Archives de catégorie : Communiqué

Motion du Collectif Doctoral et de Doc’Up sur la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche

Paris, le 29 juin 2020.

La version définitive de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), qui soulève contre elle l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, confirme les craintes déjà formulées par le Collectif Doctoral et Doc’Up, associations de doctorantes et doctorants de Sorbonne Université.

Le Collectif Doctoral et Doc’Up :

  • Demandent que l’État investisse réellement dans la recherche scientifique et les universités françaises de service public : les augmentations de crédits annoncées, modulables et étalées sur dix ans, n’ont aucune vraisemblance. Celles prévues pour 2021 ne sont à la hauteur ni des ambitions, ni des besoins de la recherche publique ;

  • Défendent l’idée que la recherche publique progresserait si son organisation encourageait davantage la coopération et les échanges ; s’opposent, au contraire, à la logique de précarisation et de mise en concurrence des chercheurs, que rien ne justifie ;

  • S’opposent au recours à des financements indirects grâce au surplus des appels à projet (comme cela est préconisé dans le rapport annexe) ; demandent un financement récurrent, direct et pérenne des laboratoires, la création de postes d’enseignants-chercheurs pour titulariser les précaires et doter l’Enseignement supérieur des ressources humaines que la démographie appelle ;

  • S’opposent, en conséquence, à la création de nouveaux statuts non pérennes dans l’université (voies de titularisation ou tenure tracks), tels qu’ils sont définis par les articles 3 et 5 de la loi ;

  • S’opposent à l’alignement des statuts sur le droit privé, notamment en ce qui concerne les nouveaux contrats doctoraux et post-doctoraux (voir l’article 4) ;

  • Refusent d’être une « génération sacrifiée », estiment que les principes sur lesquels repose la LPPR relèvent d’une croyance inexpliquée dans les vertus de la concurrence et de la dérégulation, contraires à l’intérêt public ;

  • Réaffirment leur attachement l’existence de carrières qui protègent les libertés académiques, assurent l’indépendance des chercheurs et défendent l’intégrité scientifique en les protégeant des intérêts particuliers.

Le Collectif Doctoral et Doc’Up, s’associant à l’avis du Conseil Économique, Social et Environnemental, réclament en conséquence le retrait de la LPPR. Ils appellent l’ensemble des membres de Sorbonne Université à exprimer leur désaccord avec la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, dans les instances représentatives et auprès de la société civile.

Télécharger la motion au format PDF.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université et Doc’Up

Doctorantes et doctorants à Sorbonne Université : un dialogue en cours !

Paris, le 26 juin 2020.

À l’heure où la Recherche reprend, nous adressons une pensée fraternelle aux doctorantes et doctorants que la crise a touchés, dans leur chair ou dans leur conscience. Nous assurons la communauté doctorale de notre engagement pour aider les institutions universitaires à prendre pleinement la mesure des conséquences engendrées par la pandémie de covid-19.

Le 27 avril 2020, le Collectif Doctoral et Doc’Up, associations de doctorantes et doctorants, ont conjointement adressé à la présidence de Sorbonne Université une Lettre de propositions sur des mesures à prendre en faveur des doctorant·e·s pendant la crise sanitaire.

Cette lettre exprimait le souhait qu’un dialogue soit inauguré entre la présidence et les élues et élus doctorants, membres des conseils centraux et facultaires, à l’aune des conséquences de la pandémie.

Elle sollicitait la suppression exceptionnelle des frais d’inscription en doctorat au titre de l’année universitaire 2020-2021 ; une information transparente quant aux modalités de prolongation des contrats doctoraux ; le paiement intégral des missions complémentaires ; ainsi que le versement d’une prime aux doctorantes et doctorants avec mission d’enseignement qui ont assuré la continuité de l’enseignement et l’évaluation à distance.

Le 2 juin 2020, le président nous a répondu :

  • L’exonération exceptionnelle des frais d’inscription pour 2020-2021 pourrait être accordée aux doctorantes et doctorants dont la soutenance devait avoir lieu à l’automne 2020 et qui serait décalée au premier semestre 2021 ;

  • L’examen des demandes de réinscription dérogatoire (au-delà de la troisième année) prendra en considération les conséquences du confinement ;

  • L’offre de formations à distance de l’Institut de formation doctorale sera développée, en attendant de pouvoir reprendre les formations en présence ;

  • La prolongation des contrats doctoraux est conditionnée aux annonces du ministère de l’Enseignement supérieur ;

  • Les missions complémentaires, effectuées ou non, seront rémunérées pour les doctorants concernés ;

  • Des primes pourront être versées :

    • aux doctorantes et doctorants chargés de cours ayant assuré la continuité de l’enseignement et de l’évaluation à distance au deuxième semestre, à partir de 24h : 500 euros ;

    • aux ATER, une prime proratisée au montant et au nombre d’heures minimum fixés pour les enseignants-chercheurs ;

    • aux enseignantes et enseignants, à partir de 64h : 750 euros.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université estime que les réponses apportées par la présidence répondent aux besoins les plus immédiats des doctorantes et des doctorants.

