Archives de catégorie : Article

L’ESR dans la campagne présidentielle 2017

À une semaine du vote, le Collectif Doctoral a préparé un document de synthèse reprenant les engagements des candidat.e.s en ce qui concerne l’Enseignement Supérieur et la Recherche.

Frais d’inscription, budget, postes, réformes institutionnelles… Tout ce qu’il faut savoir pour départager les 11 prétendants.

L’ESR dans la campagne presidentielle

Alors, vous avez fait votre choix ? Nous oui (ou pas ^^)

Sorties culturelle s: coup d’envoi le 15 mars!

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne propose des visites groupées de monuments et sites culturels à Paris ou en Ile de France (et pourquoi pas plus loin !) une fois par mois, animées par un doctorant spécialiste du sujet. Coup d’envoi le mercredi 15 mars en nocturne dans la collection égyptienne du Louvre !

Découvrons ensemble les collections égyptiennes du Musée du Louvre en visite guidée et à prix réduit. Le mercredi 15 mars, rejoignons-nous à partir de 18h pour profiter du calme et du charme des nocturnes – puis, pour ceux qui le souhaitent, faisons connaissance et bonne chère autour d’une gastronomie égyptienne authentique au Kouchery du Bon Coeur (rue Joseph Dijon, métro Simplon) pour un prix très modique.

Si tu es intéressé.e, n’hésite pas à t’inscrire via ce lien :

https://www.eventbrite.fr/e/billets-visite-groupee-commentee-de-la-collection-egyptienne-du-louvre-32494085685.

Le billet d’entrée pour le Louvre, la visite guidée et le repas sont proposés au tarif de 20 € par personne (boissons non comprises ; 10 € pour le musée seul – prix indicatif, susceptible d’être légèrement modifié selon le nombre de participants). Les +1 non étudiants sont bien entendu les bienvenus ! Et pour qu’un maximum de personnes puisse y participer, pensez à nous prévenir au plus tôt d’une éventuelle annulation afin que la place soit libérée pour quelqu’un d’autre !

Fusion Paris-Sorbonne UPMC : le jour d’après

Paris, le 23 janvier 2017.

Vendredi 20 janvier 2017, les conseils d’administrations des universités de Paris-Sorbonne (Paris IV) et Pierre et Marie Curie (Paris VI), ont approuvé les statuts et le projet de décret entérinant leur fusion (Paris IV : 19 voix pour et 17 voix contre, Paris VI : 23 voix pour et 5 contre). En chiffres, la nouvelle « Sorbonne Université » pèse pour 54 000 étudiants dont 4 500 doctorants, 6 300 enseignants-chercheurs, près de 5 000 personnels administratifs, et surtout un budget cumulé de 700 millions d’euros. C’est certes moins que l’autre mastodonte « Sorbonne Paris Cité » né quelques semaines plus tôt (120 000 étudiants et 10 000 enseignants-chercheurs), mais la taille de l’établissement reste considérable, et interroge quant à sa viabilité.

Le nouvel établissement doit voir officiellement le jour le 1er janvier 2018. La création n’aura donc lieu que dans un peu plus de onze mois, le temps de mettre en place la future méga-structure.

Celle-ci va se faire en deux grandes étapes.

La première constitue la finalisation du projet de statuts de la nouvelle université. Elle a commencé le 20 janvier, et devrait s’achever au mois de juin, avec le vote définitif des statuts par l’assemblée constitutive, regroupant les deux Conseils d’Administration (CA) des deux universités fusionnantes. Un décret ministériel doit paraître entre mars et avril, afin de sanctionner réglementairement l’opération. De même, l’organisation interne doit être précisée, afin de ne rien laisser au hasard. Enfin, des élections générales, mettant fin aux mandats des actuels représentants des conseils centraux des deux universités, auront lieu au mois de novembre 2017 pour désigner celles et ceux des nouvelles instances (Conseil d’Administration, Conseil Académique, Conseils de Faculté).

La seconde étape a trait à la mise en place d’outils et de procédures communs aux services. Il s’agira sans doute de l’étape la plus longue et la plus technique, qui fera appel à des groupes de travail thématiques. Sera, entre autres choses, discutée la future charte des thèses, qui définira les conditions dans lesquelles le doctorat se déroulera dans la future université. À ce sujet, le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne défendra l’idée d’une charte différenciée entre les Facultés, pour prendre en compte les spécificités de chaque groupes de disciplines, sans pour autant fermer la porte à des améliorations nées de réflexions et de pratiques venues des sciences expérimentales ou de la médecine.

Toutefois, ce calendrier relève du scénario le plus optimiste. En cas de recours au tribunal administratif de la part des opposants au projet sur des éléments encore à clarifier (notamment les statuts et règlements intérieurs des futures facultés), la procédure risque de créer un retard de plusieurs mois dans la fusion, jouant ainsi le grain de sable dans cette machine apparemment bien huilée.

Procédure pour les cotutelles

Une cotutelle est une thèse dirigée dans deux universités différentes. Elles peuvent être françaises ou étrangères.

Avant de se lancer dans le long processus administratif d’inscription, il est essentiel de parler de son projet à s.a.on direct.rice.eur de recherche. La cotutelle doit se justifier sur le plan de la recherche ou dans le cadre d’une reconnaissance professionnelle. De plus, il est possible que l.a.e direct.rice.eur connaisse des enseignant.e.s ou des universités susceptibles d’être intéressé.e.s par un tel projet.

