Archives de catégorie : Vie doctorale

Journée de rentrée 2020

À l’intention des doctorantes et doctorants de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université,

Pour la troisième année consécutive, le Collectif Doctoral organise sa Journée de rentrée à destination des doctorantes et doctorants de la Faculté des Lettres. Le contexte particulier de crise sanitaire nous amène à adapter notre dispositif : nous avons opté pour une manifestation
entièrement en ligne et interactive, via la plate-forme Discord.

Vous ne connaissez pas ce logiciel ?
Pas de panique, un tutoriel sera disponible quelques jours
avant pour vous permettre de vous familiariser avec cet outil !

Cette année, peut-être davantage que toutes les autres, il est important de créer une occasion de nous retrouver pour partager nos expériences du doctorat, de nous entraider, par-delà nos disciplines et nos Écoles doctorales de rattachement. Plus que jamais, il nous apparaît crucial de briser l’isolement qui caractérise bien souvent les années de thèse.
Cette Journée de rentrée est avant tout un moment de convivialité !

Au programme
Une conférence sur la vie doctorale à Sorbonne Université, une
table ronde de jeunes docteurs, et des ateliers !
Cette journée de rentrée aura lieu le
Samedi 21 novembre 2020 de 10h00 à 17h30
Rejoignez-nous nombreuses et nombreux !

Qui sommes-nous ? Le Collectif Doctoral est une association de doctorant·e·s de tous horizons qui s’est donné pour objectif de valoriser la vie doctorale à Sorbonne Université, de favoriser l’entraide et de défendre les intérêts des doctorant·e·s. Ses activités se répartissent entre la représentation des doctorant·e·s dans les différents conseils et l’organisation de manifestations scientifiques (Sorbonne actuelle, Épinglé·e·s !, atelier lors de la Fête de la Science, etc.).

Pour s’inscrire
https://www.helloasso.com/associations/collectif-doctoral-de-sorbonne-
universite/evenements/journee
de-rentree-du-collectif-doctoral

Pour participer
https://discord.gg/rHFt5Fag44

Pour lire l’invitation au format PDF

Guide sur le questionnaire officiel de Sorbonne Université et la prolongation des contrats doctoraux

Paris, le 29 juin 2020.

Chères et chers doctorantes et doctorants,

Vous avez été récemment destinataires d’un message de votre École Doctorale vous informant que vous recevrez prochainement un questionnaire portant sur la prolongation des contrats doctoraux. Ce questionnaire doit permettre la mise en œuvre de l’engagement ministériel de la prolongation des contrats doctoraux à l’échelle de l’université, tout en prenant en compte de la diversité des parcours.

Il a été élaboré dans une double finalité : d’une part, recenser les potentiels candidats à un prolongement du contrat doctoral ; d’autre part, évaluer l’impact de la crise sanitaire sur l’ensemble des doctorants.

Or, à la Faculté des Lettres, les doctorantes et doctorants bénéficiant d’un financement dédié au travail de thèse sont très minoritaires. Quelle que soit votre situation, que vous soyez financé ou non, quel que soit votre type de contrat, le Collectif Doctoral vous encourage à remplir ce questionnaire.

En effet, même si vous ne pouvez pas prétendre à un prolongement de votre financement par contrat doctoral, ce questionnaire sera utilisé par votre École Doctorale pour prendre en considération les conséquences de la crise sanitaire sur vos recherches, et pourra faciliter vos éventuelles demandes de prolongation de la durée de votre thèse.

Pour vous aider à remplir ce questionnaire, nous vous proposons un guide qui prend en compte la diversité des situations.

Un questionnaire dynamique

Le questionnaire se présente sous une forme dynamique : en fonction de vos réponses précédentes, de nouvelles questions apparaissent et disparaissent suivant une arborescence qui a été relue par les membres du Collectif Doctoral.

Vous êtes donc invités à vous montrer vigilants sur les réponses que vous apportez, en particulier pour la demande de prolongation du contrat doctoral, car il s’agit de la première étape pour constituer le dossier officiel. Le questionnaire distingue soigneusement la demande de réinscription administrative de la thématique du financement :

Si vous ne disposez pas de financement spécifique pour votre doctorat mais que vous estimez avoir souffert de la crise sanitaire dans vos recherches, vous êtes invités à indiquer que vous souhaitez une prolongation de votre inscription en thèse. C’est ainsi que l’École doctorale prendra en considération votre demande pour vous l’accorder plus facilement, et pourra mesurer l’impact de la crise sur l’ensemble des doctorants.

De même, certaines Écoles doctorales ont transmis l’information selon laquelle les doctorantes et doctorants contractuels en fin de troisième année qui ont obtenu un contrat d’ATER pour la rentrée prochaine ne pourraient pas bénéficier de cette prolongation du contrat doctoral. En conséquence, celles et ceux qui se trouvent dans cette situation sont invités à indiquer qu’ils sollicitent une prolongation de leur inscription en doctorat, et non de leur contrat doctoral.

Une procédure dématérialisée

Afin que la demande de prolongation du contrat soit complète, plusieurs documents sont nécessaires : une demande de la part du doctorant via le questionnaire ; un avis rédigé du directeur de thèse ; et un second avis du directeur d’unité. Posur rassembler ces documents, la perspective retenue a été la suivante : à aucun moment, la doctorante ou le doctorant ne doit télécharger et demander les signatures lui-même, l’ensemble de la procédure est gérée de manière dématérialisée par l’Institut de Formation Doctorale (IFD).

Comment se déroule la procédure dans sa totalité ? Concrètement :

  • L’ensemble des Écoles Doctorales ont transféré leurs listes de doctorantes et doctorants inscrits auprès de l’IFD ;

  • Ce dernier génère en retour des courriels et liens individuels afin que chaque doctorant puisse répondre au questionnaire ;

  • En fonction de la demande ou non de prolongation du contrat, l’IFD contacte le directeur de thèse en transmettant les réponses du doctorant·e et en lui demandant un avis ;

  • Puis, l’IFD contacte le directeur de l’unité en transmettant les réponses du doctorant et l’avis du directeur de thèse ;

  • Enfin, chaque École Doctorale arbitre l’ensemble des dossiers qui seront transmis au ministère.

Il faut noter que si l’établissement portera un regard sur l’ensemble des demandes, l’arbitrage réside véritablement à l’échelle de l’École Doctorale.

Les élues et élus doctorants dans les Conseils des Écoles Doctorales ont donc un rôle primordial à jouer dans cette dernière étape. De part leurs connaissances disciplinaires et leur mandat électif, ils sont à même d’être des interlocutrices et interlocuteurs privilégiés pour simplifier les démarches, accompagner les doctorants, mais aussi porter un regard sur la procédure en cours. Tous cas litigieux devra impliquer des représentants élus des doctorants.

Le cas des doctorants agrégés

Le cas minoritaire des doctorantes et doctorants détenteurs du concours de l’agrégation est à souligner. Si le cas classique pour la Faculté des Lettres est de demander une prolongation de trois ou quatre mois, il est possible de considérer que cette prolongation n’est pas adaptée aux contraintes administratives qui pèsent sur les doctorants contractuels titulaires du second degré. La demande de disponibilité dure en effet une année entière (et non quelques mois) et elle est de plus en plus difficile à obtenir : si l’année dernière, l’académie de Versailles les refusait de manière systématique, il semblerait que ce soit cette année celle de Créteil qui pose difficulté.

Dans l’encart correspondant, le Collectif Doctoral vous invite donc à motiver votre demande de prolongation d’un an en faisant état de cette situation administrative complexe. Vous pouvez par exemple partir de l’énoncé suivant et l’adapter selon votre situation :

Même si le retard pris dans mes travaux n’est que de trois mois, je demande une prolongation de mon contrat doctoral d’un an afin de pouvoir disposer d’une disponibilité de mon académie couvrant l’ensemble de l’année scolaire.

Toute information notée dans cet encart sera examiné par l’Ecole Doctorale, il est donc essentiel de ne pas l’oublier.

Concernant la date butoire, elle est fixée à la mi-juillet pour que les Écoles Doctorales étudient les dossiers des doctorantes et doctorants en troisième année. Vous êtes donc toutes et tous invités à remplir le questionnaire dès sa réception.