En partenariat avec Doc’Up, il poursuivra le dialogue avec la présidence au sujet du financement des prolongations de contrats doctoraux rendues nécessaires par le confinement ; il demeure vigilant à ce que le sort des doctorantes et des doctorants affectés par la crise sanitaire soit pris en considération dans la durée, au cours des mois qui viennent.

Télécharger les lettres au format PDF :

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Motion de l’Assemblée générale des doctorant·es de la Faculté des Lettres (LPPR)

Paris, le 29 janvier 2020.

Motion adoptée à la majorité par les doctorant·es des ED I, II, III, IV, V et VII présent·es à l’AG de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université qui s’est tenue le 28 janvier 2020.

L’ensemble des doctorant·es présent·es à cette AG souhaite faire part de leurs très vives inquiétudes suscitées par les différents rapports préparant la rédaction de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) et ce qu’ils laissent entrevoir quant à l’avenir des jeunes chercheurs et chercheuses.

Les propositions du rapport 2 (« Attractivité des emplois et des carrières »), au mieux ne sont pas à la hauteur, au pire vont à contresens des enjeux qui se présentent aujourd’hui aux doctorant·e·s, qu’il s’agisse de leur formation, de leurs conditions de travail ou de leur insertion professionnelle.

Si le rapport présente des propositions de bon sens (augmentation de la rémunération des contrats doctoraux, augmentation des financements en ALSHS), il se montre décevant concernant les conditions de travail des ATER et des vacataires précaires. La création de « chaires d’excellence junior », loin d’améliorer les perspectives de carrière des jeunes chercheur·ses, ne fera qu’exacerber la compétition délétère pour les recrutements qui laissent nombre d’« excellent·e·s » chercheur·ses sur la touche. Il faut rompre avec une logique qui normalise la multiplication des contrats précaires et repousse le recrutement en faisant attendre une titularisation aussi hypothétique que ridiculement tardive. Nous sommes attaché·es à la mission de service public de l’université, à la complémentarité de l’enseignement et de la recherche, et demandons la création de postes de titulaires en conformité avec les besoins actuels.

Ces inquiétudes touchent à la fois aux projets de réformes des statuts des enseignant·es chercheur·ses et à la mise en concurrence des universités, à la forme singulière que prendrait le management de la recherche et à la précarisation des chercheur·ses qu’il entraînerait, mais sont également liées au sort des personnels BIATSS, qui sont un élément essentiel du fonctionnement des universités.

Les doctorant·es présent·es s’opposent à ce projet de loi tel qu’il se dessine dans les rapports préparatoires et ne peuvent que souhaiter et espérer que les instances dans lesquelles ils et elles travaillent (écoles doctorales, unités de recherche, UFR, Faculté des Lettres, Sorbonne Université), ainsi que leurs collègues titulaires, rejoindront la mobilisation autour de ce projet de loi et prendront la défense des intérêts des personnels, du travail scientifique et de la formation de qualité proposée à l’université.

En résumé, les doctorant·es présent·es demandent :
• L’abandon du projet de loi PPR ;
• L’augmentation du nombre de contrats doctoraux et de leur rémunération ;
• La création de postes de titulaires de l’ESR ;
• Le maintien de la référence aux 192 heures.

Voir la motion au format PDF.

L’Assemblée générale inter-ED

Stop à la précarité étudiante !

Paris, le 11 novembre 2019.

Le vendredi 8 novembre, un étudiant a tenté de s’immoler par le feu devant un bâtiment du CROUS de Lyon. À l’heure où ces lignes sont écrites, il est dans un état critique. Peu avant ce geste, il a écrit une lettre qui dénonce, entre autres, la précarité de la situation sociale des étudiant·e·s boursier·ère·s. Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université adresse son soutien le plus fraternel à cet étudiant, à sa famille, à ses camarades de Solidaires étudiant-e-s.

Certaines et certains d’entre nous ont une mission d’enseignement et enseignent à des étudiant·e·s de licence et de master. À ce titre, notre émotion est grande face à ce geste désespéré. Nous sommes engagé·e·s pour l’épanouissement des étudiant·e·s et déplorons de voir la réussite de certains d’entre eux gravement compromise par la précarité dans laquelle ils vivent. Ce terrible geste rappelle qu’aujourd’hui, les conditions matérielles et morales ne sont pas réunies pour la réussite de toutes et tous.

Nous demandons au gouvernement et en particulier au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation d’écouter les revendications des syndicats et d’améliorer sensiblement les conditions de vie et d’études de la jeunesse étudiante.

