efficace lorsqu’elle est collective : prends l’habitude de faire suivre systématiquement les appels et les propositions aux gentils collègues doctorants que ça pourrait intéresser, et ils feront pareil pour toi, pour peu qu’ils connaissent ton sujet et tes thèmes de recherche.
  • La veille peut être automatisée (en s’abonnant aux newsletters ou aux flux RSS des différents sites)… mais seulement jusqu’à un certain point : il faut mieux le faire soi-même, au moins de temps en temps.

Les sites de veille (cette liste n’est pas exhaustive !)

  • Le plus gros site en France : Calenda. Grosse plate-forme dans laquelle il faut naviguer en utilisant des filtres : choisir toujours « à venir » puis choisir une matière, une langue ou un mot-clé.
  • Deuxième plus gros site : Fabula, section « Appels à contribution ». Très pratique car les appels sont classés par deadline… Plutôt axé sur la littérature, mais on y trouve aussi beaucoup de choses pour l’histoire, l’histoire de l’art, le cinéma, etc.
  • La plateforme Academia.edu permet de faire sa veille scientifique en repérant les articles et ouvrages sortis récemment. Très utile pour couvrir les autres pays notamment.
  • Pour l’histoire et la géographie : l’Académie de Rennes propose une veille extrêmement bien faite de tout ce qui se fait sur le net en histoire-géo. A consulter régulièrement car le site est actualisé plusieurs fois par jour.
  • En histoire/littérature/histoire de l’art médiévale : le site du Réseau des Médiévistes Belges centralise lui aussi un grand nombre d’offres, de nouvelles et d’appels en tout genre.

N’oublie pas non plus les listes de diffusions. En voici quelques exemples :

  • En sociologie : GDR, ASES, ACNSMP, etc.
  • En histoire : Association Française en Histoire Economique (AFHÉ), Association des Jeunes Chercheurs en Histoire (AJCH), etc.
  • etc.

Les bourses annuelles / trouver d’autres financements

Il existe un grand nombre de bourses annuelles, semestrielles, mensuelles ou ponctuelles, versées par tout un ensemble d’institutions, parmi lesquelles la ville de Paris, la région Île-de-France, le département, l’Assemblée Nationale,… Il est indispensable de bien surveiller les mails de ton Ecole Doctorale qui relaient souvent ce genre d’informations. Sinon, le meilleur moyen de trouver ces bourses est d’utiliser le site Campus France qui propose un catalogue des bourses. Il suffit de chercher par mots clés, en tapant par exemple « doctorat » ou encore le pays visé. Voir ici. Globalement, à chaque fois, il faudra un CV, une lettre de motivation, une lettre de soutien de ton/ta DR, et parfois une ou plusieurs lettres de recommandation de divers professeurs. Penser à s’y prendre tôt pour être sûr d’avoir tous les documents…

A côté des bourses, plusieurs fondations, généralement privées, proposent des bourses de recherche, de montants souvent importants. On peut citer en particulier :

  • la Fondation des Treilles, qui offre chaque année plusieurs bourses à des doctorants en fin de thèse (donc en 3e année et qui envisagent de finir en fin de 4e année/début de 5ème). Le dossier est à récupérer sur leur site (ici, section Prix du Jeune Chercheur). Il faut le rendre avant fin novembre. Dans le dossier : CV, liste des publications, résumé en 5 pages du projet de recherche (soulignant notamment l’actualité du projet), à faire relire par son/sa DR. Il faut deux lettres de motivation, dont une d’une personne extérieure à l’UMR. La réponse tombe généralement en mars. Le montant est compris entre 4 000 et 10 000 euros, versable en une seule fois. Attention : on ne peut demander cette bourse qu’une fois, que la réponse soit positive ou négative.

La Fondation Thiers concerne exclusivement les doctorants de moins de 30 ans, inscrits en lettres classiques, lettres modernes, philosophie, histoire, histoire de l’art, archéologie, géographie. La Fondation donne deux types de financements : une bourse d’un an, de 1 500 euros par mois, destinée à soutenir un projet de recherche ; une pension de trois ans de 1 800 euros par mois, mais réservée, a priori, à des gens qui ont déjà soutenu. Le dossier pour la bourse doit être envoyé mi-fin septembre ; toutes les infos ici. Ensuite, il y a une phase d’admissibilité. Les heureux élus passent un entretien d’une demi-heure à la Fondation, généralement début décembre. La réponse tombe quinze jours plus tard. Attention, on ne peut demander cette bourse que deux fois en cas de réponse négative.