En cas de difficulté, le Collectif Doctoral peut être contacté à l’adresse suivante : collectifdoctoral@gmail.com. Nous nous tenons à votre disposition !

Télécharger le guide au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Motion du Collectif Doctoral et de Doc’Up sur la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche

Paris, le 29 juin 2020.

La version définitive de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), qui soulève contre elle l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, confirme les craintes déjà formulées par le Collectif Doctoral et Doc’Up, associations de doctorantes et doctorants de Sorbonne Université.

Le Collectif Doctoral et Doc’Up :

  • Demandent que l’État investisse réellement dans la recherche scientifique et les universités françaises de service public : les augmentations de crédits annoncées, modulables et étalées sur dix ans, n’ont aucune vraisemblance. Celles prévues pour 2021 ne sont à la hauteur ni des ambitions, ni des besoins de la recherche publique ;

  • Défendent l’idée que la recherche publique progresserait si son organisation encourageait davantage la coopération et les échanges ; s’opposent, au contraire, à la logique de précarisation et de mise en concurrence des chercheurs, que rien ne justifie ;

  • S’opposent au recours à des financements indirects grâce au surplus des appels à projet (comme cela est préconisé dans le rapport annexe) ; demandent un financement récurrent, direct et pérenne des laboratoires, la création de postes d’enseignants-chercheurs pour titulariser les précaires et doter l’Enseignement supérieur des ressources humaines que la démographie appelle ;

  • S’opposent, en conséquence, à la création de nouveaux statuts non pérennes dans l’université (voies de titularisation ou tenure tracks), tels qu’ils sont définis par les articles 3 et 5 de la loi ;

  • S’opposent à l’alignement des statuts sur le droit privé, notamment en ce qui concerne les nouveaux contrats doctoraux et post-doctoraux (voir l’article 4) ;

  • Refusent d’être une « génération sacrifiée », estiment que les principes sur lesquels repose la LPPR relèvent d’une croyance inexpliquée dans les vertus de la concurrence et de la dérégulation, contraires à l’intérêt public ;

  • Réaffirment leur attachement l’existence de carrières qui protègent les libertés académiques, assurent l’indépendance des chercheurs et défendent l’intégrité scientifique en les protégeant des intérêts particuliers.

Le Collectif Doctoral et Doc’Up, s’associant à l’avis du Conseil Économique, Social et Environnemental, réclament en conséquence le retrait de la LPPR. Ils appellent l’ensemble des membres de Sorbonne Université à exprimer leur désaccord avec la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, dans les instances représentatives et auprès de la société civile.

Télécharger la motion au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université et Doc’Up

Retour sur l’enquête des associations de doctorantes et de doctorants de Sorbonne Université

Paris, le 29 juin 2020.

Au sortir du confinement, le Collectif Doctoral, en collaboration avec Doc’Up, a réalisé une enquête auprès des doctorantes et doctorants de Sorbonne Université pour mieux comprendre comment ils ont vécu cette période de crise sanitaire, connaître les difficultés qui se sont présentées à eux et évaluer leurs besoins. D’une part, le questionnaire concernait les conditions de confinement des doctorant·e·s et les problèmes de santé, physique et mentale, qu’ils ont pu connaître en lien avec cette période exceptionnelle. D’autre part, l’enquête s’intéressait à leurs conditions de travail, à leur travail de thèse et plus généralement au sein de l’université.

Le nombre de participantes et participants à cette enquête nous permet d’avoir une meilleure idée des difficultés présentes et à venir pour les doctorantes et doctorants de Sorbonne Université et en particulier de la Faculté des Lettres.

1. Profils des doctorant·e·s ayant répondu à l’enquête.

Sur les 294 participant·e·s à cette enquête, 98 % sont affilié·e·s à la Faculté des Lettres. Toutes les écoles doctorales sont représentées même si l’on observe une assez faible représentation de l’ED 124 d’Histoire de l’art et archéologie (1 % des réponses) et de l’ED 434 de Géographie (3,4 % des réponses).

La plupart des répondant·e·s sont dans leur première à troisième année (± 20 % pour chaque catégorie). Un tiers des répondant·e·s sont inscrit·e·s en doctorat depuis plus de trois ans. Les répondant·e·s ont entre 22 et 77 ans même si une majorité d’entre eux se situe dans la fourchette 24-35 ans.

Si 35 % des répondant·e·s bénéficient d’un contrat doctoral ou d’un ATER, et 6,6 % d’une bourse, plus de la moitié des répondant·e·s vivent sur des financements personnels ou travaillent en dehors du monde académique. 40 % des répondant·e·s assurent une mission d’enseignement (mission complémentaire au contrat doctoral ou vacations). Enfin, 6 % des doctorant·e·s ayant répondu à l’enquête sont chargé·e·s d’un autre type de mission complémentaire à leur contrat doctoral (valorisation de la recherche, diffusion de l’information scientifique, expertise).

Le nombre, relativement important, de doctorant·e·s ayant participé à l’enquête, et la diversité des situations dans lesquelles ils se trouvent, nous permettent d’affirmer que ce questionnaire nous donne une image assez précise et représentative des doctorant·e·s de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, de leurs difficultés et de leurs attentes.

2. Conditions de confinement : Habitat, Cohabitation, Ressources

Plus de la moitié des répondant·e·s ont été confiné·e·s dans un appartement, auxquel·le·s s’ajoutent 20 % qui été confiné·e·s dans un studio. Plus de la moitié des doctorantes et doctorants n’avait pas accès librement et en sécurité à l’air libre (jardin ou campagne alentour).

Si 64 % d’entre elles et eux ont vécu cette période avec des membres de leur famille ou des ami·e·s, et près de 10 % en colocation, un quart des doctorantes et doctorants ont affronté ce confinement seul.

Parmi les 294 répondant·e·s, 25 % ont également dû s’occuper de quelqu’un·e en plus d’eux même durant le confinement : principalement leur(s) enfant(s), mais aussi pour plus d’un quart d’entre eux, des personnes dépendantes ou en situation de handicap.

Parmi les doctorantes et doctorants qui travaillent aussi en dehors du monde académique pour subvenir à leurs besoins, 46 % d’entre elles et eux ont pu télétravailler. Les répondant·e·s, notamment ceux qui enseignent dans l’éducation nationale, signalent la surcharge de travail née de l’enseignement à distance durant cette période.

47 % des doctorantes et doctorants tirant leur ressource d’un travail en dehors du monde académique n’ont pu travailler pendant cette période. Si certain·e·s précisent qu’ils ont bénéficié du chômage partiel, plusieurs d’entre eux témoignent de leur licenciement.

Les doctorantes et doctorants se finançant par leurs propres moyens, notamment les doctorant·e·s étranger·e·s, ont dû faire face à des problèmes financiers quotidiens du fait du ralentissement, sinon du blocage, des transferts d’argent depuis leur pays d’origine.

Le confinement des doctorantes et doctorants de la Faculté des Lettres a généré des situations difficiles tant sur le plan économique que social. Un quart des doctorant·e·s ont dû affronter la période seul·e·s. La moitié des doctorant·e·s n’a pu sortir prendre l’air convenablement pour exercer le minimum d’activité physique nécessaire pour conserver un moral satisfaisant. La situation des doctorant·e·s non financé·e·s est plus difficile encore puisque s’ajoute pour certains d’entre eux l’anxiété liée à la perte de leurs revenus.

3. Santé des doctorant·e·s

Un quart des répondant·e·s se déclarent potentiellement personnes à risque vis-à-vis du Covid-19 ; peu nombreux sont ceux qui déclarent l’avoir contracté (5,5 %). 30 % des doctorant·e·s déclarent ne pas savoir s’ils l’ont contracté. L’existence de cas asymptomatiques, mais également de cas avec des symptômes légers n’ayant pas nécessité de test est assurément la cause de ce type de réponse.

En revanche près d’un quart des répondant·e·s disent avoir un ou une proche ayant contracté la maladie. 15 % des répondant·e·s déclarent avoir dû faire face à un décès (toutes causes confondues) durant la période de confinement.

