Archives de catégorie : Article

Guide sur le questionnaire officiel de Sorbonne Université et la prolongation des contrats doctoraux

Paris, le 29 juin 2020.

Chères et chers doctorantes et doctorants,

Vous avez été récemment destinataires d’un message de votre École Doctorale vous informant que vous recevrez prochainement un questionnaire portant sur la prolongation des contrats doctoraux. Ce questionnaire doit permettre la mise en œuvre de l’engagement ministériel de la prolongation des contrats doctoraux à l’échelle de l’université, tout en prenant en compte de la diversité des parcours.

Il a été élaboré dans une double finalité : d’une part, recenser les potentiels candidats à un prolongement du contrat doctoral ; d’autre part, évaluer l’impact de la crise sanitaire sur l’ensemble des doctorants.

Or, à la Faculté des Lettres, les doctorantes et doctorants bénéficiant d’un financement dédié au travail de thèse sont très minoritaires. Quelle que soit votre situation, que vous soyez financé ou non, quel que soit votre type de contrat, le Collectif Doctoral vous encourage à remplir ce questionnaire.

En effet, même si vous ne pouvez pas prétendre à un prolongement de votre financement par contrat doctoral, ce questionnaire sera utilisé par votre École Doctorale pour prendre en considération les conséquences de la crise sanitaire sur vos recherches, et pourra faciliter vos éventuelles demandes de prolongation de la durée de votre thèse.

Pour vous aider à remplir ce questionnaire, nous vous proposons un guide qui prend en compte la diversité des situations.

Un questionnaire dynamique

Le questionnaire se présente sous une forme dynamique : en fonction de vos réponses précédentes, de nouvelles questions apparaissent et disparaissent suivant une arborescence qui a été relue par les membres du Collectif Doctoral.

Vous êtes donc invités à vous montrer vigilants sur les réponses que vous apportez, en particulier pour la demande de prolongation du contrat doctoral, car il s’agit de la première étape pour constituer le dossier officiel. Le questionnaire distingue soigneusement la demande de réinscription administrative de la thématique du financement :

Si vous ne disposez pas de financement spécifique pour votre doctorat mais que vous estimez avoir souffert de la crise sanitaire dans vos recherches, vous êtes invités à indiquer que vous souhaitez une prolongation de votre inscription en thèse. C’est ainsi que l’École doctorale prendra en considération votre demande pour vous l’accorder plus facilement, et pourra mesurer l’impact de la crise sur l’ensemble des doctorants.

De même, certaines Écoles doctorales ont transmis l’information selon laquelle les doctorantes et doctorants contractuels en fin de troisième année qui ont obtenu un contrat d’ATER pour la rentrée prochaine ne pourraient pas bénéficier de cette prolongation du contrat doctoral. En conséquence, celles et ceux qui se trouvent dans cette situation sont invités à indiquer qu’ils sollicitent une prolongation de leur inscription en doctorat, et non de leur contrat doctoral.

Une procédure dématérialisée

Afin que la demande de prolongation du contrat soit complète, plusieurs documents sont nécessaires : une demande de la part du doctorant via le questionnaire ; un avis rédigé du directeur de thèse ; et un second avis du directeur d’unité. Posur rassembler ces documents, la perspective retenue a été la suivante : à aucun moment, la doctorante ou le doctorant ne doit télécharger et demander les signatures lui-même, l’ensemble de la procédure est gérée de manière dématérialisée par l’Institut de Formation Doctorale (IFD).

Comment se déroule la procédure dans sa totalité ? Concrètement :

  • L’ensemble des Écoles Doctorales ont transféré leurs listes de doctorantes et doctorants inscrits auprès de l’IFD ;

  • Ce dernier génère en retour des courriels et liens individuels afin que chaque doctorant puisse répondre au questionnaire ;

  • En fonction de la demande ou non de prolongation du contrat, l’IFD contacte le directeur de thèse en transmettant les réponses du doctorant·e et en lui demandant un avis ;

  • Puis, l’IFD contacte le directeur de l’unité en transmettant les réponses du doctorant et l’avis du directeur de thèse ;

  • Enfin, chaque École Doctorale arbitre l’ensemble des dossiers qui seront transmis au ministère.

Il faut noter que si l’établissement portera un regard sur l’ensemble des demandes, l’arbitrage réside véritablement à l’échelle de l’École Doctorale.

Les élues et élus doctorants dans les Conseils des Écoles Doctorales ont donc un rôle primordial à jouer dans cette dernière étape. De part leurs connaissances disciplinaires et leur mandat électif, ils sont à même d’être des interlocutrices et interlocuteurs privilégiés pour simplifier les démarches, accompagner les doctorants, mais aussi porter un regard sur la procédure en cours. Tous cas litigieux devra impliquer des représentants élus des doctorants.

Le cas des doctorants agrégés

Le cas minoritaire des doctorantes et doctorants détenteurs du concours de l’agrégation est à souligner. Si le cas classique pour la Faculté des Lettres est de demander une prolongation de trois ou quatre mois, il est possible de considérer que cette prolongation n’est pas adaptée aux contraintes administratives qui pèsent sur les doctorants contractuels titulaires du second degré. La demande de disponibilité dure en effet une année entière (et non quelques mois) et elle est de plus en plus difficile à obtenir : si l’année dernière, l’académie de Versailles les refusait de manière systématique, il semblerait que ce soit cette année celle de Créteil qui pose difficulté.

Dans l’encart correspondant, le Collectif Doctoral vous invite donc à motiver votre demande de prolongation d’un an en faisant état de cette situation administrative complexe. Vous pouvez par exemple partir de l’énoncé suivant et l’adapter selon votre situation :

Même si le retard pris dans mes travaux n’est que de trois mois, je demande une prolongation de mon contrat doctoral d’un an afin de pouvoir disposer d’une disponibilité de mon académie couvrant l’ensemble de l’année scolaire.

Toute information notée dans cet encart sera examiné par l’Ecole Doctorale, il est donc essentiel de ne pas l’oublier.

Concernant la date butoire, elle est fixée à la mi-juillet pour que les Écoles Doctorales étudient les dossiers des doctorantes et doctorants en troisième année. Vous êtes donc toutes et tous invités à remplir le questionnaire dès sa réception.

En cas de difficulté, le Collectif Doctoral peut être contacté à l’adresse suivante : collectifdoctoral@gmail.com. Nous nous tenons à votre disposition !

Télécharger le guide au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Retour sur l’enquête des associations de doctorantes et de doctorants de Sorbonne Université

Paris, le 29 juin 2020.

Au sortir du confinement, le Collectif Doctoral, en collaboration avec Doc’Up, a réalisé une enquête auprès des doctorantes et doctorants de Sorbonne Université pour mieux comprendre comment ils ont vécu cette période de crise sanitaire, connaître les difficultés qui se sont présentées à eux et évaluer leurs besoins. D’une part, le questionnaire concernait les conditions de confinement des doctorant·e·s et les problèmes de santé, physique et mentale, qu’ils ont pu connaître en lien avec cette période exceptionnelle. D’autre part, l’enquête s’intéressait à leurs conditions de travail, à leur travail de thèse et plus généralement au sein de l’université.

Le nombre de participantes et participants à cette enquête nous permet d’avoir une meilleure idée des difficultés présentes et à venir pour les doctorantes et doctorants de Sorbonne Université et en particulier de la Faculté des Lettres.

1. Profils des doctorant·e·s ayant répondu à l’enquête.

Sur les 294 participant·e·s à cette enquête, 98 % sont affilié·e·s à la Faculté des Lettres. Toutes les écoles doctorales sont représentées même si l’on observe une assez faible représentation de l’ED 124 d’Histoire de l’art et archéologie (1 % des réponses) et de l’ED 434 de Géographie (3,4 % des réponses).

La plupart des répondant·e·s sont dans leur première à troisième année (± 20 % pour chaque catégorie). Un tiers des répondant·e·s sont inscrit·e·s en doctorat depuis plus de trois ans. Les répondant·e·s ont entre 22 et 77 ans même si une majorité d’entre eux se situe dans la fourchette 24-35 ans.

Si 35 % des répondant·e·s bénéficient d’un contrat doctoral ou d’un ATER, et 6,6 % d’une bourse, plus de la moitié des répondant·e·s vivent sur des financements personnels ou travaillent en dehors du monde académique. 40 % des répondant·e·s assurent une mission d’enseignement (mission complémentaire au contrat doctoral ou vacations). Enfin, 6 % des doctorant·e·s ayant répondu à l’enquête sont chargé·e·s d’un autre type de mission complémentaire à leur contrat doctoral (valorisation de la recherche, diffusion de l’information scientifique, expertise).

