Archives de catégorie : Comment financer sa recherche?

Les Cotutelles avec le Royaume-Uni et la République d’Irlande

NB : Cette note est un complément à l’article sur les cotutelles présent sur le site du Collectif Doctoral, par conséquent de nombreux points présentés dans l’article ne seront pas rediscutés ici.

 Comment choisir son université partenaire ?

Le fonctionnement des universités françaises, britanniques et irlandaises est très différent. Ainsi, si Paris-Sorbonne ne voit aucun inconvénient à travailler, dans le cadre d’un doctorat, avec une université d’outre-manche, toutes les universités anglo-saxonnes n’acceptent pas les conventions de co-direction et de co-diplomation. C’est par exemple le cas de University College London, en Angleterre, et du Trinity College, en Irlande. Il est donc nécessaire avant de contacter un.e potentiel.le directeur.rice de recherche, de contacter la Graduate School de l’université qui vous intéresse afin de s’assurer que l’institution est d’accord pour établir une convention de cotutelle.

Si les universités de recherche en LLSHS sont peu nombreuses en République d’Irlande (7 environ, bien que ce nombre puisse varier selon la spécialité étudiée), ce n’est pas le cas des universités britanniques. Pour opérer une première sélection, il est important de ne s’intéresser qu’aux universités de recherche, car certaines institutions anglo-saxonnes ne se consacrent qu’à l’enseignement. Ensuite, il faut se renseigner, via le site des universités, sur les axes de recherche mis en avant par chaque Graduate School afin de s’assurer que le sujet de thèse envisagé y ait pleinement sa place. Enfin, il est possible de demander des informations sur les conventions passées ou en courts au secrétariat des cotutelles de Paris-Sorbonne.

Il peut être tentant de ne contacter que des universités très connue médiatiquement (Oxford et Cambridge en Angleterre, le Trinity College en Irlande), cependant les universités moins « médiatisées » sont souvent plus favorables à accepter des cotutelles. Cela ne signifie pas qu’elles sont moins bonnes, loin de là. Nous pouvons notamment évoquer University of Edinburg, en Écosse, et University College Dublin, en Irlande, qui sont d’excellentes institutions de recherche, mais dont le nom est moins connu du grand public.

Comment trouver un directeur de recherche dans l’université partenaire ?

À Paris-Sorbonne, le.a doctorant.e a la liberté de choisir son.a directeur.rice de recherche. La situation peut être différente dans les universités anglo-saxonnes et irlandaises.

Certaines Graduate Schools peuvent vous transmettre une liste des enseignant.e.s de leur département travaillant sur la même spécialité que vous, c’est le cas de la Graduate School of English, Drama and Film de University College Dublin. Une fois transmise, c’est à vous que revient la responsabilité de se renseigner sur les recherches de chacun.e d’entre eux, et de contacter celui ou celle qui vous semble le ou la plus à même à diriger vos recherches pour savoir si il ou elle serait susceptible d’être intéressé.e.

Il est possible qu’après avoir contacté une Graduate School, celle-ci demande à un.e enseignant.e de prendre contact avec vous pour diriger vos recherches, comme c’est le cas à University of Edinburg.

Enfin, certaines universités, après vous avoir officiellement accepté, choisissent pour vous votre directeur.rice de recherche en fonction du sujet de thèse et du projet qui auront été soumis lors du processus d’admission. C’est le cas notamment d’Oxford. Le choix de l’université, et du comité d’admission, peut cependant être orienté si, avant de soumettre un projet, vous contactez un.e enseignant.e du département pour vous aider à le construire.

Comment financer les frais d’inscription ?

L’établissement d’une convention de cotutelle entre Paris-Sorbonne et une université britannique ou irlandaise n’est possible que si le.a doctorant.e s’engage à payer à l’institution partenaire le temps qu’il ou elle passera là-bas. Les frais d’inscription varient d’une université à l’autre, mais également d’un programme à l’autre. Ils sont d’environ 3.000 à 4.000€ en République d’Irlande, et de 4.000 à 9.000£ au Royaume Uni. Le paiement de ces frais peut être échelonné sur plusieurs mois.

Afin d’aider à s’acquitter d’une telle somme, plusieurs moyens de financement sont possibles :

  • Des bourses spécifiques aux doctorant.e.s en cotutelle existent et sont proposées par les Ambassades. Elles sont listées sur le site de Campus France.
  • La région Île-de-France propose des bourses d’Aide à la Mobilité Internationale allant en priorité aux doctorant.e.s non financé.e.s.
  • Chaque pays (Angleterre, Écosse, Irlande du Nord, Pays de Galles, République d’Irlande) propose des bourses de recherche, et les doctorant.e.s en cotutelle peuvent être éligibles.
  • Chaque institution propose des bourses spécifiques auxquelles les doctorant.e.s en cotutelle peuvent postuler.