Le deuil, l’anxiété liée à la contraction de la maladie par un ou une proche ou soi-même, ajoutée à l’angoisse concernant la situation économique, sont autant de facteurs qui affectent la santé mentale des doctorantes et doctorants de la Faculté des Lettres. C’est ce qu’affirment 45 % d’entre eux, principalement à cause du Covid-19 (57 %), mais aussi de la solitude (41 %) puis des problèmes financiers engendrés par la crise (41 %), des problèmes administratifs liés aux fermetures de toutes les administrations (41 %).

Les témoignages mettent en avant le surmenage causé par cette période du fait de la combinaison du télétravail, du travail de thèse et de l’atmosphère anxiogène. Plusieurs doctorant·e·s étranger·e·s pointent l’impact majeur de la crise sur leur relation avec leurs proches dans leur pays d’origine et la solitude qu’ils ont vécue en France, loin de leurs attaches, ainsi que les difficultés accrues dans les démarches administratives inhérentes à leur statut. Par ailleurs l’inquiétude pour les proches est une angoisse partagée et explicitement mentionnée par l’ensemble des doctorantes et doctorants. Plusieurs précisent dans leur témoignage que la période de confinement a déclenché des troubles du rythme de vie, des troubles alimentaires et plus généralement de symptômes liés à un état dépressif.

Par ailleurs, 19 % des répondant·e·s témoignent avoir souffert d’autres maux et problèmes de santé préexistants à la crise, parfois graves, sans pouvoir se faire soigner ni se faire aider durant le confinement, et entraînant des difficultés à travailler.

4. Condition de travail sur la thèse en période de Covid-19

Même confiné·e de manière idéale, « le travail monacal de la thèse, enfermée dans une chambre pendant deux mois et sans contacts extérieurs, c’est la déprime garantie ». C’est probablement l’idée qui ressort le plus de cette partie de l’enquête sur le travail de doctorat lui-même. En tout état de cause, les conditions de travail n’étaient pas propices à un avancement productif de la thèse.

Si très peu de répondant·e·s manquaient de matériel informatique (4 %) et d’une connexion internet suffisante (11 %), près d’un tiers n’avaient tout simplement pas d’endroit pour s’isoler pour travailler. Par ailleurs 48 % des doctorant·e·s affirment avoir été contraint·e·s d’engager des frais (matériel informatique, livres…), pour des montants qui se situent entre quelques euros jusqu’à 1 500 €, et pour un montant moyen de 100-200 €. 61 % des doctorant·e·s répondent n’avoir eu accès que partiellement et insuffisamment à la bibliographie nécessaire à leur travail.

Au-delà du travail de rédaction ou du travail bibliographique, 56 % des doctorant·e·s affirment avoir dû annuler ou reporter des expériences et des séjours de recherches. L’incertitude liée à cela est fortement exprimée : 55 % d’entre eux précisent qu’ils ne savent pas s’ils pourront réaliser ces expériences ou séjours avant la fin de leur doctorat. 48 % d’entre eux considèrent que cela aura de toute façon un impact négatif sur leur travail de thèse.

Au-delà du travail individuel sur la thèse, les doctorantes et doctorants témoignent d’un sentiment de culpabilité face aux appels multiples à la productivité durant cette période, plusieurs disent avoir pensé à abandonner leur travail.

Si 75 % des répondant·e·s ont bien été en contact avec la personne dirigeant leur recherche, certain·e·s pointent l’absence de toute direction durant cette période, sinon le manque de compassion de leur directeur ou leur directrice de recherche qui les ont poussés à avancer plus rapidement leur travail de thèse dans cette période où « le monde [semble] s’effondrer ». L’idée qu’il n’y a « rien d’autre à faire que sa thèse » durant le confinement, émise par certains enseignant·e·s et chercheur·ses, mais aussi par les proches, a créé un climat contre-productif de culpabilité pour la plupart des doctorantes et doctorants qui devaient faire face à des angoisses multiples.

69 % des doctorant·e·s affirment d’ailleurs que leur travail de thèse a été ralenti par cette crise (18 % disent avoir travaillé plus rapidement). La culpabilité et le stress face au ralentissement de leur travail de thèse sont exprimés de manière claire dans les réponses. Certains affirment avoir voulu « surcompenser pour rattraper le temps perdu ou avoir l’impression [de devoir faire] de ce temps disponible un temps très productif, alors même que les conditions de travail sont très dégradées. »

Plus généralement la perte des habitudes et du rythme de travail semble avoir démoralisé une partie des répondant·e·s. Nombreux sont les doctorantes et doctorants à insister sur les difficultés à travailler à leur thèse dans des environnements confinés, parfois à plusieurs, sans espace de travail personnel ou calme, sans pouvoir sortir librement.

Le découragement lié à la thèse a conduit un certain nombre des répondant·e·s à réfléchir à la viabilité de leur projet de thèse, à l’intérêt de poursuivre le travail dans cette période.

En toute logique le confinement ne semble n’avoir été en rien un moment idéal pour avancer les recherches, ni au niveau des conditions matérielles de travail ni au niveau de la disponibilité mentale des doctorant·e·s. Par ailleurs, le fait que de nombreux doctorant·e·s aient été contraint·e·s d’engager des frais pour continuer leur travail de thèse demande une réaction de Sorbonne Université. Les doctorant·e·s paient déjà leur inscription chaque année ; il n’est pas normal qu’ils soient contraint·e·s de prendre en charge financièrement les besoins minimaux de leur travail doctoral qui est une activité professionnelle comme une autre.

5. Enseignement et autres missions complémentaires.

Sur les 40 % de doctorant·e·s enseignant à l’université, plus de la moitié (62 %) confirment que leur mission d’enseignement leur a pris plus de temps que d’habitude. Plus de la moitié des chargé·e·s de TD disent avoir été en contact avec le reste des membres de leur unité pédagogique.

Si la rentrée prochaine devait se faire par une hybridation distanciel/présentiel, plus de la moitié des répondant·e·s affirment qu’ils devront travailler beaucoup plus pour leur mission d’enseignement.

De manière générale, le passage à l’enseignement à distance a réduit et réduira de manière significative le temps de travail sur la thèse.

6. Avenir et Attentes vis-à-vis de Sorbonne Université

Trois quarts des doctorant·e·s répondant·e·s affirment qu’ils devront prolonger leur inscription en thèse du fait de la crise du Covid-19 pour terminer ce qu’ils ont commencé. Par ailleurs, parmi les doctorant·e·s bénéficiant d’un contrat doctoral, 6 % d’entre eux considèrent qu’ils ont besoin d’un prolongement de leur contrat allant de quelques mois (33 %) à un an (33 %).

Plus que cela, les doctorant·e·s ont fait part, par le biais du questionnaire, d’un certain nombre de demandes et d’attentes vis-à-vis de Sorbonne Université. Nous retranscrivons ici celles qui sont exprimées de manière récurrente :

  • Les doctorantes et doctorants attendent avant tout une vraie écoute. Ils sont nombreux à mettre en avant leur sentiment d’avoir été abandonné·e·s par l’institution universitaire durant cette période, soit parce qu’elle les a ignoré·e·s, soit parce qu’elle les a considéré·e·s avec mépris en arguant que le confinement était une période favorable au travail de thèse, et en refusant de voir la réalité des conditions de travail et de vie des doctorant·e·s.

  • Ils demandent la facilitation et la simplification des démarches administratives pour la réinscription en thèse, les autorisations de soutenance, les comités de suivi. Voire une réinscription automatique.

  • L’exonération des frais d’inscription pour l’année prochaine, au regard des frais engagés durant la période de confinement par les doctorant·e·s pour leur doctorat, et de l’accès limité aux infrastructures de recherche cette année.

  • Le maintien des financements octroyés pour les séjours, expériences, voyages de recherche qui devaient être effectués cette année et leur transfert pour l’an prochain sans nécessité de refaire un dossier de demande de subvention.

  • L’ouverture d’une réflexion plus générale sur le décalage de la campagne de qualification de 2021,puisque de nombreuses thèses ne pourront être soutenues au premier semestre 2020-2021 comme prévu, empêchant ces futurs docteur·e·s de participer à la campagne.