Le nombre, relativement important, de doctorant·e·s ayant participé à l’enquête, et la diversité des situations dans lesquelles ils se trouvent, nous permettent d’affirmer que ce questionnaire nous donne une image assez précise et représentative des doctorant·e·s de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, de leurs difficultés et de leurs attentes.

2. Conditions de confinement : Habitat, Cohabitation, Ressources

Plus de la moitié des répondant·e·s ont été confiné·e·s dans un appartement, auxquel·le·s s’ajoutent 20 % qui été confiné·e·s dans un studio. Plus de la moitié des doctorantes et doctorants n’avait pas accès librement et en sécurité à l’air libre (jardin ou campagne alentour).

Si 64 % d’entre elles et eux ont vécu cette période avec des membres de leur famille ou des ami·e·s, et près de 10 % en colocation, un quart des doctorantes et doctorants ont affronté ce confinement seul.

Parmi les 294 répondant·e·s, 25 % ont également dû s’occuper de quelqu’un·e en plus d’eux même durant le confinement : principalement leur(s) enfant(s), mais aussi pour plus d’un quart d’entre eux, des personnes dépendantes ou en situation de handicap.

Parmi les doctorantes et doctorants qui travaillent aussi en dehors du monde académique pour subvenir à leurs besoins, 46 % d’entre elles et eux ont pu télétravailler. Les répondant·e·s, notamment ceux qui enseignent dans l’éducation nationale, signalent la surcharge de travail née de l’enseignement à distance durant cette période.

47 % des doctorantes et doctorants tirant leur ressource d’un travail en dehors du monde académique n’ont pu travailler pendant cette période. Si certain·e·s précisent qu’ils ont bénéficié du chômage partiel, plusieurs d’entre eux témoignent de leur licenciement.

Les doctorantes et doctorants se finançant par leurs propres moyens, notamment les doctorant·e·s étranger·e·s, ont dû faire face à des problèmes financiers quotidiens du fait du ralentissement, sinon du blocage, des transferts d’argent depuis leur pays d’origine.

Le confinement des doctorantes et doctorants de la Faculté des Lettres a généré des situations difficiles tant sur le plan économique que social. Un quart des doctorant·e·s ont dû affronter la période seul·e·s. La moitié des doctorant·e·s n’a pu sortir prendre l’air convenablement pour exercer le minimum d’activité physique nécessaire pour conserver un moral satisfaisant. La situation des doctorant·e·s non financé·e·s est plus difficile encore puisque s’ajoute pour certains d’entre eux l’anxiété liée à la perte de leurs revenus.

3. Santé des doctorant·e·s

Un quart des répondant·e·s se déclarent potentiellement personnes à risque vis-à-vis du Covid-19 ; peu nombreux sont ceux qui déclarent l’avoir contracté (5,5 %). 30 % des doctorant·e·s déclarent ne pas savoir s’ils l’ont contracté. L’existence de cas asymptomatiques, mais également de cas avec des symptômes légers n’ayant pas nécessité de test est assurément la cause de ce type de réponse.

En revanche près d’un quart des répondant·e·s disent avoir un ou une proche ayant contracté la maladie. 15 % des répondant·e·s déclarent avoir dû faire face à un décès (toutes causes confondues) durant la période de confinement.

Le deuil, l’anxiété liée à la contraction de la maladie par un ou une proche ou soi-même, ajoutée à l’angoisse concernant la situation économique, sont autant de facteurs qui affectent la santé mentale des doctorantes et doctorants de la Faculté des Lettres. C’est ce qu’affirment 45 % d’entre eux, principalement à cause du Covid-19 (57 %), mais aussi de la solitude (41 %) puis des problèmes financiers engendrés par la crise (41 %), des problèmes administratifs liés aux fermetures de toutes les administrations (41 %).

Les témoignages mettent en avant le surmenage causé par cette période du fait de la combinaison du télétravail, du travail de thèse et de l’atmosphère anxiogène. Plusieurs doctorant·e·s étranger·e·s pointent l’impact majeur de la crise sur leur relation avec leurs proches dans leur pays d’origine et la solitude qu’ils ont vécue en France, loin de leurs attaches, ainsi que les difficultés accrues dans les démarches administratives inhérentes à leur statut. Par ailleurs l’inquiétude pour les proches est une angoisse partagée et explicitement mentionnée par l’ensemble des doctorantes et doctorants. Plusieurs précisent dans leur témoignage que la période de confinement a déclenché des troubles du rythme de vie, des troubles alimentaires et plus généralement de symptômes liés à un état dépressif.

Par ailleurs, 19 % des répondant·e·s témoignent avoir souffert d’autres maux et problèmes de santé préexistants à la crise, parfois graves, sans pouvoir se faire soigner ni se faire aider durant le confinement, et entraînant des difficultés à travailler.

4. Condition de travail sur la thèse en période de Covid-19

Même confiné·e de manière idéale, « le travail monacal de la thèse, enfermée dans une chambre pendant deux mois et sans contacts extérieurs, c’est la déprime garantie ». C’est probablement l’idée qui ressort le plus de cette partie de l’enquête sur le travail de doctorat lui-même. En tout état de cause, les conditions de travail n’étaient pas propices à un avancement productif de la thèse.

Si très peu de répondant·e·s manquaient de matériel informatique (4 %) et d’une connexion internet suffisante (11 %), près d’un tiers n’avaient tout simplement pas d’endroit pour s’isoler pour travailler. Par ailleurs 48 % des doctorant·e·s affirment avoir été contraint·e·s d’engager des frais (matériel informatique, livres…), pour des montants qui se situent entre quelques euros jusqu’à 1 500 €, et pour un montant moyen de 100-200 €. 61 % des doctorant·e·s répondent n’avoir eu accès que partiellement et insuffisamment à la bibliographie nécessaire à leur travail.

Au-delà du travail de rédaction ou du travail bibliographique, 56 % des doctorant·e·s affirment avoir dû annuler ou reporter des expériences et des séjours de recherches. L’incertitude liée à cela est fortement exprimée : 55 % d’entre eux précisent qu’ils ne savent pas s’ils pourront réaliser ces expériences ou séjours avant la fin de leur doctorat. 48 % d’entre eux considèrent que cela aura de toute façon un impact négatif sur leur travail de thèse.

Au-delà du travail individuel sur la thèse, les doctorantes et doctorants témoignent d’un sentiment de culpabilité face aux appels multiples à la productivité durant cette période, plusieurs disent avoir pensé à abandonner leur travail.

Si 75 % des répondant·e·s ont bien été en contact avec la personne dirigeant leur recherche, certain·e·s pointent l’absence de toute direction durant cette période, sinon le manque de compassion de leur directeur ou leur directrice de recherche qui les ont poussés à avancer plus rapidement leur travail de thèse dans cette période où « le monde [semble] s’effondrer ». L’idée qu’il n’y a « rien d’autre à faire que sa thèse » durant le confinement, émise par certains enseignant·e·s et chercheur·ses, mais aussi par les proches, a créé un climat contre-productif de culpabilité pour la plupart des doctorantes et doctorants qui devaient faire face à des angoisses multiples.

69 % des doctorant·e·s affirment d’ailleurs que leur travail de thèse a été ralenti par cette crise (18 % disent avoir travaillé plus rapidement). La culpabilité et le stress face au ralentissement de leur travail de thèse sont exprimés de manière claire dans les réponses. Certains affirment avoir voulu « surcompenser pour rattraper le temps perdu ou avoir l’impression [de devoir faire] de ce temps disponible un temps très productif, alors même que les conditions de travail sont très dégradées. »

Plus généralement la perte des habitudes et du rythme de travail semble avoir démoralisé une partie des répondant·e·s. Nombreux sont les doctorantes et doctorants à insister sur les difficultés à travailler à leur thèse dans des environnements confinés, parfois à plusieurs, sans espace de travail personnel ou calme, sans pouvoir sortir librement.

Le découragement lié à la thèse a conduit un certain nombre des répondant·e·s à réfléchir à la viabilité de leur projet de thèse, à l’intérêt de poursuivre le travail dans cette période.

En toute logique le confinement ne semble n’avoir été en rien un moment idéal pour avancer les recherches, ni au niveau des conditions matérielles de travail ni au niveau de la disponibilité mentale des doctorant·e·s. Par ailleurs, le fait que de nombreux doctorant·e·s aient été contraint·e·s d’engager des frais pour continuer leur travail de thèse demande une réaction de Sorbonne Université. Les doctorant·e·s paient déjà leur inscription chaque année ; il n’est pas normal qu’ils soient contraint·e·s de prendre en charge financièrement les besoins minimaux de leur travail doctoral qui est une activité professionnelle comme une autre.