Subvention des E.D. et des laboratoires

Au cours de tes recherches, il se peut que tu sois amené(e) à te déplacer en France ou à l’étranger. Et qu’il s’agisse de la consultation d’archives ou d’une participation à un colloque, il faut souvent payer le transport, parfois l’hébergement.

Dans le cas des colloques ou journées d’études où tu interviens, l’organisateur paie généralement les frais sur place, voire rembourse le transport (dans une certaine limite) sur justificatif.

Si ce n’est pas le cas, tu peux demander à ton E.D. ou ton laboratoire une subvention. Pour cela, il te suffit de demander au secrétariat intéressé un formulaire de demande de subvention. Il s’agit d’évaluer le montant maximum et justifiable du voyage envisagé (c’est-à-dire transports et hébergement)

Pour une première demande, il faudra joindre aussi une fiche de création de poste, elle aussi fournie auprès de son secrétariat.  Elle est indispensable pour recevoir les crédits de subvention.

Ensuite, deux cas de figure se présentent.

Pour les doctorants sans contrat doctoral, il faut, avec la demande ou après avoir reçu avis, une convention pédagogique signée par l’étudiant, son directeur et le Président de l’Université (ou sa délégation), en deux exemplaires.

Au retour, il faut fournir une attestation de fin de séjour, signée du directeur de recherche, avec l’ensemble des justificatifs de dépenses (factures, billets ou attestations de transports, etc.).

Pour les doctorant.e.s contractuel.le.s, il faut justifier d’un ordre de mission, et donc d’une autorisation d’absence. Pour cela, il faut se rendre sur l’application Mercure via l’ENT.

Au retour, compléter et transmettre le formulaire de l’état liquidatif des frais, accompagné des justificatifs de dépenses.

ATTENTION ! Certaines E.D. sont moins libérales que d’autres sur ce plan. Ainsi, les unes accordent facilement plusieurs subventions par an pour une seule personne, tandis que les autres fixent un montant maximum par personne et… pour toute la thèse ! Sur ce point, les doctorant.e.s ne sont pas traités de la même manière.

Les CIFRE

Les Conventions Industrielles de Formation par la Recherche (CIFRE) sont un dispositif créé en 1981 visant à encourager la Recherche et Développement (R&D) dans les entreprises et les organisations par le recrutement de doctorants dans ce cadre.

Il s’agit donc d’associer trois acteurs autour d’un projet de recherche défini : une entreprise, un laboratoire extérieur, et un doctorant. Celui-ci, recruté en CDI ou en CDD, est rémunéré durant trois ans par l’entreprise pour mener à bien la recherche. Un contrat de collaboration de même durée est signé entre les trois parties. Dans le même temps, l’entreprise perçoit une subvention, au nom de l’Etat, de l’Association Nationale de la Recherche et de la Technologie.

Le traitement brut mensuel minimum en 2015 est de 1 957 euros. Le doctorant est considéré comme cherchant à temps plein. Ce temps peut se répartir entre l’entreprise et le laboratoire de rattachement. D’un point de vue pratique, c’est auprès de l’ANRT que les dossiers doivent être déposés, dans un délai maximum de 9 mois après la date d’inscription. Les appels d’offres sont émises tant par les entreprises que par les laboratoires universitaires. Néanmoins, le doctorant peut prendre l’initiative en proposant ses services aux entreprises susceptibles d’être intéressées par son sujet.

D’après les statistiques du Ministère, les deux tiers des CIFRE se font au sein d’une PME de moins de 250 salariés, et 42% dans des TPE de moins de 10 salariés. Les grandes entreprises ne représentent, en 2015 que 13% des conventions.

employeurs_doctorants_cifre_632365-54

source : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22130/les-cifre.html

Les principaux secteurs recruteur en 2015 sont l’Electronique communication et Informatique (18%), les services R&D et ingénierie (17%), les services tertiaires (11%).

Enfin, parmi les disciplines scientifiques, les sciences de l’Hommes et les Sciences de la Société sont relativement bien placées, aux 3e et 4e places, derrière les Sciences de l’Ingénieur (2e) et les Sciences Techniques de l’Information et des Communications (1ère), mais devant la Chimie/Matériaux.

repartition_dsiciplines_cifre_632371-54

source : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22130/les-cifre.html

Qu’est-ce qu’un LABEX ?