Notre vigilance est particulièrement éveillée par les mesures récentes qui accroissent la précarité des étudiant·e·s : la loi ORE et la sélection à l’université ; l’augmentation des frais d’inscription pour les étrangers ; et de manière générale l’austérité budgétaire imposée à l’enseignement supérieur, et à celles et ceux qu’il emploie.

Nous continuerons donc à lutter, aux côtés des étudiant·e·s et des personnels pour une université ouverte, émancipatrice, vivante.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Consulter le communiqué au format PDF.

Soutien au collectif des doctorant·e·s et docteur·e·s affecté·e·s dans l’académie de Versailles

Paris, le 29 octobre 2019.

Des collègues, professeur·e·s et doctorant·e·s, ont sollicité disponibilités et détachements au rectorat de l’académie de Versailles. Un certain nombre de ces demandes n’a pas été accueilli, ce qui les a empêché de prendre possession de leur charge de cours comme doctorant·e·s contractuel·le·s ou comme attachés temporaires d’enseignement et de recherche (ATER). Leur insertion dans le milieu universitaire, essentielle pour leurs recherches et leur carrière, s’en trouve ainsi entravée.

Le 19 octobre, le Collectif des doctorant·e·s et docteur·e·s affecté·e·s dans l’académie de Versailles a publié un communiqué où il exprime le mal-être et la frustration légitime de ses membres, qui ne peuvent mener à bien leurs recherches ; il s’étonne que la nécessité de service invoquée pour refuser mises en disponibilité et détachements n’ait pas systématiquement abouti à une affectation sur un poste fixe, alors que des missions d’enseignement étaient acquises dans une université. Le 23 octobre, plus de 200 enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheures ont apporté leur soutien à cette démarche ; ils et elles s’inquiètent des conséquences de ces refus pour l’enseignement universitaire et le développement de la recherche scientifique.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université apporte son soutien, plein et entier, au Collectif des doctorant·e·s de l’académie de Versailles. Il assure les collègues de sa solidarité et prie Mme Charline Avenel, rectrice de l’académie de Versailles, chancelière des Universités, de donner à cette situation la solution qu’elle comporte. Les intérêts du service dans l’enseignement du second degré et dans l’enseignement supérieur pourraient être mieux conciliés et l’intérêt pour l’enseignement public de tous les degrés de compter dans ses rangs des enseignant·e·s docteur·e·s davantage pris en compte.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université demande :

  • L’examen bienveillant des demandes de disponibilité et de détachement présentes et futures formées par les collègues professeur·e·s et doctorant·e·s dépendant de l’académie de Versailles ;

  • L’explicitation des critères sur la base desquels mises en disponibilité et détachements sont accordés ou refusés dans toutes les académies ;

  • Une prise de décision et sa communication aux demandeurs au plus tard en juillet ; les décisions tardives sont, en effet, anxiogènes et inadéquates pour préparer la rentrée scolaire ou universitaire dans de bonnes conditions ;

  • Une plus grande reconnaissance des doctorant·e·s et des docteur·e·s dans l’enseignement du second degré.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Télécharger le communiqué au format PDF.

Appel solennel aux enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs, chercheuses et chercheurs titulaires de la fonction publique

Paris, le 18 juin 2019.

Nous, jeunes chercheuses et chercheurs précaires, docteures et docteurs sans poste, doctorantes et doctorants appelons les enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs titulaires de la fonction publique à réagir à la situation dramatique de l’emploi dans le service public d’enseignement supérieur et de recherche.

On ne compte plus les postes de titulaires gelés, voire supprimés, à l’université et au CNRS, alors que les exigences auxquelles les jeunes chercheuses et chercheurs doivent se soumettre et les cohortes d’étudiant·e·s n’ont jamais été aussi élevées. Nous demander toujours plus, pour nous en donner toujours moins, pour nous priver toujours plus d’emplois stables permettant de nous projeter et nous protéger a minima dans nos vies, mais également dans notre travail : cela n’est plus possible. Cette situation n’engendre pas seulement de la frustration : elle casse, elle humilie, elle détruit trop de personnes.

Les titulaires en charge des recrutements ne savent plus quoi dire aux candidates et candidats, tellement elles et ils se sentent désemparé·e·s, si ce n’est qu’« il manque des postes », que la « situation est difficile »… Elles et ils ne souhaitent pas nous décourager, tant elles et ils savent les efforts que nous avons dû nécessairement fournir pour ne serait-ce qu’espérer nous faire une place dans ce milieu. Elles et ils voient également que la compétition entre chercheuses et chercheurs s’est substituée, pour le pire, à leur désir de collaboration collégiale.