5. Enseignement et autres missions complémentaires.

Sur les 40 % de doctorant·e·s enseignant à l’université, plus de la moitié (62 %) confirment que leur mission d’enseignement leur a pris plus de temps que d’habitude. Plus de la moitié des chargé·e·s de TD disent avoir été en contact avec le reste des membres de leur unité pédagogique.

Si la rentrée prochaine devait se faire par une hybridation distanciel/présentiel, plus de la moitié des répondant·e·s affirment qu’ils devront travailler beaucoup plus pour leur mission d’enseignement.

De manière générale, le passage à l’enseignement à distance a réduit et réduira de manière significative le temps de travail sur la thèse.

6. Avenir et Attentes vis-à-vis de Sorbonne Université

Trois quarts des doctorant·e·s répondant·e·s affirment qu’ils devront prolonger leur inscription en thèse du fait de la crise du Covid-19 pour terminer ce qu’ils ont commencé. Par ailleurs, parmi les doctorant·e·s bénéficiant d’un contrat doctoral, 6 % d’entre eux considèrent qu’ils ont besoin d’un prolongement de leur contrat allant de quelques mois (33 %) à un an (33 %).

Plus que cela, les doctorant·e·s ont fait part, par le biais du questionnaire, d’un certain nombre de demandes et d’attentes vis-à-vis de Sorbonne Université. Nous retranscrivons ici celles qui sont exprimées de manière récurrente :

  • Les doctorantes et doctorants attendent avant tout une vraie écoute. Ils sont nombreux à mettre en avant leur sentiment d’avoir été abandonné·e·s par l’institution universitaire durant cette période, soit parce qu’elle les a ignoré·e·s, soit parce qu’elle les a considéré·e·s avec mépris en arguant que le confinement était une période favorable au travail de thèse, et en refusant de voir la réalité des conditions de travail et de vie des doctorant·e·s.

  • Ils demandent la facilitation et la simplification des démarches administratives pour la réinscription en thèse, les autorisations de soutenance, les comités de suivi. Voire une réinscription automatique.

  • L’exonération des frais d’inscription pour l’année prochaine, au regard des frais engagés durant la période de confinement par les doctorant·e·s pour leur doctorat, et de l’accès limité aux infrastructures de recherche cette année.

  • Le maintien des financements octroyés pour les séjours, expériences, voyages de recherche qui devaient être effectués cette année et leur transfert pour l’an prochain sans nécessité de refaire un dossier de demande de subvention.

  • L’ouverture d’une réflexion plus générale sur le décalage de la campagne de qualification de 2021,puisque de nombreuses thèses ne pourront être soutenues au premier semestre 2020-2021 comme prévu, empêchant ces futurs docteur·e·s de participer à la campagne.

  • La réouverture de l’université, des laboratoires et des bibliothèques. Les doctorantes et doctorants sont perplexes face à la fermeture des universités jusqu’en septembre alors que les restaurants, centres commerciaux, lieux culturels ont rouvert.

  • La mise en place d’une aide psychologique pour les doctorantes et doctorants, et d’un fond d’urgence pour celles et ceux que la crise sanitaire a précarisé·e·s.


Conclusion

Les doctorant·e·s de la faculté des Lettres de Sorbonne Université, malgré l’extrême diversité de leurs situations, ont affronté cette période de crise sanitaire avec difficulté comme la plupart des Français. Le caractère banal de ce constat ne saurait permettre de minimiser ces difficultés par Sorbonne Université elle-même, qui doit les prendre en compte et y remédier. Cette crise sanitaire n’a pas été une période favorable à l’avancement plus rapide du travail de thèse, comme il a été prétendu dans plusieurs instances de Sorbonne Université et ailleurs. La maladie, l’inquiétude, voire le deuil, la précarité économique, les conditions d’habitation et de cohabitation inadaptées, l’impossibilité d’aller voir ses proches en France ou à l’étranger, d’entretenir des relations sociales simples entre collègues, les difficultés administratives et finalement l’accaparement des esprits par l’angoisse collective qui a dominé notre société durant ces derniers mois, sont autant de facteurs qui ont empêché et empêchent encore le travail serein, la capacité de concentration et de réflexion au long cours nécessaire à tout travail de recherche. Par ailleurs, les conditions de travail à distance, pour des missions au sein de l’université ou hors du monde académique, sont particulièrement énergivores et chronophages, ce qui réduit d’autant plus les capacités et le temps permettant de travailler efficacement sur sa thèse. Enfin, la précarité économique que connaissent la plupart des doctorantes et doctorants non financé·e·s semble s’être largement aggravée durant le confinement — la crise économique qui s’annonce ne présage pas d’amélioration sur ce point.

Face à ces nombreuses difficultés rencontrées par les doctorant·e·s dans cette période exceptionnelle, les attentes vis-à-vis de Sorbonne Université sont nombreuses, mais se concentrent principalement sur trois idées.

  1. Premièrement, les doctorant·e·s exigent une écoute réelle et sincère de la part des instances universitaires.
  2. Ils rappellent que la réalisation d’une enquête exhaustive sur l’ensemble de ces problématiques aurait été largement appréciée. Ils appellent à de la bienveillance de la part des instances universitaires pour les demandes de réinscription, et à la simplification des procédures administratives pour ne pas entraver encore plus les doctorant·e·s déjà largement ralentis par la situation.
  3. Enfin nombreuses sont les demandes d’exonération de frais d’inscription pour l’an prochain, au regard de l’impossibilité de réouverture de l’université pour l’été et des investissements personnels effectués par les doctorant·e·s durant cette période.

Télécharger l’article au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Contrats doctoraux 2020 à Sorbonne Université !

Paris le 11 mars 2020,

La campagne d’attribution de Contrats Doctoraux 2020 de l’Alliance Sorbonne Université, c’est maintenant !

Dans le cadre d’instituts et d’initiatives structurantes, l’Alliance Sorbonne Université promeut la recherche interdisciplinaire et la structuration de la formation par la recherche. En 2020, 54 contrats doctoraux financés par l’Initiative d’excellence permettront de recruter des doctorants et doctorantes sur des projets de recherche doctoraux soutenus par les Instituts et Initiatives.

Ces contrats doctoraux concernent la Faculté des Sciences autant que la Faculté des Lettres (Genre, Interculturalité et Europe, Sciences de l’antiquité, Créations Artistiques, Observatoire des Patrimoines, Institut Collegium Musicae).

Retrouvez les documents pour candidater et les dates limites de soumission  ci-dessous :

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Sorbonne Université et la recherche s’arrêtent le 5 mars !

Paris, le 29 février 2020.

Les doctorantes et doctorants du Collectif Doctoral de Sorbonne Université dénonce dénoncent les principales orientations prônées par les trois rapports remis au ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation pour préparer la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

Il appelle l’ensemble des doctorantes et doctorants de Sorbonne Université à participer à la journée de grève :


CONTRE LE PROJET DE LOI DE PROGRAMMATION PLURIANNUELLE DE LA RECHERCHE (LPPR)

LE JEUDI 5 MARS 2020

PLACE DE LA SORBONNE | 11H00


Les participantes et participants sont invités à y participer vêtus de noirs, munis d’un brassard et d’un livre. Une levée de livre sera organisée à 12h00.

Le Collectif Doctoral dénonce en particulier :

  • L’amplification de la précarisation pour toutes les catégories de personnels (doctorants, chercheurs, enseignants chercheurs, BIATSS, ITA) et la remise en cause du statut des enseignants-chercheurs ;
  • Le recours massif aux appels à projet pour le financement de la recherche scientifique ;
  • La mise en concurrence des universités, des équipes de recherche contraire au pratiques collaboratives bénéfiques à la recherche scientifique et à l’enseignement.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche scientifique (LPPR)

Paris, le 20 janvier 2020, maj le 21 janvier 2020.

Depuis plusieurs mois, la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) a été rendue publique. Ce texte a vocation à être adopté dans quelques semaines. Déjà, les prises de position se multiplient parmi les personnels BIATSS (techniques et administratifs), chercheur·se·s, enseignant·e·s-chercheur·se·s et leurs syndicats et collectifs à l’encontre de ce texte. De quoi s’agit-il exactement ? Cette analyse, partielle, s’intéresse surtout au volet 2 de la LPRR intitulé « Attractivité des emplois et des carrières ».