  • La réouverture de l’université, des laboratoires et des bibliothèques. Les doctorantes et doctorants sont perplexes face à la fermeture des universités jusqu’en septembre alors que les restaurants, centres commerciaux, lieux culturels ont rouvert.

  • La mise en place d’une aide psychologique pour les doctorantes et doctorants, et d’un fond d’urgence pour celles et ceux que la crise sanitaire a précarisé·e·s.


Conclusion

Les doctorant·e·s de la faculté des Lettres de Sorbonne Université, malgré l’extrême diversité de leurs situations, ont affronté cette période de crise sanitaire avec difficulté comme la plupart des Français. Le caractère banal de ce constat ne saurait permettre de minimiser ces difficultés par Sorbonne Université elle-même, qui doit les prendre en compte et y remédier. Cette crise sanitaire n’a pas été une période favorable à l’avancement plus rapide du travail de thèse, comme il a été prétendu dans plusieurs instances de Sorbonne Université et ailleurs. La maladie, l’inquiétude, voire le deuil, la précarité économique, les conditions d’habitation et de cohabitation inadaptées, l’impossibilité d’aller voir ses proches en France ou à l’étranger, d’entretenir des relations sociales simples entre collègues, les difficultés administratives et finalement l’accaparement des esprits par l’angoisse collective qui a dominé notre société durant ces derniers mois, sont autant de facteurs qui ont empêché et empêchent encore le travail serein, la capacité de concentration et de réflexion au long cours nécessaire à tout travail de recherche. Par ailleurs, les conditions de travail à distance, pour des missions au sein de l’université ou hors du monde académique, sont particulièrement énergivores et chronophages, ce qui réduit d’autant plus les capacités et le temps permettant de travailler efficacement sur sa thèse. Enfin, la précarité économique que connaissent la plupart des doctorantes et doctorants non financé·e·s semble s’être largement aggravée durant le confinement — la crise économique qui s’annonce ne présage pas d’amélioration sur ce point.

Face à ces nombreuses difficultés rencontrées par les doctorant·e·s dans cette période exceptionnelle, les attentes vis-à-vis de Sorbonne Université sont nombreuses, mais se concentrent principalement sur trois idées.

  1. Premièrement, les doctorant·e·s exigent une écoute réelle et sincère de la part des instances universitaires.
  2. Ils rappellent que la réalisation d’une enquête exhaustive sur l’ensemble de ces problématiques aurait été largement appréciée. Ils appellent à de la bienveillance de la part des instances universitaires pour les demandes de réinscription, et à la simplification des procédures administratives pour ne pas entraver encore plus les doctorant·e·s déjà largement ralentis par la situation.
  3. Enfin nombreuses sont les demandes d’exonération de frais d’inscription pour l’an prochain, au regard de l’impossibilité de réouverture de l’université pour l’été et des investissements personnels effectués par les doctorant·e·s durant cette période.

Télécharger l’article au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Doctorantes et doctorants à Sorbonne Université : un dialogue en cours !

Paris, le 26 juin 2020.

À l’heure où la Recherche reprend, nous adressons une pensée fraternelle aux doctorantes et doctorants que la crise a touchés, dans leur chair ou dans leur conscience. Nous assurons la communauté doctorale de notre engagement pour aider les institutions universitaires à prendre pleinement la mesure des conséquences engendrées par la pandémie de covid-19.

Le 27 avril 2020, le Collectif Doctoral et Doc’Up, associations de doctorantes et doctorants, ont conjointement adressé à la présidence de Sorbonne Université une Lettre de propositions sur des mesures à prendre en faveur des doctorant·e·s pendant la crise sanitaire.

Cette lettre exprimait le souhait qu’un dialogue soit inauguré entre la présidence et les élues et élus doctorants, membres des conseils centraux et facultaires, à l’aune des conséquences de la pandémie.

Elle sollicitait la suppression exceptionnelle des frais d’inscription en doctorat au titre de l’année universitaire 2020-2021 ; une information transparente quant aux modalités de prolongation des contrats doctoraux ; le paiement intégral des missions complémentaires ; ainsi que le versement d’une prime aux doctorantes et doctorants avec mission d’enseignement qui ont assuré la continuité de l’enseignement et l’évaluation à distance.

Le 2 juin 2020, le président nous a répondu :

  • L’exonération exceptionnelle des frais d’inscription pour 2020-2021 pourrait être accordée aux doctorantes et doctorants dont la soutenance devait avoir lieu à l’automne 2020 et qui serait décalée au premier semestre 2021 ;

  • L’examen des demandes de réinscription dérogatoire (au-delà de la troisième année) prendra en considération les conséquences du confinement ;

  • L’offre de formations à distance de l’Institut de formation doctorale sera développée, en attendant de pouvoir reprendre les formations en présence ;

  • La prolongation des contrats doctoraux est conditionnée aux annonces du ministère de l’Enseignement supérieur ;

  • Les missions complémentaires, effectuées ou non, seront rémunérées pour les doctorants concernés ;

  • Des primes pourront être versées :

    • aux doctorantes et doctorants chargés de cours ayant assuré la continuité de l’enseignement et de l’évaluation à distance au deuxième semestre, à partir de 24h : 500 euros ;

    • aux ATER, une prime proratisée au montant et au nombre d’heures minimum fixés pour les enseignants-chercheurs ;

    • aux enseignantes et enseignants, à partir de 64h : 750 euros.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université estime que les réponses apportées par la présidence répondent aux besoins les plus immédiats des doctorantes et des doctorants.

En partenariat avec Doc’Up, il poursuivra le dialogue avec la présidence au sujet du financement des prolongations de contrats doctoraux rendues nécessaires par le confinement ; il demeure vigilant à ce que le sort des doctorantes et des doctorants affectés par la crise sanitaire soit pris en considération dans la durée, au cours des mois qui viennent.

Télécharger les lettres au format PDF :

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Contrats doctoraux 2020 à Sorbonne Université !

Paris le 11 mars 2020,

La campagne d’attribution de Contrats Doctoraux 2020 de l’Alliance Sorbonne Université, c’est maintenant !

Dans le cadre d’instituts et d’initiatives structurantes, l’Alliance Sorbonne Université promeut la recherche interdisciplinaire et la structuration de la formation par la recherche. En 2020, 54 contrats doctoraux financés par l’Initiative d’excellence permettront de recruter des doctorants et doctorantes sur des projets de recherche doctoraux soutenus par les Instituts et Initiatives.

Ces contrats doctoraux concernent la Faculté des Sciences autant que la Faculté des Lettres (Genre, Interculturalité et Europe, Sciences de l’antiquité, Créations Artistiques, Observatoire des Patrimoines, Institut Collegium Musicae).

Retrouvez les documents pour candidater et les dates limites de soumission  ci-dessous :

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Sorbonne Université et la recherche s’arrêtent le 5 mars !

Paris, le 29 février 2020.

Les doctorantes et doctorants du Collectif Doctoral de Sorbonne Université dénonce dénoncent les principales orientations prônées par les trois rapports remis au ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation pour préparer la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

Il appelle l’ensemble des doctorantes et doctorants de Sorbonne Université à participer à la journée de grève :


CONTRE LE PROJET DE LOI DE PROGRAMMATION PLURIANNUELLE DE LA RECHERCHE (LPPR)

LE JEUDI 5 MARS 2020

PLACE DE LA SORBONNE | 11H00


Les participantes et participants sont invités à y participer vêtus de noirs, munis d’un brassard et d’un livre. Une levée de livre sera organisée à 12h00.

Le Collectif Doctoral dénonce en particulier :

  • L’amplification de la précarisation pour toutes les catégories de personnels (doctorants, chercheurs, enseignants chercheurs, BIATSS, ITA) et la remise en cause du statut des enseignants-chercheurs ;
  • Le recours massif aux appels à projet pour le financement de la recherche scientifique ;
  • La mise en concurrence des universités, des équipes de recherche contraire au pratiques collaboratives bénéfiques à la recherche scientifique et à l’enseignement.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Motion de l’Assemblée générale des doctorant·es de la Faculté des Lettres (LPPR)

Paris, le 29 janvier 2020.

Motion adoptée à la majorité par les doctorant·es des ED I, II, III, IV, V et VII présent·es à l’AG de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université qui s’est tenue le 28 janvier 2020.