Elles et ils savent enfin que le système d’enseignement supérieur et de recherche dépend fondamentalement des précaires pour tenir. Et à effectifs d’étudiantes et étudiants constants, si ce n’est plus élevés (comme cela a déjà été annoncé pour l’année prochaine), nous savons toutes et tous ce que le gel et la suppression de poste systématiques signifient en termes de situation de l’emploi : encore plus de précaires et de précarité qu’auparavant, un manque croissant d’encadrement des étudiantes et étudiants, si ce n’est même un réel abandon de ces dernier·e·s (inscrites et inscrits par ailleurs de plus en plus systématiquement en contrôle terminal, ou même en enseignement à distance, lorsque les capacités d’accueil sont insuffisantes), et des burn outs de plus en plus fréquents chez les enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs titulaires, contraint·e·s d’accepter des sur-services parfois délirants et de gérer elles-mêmes et eux-mêmes administrativement la précarité dans leur université.

Si toutes et tous les titulaires ne sont pas touché·e·s de manière égale dans leurs conditions de travail personnelles, en revanche, nous ne pouvons croire qu’elles et ils se réjouissent du sort actuel des jeunes chercheuses et chercheurs ou de leurs étudiantes et étudiants.

Des modes d’action existent pour se faire entendre, réclamer et obtenir ce qui est dû au service public de l’enseignement supérieur et de la recherche :

  • refuser d’assurer des sur-services
  • refuser de recruter des enseignantes et enseignants vacataires au sein de son unité d’enseignement
  • se prononcer et voter dans les différents conseils d’UFR et centraux contre tout gel ou toute suppression de poste et pour l’embauche de titulaires enseignants et administratifs (les personnels administratifs souffrant également de cette précarisation à tous niveaux)
  • se mettre en grève administrative et retenir les notes

Les difficultés pour se mobiliser existent, elles ne sont cependant pas insurmontables.

Nous appelons les syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche à nous soutenir activement, à diffuser cet appel auprès des titulaires de l’ESR, et à organiser dès à présent au sein des universités des réunions pour discuter des modes d’action à entreprendre, et apporter une réponse cohérente et solidaire.

Les titulaires voulant par ailleurs manifester individuellement leur soutien et leur désir d’agir face à cette situation peuvent également nous contacter directement à l’adresse suivante :

appeldesprecaires@gmail.com

Ils peuvent également contacter les collectifs de jeunes précaires signataires de cet appel :

Collectifs signataires

- CJC (Confédération des Jeunes Chercheurs)
- ANCMSP (Association Nationale des Candidat·e·s aux métiers de la science politique)
- Collectif DICENSUS (Défense et Information des Chercheur·es et Enseignant·es Non-Statutaires de l’Université de Strasbourg)
- Collectif Marcel Mauss (Collectif Marcel Mauss des jeunes chercheurs en sciences sociales de Bordeaux)
- Collectif Doctoral de Sorbonne Université (Association des doctorants et doctorantes de la Faculté des Lettres)
- Association MobDoc de Paris 1 – Panthéon Sorbonne (L’Association des Doctorant·e·s Mobilisé·e·s pour l’Université)
- Collectif vacataires Celsa Paris-Sorbonne
- Collectif des précaires de l’université de Poitiers
- Collectif les 68+ de Nanterre
- Collectif Convacs de l’université de Strasbourg
- Collectif des Doctorant.e.s et Non Titulaires de l’université Lyon 2

Premiers syndicats signataires

- Section locale du Snesup université Paris Nanterre
- Section locale du SNESUP-FSU université de Strasbourg
- Section locale de Sud Éducation de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
- Section locale du Snesup-FSU de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
- Le SNESUP-FSU de l’université de Lille

Page Facebook de l’appel

Télécharger le communiqué au format PDF.

Le Collectif Doctoral

Augmentation des frais d’inscriptions pour les étudiant·e·s étranger·e·s hors Union Européenne

Paris, le 12 décembre 2018.

Annoncé par le gouvernement en novembre, le plan « Bienvenue en France » ou « Choose France » prévoit une augmentation spectaculaire des frais d’inscriptions pour les étudiant·e·s étranger·e·s originaires d’un pays extérieur à l’Union européenne, qui devraient acquitter 3 770 euros de frais de scolarité par an.

Une thèse de doctorat en Lettres et Sciences humaines dure entre trois ans et six ans. Le total cumulé des frais de scolarité représenterait donc entre 11 310 et 22 620 euros. Les exemptions et les bourses promises par le gouvernement ne concerneront pas tous les doctorant·e·s étrangers·ères, si bien que des doctorant·e·s paieront dix fois plus que les autres en raison de leur origine géographique et de leur nationalité. Par ailleurs, leur nature même rend ces dispositifs particulièrement vulnérables aux compressions budgétaires.

