Archives par mot-clé : sexisme

Épinglé-e-s 2018

Paris, le 29 janvier 2018.

Voir  : Programme d’Épinglé.e.s 2018

Après sa première édition en 2017, le Collectif Doctoral de Sorbonne Université renouvelle sa journée jeunes chercheur.e.s autour du sexisme dans la recherche. Le 10 mars 2018, dans le cadre de la journée de lutte internationale des droits des femmes, et en association avec la Brigade d’Actions Féministes en Faveur de l’Égalité (BAFFE), nous lançons deux appels à participation :

  • Intervention scientifique thématique sur la perversion et l’ethos féminin. Proposition à soumettre avant le 20 février 2018.
  • Poster sur le sexisme rencontré dans nos documents de recherche. Proposition à soumettre en deux temps : 1) envoi de deux citations ou images avant le 1er mars 2018 ; 2) courte analyse et mise en contexte avant le 7 mars 2018.

Vous pouvez répondre à l’un des deux appels, aux deux ou seulement venir en tant que public et participer à notre atelier de réflexion et de création.

Toutes les propositions sont à envoyer sur le formulaire en ligne.

Questions : epinglees@gmail.com

Public : Ces appels sont adressés en priorité aux doctorant-e-s de Sorbonne Université.

1. Matinée thématique : Perversion et ethos féminin

La perversion, qu’elle soit psychologique ou somatique, subie ou consentie, est la marque du dépassement des normes genrées et sexuelles d’une société. Nous proposons aux doctorant-e-s de Sorbonne Université de déconstruire cette notion lorsqu’elle est liée à l’ethos féminin.

La perversion, incarnée par une femme, est élevée comme contre-modèle d’une société, dominée par les hommes, qui marginalise, voire criminalise, toute personne ne respectant le rôle genré qui lui est attribué. Dans cette perspective, certaines femmes donnent délibérément corps à la perversion afin d’affirmer une liberté qui leur est refusée par les structures patriarcales.

Enfin, il apparaît que cette notion de perversion féminine puisse aussi coïncider avec un temps de remise en cause d’un monde et de ses valeurs pour en fonder un nouveau. Toutefois, cette société nouvelle, qui se veut aux antipodes de celle qu’elle a remplacée, n’est pas nécessairement synonyme d’une amélioration de la condition féminine en son sein.

Ce sujet se décline donc selon trois grands axes : profanation et création ; déchirement de l’idéal féminin et renouvellement ; moteur de l’histoire et moteur de l’Histoire.

Nous accueillons toutes les propositions (20 minutes) sans cloisonnement disciplinaire et serions également tout à fait intéressées si vous aviez une proposition sur ce thème mais qui ne serait pas immédiatement liés aux axes proposés.

2. Poster sur le sexisme dans nos recherches

Un auteur ou un personnage de votre corpus vous étonne par son sexisme ?

L’un des faits historiques croisés au cours de vos recherches réveille en vous une vague d’indignation par la misogynie dont il témoigne ?

Ou encore vous êtes confronté.e dans vos travaux de recherche à un cas discutable, qui soulève des interrogations quant à ce qui est acceptable ou non dans la représentation des femmes ?

Le principe est simple : épingler un auteur, un fait, un personnage rencontré dans votre thèse, qui se distingue et s’illustre par son sexisme exemplaire et remarquable ! Ou présenter un cas qui mérite débat.

Chaque intervenant.e proposera un poster (A3 minimum) qui sera exposé tout au long de la journée, avec un temps de présentation succincte en matinée et de discussion dans l’après-midi. Vous trouverez un peu d’aide pour une méthodologie de poster par ici et quelques exemples par là.

3. Atelier collectif : après-midi de discussion, de réflexion et de création

Après cette demi-journée d’échange, un atelier de création ouvert à tou.te.s (doctorant.e.s, masterant.e.s, licences) sera organisé pendant l’après-midi. Il aura pour but de préparer la diffusion des interventions de la matinée, sous la forme de poster, en fonction des possibilités offertes par les contributions de la matinée. Tous les posters et présentations issus de cette journée seront dans la mesure du possible ensuite exposés dans un des centres de Sorbonne Université.

Les intervenant.e.s peuvent choisir librement de participer à la journée entière ou de n’être présent.e.s que pour la matinée.

Pour vous inscrire et contribuer : remplissez ce formulaire.

Dans le cas où vous souhaiteriez participer à ce projet mais ne pouvez pas être présent le 10 mars, vous pouvez également contribuer en nous communiquant par mail un poster sur un phénomène sexiste et un court texte de présentation/commentaire : epinglees@gmail.com.

À bientôt,

Le Collectif Doctoral avec la BAFFE

Version PDF:  Epinglees2018_appels

Communiqué – Pourquoi l’écriture inclusive ?

Paris, le 1er juillet 2017.

Qu’il aborde la question de la parité dans l’enseignement supérieur et la recherche, ou qu’il épingle le sexisme à l’occasion du 8 mars 2017, le Collectif Doctoral de Paris-Sorbonne s’engage en faveur de l’égalité femmes-hommes. Cela passe notamment par l’usage d’une écriture inclusive, car la communication de notre association se veut la plus ouverte et la plus représentative possible.

L’écriture inclusive désigne l’ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d’assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes, permettant ainsi de rendre visible la diversité des individus. Convaincu·e·s que la façon dont nous mettons le monde en mots construit nos représentations et, à l’inverse, que notre perception du monde est en retour façonnée par le langage, nous estimons important de faire nôtres quelques grands principes de l’écriture inclusive.

L’écriture inclusive peut donner lieu à plusieurs graphies, notamment l’utilisation du tiret (professeur-e-s), l’utilisation du point médian (professeur·e·s) – parfois remplacé par un point (professeur.e.s) – ou encore l’utilisation simultanée des deux termes (professeurs et professeures ou professeures et professeurs). L’emploi de termes épicènes comme membre, personne, individu, élève c’est-à-dire de termes non marqués du point de vue du genre grammatical, fait aussi partie des grands principes de l’écriture inclusive. Le Collectif Doctoral ne s’est pas engagé en faveur d’une graphie en particulier et emploie l’une ou l’autre des ces conventions graphiques en fonction des locuteurs.trices.

La chargée de mission Égalité-Lutte contre les discriminations de la future Sorbonne Université a indiqué que cette posture a d’ores et déjà été adoptée pour l’écriture des statuts de la nouvelle université à partir de la règle suivante : écriture inclusive qui décline l’ensemble des termes (professeures et professeurs, etc., donc sans point et sans tiret) par ordre d’apparition alphabétique (ce qui fait apparaître en premier tantôt les termes au féminin, tantôt ceux au masculin).

La pratique montre que l’impulsion des universitaires est décisive dans l’application des textes. Pour rappel : « En France, il existe un cadre juridique qui encourage l’utilisation du féminin des noms de métiers dans les textes réglementaires et dans tous les documents officiels émanant des administrations et établissements publics de l’État. » (voir Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes). Depuis, un « Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe » a également été développé à l’usage des particuliers comme des institutions. Nous indiquons par ailleurs, pour les personnes intéressées, une étude de l’Onisep interrogeant et étudiant les conséquences du langage – et de l’écriture inclusive – sur les stéréotypes, notamment liés aux métiers.