L’ensemble des doctorant·es présent·es à cette AG souhaite faire part de leurs très vives inquiétudes suscitées par les différents rapports préparant la rédaction de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) et ce qu’ils laissent entrevoir quant à l’avenir des jeunes chercheurs et chercheuses.

Les propositions du rapport 2 (« Attractivité des emplois et des carrières »), au mieux ne sont pas à la hauteur, au pire vont à contresens des enjeux qui se présentent aujourd’hui aux doctorant·e·s, qu’il s’agisse de leur formation, de leurs conditions de travail ou de leur insertion professionnelle.

Si le rapport présente des propositions de bon sens (augmentation de la rémunération des contrats doctoraux, augmentation des financements en ALSHS), il se montre décevant concernant les conditions de travail des ATER et des vacataires précaires. La création de « chaires d’excellence junior », loin d’améliorer les perspectives de carrière des jeunes chercheur·ses, ne fera qu’exacerber la compétition délétère pour les recrutements qui laissent nombre d’« excellent·e·s » chercheur·ses sur la touche. Il faut rompre avec une logique qui normalise la multiplication des contrats précaires et repousse le recrutement en faisant attendre une titularisation aussi hypothétique que ridiculement tardive. Nous sommes attaché·es à la mission de service public de l’université, à la complémentarité de l’enseignement et de la recherche, et demandons la création de postes de titulaires en conformité avec les besoins actuels.

Ces inquiétudes touchent à la fois aux projets de réformes des statuts des enseignant·es chercheur·ses et à la mise en concurrence des universités, à la forme singulière que prendrait le management de la recherche et à la précarisation des chercheur·ses qu’il entraînerait, mais sont également liées au sort des personnels BIATSS, qui sont un élément essentiel du fonctionnement des universités.

Les doctorant·es présent·es s’opposent à ce projet de loi tel qu’il se dessine dans les rapports préparatoires et ne peuvent que souhaiter et espérer que les instances dans lesquelles ils et elles travaillent (écoles doctorales, unités de recherche, UFR, Faculté des Lettres, Sorbonne Université), ainsi que leurs collègues titulaires, rejoindront la mobilisation autour de ce projet de loi et prendront la défense des intérêts des personnels, du travail scientifique et de la formation de qualité proposée à l’université.

En résumé, les doctorant·es présent·es demandent :
• L’abandon du projet de loi PPR ;
• L’augmentation du nombre de contrats doctoraux et de leur rémunération ;
• La création de postes de titulaires de l’ESR ;
• Le maintien de la référence aux 192 heures.

Voir la motion au format PDF.

L’Assemblée générale inter-ED

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche scientifique (LPPR)

Paris, le 20 janvier 2020, maj le 21 janvier 2020.

Depuis plusieurs mois, la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) a été rendue publique. Ce texte a vocation à être adopté dans quelques semaines. Déjà, les prises de position se multiplient parmi les personnels BIATSS (techniques et administratifs), chercheur·se·s, enseignant·e·s-chercheur·se·s et leurs syndicats et collectifs à l’encontre de ce texte. De quoi s’agit-il exactement ? Cette analyse, partielle, s’intéresse surtout au volet 2 de la LPRR intitulé « Attractivité des emplois et des carrières ».

D’emblée, la LPRR pose un constat largement partagé : la recherche française est en perte de vitesse, le métier est de moins en moins attractif, et le nombre de doctorantes et doctorants en baisse régulière depuis une dizaine d’années. Les auteur·e·s reconnaissent la faiblesse des salaires des jeunes docteur·se·s recrutés dans la recherche et l’enseignement supérieur, et y voient une des causes de la « fuite des cerveaux » que subit notre pays. Formidable ! pourrait-on se dire, les auteur·e·s vont donc préconiser un dégel du point d’indice, ou des augmentations de salaire, ainsi qu’un plan de recrutement de jeunes docteur·se·s ! Détrompez-vous, c’est tout l’inverse. Après avoir déploré la faiblesse des rémunérations et la perte d’attractivité des métiers de la recherches, notamment du fait de la contractualisation des recrutements, les auteur·e·s et autrices préconisent rien de moins qu’une précarisation croissante et qu’une aggravation de la concurrence.

Les principales propositions de ce texte sont regroupées en six volets :

  • Les rémunérations

  • Emploi et carrières

  • Le doctorat

  • L’entrée de carrière

  • La gestion des « ressources humaines »

1. Les rémunérations

Pas d’augmentation de salaire prévue, ni le dégel du point d’indice, ne rêvons pas. Au lieu de cela, les auteur·e·s préconisent le recours à une augmentation des primes pour les personnels. Ces primes concerneraient également les contractuels. Une partie de ces primes seraient dépendantes de la réussite de certains projets ou appels d’offre.

2. Recrutement et carrières

Le « contrat de mission scientifique »

L’idée est de « relancer l’emploi scientifique permanent en se rapprochant des meilleures procédures de recrutement internationales », c’est-à-dire « en maintenant le nombre d’emplois permanents, complétés par des postes de CDI » (p. 34). Ainsi, le nombre de recrutement par concours ne serait pas augmenté, mais plutôt « stabilisé » à son faible niveau actuel. Il serait complété par des « contrats à durée indéterminée de mission scientifique » et « aligné sur la durée des projets de recherche ». Autrement dit, il s’agit de l’application à la recherche du « CDI de chantier », c’est-à-dire d’un faux CDI, qui prend fin au terme du projet de recherche. Le comble, c’est que les auteur·e·s prétendent qu’un tel contrat a vocation à combattre la précarisation des personnels de la recherche ! En effet, un tel contrat étant assorti à la durée du projet, celui-ci peut donc durer 6 ans, voire 10 ou 12 ans… sans aucune garantie de réembauche au terme de celui-ci.

Les auteur·e·s précisent que le contrat peut également prendre fin si le projet de recherche est abandonné ; dans ce cas, le détenteur du contrat est tout simplement licencié, sans obligation de reclassement.

Le contrat post-doctoral « jeune chercheur »

Autre proposition, la « création d’un contrat à durée déterminée post-doc » nommé « jeune chercheur ». Ce contrat spécifique a vocation à englober les contrats d’ATER, et à améliorer la condition des post-doctorant·e·s. Selon les auteur·e·s, ces contrats pourraient s’étaler de trois à six ans. L’idée est là encore de s’aligner sur ce qui se pratique à l’étranger, où le statut de post-doctorant est plus valorisé.

La « chaire d’excellence junior »

Cette proposition est directement liée à la précédente. Il s’agit d’un recrutement en « titularisation conditionnelle ». Le présupposé est que les postes de maîtres de conférences sont peu attractifs, notamment du fait de leur lourde charge d’enseignement, et trop peu rémunérés au vu de leur qualification. Les auteur·e·s proposent donc d’adopter le mode de recrutement en « tenure-track » en vigueur dans le monde anglophone, et récemment mis en place en Allemagne. Il s’agit non pas d’un poste de titulaire de la fonction publique, mais d’un contrat de 5 à 7 ans (en fonction des disciplines), qui est censé aboutir à une titularisation pour un poste de professeur. Comme l’indiquent les auteur·e·s, il s’agit bien d’une « titularisation conditionnelle », fléchée sur un futur poste de professeur qui est réservé à son détenteur.

Ce contrat, que les auteur·e·s rêvent de nommer pompeusement « chaires d’excellence junior », ne débouche pas sur un recrutement par concours ; la titularisation, elle, dépendrait de multiples évaluations en cours de route. Il ne définit pas non plus un horaire fixe d’enseignements, mais un « volume raisonnable d’enseignement en fonction des caractéristiques de la discipline ». Les détenteurs du contrat disposeraient d’une rémunération « compétitive », comprendre très confortable. Cette rémunération intéressante laisse entendre que « cette mesure n’a pas vocation à être systématiquement généralisée, en raison de son coût »(p. 38), et le nombre de recrutement par ce type de contrat pourrait s’élever à 150 par an. À titre de comparaison, ce sont 1108 maîtres de conférences et 661 professeurs des universités qui ont été recrutés en 2018, dans un contexte de forte érosion des postes ouverts au concours.