 

Finalement, faire ou ne pas faire un doctorat en cotutelle avec une université britannique ou irlandaise ?

La cotutelle, notamment faite avec une université de langue anglaise, est actuellement perçue comme une marque de prestige et d’excellence. Cependant, cette perspective ne doit pas être la motivation première à l’établissement d’une telle convention. Avant de se lancer dans un doctorat en cotutelle, il faut être conscient de certaines réalités :

  •  La charge administrative est très lourde. En effet, pour que la convention voit le jour, les deux établissements partenaires doivent se mettre d’accord sur un certain nombres de choses, tel que le lieu où se tiendra la soutenance, quelle institution prendra en charge les coûts de déplacement et d’hébergement des membres du jury, etc. Les négociations, assurées par le service des cotutelles, durent plusieurs mois, allant en moyenne de 6 mois à 1 an. De plus, il est demandé au/à la doctorant.e de postuler et d’être admis.e dans les deux universités.
  • Le travail scientifique est plus important que dans un doctorat simple, car il est demandé au/à la doctorant.e de rédiger sa thèse dans une langue, et un résumé dans l’autre, cependant ce résumé peut faire plusieurs centaines de pages. De même, la soutenance peut être dans les deux langues.
  • L’entente entre les deux directeur.rice.s n’est pas assurée. Afin de limiter les désaccords entre eux/elles, il peut être pertinent qu’ils s’entretiennent avant l’établissement de la convention, et se mettent d’accord sur certains principes, comme la définition des parties que chacun.e supervisera.

L’aspect scientifique doit être la motivation première à l’établissement d’une convention en cotutelle. Certains pans de votre thèse peuvent, par exemple, appartenir à des champs de recherche peu développés en France. Enfin, l’intégration du/de la doctorant.e à deux équipes de recherche peut se révéler être très intéressante sur le plan scientifique.

Les bourses annuelles / trouver d’autres financements

Il existe un grand nombre de bourses annuelles, semestrielles, mensuelles ou ponctuelles, versées par tout un ensemble d’institutions, parmi lesquelles la ville de Paris, la région Île-de-France, le département, l’Assemblée Nationale,… Il est indispensable de bien surveiller les mails de ton Ecole Doctorale qui relaient souvent ce genre d’informations. Sinon, le meilleur moyen de trouver ces bourses est d’utiliser le site Campus France qui propose un catalogue des bourses. Il suffit de chercher par mots clés, en tapant par exemple « doctorat » ou encore le pays visé. Voir ici. Globalement, à chaque fois, il faudra un CV, une lettre de motivation, une lettre de soutien de ton/ta DR, et parfois une ou plusieurs lettres de recommandation de divers professeurs. Penser à s’y prendre tôt pour être sûr d’avoir tous les documents…

A côté des bourses, plusieurs fondations, généralement privées, proposent des bourses de recherche, de montants souvent importants. On peut citer en particulier :

  • la Fondation des Treilles, qui offre chaque année plusieurs bourses à des doctorants en fin de thèse (donc en 3e année et qui envisagent de finir en fin de 4e année/début de 5ème). Le dossier est à récupérer sur leur site (ici, section Prix du Jeune Chercheur). Il faut le rendre avant fin novembre. Dans le dossier : CV, liste des publications, résumé en 5 pages du projet de recherche (soulignant notamment l’actualité du projet), à faire relire par son/sa DR. Il faut deux lettres de motivation, dont une d’une personne extérieure à l’UMR. La réponse tombe généralement en mars. Le montant est compris entre 4 000 et 10 000 euros, versable en une seule fois. Attention : on ne peut demander cette bourse qu’une fois, que la réponse soit positive ou négative.

La Fondation Thiers concerne exclusivement les doctorants de moins de 30 ans, inscrits en lettres classiques, lettres modernes, philosophie, histoire, histoire de l’art, archéologie, géographie. La Fondation donne deux types de financements : une bourse d’un an, de 1 500 euros par mois, destinée à soutenir un projet de recherche ; une pension de trois ans de 1 800 euros par mois, mais réservée, a priori, à des gens qui ont déjà soutenu. Le dossier pour la bourse doit être envoyé mi-fin septembre ; toutes les infos ici. Ensuite, il y a une phase d’admissibilité. Les heureux élus passent un entretien d’une demi-heure à la Fondation, généralement début décembre. La réponse tombe quinze jours plus tard. Attention, on ne peut demander cette bourse que deux fois en cas de réponse négative.