Cette situation est d’autant plus choquante qu’elle introduit dans l’Université une rupture flagrante d’égalité et que :

  • elle écarte les étudiant·e·s étrangers·ères les plus modestes de l’Université française. Or, les qualités intellectuelles n’ont aucune relation d’aucune sorte avec le capital économique.
  • elle entre en contradiction avec les objectifs de la Francophonie en barrant à de nombreux étudiant·e·s de langue française l’accès au plus haut grade universitaire.
  • elle méconnaît l’apport des travaux scientifiques des doctorant·e·s concerné·e·s pour la Recherche française : loin d’être un poids financier ils et elles constituent une force vive qui contribue à ouvrir nos universités sur le monde. Sorbonne Université revendique d’ailleurs le principe de la « Science Ouverte » dans son projet d’établissement.
  • elle applique à l’enseignement supérieur et à la recherche une logique comptable que nous récusons, l’université devant rester le lieu de l’universalité du savoir. Par ailleurs son calcul est faux en ce qui concerne le doctorat en Lettres et Sciences Humaines : les 3 770 euros de frais de scolarité, censés représenter un tiers du coût de la formation, ne semblent pas justifiés. On conçoit mal comment un·e doctorant·e en Lettres et Sciences Humaines peut coûter aussi cher à l’université française, compte tenu du peu de formation qui lui est réservé et du fait que les encadrant·e·s ne sont pas rémunéré·e·s pour cela.

Cette réforme pourrait ouvrir la porte à une augmentation générale des frais de scolarité, d’ailleurs récemment recommandée par la Cour des Comptes. Bien que le Premier ministre ait écarté une telle mesure, il est permis d’être inquiet pour l’avenir du modèle français d’université démocratique et ouverte à tou·te·s.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université se déclare opposé à cette mesure, apporte son soutien à la mobilisation qui demande son abandon et assure les doctorant·e·s étrangers·ères de sa solidarité.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Ce communiqué est téléchargeable au format PDF.

Grève des bibliothécaires (SU)

Paris, le 26 novembre 2018.

Depuis le mardi 20 novembre, le personnel des bibliothèques de Sorbonne Université est en grève. Il a été rejoint mercredi 21 novembre par les appariteurs et apparitrices du site de Jussieu, qui entendent par là protester contre l’allongement unilatéral de leur temps de travail de 35h00 à 37h24, exigé sans aucune contrepartie.

Le Collectif Doctoral tient à assurer les grévistes de sa solidarité envers leur mouvement et leurs revendications. Lorsque les conditions de travail des personnels sont remises en cause, ce sont aussi les conditions d’études et de travail des doctorant.e.s qui sont attaquées.

Nous demandons en conséquence à la présidence de répondre aux revendications des grévistes afin de régler au plus vite ce conflit qui ne peut être que dommageable pour l’ensemble de notre université.

Nous nous inquiétons de la dégradation des conditions de travail du personnel universitaire, que la situation des bibliothécaires rend aujourd’hui très saillante.

Cette inquiétude n’est pas nouvelle. Rappelons en effet que le projet d’établissement stipulait déjà, de manière très étonnante, que « Sorbonne Université osera[it] l’expérimentation à travers de nouvelles procédures qui n’existent pas encore dans la législation française ». Or, ces innovations-là n’ont de toute évidence pas « la reconnaissance et la valorisation de l’engagement de chacun dans le collectif de travail » pour priorités. Elles contredisent donc aussi bien le projet d’établissement que les engagements de campagne selon lesquels la fusion se réaliserait au « mieux disant ».

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Ce communiqué est téléchargeable au format PDF.

Communiqué – Partiels entre deux feux

À Paris, le 29 mai 2018.

Communiqué du Collectif Doctoral de Sorbonne Université concernant les conditions d’examen de la session de juin 2018 à la Faculté des Lettres.

Doctorants et doctorantes, membres du Collectif Doctoral de Sorbonne Université, nous tenons par ce présent communiqué à manifester notre inquiétude et notre désarroi quant à la façon dont se sont déroulés les partiels du mercredi 23 au vendredi 25 mai 2018. Le bras de fer entre, d’un côté, les étudiant.e.s déterminé.e.s à empêcher la tenue des partiels, et, de l’autre, l’administration qui a eu recours aux forces de police et aux CRS, crée un climat anxiogène, aussi bien pour les étudiant.e.s venu.e.s passer leurs partiels que pour les enseignant.e.s présent.e.s pour les encadrer, parmi lesquels se trouvent nombre de nos collègues doctorant.e.s chargé.e.s de mission d’enseignement. Les règles d’usage dans le déroulement des examens n’ont pu toujours être observées en raison des circonstances exceptionnelles, et le principe d’équité a été remis en cause. Plus encore, plusieurs collègues signalent que la prise en charge des étudiant.e.s – dont certain.e.s étaient en état de stress, voire avaient subi des projections de gaz lacrymogènes -, leur a paru parfois condescendante, sinon contraire à leur représentation des responsabilités qui incombent à un.e enseignant.e et aux valeurs éthiques qui sont les leurs.

Dans la mesure où leur statut de personnel précaire les fragilise, les doctorant.e.s sont difficilement en mesure de prendre ouvertement position dans les débats qui agitent la vie universitaire. Le Collectif Doctoral se fait donc écho de leur étonnement et indignation quant à la tournure qu’a pris l’organisation des partiels. La sécurité physique et psychologique des étudiant.e.s devrait prévaloir sur toute considération politique et institutionnelle. C’est la déontologie universitaire qui est ici mise à l’épreuve.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université

Voir ce communiqué au format PDF.