On le comprend, l’heure est plus que jamais à un tarissement du recrutement dans l’enseignement supérieur. On voit également se dessiner le plan de carrière type dans l’enseignement supérieur : après la thèse, on enchaînerait avec 3 ans de contrat post doctoral « jeune chercheur », voire 6 ans. Si on a la chance d’être considéré comme un « talent », on aurait l’immense privilège d’être recruté à cette « chaire d’excellence junior », qui mènerait ensuite à une « chaire d’excellence sénior », taillée sur mesure pour des professeurs « stars » de l’enseignement supérieur. Cette « starification » est parfaitement assumée par les auteur·e·s du texte (p. 39).

La dernière proposition de cette partie est une attaque frontale contre le CNU et les qualifications qu’il délivre puisqu’il s’agit de généraliser les dispenses de qualifications pour les établissements d’enseignement supérieur. La suppression de cette qualification est explicitement un des objectifs du groupe de travail.

3. Le doctorat

Premier aspect : les auteur·e·s reconnaissent la nécessité d’adapter la durée du contrat doctoral en fonction des disciplines. Mais l’interprétation qu’ils donnent aux motivations d’un éventuel prolongement est sujet à caution. Selon eux, un allongement se justifierait par « l’obligation d’une immersion d’une durée significative (3 à 6 mois) en entreprise ou en administration, en France ou à l’étranger, et au suivi de modules de formation axés sur la professionnalisation et les « soft skills » ». L’objectif avoué étant de « faciliter l’intégration des titulaires d’un doctorat dans la haute fonction publique ». Dans ce même paragraphe figure la nécessaire prise en compte des situations de parentalité pour les doctorantes et doctorants concernés, qui pourraient bénéficier d’une année supplémentaire.

Ce paragraphe a de quoi interroger : d’une part, les adaptations actuelles du décret de 2016 dans certaines écoles doctorales proposent non pas un allongement de la thèse pour réaliser un stage entreprise ou autre, mais une « année de césure », pendant laquelle l’inscription du ou de la doctorant·e peut être suspendue. De plus, l’expérience en entreprise est présentée dans le rapport comme obligatoire, et on se demande bien où est le lien avec le projet de recherche du ou de la doctorant·e. D’autre part, la suspension de la formation doctorale est un droit accordé en cas de congé maladie ou de situation de parentalité. Dans ce cas, quel pourrait être l’intérêt de cette proposition ?

Les auteur·e·s promettent également de réfléchir à un financement pour tous les doctorant·e·s en formation initiale en ALSHS. Cette formation initiale serait définie par le nombre d’année entre l’obtention du master et l’entrée en doctorat. Ici encore, la méfiance est de mise, tant les situations sont diverses, en particulier en ALSHS.

Grande nouvelle cependant, les auteur·e·s du texte conseillent d’augmenter significativement la rémunération des contrats doctoraux pour la porter à 1,5 fois le SMIC, soit 2 282 euros brut. À titre de comparaison, les contrats doctoraux sans mission complémentaire sont rémunérés 1 684, 93 euros, et 2 024,70 euros lorsqu’il y a mission complémentaire. Cette augmentation doit cependant être permise par une revalorisation de la dotation ministérielle accordée aux établissements d’enseignement supérieur ou de recherche. Reste à savoir si cette préconisation sera suivie d’effet…

Enfin, deux autres propositions visent à créer un cadre juridique commun aux contrats doctoraux de droit public et ceux qui relèvent du droit privé, et augmenter le nombre de thèses financées par le dispositif CIFRE.

4. L’entrée en carrière

Ce point présente d’emblée les charges d’enseignement des maîtres de conférences comme un « handicap » pour les activités de recherche. Pour alléger cette charge, le groupe de travail propose d’abaisser le nombre d’heures d’enseignements des enseignant·e·s-chercheur·se·s nouvellement recrutés d’un tiers de service au minimum pendant trois ans. Pour assurer les heures de cours, ils conseillent de recruter davantage d’enseignant·e·s non chercheur·se·s du type PRAG, mais aussi des enseignants contractuels. Dans le même temps, ils préconisent de faire participer davantage les chercheur·se·s à l’enseignement « dans le cadre d’une mobilité redéfinie et de conventions de site universités-organismes ». (p. 42-43)

Cette proposition se justifie d’après les auteur·e·s par un constat largement partagé de la surcharge d’enseignement des maîtres de conférences, contraints dans de très nombreux cas de cumuler de nombreuses heures supplémentaires, ce qui a un effet négatif sur leurs activités de recherche. Ce que les auteur·e·s ne disent pas, c’est que ce sont moins les charges d’enseignement qui nuisent aux activités de recherche des maîtres de conférences que les charges administratives de plus en plus lourdes, ainsi que la constitution de dossiers de financements.

La suppression de nombreux postes de BIATSS a causé un transfert important de tâches administratives vers les enseignant·e·s-chercheur·se·s, alourdissant leur charge de travail au détriment de leurs enseignements et de leurs projets de recherche. Une première réponse aurait été de recruter de nombreux personnels de BIATSS, et de pérenniser les subventions de recherche pour atténuer la course aux financements, ce qui n’est pas envisagé ici.

La deuxième proposition vise à remettre en cause les statuts existants à l’université pour les enseignant·e·s-chercheur·se·s. En prenant le prétexte du caractère dépassé de la distinction entre maîtres de conférence et professeurs d’université, le rapport propose de fusionner les deux corps dans un corps unique. Si cette mesure n’aboutissait pas, les auteur·e·s proposent de changer le nom du corps des « maîtres des conférences » (trop « peu lisible à l’international ») pour lui substituer « professeur-assistant », traduction approximative de l’équivalent des universités anglo-saxonnes. (p. 43).

5. La gestion des « ressources humaines »

Ce cinquième point insiste lourdement sur la nécessité d’une véritable gestion des ressources humaines dans le domaine de la recherche et de l’enseignement supérieur. Il s’agirait, dans les grandes lignes, de superviser au niveau national les « grands équilibres » dans le recrutement et le déroulement des carrières dans les différentes disciplines, d’encourager les établissements de recherche et d’enseignement supérieur à réaliser des schémas prévisionnels de gestion des ressources humaines. Faut-il craindre une pression accrue de la part du ministère sur les établissements d’enseignement supérieur et les équipes de recherche ?

Dans la continuité des précédentes propositions concernant l’enseignement chez les enseignant·e·s-chercheur·se·s, les auteur·e·s du rapport préconisent de faire évoluer le calcul du temps dévolu à l’enseignement : il s’agirait de supprimer la référence aux 192 heures au profit d’un calcul en crédits ECTS. L’objectif est de mettre en place des services d’enseignements pluriannuels, pour mettre fin au versement d’heures complémentaires (p. 47). Ici encore, les auteur·e·s appellent à mettre en place une « véritable culture du management et de l’évaluation ».

Certaines organisations syndicales craignent le fait que la répartition des heures d’enseignement dépendent des évaluations individuelles des enseignant·e·s-chercheur·se·s : aux mieux notés un moindre nombre d’heures d’enseignements, aux plus mal notés une charge plus lourde ! On peut se demander aussi s’il ne s’agit pas d’ouvrir une possibilité pour augmenter dans certains cas la charge d’enseignement sans avoir à rémunérer les heures complémentaires, comme cela a été mentionné plus tôt.

Dans ce cadre, par rapport à quelle référence se déciderait la diminution d’un tiers du service d’un ou d’une jeune « professeur assistant » ? Sans référence réglementaire, cette proposition risque d’être de la poudre aux yeux pour les nouvelles et nouveaux recrutés.

Point d’orgue de cette politique de gestion des ressources humaines, la création d’une École du Management de la Recherche est ainsi préconisée, ainsi que des « contrats d’objectifs » dans le dernier point abordé par le rapport.

Quelles conséquences pour nous doctorantes et doctorants ?

S’il y a lieu de se réjouir de la proposition d’augmenter la rémunération du contrat doctoral, de nombreuses propositions demeurent très floues :

  • Il n’y a aucune proposition claire pour augmenter le nombre de contrats doctoraux, y compris dans les ALSHS. Les auteur·e·s ne disent rien sur ce qui pourrait permettre à toutes et tous les doctorantes et doctorants de disposer d’un financement pour une thèse en ALSHS.