Subvention des E.D. et des laboratoires

Au cours de tes recherches, il se peut que tu sois amené(e) à te déplacer en France ou à l’étranger. Et qu’il s’agisse de la consultation d’archives ou d’une participation à un colloque, il faut souvent payer le transport, parfois l’hébergement.

Dans le cas des colloques ou journées d’études où tu interviens, l’organisateur paie généralement les frais sur place, voire rembourse le transport (dans une certaine limite) sur justificatif.

Si ce n’est pas le cas, tu peux demander à ton E.D. ou ton laboratoire une subvention. Pour cela, il te suffit de demander au secrétariat intéressé un formulaire de demande de subvention. Il s’agit d’évaluer le montant maximum et justifiable du voyage envisagé (c’est-à-dire transports et hébergement)

Pour une première demande, il faudra joindre aussi une fiche de création de poste, elle aussi fournie auprès de son secrétariat.  Elle est indispensable pour recevoir les crédits de subvention.

Ensuite, deux cas de figure se présentent.

Pour les doctorants sans contrat doctoral, il faut, avec la demande ou après avoir reçu avis, une convention pédagogique signée par l’étudiant, son directeur et le Président de l’Université (ou sa délégation), en deux exemplaires.

Au retour, il faut fournir une attestation de fin de séjour, signée du directeur de recherche, avec l’ensemble des justificatifs de dépenses (factures, billets ou attestations de transports, etc.).

Pour les doctorant.e.s contractuel.le.s, il faut justifier d’un ordre de mission, et donc d’une autorisation d’absence. Pour cela, il faut se rendre sur l’application Mercure via l’ENT.

Au retour, compléter et transmettre le formulaire de l’état liquidatif des frais, accompagné des justificatifs de dépenses.

ATTENTION ! Certaines E.D. sont moins libérales que d’autres sur ce plan. Ainsi, les unes accordent facilement plusieurs subventions par an pour une seule personne, tandis que les autres fixent un montant maximum par personne et… pour toute la thèse ! Sur ce point, les doctorant.e.s ne sont pas traités de la même manière.

Les CIFRE

Les Conventions Industrielles de Formation par la Recherche (CIFRE) sont un dispositif créé en 1981 visant à encourager la Recherche et Développement (R&D) dans les entreprises et les organisations par le recrutement de doctorants dans ce cadre.

Il s’agit donc d’associer trois acteurs autour d’un projet de recherche défini : une entreprise, un laboratoire extérieur, et un doctorant. Celui-ci, recruté en CDI ou en CDD, est rémunéré durant trois ans par l’entreprise pour mener à bien la recherche. Un contrat de collaboration de même durée est signé entre les trois parties. Dans le même temps, l’entreprise perçoit une subvention, au nom de l’Etat, de l’Association Nationale de la Recherche et de la Technologie.

Le traitement brut mensuel minimum en 2015 est de 1 957 euros. Le doctorant est considéré comme cherchant à temps plein. Ce temps peut se répartir entre l’entreprise et le laboratoire de rattachement. D’un point de vue pratique, c’est auprès de l’ANRT que les dossiers doivent être déposés, dans un délai maximum de 9 mois après la date d’inscription. Les appels d’offres sont émises tant par les entreprises que par les laboratoires universitaires. Néanmoins, le doctorant peut prendre l’initiative en proposant ses services aux entreprises susceptibles d’être intéressées par son sujet.

D’après les statistiques du Ministère, les deux tiers des CIFRE se font au sein d’une PME de moins de 250 salariés, et 42% dans des TPE de moins de 10 salariés. Les grandes entreprises ne représentent, en 2015 que 13% des conventions.

employeurs_doctorants_cifre_632365-54

source : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22130/les-cifre.html

Les principaux secteurs recruteur en 2015 sont l’Electronique communication et Informatique (18%), les services R&D et ingénierie (17%), les services tertiaires (11%).

Enfin, parmi les disciplines scientifiques, les sciences de l’Hommes et les Sciences de la Société sont relativement bien placées, aux 3e et 4e places, derrière les Sciences de l’Ingénieur (2e) et les Sciences Techniques de l’Information et des Communications (1ère), mais devant la Chimie/Matériaux.

repartition_dsiciplines_cifre_632371-54

source : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22130/les-cifre.html

En construction

Désolé, cette page n’est pas encore disponible !

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:La_rue_de_la_Sorbonne_le_11_mars_2006.jpg?uselang=fr
On a un problème..