Archives de catégorie : Qui sommes-nous?

Portrait : Simon Vacheron

simon

  •  Présente-toi en quelques phrases.

Je m’appelle Simon Vacheron, j’ai 30 ans et suis doctorant à Paris-Sorbonne depuis novembre 2012. Je suis donc dans ma 5e (et dernière j’espère) année. Ma thèse s’intitule Mobiliser l’industrie textile (laine et coton). L’État, les entrepreneurs et les ouvriers dans l’effort de guerre, France, 1914-1920, sous la co-direction de Dominique Barjot et Olivier Dard. Je dépends de l’École Doctorale II et suis rattaché à l’UMR Roland Mousnier.

Dans le même temps, je suis fonctionnaire de la Ville de Paris, dans un service d’aide sociale. J’ai donc, pendant les trois premières années de ma thèse, travaillé au rythme des 35 heures hebdomadaires en plus de mes recherches. Depuis un an, je bénéficie d’une mise en disponibilité de deux ans, ce qui me permet aujourd’hui d’avoir tout mon temps pour achever ma thèse.

Depuis octobre dernier, je suis membre fondateur et président du Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne. Nous avons voulu créer cette structure, à la suite des élections des représentants doctorants à la Commission Recherche de l’université, dans un triple but : 1/ renforcer notre légitimité et notre visibilité auprès de l’administration ; 2/ dynamiser les rencontres interdisciplinaires des doctorants, que ce soit pour des événements scientifiques ou des activités plus conviviales ; 3/ rendre plus accessibles les informations liées aux questions de formation, de droits et d’évolution des législations et réglementations.

  • Pourquoi la thèse ? Qu’est-ce qui t’y a amené ?

Tout d’abord, la thèse m’est apparue comme la continuité et l’achèvement logiques de mes études commencées il y a onze ans (déjà !), ici même à Paris-Sorbonne.

Quant au sujet, il m’est venu au gré de mes lectures, l’année qui a suivi mon master 2. D’une part, le centenaire de la Grande Guerre arrivait à grands pas, et, d’autre part, je me suis rendu compte que peu de choses avaient été écrites sur la production des uniformes, des effets d’habillement, et que beaucoup d’idées reçues, souvent des raccourcis, circulaient. Je m’intéresse aussi fortement aux questions liées au travail et aux relations professionnelles. La guerre représentait un cadre fort intéressant.

En outre, j’ai un directeur de recherche avec qui je m’entends très bien depuis longtemps, j’avais donc envie de continuer l’aventure avec lui. Donc autant en profiter !

  • As-tu des projets en cours ou à venir ?

Il est vrai que lorsqu’on est en fin de thèse, on pense surtout à finir ce qu’on a commencé !

Plus concrètement, le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne constitue un défi multiforme très formateur et motivant dans un contexte de changements institutionnels : réforme du doctorat et fusion entre Paris-Sorbonne et l’UPMC (Paris 6).

En effet, comment définir le doctorat de Lettres, Langues et Sciences Humaines et Sociales (LLSHS) à une époque où l’efficacité et l’économie de temps deviennent prioritaires dans des domaines qui exigent du temps et un droit au doute ? De même, alors que notre université va fusionner avec une autre plus centrée sur les sciences dites dures et la médecine (sauf vote contraire en janvier), comment concilier ces différents cadres du doctorat ?

Je ne reste cependant pas non plus inactif sur le plan scientifique ! Je suis ainsi adhérent de l’Association des Jeunes Chercheurs en Histoire (AJCH), et participe à l’organisation d’une Journée d’Étude qui se déroulera à Lille, le 19 mai 2017, sur le thème des « sources exogènes » [http://ajch.fr/?p=5676]. Restez donc à l’affût de vos boîtes mails, l’appel à contribution ne devrait pas tarder (si ce n’est déjà fait) !

  • Un conseil à donner aux doctorant.e.s et futurs doctorant.e.s ?

Ne vous prenez pas la tête. Faites ce qui vous plaît, sans vous soucier des a priori. Si aujourd’hui le discours officiel insiste, certes non sans raison mais parfois assez lourdement, sur l’insertion professionnelle, il ne faut pas que cela crée chez vous le moindre blocage. C’est même votre liberté de recherche, d’action et de penser qui vous sera très utile dans l’avenir ! Cultivez-la !

Ah ! Et puis n’hésitez pas à nous rejoindre ! ça vous aidera à rencontrer d’autres doctorant.e.s et pour le moral, c’est bon !