Communiqué – Soutien aux étudiant.e.s de Montpellier

À Paris, le 26 mars 2018.

Dans la nuit du 22 au 23 mars 2018, des étudiant-e-s occupaient pacifiquement un amphithéâtre de la Faculté de Droit et de Science politique de l’Université de Montpellier. Un groupe de personnes cagoulées et armées a fait irruption pour les en déloger en usant d’une violence inouïe. Plusieurs étudiant-e-s ont été hospitalisé.e.s.

Le 23 mars au matin, Philippe Pétel, doyen, a déclaré publiquement, en parlant des étudiants en droit opposés à l’occupation et ayant « voulu se défendre » : « je suis assez fier de mes étudiants, je les approuve totalement » (1). Il n’a pas jugé opportun de condamner la violence dont ses étudiant-e-s ont été les victimes, ni n’a exprimé une quelconque compassion pour les blessé-e-s.

Le même jour, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a publié un communiqué pour condamner ces violences et indiquer le déclenchement d’une enquête par l’IGAENR (2).

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université adresse ses vœux de rétablissement et tout son soutien aux étudiant-e-s de Montpellier visé-e-s par cette brutalité inacceptable, ainsi qu’à leurs proches.

Nous dénonçons le comportement choquant du doyen de la Faculté de Droit de Montpellier qui, outre le rôle trouble qu’il a joué lors des événements et sur lequel devra être fait toute la lumière, a tenu des déclarations irresponsables. Ayant ainsi perdu la légitimité morale qui devrait être attachée à l’exercice de sa fonction, il a présenté sa démission.

Nous remarquons également que des témoignages relatent une participation présumée d’enseignant-e-s-chercheur-e-s à ces violences. Si ce fait était avéré, il attendrait une réaction énergique et judiciaire des autorités compétentes.

Nous déclarons que l’Université est et doit demeurer un lieu de débat démocratique. Nous condamnons avec fermeté ces actes qui ont attenté par l’usage de la force à la personne et aux libertés publiques des étudiant-e-s.

Nous souhaitons que, dans les prochaines semaines, les conditions du débat démocratique auquel participent les étudiant-e-s comme ils en ont le droit, soient réunies avec le concours des Universités, ainsi que leur protection morale et physique. Cela doit aussi valoir pour les Universités de Toulouse, Bordeaux, Grenoble et Strasbourg où les mobilisations étudiantes se sont heurtées ces dernières semaines à des tentatives de répression par mise sous tutelle ou intervention policière.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université


(1) Montpellier : des étudiants occupant la fac de Droit passés à tabac par des hommes cagoulés (France 3 Occitanie). https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier/montpellier-etudiants-occupant-fac-droit-passes-tabac-hommes-cagoules-1445549.html

(2) Faculté de droit de l’Université de Montpellier : réaction de Frédérique Vidal. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid128250/faculte-de-droit-de-l-universite-de-montpellier-reaction-de-frederique-vidal.html

Communiqué – Contre les incitations à la prostitution étudiante

Paris, le 18 novembre 2017.

Les propriétaires d’un site internet ont fait circuler autour des universités parisiennes un camion qui porte l’inscription suivante : « Hey les étudiant(e)s ! Romantique, passion et pas de prêt étudiant. Sortez avec un sugar daddy ou sugar mama ». Cette publicité est accompagnée d’une photographie représentant un jeune homme s’apprêtant à embrasser une jeune femme.

Connaissant les difficultés que rencontre une partie de la jeunesse pour mener ses études supérieures tout en ayant des conditions de vie décentes, les propriétaires d’un site internet croient bon de les inciter à la prostitution et d’organiser le commerce de leur corps avec des personnes plus âgées qui, en contrepartie, leur donneraient les moyens de poursuivre leurs études sans s’endetter.

Parce qu’elle s’adresse à la partie la plus précaire de la jeunesse des universités, qu’elle confronte à un chantage indigne, cette démarche n’est pas acceptable.

La saisie par la préfecture de police de Paris du camion diffusant cette publicité et l’ouverture d’une procédure pour « proxénétisme aggravé » par le parquet de Paris montrent que les suites judiciaires que comporte cette situation sont en cours.

Le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne, choqué de cette initiative malheureuse, exprime sa réprobation. La précarité des étudiant.e.s n’est pas une opportunité à exploiter, mais un problème à résoudre.

 

Communiqué – Le CNOUS et la vie privée

 Paris, le 18 novembre 2017.