Les LABoratoires d’Excellences constituent la seconde partie du financement de la recherche en France issue du Grand Emprunt. Sur les 35 milliards, 8 milliards ont été consacrés  exclusivement à la recherche par le biais des LABEX. Cependant, ce fonds a été rapidement porté à près de 50 milliards, pour bénéficier – d’après le Ministère en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche – au plus grand nombre d’équipes et de laboratoires de recherche.

Les financements LABEX et IDEX ne sont pas cumulables. En cas de succès d’un candidat LABEX appartenant à un établissement bénéficiant déjà d’un IDEX, les crédits du LABEX sont imputés aux crédits de l’IDEX. Autrement dit, l’IDEX finance sur ses crédits propres le LABEX.

Certains LABEX ont été constitués par des laboratoires (UMR ou EA) issus de diverses universités, sans lien territorial.

Qu’est-ce que l’IDEX ?

Les Initiative D’Excellence sont l’aboutissement d’une politique de réforme du financement de l’enseignement supérieur et de la recherche initiée en 2007, avec la loi Liberté et Responsabilité des Universités (L.R.U.). En janvier 2008, Jacques Attali remet un rapport au Président de la République, Nicolas Sarkozy, sur les moyens à mettre en œuvre pour relancer la croissance économique et la compétitivité française. Parmi ces propositions, Jacques Attali envisage la création d’une dizaine de grands pôles universitaires et de recherche de niveau mondial. Trois d’entre eux seraient compris dans la région parisienne.

En décembre 2009, le Président de la République annonce la levée d’un Grand Emprunt pour relancer la croissance et moderniser les services publics, dont l’enseignement supérieur et la Recherche, « clef de la compétitivité future ». Ainsi, sur les 35 milliards envisagés, 11 iraient à des investissements dans ce secteur :

  • 1,3 milliard d’euros destinés à l’Opération Campus ;
  • 1 milliard d’euros intégralement dédiés au Campus Saclay, en sus des 800 millions d’euros issus de l’Opération Campus ;
  • Près de 8 milliards afin de financer une dizaine de pôles d’excellence définis par l’Etat, dans le but de « rivaliser avec les grandes universités mondiales ».

Ces derniers donnent naissance dans un premier temps aux Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES), qui deviennent à partir de juillet 2013 tantôt des associations d’établissement, tantôt des ComUE (lien à venir), tantôt de nouveaux établissements résultants de fusions. L’idée est de créer un dynamisme géographiquement ciblé qui entraînerait les régions environnantes, moins excellents. Un « Jury International » sélectionne les projets des universités, suivant certaines conditions :

  • être bien positionné pour une « excellence mondiale » ;
  • être passé à la « nouvelle gouvernance » ;
  • être autonome ;
  • mettre en place des « partenariats avec les entreprises » ;
  • obtenir des résultats.

Malgré une propriété pleine, les sommes ne peuvent dans un premier temps être utilisées que pour deux opérations : 1/ l’achat d’équipements de pointe ; 2/ assurer un Capital générateur de revenus, dans le but de bénéficier de fonds propres, afin que les ressources financières de universités ne soient pas soumises aux aléas budgétaires de l’Etat.

Par la loi du 9 mars 2010, un premier Plan d’Investissement d’Avenir (PIA 1) de 7,7 milliards d’euros fait l’objet d’un appel d’offres vers les groupements d’universités déjà constitués en PRES. Sur dix-sept projets déposés en janvier 2011, trois obtiennent leurs financements : Bordeaux 1, la nouvelle université de Strasbourg et le PRES Paris-Sciences-Lettres. De son côté, le PRES Sorbonne-Universités – qui allie Paris-Sorbonne, l’UPMC, Paris II, le Muséum d’Histoire Naturelle, l’INSEAD et l’IUT de Compiègne – est recalé. La principale cause de cet échec résidait dans le projet d’une gouvernance garantissant l’autonomie des établissements

En février 2012, le PRES Sorbonne-Universités obtient l’IDEX, à hauteur de 800 millions d’euros. Entretemps, l’université Panthéon-Assas a pris la décision de quitter le PRES. Ces financements permettent notamment la création de contrats doctoraux.

En 2016, le Jury International a accordé deux ans probatoires, afin que les objectifs de gouvernance unique de l’IDEX soient instaurés d’ici à janvier 2018 [LIEN ComUE].