D’emblée, la LPRR pose un constat largement partagé : la recherche française est en perte de vitesse, le métier est de moins en moins attractif, et le nombre de doctorantes et doctorants en baisse régulière depuis une dizaine d’années. Les auteur·e·s reconnaissent la faiblesse des salaires des jeunes docteur·se·s recrutés dans la recherche et l’enseignement supérieur, et y voient une des causes de la « fuite des cerveaux » que subit notre pays. Formidable ! pourrait-on se dire, les auteur·e·s vont donc préconiser un dégel du point d’indice, ou des augmentations de salaire, ainsi qu’un plan de recrutement de jeunes docteur·se·s ! Détrompez-vous, c’est tout l’inverse. Après avoir déploré la faiblesse des rémunérations et la perte d’attractivité des métiers de la recherches, notamment du fait de la contractualisation des recrutements, les auteur·e·s et autrices préconisent rien de moins qu’une précarisation croissante et qu’une aggravation de la concurrence.

Les principales propositions de ce texte sont regroupées en six volets :

  • Les rémunérations

  • Emploi et carrières

  • Le doctorat

  • L’entrée de carrière

  • La gestion des « ressources humaines »

1. Les rémunérations

Pas d’augmentation de salaire prévue, ni le dégel du point d’indice, ne rêvons pas. Au lieu de cela, les auteur·e·s préconisent le recours à une augmentation des primes pour les personnels. Ces primes concerneraient également les contractuels. Une partie de ces primes seraient dépendantes de la réussite de certains projets ou appels d’offre.

2. Recrutement et carrières

Le « contrat de mission scientifique »

L’idée est de « relancer l’emploi scientifique permanent en se rapprochant des meilleures procédures de recrutement internationales », c’est-à-dire « en maintenant le nombre d’emplois permanents, complétés par des postes de CDI » (p. 34). Ainsi, le nombre de recrutement par concours ne serait pas augmenté, mais plutôt « stabilisé » à son faible niveau actuel. Il serait complété par des « contrats à durée indéterminée de mission scientifique » et « aligné sur la durée des projets de recherche ». Autrement dit, il s’agit de l’application à la recherche du « CDI de chantier », c’est-à-dire d’un faux CDI, qui prend fin au terme du projet de recherche. Le comble, c’est que les auteur·e·s prétendent qu’un tel contrat a vocation à combattre la précarisation des personnels de la recherche ! En effet, un tel contrat étant assorti à la durée du projet, celui-ci peut donc durer 6 ans, voire 10 ou 12 ans… sans aucune garantie de réembauche au terme de celui-ci.

Les auteur·e·s précisent que le contrat peut également prendre fin si le projet de recherche est abandonné ; dans ce cas, le détenteur du contrat est tout simplement licencié, sans obligation de reclassement.

Le contrat post-doctoral « jeune chercheur »

Autre proposition, la « création d’un contrat à durée déterminée post-doc » nommé « jeune chercheur ». Ce contrat spécifique a vocation à englober les contrats d’ATER, et à améliorer la condition des post-doctorant·e·s. Selon les auteur·e·s, ces contrats pourraient s’étaler de trois à six ans. L’idée est là encore de s’aligner sur ce qui se pratique à l’étranger, où le statut de post-doctorant est plus valorisé.

La « chaire d’excellence junior »

Cette proposition est directement liée à la précédente. Il s’agit d’un recrutement en « titularisation conditionnelle ». Le présupposé est que les postes de maîtres de conférences sont peu attractifs, notamment du fait de leur lourde charge d’enseignement, et trop peu rémunérés au vu de leur qualification. Les auteur·e·s proposent donc d’adopter le mode de recrutement en « tenure-track » en vigueur dans le monde anglophone, et récemment mis en place en Allemagne. Il s’agit non pas d’un poste de titulaire de la fonction publique, mais d’un contrat de 5 à 7 ans (en fonction des disciplines), qui est censé aboutir à une titularisation pour un poste de professeur. Comme l’indiquent les auteur·e·s, il s’agit bien d’une « titularisation conditionnelle », fléchée sur un futur poste de professeur qui est réservé à son détenteur.

Ce contrat, que les auteur·e·s rêvent de nommer pompeusement « chaires d’excellence junior », ne débouche pas sur un recrutement par concours ; la titularisation, elle, dépendrait de multiples évaluations en cours de route. Il ne définit pas non plus un horaire fixe d’enseignements, mais un « volume raisonnable d’enseignement en fonction des caractéristiques de la discipline ». Les détenteurs du contrat disposeraient d’une rémunération « compétitive », comprendre très confortable. Cette rémunération intéressante laisse entendre que « cette mesure n’a pas vocation à être systématiquement généralisée, en raison de son coût »(p. 38), et le nombre de recrutement par ce type de contrat pourrait s’élever à 150 par an. À titre de comparaison, ce sont 1108 maîtres de conférences et 661 professeurs des universités qui ont été recrutés en 2018, dans un contexte de forte érosion des postes ouverts au concours.

On le comprend, l’heure est plus que jamais à un tarissement du recrutement dans l’enseignement supérieur. On voit également se dessiner le plan de carrière type dans l’enseignement supérieur : après la thèse, on enchaînerait avec 3 ans de contrat post doctoral « jeune chercheur », voire 6 ans. Si on a la chance d’être considéré comme un « talent », on aurait l’immense privilège d’être recruté à cette « chaire d’excellence junior », qui mènerait ensuite à une « chaire d’excellence sénior », taillée sur mesure pour des professeurs « stars » de l’enseignement supérieur. Cette « starification » est parfaitement assumée par les auteur·e·s du texte (p. 39).

La dernière proposition de cette partie est une attaque frontale contre le CNU et les qualifications qu’il délivre puisqu’il s’agit de généraliser les dispenses de qualifications pour les établissements d’enseignement supérieur. La suppression de cette qualification est explicitement un des objectifs du groupe de travail.

3. Le doctorat

Premier aspect : les auteur·e·s reconnaissent la nécessité d’adapter la durée du contrat doctoral en fonction des disciplines. Mais l’interprétation qu’ils donnent aux motivations d’un éventuel prolongement est sujet à caution. Selon eux, un allongement se justifierait par « l’obligation d’une immersion d’une durée significative (3 à 6 mois) en entreprise ou en administration, en France ou à l’étranger, et au suivi de modules de formation axés sur la professionnalisation et les « soft skills » ». L’objectif avoué étant de « faciliter l’intégration des titulaires d’un doctorat dans la haute fonction publique ». Dans ce même paragraphe figure la nécessaire prise en compte des situations de parentalité pour les doctorantes et doctorants concernés, qui pourraient bénéficier d’une année supplémentaire.

Ce paragraphe a de quoi interroger : d’une part, les adaptations actuelles du décret de 2016 dans certaines écoles doctorales proposent non pas un allongement de la thèse pour réaliser un stage entreprise ou autre, mais une « année de césure », pendant laquelle l’inscription du ou de la doctorant·e peut être suspendue. De plus, l’expérience en entreprise est présentée dans le rapport comme obligatoire, et on se demande bien où est le lien avec le projet de recherche du ou de la doctorant·e. D’autre part, la suspension de la formation doctorale est un droit accordé en cas de congé maladie ou de situation de parentalité. Dans ce cas, quel pourrait être l’intérêt de cette proposition ?

Les auteur·e·s promettent également de réfléchir à un financement pour tous les doctorant·e·s en formation initiale en ALSHS. Cette formation initiale serait définie par le nombre d’année entre l’obtention du master et l’entrée en doctorat. Ici encore, la méfiance est de mise, tant les situations sont diverses, en particulier en ALSHS.

Grande nouvelle cependant, les auteur·e·s du texte conseillent d’augmenter significativement la rémunération des contrats doctoraux pour la porter à 1,5 fois le SMIC, soit 2 282 euros brut. À titre de comparaison, les contrats doctoraux sans mission complémentaire sont rémunérés 1 684, 93 euros, et 2 024,70 euros lorsqu’il y a mission complémentaire. Cette augmentation doit cependant être permise par une revalorisation de la dotation ministérielle accordée aux établissements d’enseignement supérieur ou de recherche. Reste à savoir si cette préconisation sera suivie d’effet…

Enfin, deux autres propositions visent à créer un cadre juridique commun aux contrats doctoraux de droit public et ceux qui relèvent du droit privé, et augmenter le nombre de thèses financées par le dispositif CIFRE.