  • Le paragraphe portant sur l’adaptation de la durée du doctorat est particulièrement flou. Surtout, il préconise des modalités de prolongement qui existent déjà, que ce soit pour mener à bien une expérience professionnelle ou pour les situations de parentalité. Rien sur la spécificité des thèses en ALSHS où nous sommes amené·e·s à dépasser les trois années du contrat doctoral.

  • La disparition du contrat d’ATER dans le contrat « jeune chercheur » pose également problème. De nombreuses et nombreux doctorantes et doctorants ont recours à ces contrats pour financer leur thèse à l’issue de leur contrat doctoral. Même si cette solution n’est pas idéale du fait du grand nombre d’heures de cours, elle a le mérite de permettre de rester dans le circuit de l’enseignement supérieur pendant la fin de la thèse, et au-delà de la soutenance. Dans le rapport, rien n’est explicitement prévu pour permettre un financement sur l’ensemble de la durée de la thèse au-delà des trois ans du contrat doctoral du fait de la suppression des contrats d’ATER pour les doctorantes et doctorants en ALSHS.

De plus, il y a tout lieu de s’inquiéter de l’injonction des auteur·e·s à réaliser un stage professionnel durant sa thèse. Ce type de projet doit demeurer strictement facultatif et basé sur le volontariat. L’idée selon laquelle le doctorat doit devenir un vivier de recrutement pour la haute fonction publique est également récurrente dans le texte. Il s’agit certes d’un débouché comme un autre pour de nombreux·se·s doctorant·e·s, mais quel sens cela a-t-il de le présenter comme l’alternative principale à un recrutement dans la recherche publique ? S’agirait-il de faire des docteurs des remplaçants des lauréats de la future défunte ENA ?

En ce qui concerne le futur plan de carrière dans la recherche qui se dessine, les doctorantes et doctorants actuels ont tout à y perdre : aucune perspective d’augmentation des recrutements sur des postes pérennes, titularisation repoussée aux calendes grecques, mise en concurrence entre des « professeurs-assistants » et des futures stars de l’enseignement triées sur le volet et grassement rémunérées, augmentation du recours aux contractuels et aux chercheur·se·s non-enseignant·e·s, pression accrue via une politique managériale de la recherche etc.

Bref, loin de résoudre la question de la précarité, ce rapport promet au contraire de l’aggraver. Rappelons que le statut de la fonction publique, et le statut spécifique des enseignant·e·s-chercheur·se·s est une garantie d’indépendance et de sécurité financière, sans lesquelles il ne saurait y avoir de recherche ambitieuse et soucieuse de l’intérêt public. Ce statut doit être pérennisé pour les générations actuelles et futures de chercheu·se·s.

Ce volet de la LPPR, comme tous les autres, doit être combattu, au nom de l’avenir de la recherche en France et au nom de notre propre avenir dans celle-ci.

Télécharger l’article au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Épinglez (épinglé.e.s, épinglé-e-s, épinglæs, épinglé·es…)

Paris, le 16 janvier 2020.

“Épinglez” (ou toute autre orthographe) est un événement féministe, scientifique et créatif organisé chaque année par la BAFFE (Brigade d’actions féministes en faveur de l’égalité) et le Collectif Doctoral de Sorbonne Université. Le principe : épingler les auteur·ices, faits, personnages sexistes (etc.) rencontrés au cours de nos travaux de recherche.

L’événement possède désormais son propre carnet Hypothèse où vous retrouverez les archives : https://epinglez.hypotheses.org/

Voir aussi les pages dédiées à chacune des éditions, l’appel à communication pour l’édition 2020 est déjà disponible !

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Présentation des conseils centraux et facultaires 2019

Paris, le 18 novembre 2019.

Les mercredi 27 et jeudi 28 novembre prochains, les doctorant·e·s sont appelés à voter lors des élections des conseils centraux et facultaires ! C’est l’occasion de découvrir le mode de représentation des doctorant·e·s à Sorbonne Université.

On peut distinguer deux échelons dans les conseils de l’Université : l’échelon universitaire et l’échelon facultaire.

Échelon universitaire : les deux Conseils centraux

Le Conseil d’administration. Il détermine la politique de l’établissement, en délibérant notamment sur le contenu du contrat d’établissement. Il vote le budget et approuve les comptes.

Le Conseil académique. Il regroupe les membres de la Commission de la recherche (CR) et de la Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU).

  • La Commission de la recherche (CR) répartit l’enveloppe des moyens destinée à la recherche telle qu’allouée par le conseil d’administration, fixe les règles de fonctionnement des laboratoires après avis du conseil de faculté concerné. Elle est, en outre, consultée sur les conventions avec les organismes de recherche, et adopte les mesures de nature à permettre aux étudiants de développer les activités de diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle.
  • La Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU) adopte notamment la répartition de l’enveloppe des moyens destinée à la formation telle qu’allouée par le conseil d’administration, les règles relatives aux examens et d’évaluation des enseignements et les mesures de nature à permettre la mise en œuvre de l’orientation des étudiants et la validation des acquis, à faciliter leur entrée dans la vie active, à favoriser les activités culturelles, sportives, sociales ou associatives offertes aux étudiants, à améliorer les conditions de vie et de travail, et à favoriser l’accueil et la réussite des étudiants présentant un handicap. La commission de la formation et de la vie universitaire est également consultée sur les programmes de formation des composantes.

Échelon facultaire : les Conseils de Faculté

L’Université est composée de trois facultés :

  • La faculté des Lettres ;
  • La faculté de Médecine ;
  • La faculté des Sciences et Ingénierie.

Chaque faculté est administrée par un conseil. Les statuts de chaque faculté déterminent la composition du conseil. Le conseil de la faculté règle par ses délibérations les affaires de la faculté. Il contribue notamment à la politique de recherche, de formation, de vie étudiante et de vie de campus de l’université ; à l’élaboration du projet d’établissement de l’université.

Le Collectif présente des listes pour chacune des trois instances de l’échelon universitaire (CA, CR et CFVU)  et une pour le Conseil de la Faculté des Lettres.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Professions de foi 2019

Paris, le 18 novembre 2019.

Notre mot d’ordre pour ces élections : la diversité de la recherche !

Cela se traduit par les profils variés des candidat·e·s que nous présentons : d’origines diverses, travaillant dans  différentes disciplines, ils et elles sauront représenter l’ensemble de la communauté doctorale.

Commission recherche

Pour la Commission de la recherche du Conseil académique (CR), le Collectif Doctoral présente la liste La diversité de la recherche avec Doc’Up.

Vos candidat·e·s doctorant·e·s

SAIGNOL Côme ED III
AMRANE Rania ED 394
BAROUDI Nabil-Bey ED 388
MARINE-GOUGEON Adélaïde ED II
PORCHER Pierre ED II
LILIA JAABAR Ilhem ED 394
BISTONI Oliviero ED 564
CONDI Louise ED V

Notre profession de foi est commune avec les doctorant·e·s de la Faculté des Sciences !

Conseil d’administration et CFVU

Pour le Conseil d’administration (CA) et la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire du Conseil académique (CFVU), le Collectif Doctoral présente la liste Alliance Solidaire et Déchaînée avec l’AGEPS et Solidaires Étudiant-e-s Jussieu.

Votre candidat doctorant pour le Conseil d’administration

BERTHELIER Vincent ED V

Vos candidat·e·s doctorant·e·s pour la CFVU

MILLOT Théo ED III
SAIGNOL Côme ED III
TURBIAU Aurore ED III

Retrouvez notre profession de foi commune pour ces deux conseils !

Conseil de la Faculté des Lettres

Pour le Conseil de la Faculté des Lettres, le Collectif Doctoral présente la liste Collectif Doctoral, pour la diversité de la recherche.

