Devenir maître de conférence – chargé de recherche

Paris, le 8 décembre 2016.

Pour devenir maître de conférences à l’université ou chargé de recherche au CNRS, cela nécessite d’affronter le manque criant de postes…

  • Il faut se faire connaître : les ATER dans des facs non parisiennes sont de bons moyens d’élargir son réseau et ses chances de postes.
  • Penser aux post-docs. Il y en a peu en France, mais beaucoup à l’étranger. Il faut regarder du côté de l’Angleterre (avec beaucoup de Junior Fellowships), de la Belgique, de l’Allemagne. Il y a encore les Écoles françaises à l’étranger (Rome, Athènes,…) qui sont de bons signaux pour les recruteurs.
  • Contrairement aux idées reçues, il n’est pas nécessaire d’être normalien pour avoir un poste. L’agrégation facilite souvent les choses, même si ce n’est pas toujours le cas en fonction des universités.
  • Pour le CNRS : les postes de la section « Mondes médiévaux » sont souvent peu nombreux (5 en 2016) et fléchés sur des sujets très spécifiques. Mais pour les sujets un peu transdisciplinaires, ça peut valoir le coup d’essayer. Il s’agit de postes sans enseignement.

Quelques parcours [d’historiens, donc à compléter….]

  • Licence d’histoire à Paris-Sorbonne, agrégation d’histoire, master d’histoire à Paris-Sorbonne. Puis doctorat à Paris Sorbonne, avec monitorat, puis ATER. Soutenance en 2013. En même temps, membre de l’École française de Rome. Recrutement en 2014 en tant que maître de conférence.
  • Doctorat à Paris-Sorbonne, avec monitorat et ATER. Puis membre de l’École française de Rome. Soutenance en 2012. Recrutement en 2014 en tant que chargé de recherche au CNRS.
  • Licence d’histoire à Paris-Sorbonne, agrégation et CAPES d’histoire, Master d’histoire à Paris Sorbonne. Doctorat à Paris Sorbonne avec monitorat. ATER dans deux universités différentes par la suite. Soutenance en 2015. Recrutement en 2016 dans une des universités où il avait fait un ATER.

Le Collectif Doctoral de Sorbonne Université