4. L’entrée en carrière

Ce point présente d’emblée les charges d’enseignement des maîtres de conférences comme un « handicap » pour les activités de recherche. Pour alléger cette charge, le groupe de travail propose d’abaisser le nombre d’heures d’enseignements des enseignant·e·s-chercheur·se·s nouvellement recrutés d’un tiers de service au minimum pendant trois ans. Pour assurer les heures de cours, ils conseillent de recruter davantage d’enseignant·e·s non chercheur·se·s du type PRAG, mais aussi des enseignants contractuels. Dans le même temps, ils préconisent de faire participer davantage les chercheur·se·s à l’enseignement « dans le cadre d’une mobilité redéfinie et de conventions de site universités-organismes ». (p. 42-43)

Cette proposition se justifie d’après les auteur·e·s par un constat largement partagé de la surcharge d’enseignement des maîtres de conférences, contraints dans de très nombreux cas de cumuler de nombreuses heures supplémentaires, ce qui a un effet négatif sur leurs activités de recherche. Ce que les auteur·e·s ne disent pas, c’est que ce sont moins les charges d’enseignement qui nuisent aux activités de recherche des maîtres de conférences que les charges administratives de plus en plus lourdes, ainsi que la constitution de dossiers de financements.

La suppression de nombreux postes de BIATSS a causé un transfert important de tâches administratives vers les enseignant·e·s-chercheur·se·s, alourdissant leur charge de travail au détriment de leurs enseignements et de leurs projets de recherche. Une première réponse aurait été de recruter de nombreux personnels de BIATSS, et de pérenniser les subventions de recherche pour atténuer la course aux financements, ce qui n’est pas envisagé ici.

La deuxième proposition vise à remettre en cause les statuts existants à l’université pour les enseignant·e·s-chercheur·se·s. En prenant le prétexte du caractère dépassé de la distinction entre maîtres de conférence et professeurs d’université, le rapport propose de fusionner les deux corps dans un corps unique. Si cette mesure n’aboutissait pas, les auteur·e·s proposent de changer le nom du corps des « maîtres des conférences » (trop « peu lisible à l’international ») pour lui substituer « professeur-assistant », traduction approximative de l’équivalent des universités anglo-saxonnes. (p. 43).

5. La gestion des « ressources humaines »

Ce cinquième point insiste lourdement sur la nécessité d’une véritable gestion des ressources humaines dans le domaine de la recherche et de l’enseignement supérieur. Il s’agirait, dans les grandes lignes, de superviser au niveau national les « grands équilibres » dans le recrutement et le déroulement des carrières dans les différentes disciplines, d’encourager les établissements de recherche et d’enseignement supérieur à réaliser des schémas prévisionnels de gestion des ressources humaines. Faut-il craindre une pression accrue de la part du ministère sur les établissements d’enseignement supérieur et les équipes de recherche ?

Dans la continuité des précédentes propositions concernant l’enseignement chez les enseignant·e·s-chercheur·se·s, les auteur·e·s du rapport préconisent de faire évoluer le calcul du temps dévolu à l’enseignement : il s’agirait de supprimer la référence aux 192 heures au profit d’un calcul en crédits ECTS. L’objectif est de mettre en place des services d’enseignements pluriannuels, pour mettre fin au versement d’heures complémentaires (p. 47). Ici encore, les auteur·e·s appellent à mettre en place une « véritable culture du management et de l’évaluation ».

Certaines organisations syndicales craignent le fait que la répartition des heures d’enseignement dépendent des évaluations individuelles des enseignant·e·s-chercheur·se·s : aux mieux notés un moindre nombre d’heures d’enseignements, aux plus mal notés une charge plus lourde ! On peut se demander aussi s’il ne s’agit pas d’ouvrir une possibilité pour augmenter dans certains cas la charge d’enseignement sans avoir à rémunérer les heures complémentaires, comme cela a été mentionné plus tôt.

Dans ce cadre, par rapport à quelle référence se déciderait la diminution d’un tiers du service d’un ou d’une jeune « professeur assistant » ? Sans référence réglementaire, cette proposition risque d’être de la poudre aux yeux pour les nouvelles et nouveaux recrutés.

Point d’orgue de cette politique de gestion des ressources humaines, la création d’une École du Management de la Recherche est ainsi préconisée, ainsi que des « contrats d’objectifs » dans le dernier point abordé par le rapport.

Quelles conséquences pour nous doctorantes et doctorants ?

S’il y a lieu de se réjouir de la proposition d’augmenter la rémunération du contrat doctoral, de nombreuses propositions demeurent très floues :

  • Il n’y a aucune proposition claire pour augmenter le nombre de contrats doctoraux, y compris dans les ALSHS. Les auteur·e·s ne disent rien sur ce qui pourrait permettre à toutes et tous les doctorantes et doctorants de disposer d’un financement pour une thèse en ALSHS.

  • Le paragraphe portant sur l’adaptation de la durée du doctorat est particulièrement flou. Surtout, il préconise des modalités de prolongement qui existent déjà, que ce soit pour mener à bien une expérience professionnelle ou pour les situations de parentalité. Rien sur la spécificité des thèses en ALSHS où nous sommes amené·e·s à dépasser les trois années du contrat doctoral.

  • La disparition du contrat d’ATER dans le contrat « jeune chercheur » pose également problème. De nombreuses et nombreux doctorantes et doctorants ont recours à ces contrats pour financer leur thèse à l’issue de leur contrat doctoral. Même si cette solution n’est pas idéale du fait du grand nombre d’heures de cours, elle a le mérite de permettre de rester dans le circuit de l’enseignement supérieur pendant la fin de la thèse, et au-delà de la soutenance. Dans le rapport, rien n’est explicitement prévu pour permettre un financement sur l’ensemble de la durée de la thèse au-delà des trois ans du contrat doctoral du fait de la suppression des contrats d’ATER pour les doctorantes et doctorants en ALSHS.

De plus, il y a tout lieu de s’inquiéter de l’injonction des auteur·e·s à réaliser un stage professionnel durant sa thèse. Ce type de projet doit demeurer strictement facultatif et basé sur le volontariat. L’idée selon laquelle le doctorat doit devenir un vivier de recrutement pour la haute fonction publique est également récurrente dans le texte. Il s’agit certes d’un débouché comme un autre pour de nombreux·se·s doctorant·e·s, mais quel sens cela a-t-il de le présenter comme l’alternative principale à un recrutement dans la recherche publique ? S’agirait-il de faire des docteurs des remplaçants des lauréats de la future défunte ENA ?

En ce qui concerne le futur plan de carrière dans la recherche qui se dessine, les doctorantes et doctorants actuels ont tout à y perdre : aucune perspective d’augmentation des recrutements sur des postes pérennes, titularisation repoussée aux calendes grecques, mise en concurrence entre des « professeurs-assistants » et des futures stars de l’enseignement triées sur le volet et grassement rémunérées, augmentation du recours aux contractuels et aux chercheur·se·s non-enseignant·e·s, pression accrue via une politique managériale de la recherche etc.

Bref, loin de résoudre la question de la précarité, ce rapport promet au contraire de l’aggraver. Rappelons que le statut de la fonction publique, et le statut spécifique des enseignant·e·s-chercheur·se·s est une garantie d’indépendance et de sécurité financière, sans lesquelles il ne saurait y avoir de recherche ambitieuse et soucieuse de l’intérêt public. Ce statut doit être pérennisé pour les générations actuelles et futures de chercheu·se·s.

Ce volet de la LPPR, comme tous les autres, doit être combattu, au nom de l’avenir de la recherche en France et au nom de notre propre avenir dans celle-ci.

Télécharger l’article au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Mission doctorale au Musée nationale de l’Histoire de l’immigration

Paris, le 18 juin 2019.

Entité proposant la mission

Musée nationale de l’histoire de l’immigration – Etablissement Public du palais de la Porte Dorée

(s’adresse aux doctorantes et doctorants en 1ère, 2ème et 3ème années. Non cumulable avec une mission d’enseignement.)

Responsable de la mission

Nom : Morin Sébastien
Fonction : Chef du département de la médiation
Courriel : sebastien.morin@palais-portedoree.fr

La sélection des candidats sera effectuée par le Musée. Vous devez donc déposer votre dossier de candidature sur le site https://ifd-missions.sorbonne-universite.fr/ à partir du 11 juin, et en parallèle, contacter le Musée. N’attendez pas la fin de la campagne pour le faire. Faites-le dès que possible.

Intitulé de la mission

Médiation au Musée national de l’histoire de l’immigration – Grand public

Mots-clés Médiation, communication

Durée de la mission

32 jours, avec des activités ciblées sur les temps grand public (mercredis, week-ends, jours fériés, vacances scolaires)

Description du contexte de la mission

Le Musée national de l’histoire de l’immigration a ouvert ses portes en 2007. Il a pour mission de rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessible les éléments relatifs à l’histoire de l’immigration en France, notamment depuis le XIXème siècle, de contribuer ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française et de faire évoluer les regards et mentalités sur l’immigration en France.