Dans un article en date du 7 septembre 2017, le journal Ouest-France indique que des capteurs ont été disposés dans les lits des étudiant.e.s dans une résidence appartenant au ressort du Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) de Rennes. Ce capteur permet, selon son créateur, de savoir « lorsqu’un étudiant prend son lit pour une barre de tractions ou quand le matelas se transforme en canapé pour dix personnes » et ce afin, le cas échéant, qu’« un SMS soit envoyé automatiquement à un agent technique qui peut intervenir dans la chambre ».

Dans un article en date du 20 octobre 2017, le journal Le Monde évoque l’application Izly, utilisée par le Centre national des œuvres universitaires et scolaires (CNOUS) pour les opérations relatives à la restauration universitaire. On y apprend qu’à chaque achat d’un repas en restaurant universitaire, les étudiant.e.s sont géolocalisés et leurs données transmises à des sociétés de marketing. Les données ainsi récoltées sont utilisées pour améliorer le ciblage publicitaire.

Dans un communiqué en date du 21 octobre 2017, le président du CNOUS indique que les CROUS « contestent les inexactitudes et raccourcis diffusés à propos du système de paiement IZLY et tiennent à rassurer les étudiants », sans toutefois préciser de quels raccourcis il s’agit et sans démentir sur le fond l’existence du dispositif – dont il annonce la suppression – ni la transmission des données à des tiers privés.

En moins de deux mois, le Centre national des œuvres scolaires et universitaires (CNOUS) a attenté deux fois aux libertés des étudiant.e.s.

Dans le premier cas, nous nous étonnons qu’un dispositif par lequel le CNOUS considère les étudiant.e.s comme des adultes si peu dignes de confiance soit mis en place. Dans le second cas, nous nous étonnons qu’une institution de la vie universitaire ait la légèreté de croire qu’elle peut transmettre à des tiers privés des données récoltées dans l’exercice d’une mission de service public.

Le Collectif doctoral de Paris-Sorbonne appelle le CNOUS à plus de vigilance vis-à-vis de ses actions. Le Collectif s’interroge, par ailleurs, sur la priorité donnée aux dépenses engagées pour ces dispositifs alors que le nombre de demandes de chambres en résidences universitaire dépasse chaque année davantage le nombre de places disponibles.

 

Communiqué – Réforme de l’entrée à l’université : les doctorant.e.s payeront davantage de frais d’inscription !

Paris, le 9 novembre 2017.

Le Plan Étudiant révélé le 30 octobre dernier par la ministre de l’ESR, concernant la réforme de l’entrée à l’université, prévoit la suppression de la cotisation à la sécurité sociale étudiante (actuellement de 217 euros). Cette cotisation est remplacée par une « contribution vie étudiante » (article L841-5) d’un montant de 60 euros en cycle 1 ; 120 euros en cycle 2 et 150 euros en cycle 3. Le document insiste lourdement sur l’économie que cela représente pour un.e étudiant.e, qui gagnerait immédiatement entre 150 et 90 euros en début d’année scolaire.

Or la majorité des doctorant.e.s ne sont pas concernés par la cotisation à la sécurité sociale étudiante : en tant que salarié.e.s, demandeur.se.s d’emplois ou retraité.e.s, il.elle.s sont en effet rattaché.e.s au régime général de la sécurité sociale.

La contribution à la vie étudiante prévue par le projet de loi pèse donc très lourdement sur ces doctorant.e.s et est en réalité une augmentation déguisée des frais d’inscription, de l’ordre de 38 % : un.e doctorant.e qui payait jusqu’à présent 391 euros par an paiera dorénavant 541 euros. Loin d’être une économie, la mesure représente donc un alourdissement très net des frais engendrés par l’accomplissement d’une thèse : celles-ci durant en moyenne 5 ans dans les disciplines LLSHS, cela représente pas moins de 750 euros supplémentaires sur l’ensemble de la thèse !

Cette mesure est d’autant moins acceptable que les doctorant.e.s comptent d’ores et déjà parmi les personnels de la recherche les plus précaires, et ce alors même qu’ils assurent, dans toutes les disciplines et toutes les universités, une part conséquente des charges d’enseignement et des missions de recherche.


Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne, en accord avec d’autres associations d’étudiant.e.s et de jeunes chercheur.se.s, s’oppose absolument à cette mesure scandaleuse.

Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne rappelle qu’il s’engage en vue d’obtenir la suppression des frais de scolarité pour l’ensemble des doctorant.e.s.

Communiqué – Pourquoi l’écriture inclusive ?

Paris, le 1er juillet 2017.

Qu’il aborde la question de la parité dans l’enseignement supérieur et la recherche, ou qu’il épingle le sexisme à l’occasion du 8 mars 2017, le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne s’engage en faveur de l’égalité femmes-hommes. Cela passe notamment par l’usage d’une écriture inclusive, car la communication de notre association se veut la plus ouverte et la plus représentative possible.

L’écriture inclusive désigne l’ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d’assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes, permettant ainsi de rendre visible la diversité des individus. Convaincu·e·s que la façon dont nous mettons le monde en mots construit nos représentations et, à l’inverse, que notre perception du monde est en retour façonnée par le langage, nous estimons important de faire nôtres quelques grands principes de l’écriture inclusive.