Vos candidat·e·s doctorant·e·s

PAOLA BELLINI Anna ED III
GOUDJIL Romain ED I
DE LYROT Alice ED II
POULLE Jean-Benoît ED II

La profession de foi est ici centrée sur le doctorant en Lettres et sciences humaines et sociales.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Bilan 2019 de nos élu·e·s

Paris, le 18 novembre 2019.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université présente ses listes pour les élections qui auront lieu les mercredi 27 et jeudi 28 novembre 2019 ! Il est donc temps de dresser le bilan des deux années de mandat de nos élu·e·s à la Commission de la recherche du Conseil académique et au Conseil de la Faculté des Lettres :

Engagements aux élections générales Université Paris-Sorbonne Statut à ce jour
1 Représentation des doctorant·e·s TENU. Le Collectif doctoral a pris en compte les situations spécifiques de chaque doctorant·e. À cet effet, nos élu·e·s ont participé régulièrement aux travaux des conseils et commissions dont ils étaient membres.
Ils se sont opposé·e·s à la hausse des frais d’inscription pour les doctorant·e·s étranger·ères, sont intervenus pour accélérer le remboursement des frais de mission encore impayés, ont demandé la mensualisation des vacataires.
La liste d’union avec Doc’Up au niveau universitaire, cas unique d’entente dans le paysage électoral universitaire, a permis de mutualiser les expériences et de découvrir les contraintes propres aux champs disciplinaires variés de l’université. Nous nous inquiétons régulièrement de l’octroi d’un lieu de travail et de vie dédié aux doctorants.
2 Défense d’une indispensable souplesse dans les engagements de formation doctorale TENU. Cette conception est partagée par la plupart des enseignants-chercheurs en Lettres, sciences humaines et sociales avec lesquels cette question a été abordée, lors des réunions des écoles doctorales ou lors de discussions avec l’Institut de Formation Doctorale.
3 Améliorer la promotion des travaux des doctorant·e·s et des thèses soutenues TENU. Le pôle scientifique du Collectif doctoral a organisé plusieurs événements importants à cette fin : la journée d’étude Sorbonne Actuelle avec speed-thesing et groupes de réflexions (janvier 2018 et 2019) ; la participation à la Fête de la Science (octobre 2018 et 2019) sur le thème « Sciences sur mesure »  ; et l’organisation d’Épinglées (mars 2018 et 2019) en collaboration avec la BAFFE.
4 Charte du doctorat commune à Sorbonne Université TENU. Après dix mois de travail du groupe de travail formé au sein de la Commission de la Recherche, la charte du doctorat et la matrice du règlement intérieur des ED a été adoptée pour la rentrée universitaire 2019-2020, en prenant en compte autant que possible les spécificités des études doctorales dans les divers champs et disciplines de Sorbonne Université.
5 Rédaction du guide du doctorat commun à Sorbonne Université EN COURS. Nos élu·e·s ont participé à plusieurs réunions avec l’Institut de Formation Doctorale (IFD) pour réfléchir à la réécriture d’un guide du doctorat, dont une déclinaison sera traduite et réservée aux doctorants étrangers. Une réflexion est par ailleurs en cours pour créer un portail d’information qui regrouperait toutes les formations doctorales proposées au sein de l’Université, leur donnerait davantage de visibilité et faciliterait l’organisation de la formation des doctorants par eux-mêmes.
6 Accès aux bibliothèques pour les jeunes docteur·e·s EN COURS. Suite à l’initiative de la BIS, qui a accordé la possibilité aux jeunes docteurs de rester lecteurs après leur soutenance, nous avons demandé l’extension de cette disposition à toutes les bibliothèques de Sorbonne Université. La réflexion est en cours et nous espérons que les jeunes docteurs sans postes pourront accéder autant que de besoin aux ressources documentaires et électroniques dont ils ont besoin pour travailler.

Nous sommes très fiers du travail accompli et nous entendons bien poursuivre dans cette voie !

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Élections 2019 : comment voter ?

Paris, le 15 novembre 2019.

Vous comptez bien participer à l’élection des instances de la nouvelle université mais vous êtes un peu perdu·e·s entre les différentes dates, collèges, bureaux de votes ? Pas de panique, on vous explique !

  • Personnel ou usager ?

Il y a deux grandes catégories de votants : les personnels de l’université et les usagers, c’est-à-dire les étudiant·e·s. Pour ces élections, seuls les usagers sont appelés à voter, et les doctorant·e·s sont inscrit·e·s par défaut sur les listes usagers.

  • Collège U ou collège D ?

Les sièges dans les différents conseils sont répartis en fonction des collèges électoraux. La Commission Recherche et le Conseil de Faculté ont des sièges réservés aux doctorant·e·s. Voici les différents collèges électoraux dans lesquels sont inscrit·e·s les doctorant·e·s :

Instance Usagers
Conseil d’Administration U
Commission de la Formation et de la Vie Universitaire du Conseil Académique U
Commission de la Recherche du Conseil Académique U
Conseil de la Faculté des Lettres D
  • Quelles dates ?

L’ensemble des étudiant·e·s votent le mercredi 27 et le jeudi 28 novembre 2019.

  • Sorbonne ou Clignancourt ?

Il y a un bureau de vote sur tous les principaux sites de l’université, notamment en Sorbonne, à Clignancourt, Malesherbes et au Celsa.

Attention, vous ne pouvez pas voter où bon vous semble ! Pour connaître votre bureau de vote de rattachement, vous devez consulter les listes électorales. Il y a une liste électorale pour les conseils centraux et une liste électorale pour les conseils de Faculté.

Les listes électorales des usagers se trouvent à cette adresse : https://www.sorbonne-universite.fr/newsroom/actualites/elections-etudiantes

Si vous êtes absent·e·s de ces listes, vous pouvez adresser une demande de révision des listes électorales à l’adresse mail suivante : Elections-Conseils2019@sorbonne-universite.fr

  • En personne ou par procuration ?

Vous avez jusqu’à la veille du scrutin pour établir vos procurations. Pour cela, il faut vous rendre dans un des centres de procuration. La procédure est détaillée dans les arrêtés électoraux disponibles à cette adresse : https://www.sorbonne-universite.fr/newsroom/actualites/elections-etudiantes

Vérifiez auparavant sur les listes électorales dans quels collèges vous êtes inscrit·e·s ! Il faudra remplir une procuration par collège et votre mandataire doit être inscrit dans les mêmes collèges que vous. Vous devrez fournir une pièce d’identité et, le cas échéant, soit le numéro étudiant de votre mandataire (pour les usagers), soit sa date de naissance (pour les personnels).

Tout cela vous paraît bien compliqué ? Rappelez-vous qu’il s’agit d’élire vos représentant·e·s pour porter les intérêts des doctorant·e·s à Sorbonne Université ou beaucoup de choses sont encore dans le flou, c’est donc le moment où jamais de se mobiliser !

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Stop à la précarité étudiante !

Paris, le 11 novembre 2019.

Le vendredi 8 novembre, un étudiant a tenté de s’immoler par le feu devant un bâtiment du CROUS de Lyon. À l’heure où ces lignes sont écrites, il est dans un état critique. Peu avant ce geste, il a écrit une lettre qui dénonce, entre autres, la précarité de la situation sociale des étudiant·e·s boursier·ère·s. Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université adresse son soutien le plus fraternel à cet étudiant, à sa famille, à ses camarades de Solidaires étudiant-e-s.

Certaines et certains d’entre nous ont une mission d’enseignement et enseignent à des étudiant·e·s de licence et de master. À ce titre, notre émotion est grande face à ce geste désespéré. Nous sommes engagé·e·s pour l’épanouissement des étudiant·e·s et déplorons de voir la réussite de certains d’entre eux gravement compromise par la précarité dans laquelle ils vivent. Ce terrible geste rappelle qu’aujourd’hui, les conditions matérielles et morales ne sont pas réunies pour la réussite de toutes et tous.

Nous demandons au gouvernement et en particulier au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation d’écouter les revendications des syndicats et d’améliorer sensiblement les conditions de vie et d’études de la jeunesse étudiante.

Notre vigilance est particulièrement éveillée par les mesures récentes qui accroissent la précarité des étudiant·e·s : la loi ORE et la sélection à l’université ; l’augmentation des frais d’inscription pour les étrangers ; et de manière générale l’austérité budgétaire imposée à l’enseignement supérieur, et à celles et ceux qu’il emploie.

Nous continuerons donc à lutter, aux côtés des étudiant·e·s et des personnels pour une université ouverte, émancipatrice, vivante.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Consulter le communiqué au format PDF.