Le Musée évolue durant l’année 2020 : sa scénographie et le parcours de visite vont être intégralement repensés.

La médiation autour de l’exposition permanente nécessite par conséquent d’être repensée et recalibrée.

Au sein de la Direction du Développement, des publics et de la communication et du Service des publics (14 agents), le département de la médiation (5 agents) a pour mission de concevoir et mettre en place des activités de médiation et d’accompagnement de visite pour l’ensemble du Palais.

Description des activités du doctorant durant la mission

Le/la doctorant(e) sera amené(e) à mettre en œuvre des actions de médiation humaine auprès des publics du Musée, selon deux modalités :

– concevoir, mettre en œuvre et évaluer une ou plusieurs médiations originales selon les intérêts du/de la doctorant(e) et de son sujet de thèse.

– alimenter un corpus de médiation autour des collections du Musée, dans l’intervalle de fermeture du Musée en 2020 et dans l’accompagnement de la nouvelle version du Musée, à l’horizon du second semestre 2020.

Le/la doctorant(e) pourra également apporter sa contribution à la réflexion générale sur l’accompagnement des visiteurs pendant la visite.

Description des objectifs de la mission, et des « livrables » attendus

L’objectif principal est d’intégrer l’équipe de médiation dans tous les aspects de son travail : conception animation, bilan et perspectives.

Le/la doctorant.e animera des propositions de médiation existantes en lien avec l’équipe de médiation et apportera son expertise pour l’enrichissement de celles-ci.

Ces temps de médiation pourront avoir sur des plages horaires à définir avec le doctorant, en semaine mais aussi les week-end, selon les publics concernés.

L’objectif secondaire est de concevoir une ou plusieurs nouvelles actions de médiation, de les réaliser et de les évaluer.

L’ensemble de ces médiations resteront propriété du Palais de la Porte Dorée et pourront continuer à y être présentées par d’autres médiateurs après la fin de la mission doctorale.

Date souhaitée pour le début de la mission

1er octobre 2019

Organisation du temps de travail (répartition des 32 jours)

Les 32 jours (sécables en demi-journées) seront répartis en accord avec le chef du département médiation entre un temps de de préparation/conception, et et un temps d’animation des médiations conçus ou pré-conçus dans le cadre du département. Cette répartition intègre les temps de formation et les temps d’échange avec les équipes, et s’intègre à l’offre de médiation
générale de l’établissement.

Lieu de travail durant la mission

Palais de la Porte Dorée, 293 avenue Daumesnil, 75012 Paris

Déplacements à prévoir ?

Non

Apports de la mission pour le projet professionnel du doctorant

Découverte du métier de médiateur dans un Musée, auprès d’un public très varié. Travail de recherche et de vulgarisation à destination de tout public.

Profil et compétences recherchées

Le/la doctorant(e) aura des connaissances générales solides en sociologie et/ou histoire de l’immigration.

Au-delà de ces domaines, trois capacités seront privilégiées :
– une curiosité générale pour les domaines de la médiation culturelle
– une appétence à partager ses connaissances en direction de publics parfois novices
– une bonne aisance relationnelle avec tout type de public

Mission doctorale au Musée national de l’histoire de l’immigration

La maîtrise des techniques de médiation n’est pas exigée, le(la) doctorant(e) étant encadré(e) et pouvant l’acquérir sur place

Formations pouvant être proposées au doctorant

Parcours de formation « Médiation, communication, journalisme, édition »

Modalités de sélection des candidats

La sélection des candidats sera effectuée par le Musée de l’histoire de l’immigration proposant la mission.
Publication en ligne et entretien d’embauche

Contact pour les candidatures : sebastien.morin@palais-portedoree.fr

Pour toute question, s’adresser à l’IFD : delphine.minotti@upmc.fr

Retrouver la fiche de mission au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

 

Journées de rentrée des doctorant·e·s 2018

Paris, le 7 octobre 2018.

La rentrée universitaire a débuté et avec elle son lot de journées de rentrée à destination des doctorant.e.s ! Le Collectif Doctoral rassemble dans un unique document les principales dates pour les semaines à venir.

Date Journée de rentrée
Lundi 15 octobre 2018 École Doctorale IV
Samedi 10 novembre 2018 Collectif Doctoral
Samedi 17 novembre 2018 École Doctorale I
Lundi 19 novembre 2018 École Doctorale II
Mercredi 28 novembre 2018 Collège doctoral de Sorbonne Université
Jeudi 1er décembre 2018 École Doctorale III
Jeudi 1er décembre 2018 École Doctorale VII

 

 

 

N’hésitez pas à contacter vos Écoles Doctorales par mail pour plus d’informations.

Bonne rentrée à toutes et à tous !

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Investissez-vous pour la communauté doctorale avec le Collectif !

Paris, le 26 septembre 2018.

Le Collectif Doctoral a beaucoup de projets pour animer la vie doctorale à la Faculté des Lettres, faire partager nos recherches et favoriser les échanges entre doctorant·e·s. Pour mener tout cela à bien, nous avons besoin de vous ! Il n’est pas nécessaire d’adhérer à l’association pour participer à nos actions. Si l’un de nos projets vous intéresse, contactez-nous !

Fête de la Science

Organisée à Jussieu le week-end du 13 et 14 octobre par Sorbonne Université, la Fête de la Science vise à présenter la recherche scientifique au grand public. Comme l’année dernière, le Collectif Doctoral y tiendra un stand dédié aux sciences humaines !

Au programme : des ateliers de réflexion sur nos catégories de pensée, un quizz historique, une expérience d’archéologie… Passez nous rendre visite ou donnez-nous un coup de main pour l’organisation !

Sorbonne Actuelle

Pour la troisième édition de notre journée d’études transdisciplinaire, nous recherchons des doctorants et doctorantes pour nous aider à assurer l’organisation et l’accueil des participant·e·s. Les deux dernières années ont remporté un franc succès, comme vous pouvez vous en assurer sur notre site :

Corrige-moi si je me trompe

Ce projet vise à organiser un service de relecture sur la base de l’échange entre doctorant·e·s. Chaque texte relu donne droit à une relecture de longueur équivalente. Les doctorant·e·s dont le français n’est pas la langue maternelle peuvent également participer au projet, en proposant des compte rendus ou traductions d’articles, des relectures en d’autres langues ou une recherche de bibliographie. Un système a déjà été développé par le Collectif, il ne nous manque plus que des volontaires en nombre suffisant pour le faire fonctionner !

N’hésitez pas à vous lancer, ces projets vous permettent non seulement de rencontrer des camarades et de mener des actions stimulantes, mais aussi d’enrichir votre CV et de valider des heures de formation !

Contact : collectifdoctoral@gmail.com

Merci de préciser dans l’objet du mail à quel projet vous souhaitez participer !

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Télécharger l’appel au format PDF.

Programme reprise d’études de Sorbonne Université

À Paris, le 7 juin 2018.

L’association InFLEchir (qui proposent des cours de FLE — Français Langue Étrangère — et des activités culturelles depuis plusieurs années) et le collectif OuvrirP6 sont en discussion avec la présidence de Sorbonne Université afin d’organiser un programme de reprise d’études pour les personnes en situation d’exil.

Pour mener à bien ce projet, les organisateurs ont besoin de l’aide d’enseignant.e.s / EC / doctorants.e.s, en particulier à la Faculté des Lettres où les volontaires manquent !

Les personnes intéressées peuvent envoyer un mail à Cécile Devron (cecile.drevon@gmail.com) en précisant si elles souhaitent :

  • Participer au montage du projet.
  • Se proposer pour enseigner dès le démarrage du programme.

Les personnes souhaitant être simplement informées de l’avancement du projet peuvent s’inscrire à la liste de diffusion OuvrirP6, en envoyant un mail à sympa@framalistes.org avec comme sujet « subscribe ouvrirp6 ».

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Concours Arts et Sciences de Sorbonne Université

À Paris, le lundi 4 juin 2018.

Pour sa huitième édition, le concours Arts et Sciences de Sorbonne Université organisé par l’association Doc’Up fait peau neuve !

Cette édition veut proposer la formation de binômes Artiste-Chercheur pour produire des œuvres à la croisée des imaginaires artistique et scientifique.

Dix étudiant.e.s artistes des Arts Déco, aux intérêts divers et variés, sont prêts à tenter l’aventure !