L’écriture inclusive peut donner lieu à plusieurs graphies, notamment l’utilisation du tiret (professeur-e-s), l’utilisation du point médian (professeur·e·s) – parfois remplacé par un point (professeur.e.s) – ou encore l’utilisation simultanée des deux termes (professeurs et professeures ou professeures et professeurs). L’emploi de termes épicènes comme membre, personne, individu, élève c’est-à-dire de termes non marqués du point de vue du genre grammatical, fait aussi partie des grands principes de l’écriture inclusive. Le Collectif Doctoral ne s’est pas engagé en faveur d’une graphie en particulier et emploie l’une ou l’autre des ces conventions graphiques en fonction des locuteurs.trices.

La chargée de mission Égalité-Lutte contre les discriminations de la future Sorbonne Université a indiqué que cette posture a d’ores et déjà été adoptée pour l’écriture des statuts de la nouvelle université à partir de la règle suivante : écriture inclusive qui décline l’ensemble des termes (professeures et professeurs, etc., donc sans point et sans tiret) par ordre d’apparition alphabétique (ce qui fait apparaître en premier tantôt les termes au féminin, tantôt ceux au masculin).

La pratique montre que l’impulsion des universitaires est décisive dans l’application des textes. Pour rappel : « En France, il existe un cadre juridique qui encourage l’utilisation du féminin des noms de métiers dans les textes réglementaires et dans tous les documents officiels émanant des administrations et établissements publics de l’État. » (voir Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes). Depuis, un « Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe » a également été développé à l’usage des particuliers comme des institutions. Nous indiquons par ailleurs, pour les personnes intéressées, une étude de l’Onisep interrogeant et étudiant les conséquences du langage – et de l’écriture inclusive – sur les stéréotypes, notamment liés aux métiers.

Communiqué – Fusion administrative des Écoles Doctorales : une réforme malvenue

Paris, le 3 mai 2017.

Le 27 mars 2017, un projet de réorganisation des services du doctorat, de la recherche et de la valorisation a été présenté lors d’une réunion organisée en urgence par la Présidence (joint).

Ce projet prévoit notamment la fusion administrative, mais non des conseils, des Écoles Doctorales (ED) I, II et VII d’une part, et des ED III et IV d’autre part, constituant pour chaque regroupement un pôle administratif. Seules les ED V et VI conserveraient une autonomie de plein exercice. Qui plus est, la gestion administrative des équipes et laboratoires de recherche serait regroupée au sein d’un unique service de recherche, distincts des ED.

Une telle organisation va à l’encontre des intérêts des doctorant.e.s, qui ne seraient traités que comme des dossiers et non plus comme des personnes. En effet, les doctorant.e.s sont attaché.e.s au lien direct avec les responsables administratifs de leurs ED, qui sont bien souvent d’irremplaçables personnes de référence.

Loin d’offrir une simplification, la réorganisation soumettra les doctorant.e.s à des structures administratives plus opaques et impersonnelles, déconnectées de celles de la recherche. Cela contrarie également les intérêts des chercheurs et des administratifs. Les ED seraient ainsi privées du volet scientifique de leurs missions, alors qu’elles sont le pilier de la recherche à l’Université Paris-Sorbonne et font souvent office de secrétariat pour de nombreux laboratoires.

Le modèle proposé est calqué sur l’organisation administrative de l’Université Paris VI, où les équipes de recherche et les laboratoires disposent de moyens humains et financiers bien plus importants que ceux accordés aux LLSHS. En outre, un alourdissement de la hiérarchie administrative surviendrait, dépossédant les directeur.trice.s des ED de leurs liens privilégiés avec les personnels administratifs.

La contre-proposition (jointe) des gestionnaires des ED I, II, III, IV et VII, ainsi que d’EA et d’UMR veut à la fois garantir l’autonomie administrative et scientifique des ED tout en resserrant les liens avec les Équipes d’Accueils (EA). Elle vise à éviter la complexification des strates administratives, à maintenir la qualité, l’intérêt du travail et les postes, puis à faciliter la compréhension de l’écosystème administratif pour les doctorant.e.s. et enseignant.e.s. chercheur.e.s. Enfin, les ED deviendraient le pilier de la formation et de la recherche scientifique de la future faculté de LLSHS, si toutefois l’organigramme définitif de la nouvelle université prévoit de les rattacher à cette dernière.


Le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne se déclare solidaire des personnels administratifs des ED et appelle la présidence à accepter la discussion. La présidence enverrait un signal fort aux personnels et ferait preuve d’une transparence bienvenue, ce à quoi elle s’est d’ailleurs engagée dans le cadre des réorganisations liées à la fusion ; enfin, elle entamerait une révolution inédite par la construction collective de l’architecture de la recherche de demain.

Documents joints