Si ce n’est pas le cas, il est préférable de cibler une zone géographique dont on maîtrise la langue (les universités étrangères demandent un niveau C1 dans leur langue pour toute inscription en thèse), et de sélectionner les universités dont certains enseignant.e.s sont, si ce n’est spécialiste, du moins intéressé.e.s pour notre domaine de recherche. Avant de contacter un quelconque enseignant.e, il est préférable d’écrire au département de l’université afin de s’assurer que celle-ci est d’accord pour établir une cotutelle. Certaines universités n’acceptent ces partenariats que sous certaines conditions. Par exemple, les universités anglo-saxonnes et irlandaises demandent à ce que le temps passé dans leur établissement soit payé auprès de leur université.

Une fois, l’université et l’enseignant.e.s partenaires trouvé.e.s, il faut établir un sujet, comme pour un doctorat « simple ». Ce projet doit être accepté par les deux enseignants. Cette étape terminée, il faut que les deux enseignant.e.s, en accord avec leur université, se mettent d’accord sur l’encadrement afin d’établir une convention de cotutelle.

La convention de cotutelle définit plusieurs points :

  • quelle sera la langue principale de la thèse (seul un résumé sera produit dans l’autre langue).
  • quelle université recevra les frais d’inscription (il est possible de les payer en alternance).
  • quel sera le temps minimal que devra passer l.a.e doctorant.e dans l’ « établissement secondaire » (il est à noter qu’il faut passer au moins un tiers de son doctorat dans chacune des universités).
  • dans quelle université se tiendra la soutenance (et en fonction qui paiera les transports et le logement pour l’enseignant.e qui devra se déplacer).
  • si la cotutelle donne lieu à une co-diplomation.

D’autres clauses plus spécifiques peuvent être définies. Une fois que les enseignant.e.s et leur établissement respectif sont tombés d’accord, la convention de cotutelle doit être signée par les deux universités. Elle peut être signée avant ou après l’inscription en doctorat.

Afin de s’inscrire formellement en cotutelle, il faut d’abord être accepté dans les deux établissements. La procédure à Paris-Sorbonne diffère peu de celle pour le doctorat « simple » : il n’y a qu’un papier supplémentaire à faire remplir à l’enseignant.e de l’université partenaire. Une fois formellement accepté dans au moins l’un des deux établissements, il faut que la convention, si elle n’a pas été signée au préalable, soit signée sous un an.

Le processus administratif d’inscription en cotutelle est très long. Il faut donc y réfléchir, et se renseigner le plus tôt possible. Il peut également arriver qu’un établissement, qui au début semblait enthousiaste, finisse par se retirer du projet. Cependant, la thèse en cotutelle peut être un véritable enrichissement pour le travail de recherche, les deux direct.rices.eurs n’étant pas obligés d’avoir la même spécialité par exemple. De plus, des aides financières spécifiques existent pour les thèses en cotutelle avec une université non françaises (http://www.campusfrance.org/fr/presentation-generale). Enfin, pour toute personne envisageant une carrière à l’étranger, la cotutelle peut être perçue comme une plus-value.

Qu’est-ce que le CNU ?

Le Conseil National des Universités est,  sans aucun doute, l’organe le plus important dans la carrière des chercheurs/ses et des enseignant.e.s-chercheurs. Son rôle consiste à autoriser ou non les nouveaux docteurs à postuler aux postes de Maîtres de Conférences, et les Maîtres de Conférence en Professeurs des Universités. On appelle cela la qualification [lien à venir]. Le CNU est divisés en 11 groupes, eux-mêmes divisés en 52 sections correspondant à une discipline distincte. Les Lettres et Sciences Humaines sont comprises dans les groupes 3 et 4 :

Groupes Sections
III 7 – Sciences du langage : linguistique et phonétique générales

8 – Langues et littératures anciennes

9 – Langues et littératures françaises

10 – Littératures comparées

11 – Langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes

12 – Langues et littératures germaniques et scandinaves

13 – Langues et littératures slaves

14 – Langues et littératures romanes : espagnol, italien, portugais, autres langues  romanes

15 – Langues et littératures arabes, chinoises, japonaises, hébraïque, d’autres domaines linguistiques.

IV 16 – Psychologie, psychologie clinique, psychologie sociale

17 – Philosophie

18 – Architecture (théories et pratiques), arts appliqués, arts plastiques, arts du spectacle, épistémologie des enseignements artistiques, esthétique, musicologie, musique, sciences de l’art.

19 – Sociologie, démographie

20 – Ethnologie, préhistoire, anthropologie biologique

21 – Histoire, civilisations, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux

22 – Histoire et civilisations : histoire des mondes modernes, histoire du monde contemporain ; de l’art ; de la musique

23 – Géographie physique, humaine, économique et régionale

24 – Aménagement de l’espace urbain, urbanisme.

XII 70 – Sciences de l’éducation

71 – Sciences de l’information et de la communication

Le CNU est composé de plus de 1 800 membres ( !). Un tiers est nommé directement par le Ministre en charge de l’enseignement supérieur, les deux autres tiers sont élus par leurs pairs pour quatre ans. Les dernières élections ont eu lieu fin 2015. Ce scrutin a introduit des suppléants pour assurer la représentation disciplinaire et faciliter le travail des différentes formations.

site internet : http://www.cpcnu.fr/