Seul.e ou artistiquement accompagné.e, venez participer à la nouvelle édition du concours Arts et Sciences.

Pour (re)voir les œuvres des années antérieures :
http://artsetsciences.doc-up.i nfo/

Envie d’en savoir plus sur cette nouvelle édition ?

Une réunion d’information et de rencontre sera organisée début juin. N’hésitez pas à venir partager vos idées ou aider.

Pas disponible pour la réunion du mois de juin ? Manifestez vous par mail à l’adresse artetsciences@doc-up.info !

Le Collectif Doctoral

Réformes du Bac, du lycée et de l’entrée du Supérieur : pour les meilleurs et pour le pire

Paris, le 13 mars 2018.

Depuis de nombreuses années, les universités ont été privées par les gouvernements successifs des moyens nécessaires pour accueillir une population étudiante pourtant en augmentation. Professeur.e.s et chargé.e.s de cours constatent également que les étudiant.e.s qui sortent du lycée sont de plus en plus mal préparé.e.s aux exigences de l’enseignement supérieur, et l’échec en première année demeure très élevé. C’est à partir de ce dernier constat que le gouvernement a élaboré sa réflexion. L’alternative est la suivante : soit on donne les moyens aux universités pour faire face à l’afflux (prévisible) d’étudiant.e.s et pour les aider à surmonter leurs difficultés, soit on s’attaque au diplôme du Bac pour permettre aux universités de sélectionner les étudiant.e.s. Le gouvernement a choisi la dernière option.

Depuis la dernière rentrée scolaire, les ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche ont donc engagé de concert une série de réformes concernant l’accès à l’université mais aussi l’examen du Baccalauréat et l’organisation du lycée.

Volet 1. La mise en place de Parcoursup et la loi « ORE » : vers la sélection des étudiants

Prenant appui sur les multiples dysfonctionnements d’APB et le scandale du tirage au sort dans certaines filières universitaires saturées (notamment les STAPS), la ministre Frédérique Vidal a très rapidement annoncé la mise en place d’une nouvelle plateforme d’inscription pour l’entrée dans l’enseignement supérieur. Lancée dès l’automne, soit avant que tout débat parlementaire ait eu lieu, le « Plan étudiant » prévoit :

Dans les lycées

  • La mise en place d’un.e deuxième professeur.e principal.e (dont le financement n’était pas budgété au départ) pour aider les élèves à faire leurs vœux, en lieu et place des Conseillers d’orientation, devenus récemment des Psychologues de l’Éducation nationale ; ces deuxièmes professeurs principaux doivent se former eux-mêmes, en plus de leur charge de travail.

  • La « fiche avenir » : les élèves doivent y consigner leurs « compétences » et ajouter des lettres de motivation en fonction de leurs aspirations à rejoindre telle ou telle filière. Ils doivent formuler au maximum dix vœux (qui peuvent être groupés), et ces vœux, contrairement à APB, ne sont pas hiérarchisés. Ils sont invités à mentionner leurs activités extra-scolaires (sport, arts), implication dans la vie du lycée, mais aussi leurs voyages linguistiques. Autant d’éléments potentiellement discriminants socialement.

  • Le conseil de classe, dès le deuxième trimestre, est amené à prononcer des avis sur les vœux des élèves (favorable ou défavorable). Les professeurs ont donc le pouvoir de barrer la route à leurs élèves pour l’accès à certaines filières.

Dans les universités

  • La définition d’attendus définis localement, parfois d’après des recommandations nationales : ces attendus sont largement fondés sur les compétences, qui sont une notion très contestée. De nombreux professeur.e.s des universités ont souligné que dans la plupart des cas, ces attendus sont irréalistes et correspondent souvent à ce qu’on attend d’un étudiant de fin de licence ou de master !

  • Les professeur.e.s et maîtres de conférences titulaires vont devoir classer et hiérarchiser les candidatures des futurs bacheliers à partir de ces attendus, sans attendre les résultats de l’examen. Cela représente pour eux une charge de travail supplémentaire.

  • La définition de capacités d’accueil pour chaque université : les universités peuvent désormais définir le seuil maximal d’étudiant.e.s qu’elles souhaitent accueillir. C’est une façon de réduire le nombre d’étudiant.e.s, mais aussi d’amener le gel du nombre de postes, voire d’en supprimer.

  • La loi introduit également un lien entre les capacités d’accueil et l’insertion professionnelle dans chaque filière : cette disposition a été intégrée dans le texte final par les sénateurs. Voici ce qu’on lit dans l’article premier, troisième paragraphe : « Pour déterminer les capacités d’accueil, l’autorité académique tient compte des perspectives d’insertion professionnelle des formations, de l’évolution des projets de formation exprimés par les candidats ainsi que du projet de formation et de recherche de l’établissement. » Cette disposition constitue un risque important pour certaines disciplines, en particulier pour les sciences humaines et les humanités. Elle pourra conduire à figer des capacités limitées, et couper davantage dans les budgets de certaines UFR.

La loi pour « l’Orientation et la réussite des étudiants » (ou ORE) a été promulguée ce jeudi 8 mars 2018.

Volet 2. La réforme du Baccalauréat : une explosion du cadre national

Le refrain est connu depuis longtemps : symbole d’un système scolaire plombé par ses dysfonctionnements, trop lourd, trop coûteux, mobilisant professeur.e.s et élèves tout le mois de juin, le Baccalauréat était depuis longtemps dans la ligne de mire des gouvernements précédents. Le rapport Mathiot remis au gouvernement mettait au cœur de la réforme envisagée la solution que serait le contrôle continu. Le ministre Blanquer a très largement repris les conclusions de ce rapport, en particulier le contrôle continu.

Le nouvel examen, en place dès 2021, serait ainsi composé d’épreuves terminales avec deux disciplines majeures, dont une épreuve de philosophie dite universelle, et le « grand oral » fondé sur un travail ressemblant aux TPE, ainsi que deux disciplines de spécialité dont les sujets seraient nationaux. La possibilité est ouverte aux élèves de choisir une discipline de la voie générale et une discipline de la voie technologique.

En conséquence, les disciplines qui ne seraient ni majeures ni mineures pour le candidat deviendraient secondaires. Les épreuves ponctuelles, avec copies anonymisées auraient lieu à la fin de chaque semestre de terminale, et les notes pourraient être prises en compte dans la fiche avenir. Certains enseignements s’arrêteraient dès le mois de décembre de l’année de terminale. De ce fait, c’est au personnel de chaque établissement que revient la lourde charge d’organiser les épreuves, sans la rémunération correspondante. Dans ce nouvel examen, le contrôle continu atteindrait 40 %, alors que les épreuves terminales ne correspondraient plus qu’à 60 % de la valeur du diplôme.

Le ministère espère rassurer en évoquant une banque de sujets cadrés nationalement : mais l’essentiel demeure que tou.te.s les candidat.e.s à l’examen ne passeraient plus la même épreuve. Le contenu du diplôme dépendrait donc du lycée où il a été préparé. Exit donc la valeur nationale du diplôme.

Il faut également rappeler que le Baccalauréat est un diplôme qui ouvre des droits sur le marché du travail et est reconnu dans les conventions collectives ; il est également le diplôme de référence dans la Fonction publique. Les droits qu’il garantit dans le marché du travail sont assis sur sa valeur nationale. Or, si le diplôme devient en partie local, il risque de ne plus offrir les mêmes garanties pour les jeunes diplômé.e.s, et sa reconnaissance deviendrait aléatoire.

De nombreux syndicats de professeur.e.s et des professeur.e.s eux-mêmes s’inquiètent des conséquences de la réforme : le contrôle continu attaque fortement la valeur nationale du diplôme et ouvre une large possibilité à la définition locale des programmes et du contenu du diplôme, en lien avec la réforme du lycée.

Volet 3 : La réforme du lycée : un lycée, des lycées ?

À ce jour, le contenu exact de la réforme n’est pas encore définitif, mais on en connaît les grandes lignes. L’objectif est de supprimer la division du lycée général en trois filières (L, ES, S) aux programmes et horaires nationaux et cohérents. Il s’agirait de mettre en place neuf « couples » de disciplines, par exemple :

  • Maths-informatique

  • Maths-physique-chimie

  • Maths-SVT

  • Maths-SES

  • Sciences de l’ingénieur-physique-chimie

  • Lettres-langues

  • Lettres-art

  • SES-histoire-géographie

  • Lettres-philosophie

Il sera matériellement impossible à chaque lycée de proposer toutes les combinaisons prévues par la nouvelle organisation. Chaque lycée proposera sa propre combinaison en fonction de son projet d’établissement, et la liberté sera laissée à chaque famille de choisir son établissement en fonction de leurs souhaits. La concurrence entre les établissements en serait donc probablement accrue. Le risque est grand également que la valeur du diplôme obtenu dépende de la politique mise en place par l’établissement, surtout si, comme cela est souhaité par le ministère, chaque proviseur.e préside au recrutement de ses propres professeur.e.s.

