Archives de catégorie : Postuler et participer à des appels à contribution

Rien ne t’oblige à participer, pendant tes années de doctorat, à un colloque ou à une journée d’études. Mais ces événements peuvent être utiles, à de nombreux niveaux : occasions de rencontrer des chercheurs ou d’autres doctorants, de présenter et faire connaître un aspect de ton travail, d’avancer dans ta réflexion grâce aux questions des intervenants et du public, etc. Sauf précision contraire, la plupart des événements scientifiques sont ouverts aux jeunes chercheurs, qui sont souvent très bien accueillis.

Doit-on obligatoirement publier pendant sa thèse ?

Non : rien n’oblige le doctorant à publier pendant sa thèse. Lors de la soutenance, c’est la thèse et la thèse seule qui est évaluée par le jury. Cela dit, trois points importants :

  • Il est quasiment indispensable d’avoir publié si l’on souhaite faire carrière à l’université [Lien à venir]. La qualification par le CNU [Lien à venir] ne s’obtient pas sans plusieurs publications, qui doivent prendre des formes diverses : articles dans des revues à comité de lecture, publications d’actes de colloque, compte-rendu d’ouvrages, etc. Avant toute publication, il faut obtenir l’accord de ton/ta DR. Bien penser également à systématiquement mentionner, dans la description de l’auteur, l’université, voire l’ED et l’UMR [Lien à venir].
  • Avec la mise en place du portfolio du doctorant par le nouvel arrêté [Lien à venir], on peut penser que cette activité scientifique va également jouer un rôle plus important lors de la soutenance de thèse.
  • En cas de publication pendant la thèse, faire attention à la question de l’autoplagiat [Lien à venir].

Rédiger une proposition d’intervention, un résumé, un abstract (français, anglais, etc.)

Normalement, un appel à contribution doit dégager les grands axes du futur colloque/séminaire, proposer quelques problématiques, parfois une bibliographie indicative. À la fin, l’appel précise généralement ce qui est attendu de la proposition d’intervention, notamment en termes de longueur : certains colloques demandent des textes très courts, d’une dizaine de lignes, d’autres plus longs, jusqu’à plusieurs pages. Il faut parfois, mais pas toujours, joindre un CV ; il faut parfois joindre un résumé dans d’autres langues. Du coup, pour rédiger une bonne proposition, c’est comme à l’école : bien lire les consignes…

Une proposition doit être articulée autour du contenu précis de la future intervention : pour éviter de tomber dans des généralités, toujours partir du texte/de l’image/de l’histoire qui sera au cœur de ton intervention. Essaye d’être le plus pédagogique possible en présentant ce texte/image… : les organisateurs du colloque doivent comprendre le plus vite possible de quoi il s’agit. Ensuite, en quelques lignes, relie ça au thème du colloque, aux axes définis dans l’appel. Reprends systématiquement les grands mots-clés de l’appel à contribution. Un colloque étant, par définition, une manifestation scientifique, qui doit donc servir à faire avancer la recherche, une bonne proposition s’ouvre généralement sur des questions, du type « j’essaierai de montrer que… », « on pourra ainsi se demander si… ».

A noter que la Linguistic Society of America a produit un guide de la rédaction d’une bonne proposition en anglais, qui peut intéresser les représentants de plusieurs disciplines. Il s’agit d’une série de résumés-types commentés (des modèles à suivre… et un exemple de ce qu’il ne faut pas faire): c’est ici.

Organiser sa veille scientifique

Rien ne t’oblige à participer, pendant tes années de doctorat, à un colloque ou à une journée d’études. Mais ces événements peuvent être utiles, à de nombreux niveaux : occasions de rencontrer des chercheurs ou d’autres doctorants, de présenter et faire connaître un aspect de ton travail, d’avancer dans ta réflexion grâce aux questions des intervenants et du public, etc. Sauf précision contraire, la plupart des événements scientifiques sont ouverts aux jeunes chercheurs, qui sont souvent très bien accueillis.

La veille scientifique est « le fait de surveiller l’environnement pour collecter des informations stratégiques ». Concrètement, cela consiste à surveiller un ensemble de sites pour repérer des annonces de colloques/journées d’études/séminaires/articles… qui pourraient t’intéresser. Mais aussi, tout simplement, pour se tenir au courant de l’actualité de la recherche, des publications, des activités scientifiques, etc. Quelques grands principes pour guider cette activité :

  • La veille doit être régulière. Pour être sûr de ne pas rater une annonce, ni une date-limite, il faut vérifier ses sites environ une fois par semaine, d’une façon un peu carrée et systématique.
  • La veille est beaucoup plus efficace lorsqu’elle est collective : prends l’habitude de faire suivre systématiquement les appels et les propositions aux gentils collègues doctorants que ça pourrait intéresser, et ils feront pareil pour toi, pour peu qu’ils connaissent ton sujet et tes thèmes de recherche.
  • La veille peut être automatisée (en s’abonnant aux newsletters ou aux flux RSS des différents sites)… mais seulement jusqu’à un certain point : il faut mieux le faire soi-même, au moins de temps en temps.

Les sites de veille (cette liste n’est pas exhaustive !)

  • Le plus gros site en France : Calenda. Grosse plate-forme dans laquelle il faut naviguer en utilisant des filtres : choisir toujours « à venir » puis choisir une matière, une langue ou un mot-clé.
  • Deuxième plus gros site : Fabula, section « Appels à contribution ». Très pratique car les appels sont classés par deadline… Plutôt axé sur la littérature, mais on y trouve aussi beaucoup de choses pour l’histoire, l’histoire de l’art, le cinéma, etc.
  • La plateforme Academia.edu permet de faire sa veille scientifique en repérant les articles et ouvrages sortis récemment. Très utile pour couvrir les autres pays notamment.
  • Pour l’histoire et la géographie : l’Académie de Rennes propose une veille extrêmement bien faite de tout ce qui se fait sur le net en histoire-géo. A consulter régulièrement car le site est actualisé plusieurs fois par jour.
  • En histoire/littérature/histoire de l’art médiévale : le site du Réseau des Médiévistes Belges centralise lui aussi un grand nombre d’offres, de nouvelles et d’appels en tout genre.

N’oublie pas non plus les listes de diffusions. En voici quelques exemples :

  • En sociologie : GDR, ASES, ACNSMP, etc.
  • En histoire : Association Française en Histoire Economique (AFHÉ), Association des Jeunes Chercheurs en Histoire (AJCH), etc.
  • etc.