L’autre conséquence est de taille pour les professeur.e.s : en effet, un tel changement implique la fin des horaires disciplinaires définis nationalement, et donc, fatalement, une baisse des horaires selon les disciplines. Les enseignements pourraient par exemple être semestrialisés, et ce, dès la seconde : en clair, au premier semestre, les élèves suivraient les cours de tronc commun, et au second, les enseignements choisis par eux ; ils pourraient ainsi arrêter de suivre certaines disciplines. La cohérence des programmes et des apprentissages est très clairement mise à mal par un tel projet.

Pour les professeur.e.s, cela entraînerait une annualisation de leurs services. La conséquence en termes de postes semble avoir déjà été anticipée par le ministère : d’après certains syndicats, le ministère prévoit la suppression de milliers de postes dans de nombreuses académies pour la rentrée prochaine. Peut-être n’est-il pas non plus fantaisiste d’établir un lien avec la baisse des postes offerts aux concours de recrutement externes dans presque toutes les disciplines : moins 20 % de postes offerts pour les CAPES et Agrégation externes à la session 2018.

En résumé, les réformes sur l’entrée dans le supérieur, le Baccalauréat et le lycée forment bien un ensemble cohérent, qui représente un véritable bouleversement pour les élèves et futur.e.s étudiant.e.s, mais aussi pour l’ensemble du corps professoral tant du secondaire que du supérieur. L’objectif est de définir localement la valeur des diplômes, et donc, de permettre une sélection qui risque une fois de plus d’exclure les élèves issu.e.s des milieux les plus défavorisés.

Quelle conséquence pour nous, doctorant.e.s ? Dans le cas où nous souhaiterions faire carrière dans l’enseignement supérieur, les débouchés, déjà maigres, se réduisent encore plus à cause de la limitation des capacités d’accueil.

Mais le secondaire, qui représentait, pour les lauréat.e.s des concours d’enseignement, une autre possibilité de carrière une planche de salut, est également attaqué par la baisse très probable du nombre de postes, la perspective d’un recrutement local, et surtout, par le risque d’une dévalorisation de certaines disciplines.

Cette réforme s’inscrit dans le contexte de coupes budgétaires drastiques dans la Fonction publique : 120 000 postes risquent d’être supprimés, dont environ 25 000 rien que dans l’Éducation nationale. Dans le même temps, d’autres budgets augmentent, comme le budget militaire, et l’ISF est supprimé. Cet ensemble de réformes traduit ainsi les choix politiques du gouvernement.

Nous, doctorant.e.s de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, avons toutes les raisons de nous opposer à cet ensemble de réformes.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Réinscription 2e et 3e années

La date limite de réinscription pour 2017-2018 est fixée au 20 juillet! Néanmoins, il sera encore possible de vous réinscrire à la rentrée si des circonstances particulières vous empêchent de respecter cette date.

Attention, il y a quelques changements suite à l’arrêté sur le doctorat de 2016. Il faut remplir un nouveau dossier de réinscription et le transmettre à l’école doctorale. Pour la réinscription en 3ème années, l’avis du comité de suivi est obligatoire.

Toutes les informations sont à retrouver sur le site du Service des Doctorats: http://www.paris-sorbonne.fr/these-en-cours

Si vous êtes à l’étranger, vous pouvez envoyer le dossier de réinscription par mail ou par courrier au secrétariat de votre école doctorale.

voir aussi Qu’est-ce que le Comité de Suivi Individuel ?

L’ESR dans la campagne présidentielle 2017

À une semaine du vote, le Collectif Doctoral a préparé un document de synthèse reprenant les engagements des candidat.e.s en ce qui concerne l’Enseignement Supérieur et la Recherche.

Frais d’inscription, budget, postes, réformes institutionnelles… Tout ce qu’il faut savoir pour départager les 11 prétendants.

L’ESR dans la campagne presidentielle

Alors, vous avez fait votre choix ? Nous oui (ou pas ^^)

Sorties culturelle s: coup d’envoi le 15 mars!

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne propose des visites groupées de monuments et sites culturels à Paris ou en Ile de France (et pourquoi pas plus loin !) une fois par mois, animées par un doctorant spécialiste du sujet. Coup d’envoi le mercredi 15 mars en nocturne dans la collection égyptienne du Louvre !

Découvrons ensemble les collections égyptiennes du Musée du Louvre en visite guidée et à prix réduit. Le mercredi 15 mars, rejoignons-nous à partir de 18h pour profiter du calme et du charme des nocturnes – puis, pour ceux qui le souhaitent, faisons connaissance et bonne chère autour d’une gastronomie égyptienne authentique au Kouchery du Bon Coeur (rue Joseph Dijon, métro Simplon) pour un prix très modique.

Si tu es intéressé.e, n’hésite pas à t’inscrire via ce lien :

https://www.eventbrite.fr/e/billets-visite-groupee-commentee-de-la-collection-egyptienne-du-louvre-32494085685.

Le billet d’entrée pour le Louvre, la visite guidée et le repas sont proposés au tarif de 20 € par personne (boissons non comprises ; 10 € pour le musée seul – prix indicatif, susceptible d’être légèrement modifié selon le nombre de participants). Les +1 non étudiants sont bien entendu les bienvenus ! Et pour qu’un maximum de personnes puisse y participer, pensez à nous prévenir au plus tôt d’une éventuelle annulation afin que la place soit libérée pour quelqu’un d’autre !

Fusion Paris-Sorbonne UPMC : le jour d’après

Paris, le 23 janvier 2017.

Vendredi 20 janvier 2017, les conseils d’administrations des universités de Paris-Sorbonne (Paris IV) et Pierre et Marie Curie (Paris VI), ont approuvé les statuts et le projet de décret entérinant leur fusion (Paris IV : 19 voix pour et 17 voix contre, Paris VI : 23 voix pour et 5 contre). En chiffres, la nouvelle « Sorbonne Université » pèse pour 54 000 étudiants dont 4 500 doctorants, 6 300 enseignants-chercheurs, près de 5 000 personnels administratifs, et surtout un budget cumulé de 700 millions d’euros. C’est certes moins que l’autre mastodonte « Sorbonne Paris Cité » né quelques semaines plus tôt (120 000 étudiants et 10 000 enseignants-chercheurs), mais la taille de l’établissement reste considérable, et interroge quant à sa viabilité.

Le nouvel établissement doit voir officiellement le jour le 1er janvier 2018. La création n’aura donc lieu que dans un peu plus de onze mois, le temps de mettre en place la future méga-structure.

Celle-ci va se faire en deux grandes étapes.

La première constitue la finalisation du projet de statuts de la nouvelle université. Elle a commencé le 20 janvier, et devrait s’achever au mois de juin, avec le vote définitif des statuts par l’assemblée constitutive, regroupant les deux Conseils d’Administration (CA) des deux universités fusionnantes. Un décret ministériel doit paraître entre mars et avril, afin de sanctionner réglementairement l’opération. De même, l’organisation interne doit être précisée, afin de ne rien laisser au hasard. Enfin, des élections générales, mettant fin aux mandats des actuels représentants des conseils centraux des deux universités, auront lieu au mois de novembre 2017 pour désigner celles et ceux des nouvelles instances (Conseil d’Administration, Conseil Académique, Conseils de Faculté).

La seconde étape a trait à la mise en place d’outils et de procédures communs aux services. Il s’agira sans doute de l’étape la plus longue et la plus technique, qui fera appel à des groupes de travail thématiques. Sera, entre autres choses, discutée la future charte des thèses, qui définira les conditions dans lesquelles le doctorat se déroulera dans la future université. À ce sujet, le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne défendra l’idée d’une charte différenciée entre les Facultés, pour prendre en compte les spécificités de chaque groupes de disciplines, sans pour autant fermer la porte à des améliorations nées de réflexions et de pratiques venues des sciences expérimentales ou de la médecine.

Toutefois, ce calendrier relève du scénario le plus optimiste. En cas de recours au tribunal administratif de la part des opposants au projet sur des éléments encore à clarifier (notamment les statuts et règlements intérieurs des futures facultés), la procédure risque de créer un retard de plusieurs mois dans la fusion, jouant ainsi le grain de sable dans cette machine apparemment bien huilée.